01/10/2014

DISCOPATHE: CRITIQUE

DISCOPATHE

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

Résumé :Dans les années 1970, un jeune New-Yorkais sans histoire se métamorphose en meurtrier lorsqu’il est exposé aux sonorités particulières d’une toute nouvelle musique : le disco. Incapable de contenir ses pulsions meurtrières, Duane Lewis devient malgré lui un dangereux serial killer en exil à Montréal.

 

Réalisateur: Renaud Gauthier

 

Scénariste: Renaud Gauthier

 

Acteurs: Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul.

 

 

Pays : Canada

 

Année : 2013

 

Durée: 81min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

Critique : 

Discopathe, contraction de disco et de psychopathe, un titre qui annonce la couleur. 

 

Se déroulant à cheval sur les décennies 70 et 80, le film de Renaud Gauthier joue l’esthétique «old school», minis shorts et moustaches compris. 

Surfant sur la vague vintage qui a envahi le cinéma bis  de ces dernières années, son imagerie rend un hommage (volontaire?) aux giallos italiens de l’époque mais aussi à un certain côté candide que l’on retrouve dans les productions estampillées Troma, et ce, sans son outrance habituelle .

Jouant avec les clichés du genre, le film oscille entre le sérieux et le second degré assumé. Son tueur qui devient fou dès qu’il entend de la musique est à la fois pathétique mais également troublant. Il émane véritablement de ce personnage un aura glacial amenant à un sentiment d’effroi. Il est présenté comme un jeune gars insipide et timide avec les femmes qui devient un tueur froid et pervers sous l’effet de la disco (on peut le comprendre).

Bien sûr, cette petite série B se veut avant tout fun, ne lésinant pas sur les effets gores, les situations rocambolesques et les clins d’oeil complices aux cinéphiles de genre. Les personnages caricaturaux sont en adéquation avec le style du film mais peuvent vite s’avérer horripilants. 

Dommage que le rythme du film en dents de scie alourdisse l’ensemble.

Bref, Discopathe est un slasher rétro tragicomique original et sans prétentions.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

 

Production: Durango,Voyous Films

 

Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

DISCOPATHE TRAILER 14 02 13 from Renaud Gauthier on Vimeo.

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

Twitter

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

 

03/11/2013

FOREVER COURT METRAGE: CRITIQUE ET INTERVIEW DE LA REALISATRICE NIAV CONTY

 

 

 

Forever

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre

 

Résumé :Une histoire d’amour qui tourne mal. Elle veut le quitter et lui veut la garder pour toujours.

 

Réalisatrice:Niav Conty

 

Scénariste:Niav Conty

 

Acteur:Alex Lora, Aundrea Faris

 

Pays : Etats-Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 13 min



Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre

Critique :

L’amour ou l’orgueil peuvent pousser à des actes parfois complètement irrationnels. C’est le cas du personnage principal de Forever, qui tue sa concubine car celle-ci lui annonce qu’elle le quitte. Mais il ne s'arrête pas là le bougre! Il passe du temps avec son cadavre, puis décide de le découper et de le manger.

Ca a l’air gore dit comme ça, mais la réalisation pudique de Niav Conty évite les scènes putassières en jouant avec le hors champ. Néanmoins, il se dégage de ce métrage un sentiment de malaise et de dégout à l’image de ce concubin frustré qui agit placidement. La mise en scène dépouillée aux couleurs désaturées  à l’esthétique «arty» apporte une atmosphère  travaillée qui prend le temps d’installer son crapuleux personnage. Un court qui n’est pas sans rappeler l’excellent et troublant «Adoration» d’Olivier Smolders.

Bref, Forever est un court métrage aussi beau qu’il est dérangeant. 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre

Note : 16/20

 

 

Site Internet :

 

http://www.niav-film.com/

 

Commentaires de la réalisatrice à propos de son film:

 

Forever est le portrait d'un homme qui aspire à se sentir complet . Il aspire à des choses qui n'ont jamais , ou n'existent plus. Il est dans un état de perpétuelle nostalgie d'un sentiment de plénitude.
Même dans ses tentatives vaines de conserver sa petite amie.  Plus elle est là auprès de lui, moins il la ressent présente. Ce n'est que par procuration à travers l’image qu’il se fait d’elle qu'il se sent capable de ressentir  les parties de lui-même qui lui manquent ,physiques ou psychiques.

Ne pouvant pas trouver dans son regard, un amour qui n'est en fait plus là , et encore moins dans son cadavre une expression de son corps qui n'est plus entier , il commet l'acte ultime du désir: l’union par l’ingestion du corps et de l’âme de sa petite amis
Tourné en couleurs désaturées et composé principalement de plans fixes picturaux , l'objectif tente de rester un œil extérieur , observant Javier dans son espace physique et mentale. Sans commentaires ni explications, nous observons simplement son immense sentiment de nostalgie qui opère.

- Niav Conty

 

 

 

 

 

 

 

Interview de la réalisatrice et scénariste:Niav Conty(qui a fait l’effort de répondre en français)

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Niav Conty:Je suis une cinéaste Franco-Américaine. Mon site: www.niav-film.com 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

N.C.:"Gravity" et "12 Years a Slave" (les deux films les plus remarquables de l'année à mon avis).

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

N.C.:Influences? Je ne sais pas, mais j'aime beaucoup David Lynch pour son originalité, Steve McQueen pour son intelligence et sa forme, Wong Kar Waipour son sens de l'image, Werner Herzog pour son humanité.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

 

N.C.:En général, ce qui m'intéresse dans le cinéma de genre est comment on peut arriver a l’esquiver ou à jouer avec. J'aime les films «ovnis». J'aime ne pas pouvoir facilement les «caser», et  quand ceux-ci brisent les conventions et les constructions du langage du genre.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

N.C.: Au départ, c’était un scénario plus longu et développé sur un tueur en série. Mais le personnage principal était assez détestable, ce qui m’ennuyait. Donc j'ai écrit ce petite exercice pour tenter de rend re ce personnage plus aimable. Qu'on finisse par l'aimer un peu, même si cela nous rend mal à l'aise. Ce qui en est sorti, est ce scénario un peu plus doux, un histoire d'amour en sorte, sa premier victime. Puis surtout c'était un choix de casting. Alex Lora est quelqu’un de très doux et à l'air naturellement innocent avec ses grands yeux. J'ai vu plein de gens pour ce rôle et à chaque fois ils ne pouvaient pas s'en empêcher de jouer les méchants, même subtilement. 'Al, lui,ne faisait rien, il était simplement lui même, sans aucune envie de jouer un méchant, même quand je lui demandait de faire des choses atroces.

 

Fantasticmovies: Forever est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

N.C.: Ce fut surtout long car j'ai dû le laisser pendant un long moment avant de le finir. Puis j'étais indécise sur certaines choses. Par exemple le film était tourné en couleur, puis je l'ai mis en noir & blanc  lors de la post, et c’est seulement à la fin que j'ai décidé de le remettre en couleurs.

Pour le son, les prises était très bonnes (merci à Frank et Yasuo). C'était assez simple. Le plus dur était de trouver le rythme du film. Un rythme lent mais inévitable.

Fantasticmovies: Vous contrebalancez l’image habituelle de l’infirme «victime», car dans votre film, c’est lui le bourreau.

Comment avez-vous imaginé ce scripte?

N.C.: Le scénario est tel qu'on le voit dans le film, mais sans aucunes mentions du manque d’un bras du personnage principal. Je n’ai pas du tout choisi Al à cause de son infirmité,c'était son innocence qui m’attirait pour ce rôle. Ceci dit, il est évident que le film change largement avec son physique. Les pulsions derrière ses actions prend un sens autre, et surtout la scène avec le bras dans le lit devient franchement très étrange et horrifiant.

C'est devenu l'histoire d'un home qui essaye de se compléter, de se rend entier. Dans le scénario, c'est pareil mais il essaye de combler une manque métaphorique, avec cette acteur ça devient bien plus littéral.

Al semblait cool avec tout ça, c'était surtout les actes de violence que je lui demandait de faire qui le gênaient . C'est un pacifiste au grand cœur.

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

N.C.: Il n’y  a que du maquillage (sur la fille, la main, et la création d’un faux doigt). Tout était réalisé par la maquilleuse Lisa Forst, qui a fait un super boulot. On voulait rester très subtil et ne pas tomber dans le "gore". A part ça, quelques trucages en FinalCut sur le cadavre pour effacer les respirations de l’actrice, et c'est tout.


Fantasticmovies:Votre recette du faux sang?

 

N.C.: (rire) Je ne sais pas. Faut demander à Lisa. Mais il y en avait vraiment très peu. On aurait pu en mettre un peu plus, franchement.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

N.C.: C'était un film d'école, donc j'ai pu convaincre quelques camarades de classe de m'aider.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

N.C.: Le tournage a pris deux journées consécutives de 18h,  donc franchement je ne me rappelle pas de grand chose. J'aurais pu penser que c'était juste un long cauchemar, mais j'ai des rushes pour me prouver que ça s'est passé pour du vrai :)

Non, mis à part le planning de folie, on s'est très bien amusés, malgré le sujet quelque peu glauque.

 

Fantasticmovies:Parlez-nous du budget de Forever. 

N.C.:Autour de $300. 

Personne n’était payé, quelques projecteurs prêtés de l'école, la caméra (canon 5D) est la mienne.

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

N.C.: Je viens de finir un autre court métrage qui s’appelle Outworld dont voici le site:

http://outworldthefilm.wordpress.com/

Maintenant je commence l'écriture du long métrage de’Outworld.

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

N.C.: Merci. 

J'espère que le film vous effrayera doucement et insidieusement:)