09/06/2014

VU AU BIFFF:RETURN TO NUKE’EM HIGH VOLUME 1

 

 

 

VU AU BIFFF:RETURN TO NUKE’EM HIGH VOLUME 1

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,return to nuke em high,Lloyd Kaufman,Travis Campbell,Casey Clapp,Derek Dressler, Aaron Hamel, Asta Paredes,Catherine Corcoran,Vito Trigo,Clay von Carlowitz,Zac Amico,Mike Baez,Tara E. Miller,Lemmy,Michael C. Schmahl,Jeff Lasky,Jess Mills,Lloyd Kaufman,Babette Bombshell,John Renna,Ashley A. Chris,troma, Etats Unis, 2013,comedy,horror,sci-fi,comédie,horrreur,sf,satire,campy,gore,shock humor,sequel,bifff

Résumé :Ah, le collège de Tromaville ! On dirait qu’il a retrouvé un peu de lustre, 28 ans après son petit dérapage nucléaire… Paraît même qu’ils ont remplacé l’infâme centrale par une usine d’aliments bio 100% organique qui fournit la pitance vert fluo à la cafétéria du collège. C’est pas sympa, ça ? Lauren, elle s’en fout un peu : elle est toute nouvelle dans cette école et elle aimerait bien se faire des amis dans le but de disserter sur sa sexualité ambivalente. Le problème, c’est qu’avant de parler saucisson ou abricot, elle va devoir faire face à une pandémie d’irradiations qui va transformer les gentils neuneus de la chorale en punks radioactifs (en même temps, bouffer des tacos qui brillent dans le noir, c’est pas très malin non plus). Autant dire que ces crétins gavés au plutonium vont se faire un malin plaisir à prendre leur revanche sur les footeux et autres débiles populaires du collège.(Copyright :Site officiel du Bifff) 

 

Réalisateur:Lloyd Kaufman

 

Scénaristes:Lloyd Kaufman,Travis Campbell,Casey Clapp,Derek Dressler, Aaron Hamel

 

Acteurs: Asta Paredes,Catherine Corcoran,Vito Trigo,Clay von Carlowitz,Zac Amico,Mike Baez,Tara E. Miller,Lemmy,Michael C. Schmahl,Jeff Lasky,Jess Mills,Lloyd Kaufman,Babette Bombshell,John Renna,Ashley A. Chris

 

Pays :Etats Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 85 min.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,return to nuke em high,Lloyd Kaufman,Travis Campbell,Casey Clapp,Derek Dressler, Aaron Hamel, Asta Paredes,Catherine Corcoran,Vito Trigo,Clay von Carlowitz,Zac Amico,Mike Baez,Tara E. Miller,Lemmy,Michael C. Schmahl,Jeff Lasky,Jess Mills,Lloyd Kaufman,Babette Bombshell,John Renna,Ashley A. Chris,troma, Etats Unis, 2013,comedy,horror,sci-fi,comédie,horrreur,sf,satire,campy,gore,shock humor,sequel,bifff

Critique :

 

Fidèle à lui-même, en digne représentant de sa cultissime boite de prod. indépendante New-yorkaise, Lloyd Kaufman a fait le show lors de la présentation de son Return To Nuke Em High Volume 1 au BIFFF 2014. Un véritable clown déguisé en homme d’affaires (ou l’inverse), qui n’hésitera pas à mettre ses mains dans le cambuis, vendant avec sa femme des produits «Troma» sur un stand improvisé avant et après la séance de projection du film.

Devant un public déchainé et acquis à sa cause, Return To Nuke Em High Volume 1 n’a pas déçu son audience. Comme à son habitude, Kaufman nous ressert les ingrédients qui font mouche: du sang, du sexe, de l’humour super potache, le tout emballé dans un rythme effréné.

Du cinoche rock and roll qui revendique sa liberté de ton.

Le cinéma de Kaufman, au delà de ses délires gores et de son «outrencièreté», est une guérilla du mauvais gout contre l’establishment hollywoodien et ses dictats commerciaux.

Profondément humanistes et écologistes, les productions de Kaufman se servent des clichés de notre société et les amplifient au point de les rendre totalement ridicules. Se foutre de tout pour dénoncer dans la bonne humeur, voilà le crédo de Troma.  

Return To Nuke Em High Volume 1 est une suite «reboot» (c’est comme on veut) des deux Class Of Nuke Em High respectivement sortis en 1986 et 1991. Ce ne sont plus les déchets nucléaires mais la malbouffe servie à la cantine du lycée qui transforme les ados qui l’ingurgitent en mutants violants avides de sexe. L’histoire part dans tous les sens et, en fin de compte, peu importe.  Return To Nuke Em High Volume 1 est un exutoire marrant dans l’esprit «Troma». Les effets craspecs sont toujours aussi «mal» fichus, les acteurs hystériques et les paires de fesses et des seins à l’air libre. 

Kaufman sait ce qui plait à son public et le lui sert sur un plateau en gemolite.

Bref, Return To Nuke Em High Volume 1, à défaut d’être surprenant, ravira les fans de stransgressif comique. Une heure trente de pur bonheur délirant.   

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,return to nuke em high,Lloyd Kaufman,Travis Campbell,Casey Clapp,Derek Dressler, Aaron Hamel, Asta Paredes,Catherine Corcoran,Vito Trigo,Clay von Carlowitz,Zac Amico,Mike Baez,Tara E. Miller,Lemmy,Michael C. Schmahl,Jeff Lasky,Jess Mills,Lloyd Kaufman,Babette Bombshell,John Renna,Ashley A. Chris,troma, Etats Unis, 2013,comedy,horror,sci-fi,comédie,horrreur,sf,satire,campy,gore,shock humor,sequel,bifff

 

 

Note : 16/20

 

Bande annonce:

 

Sites Internet :

Page Facebook

 

 

Site officiel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13/07/2012

THE TAINT

THE TAINT

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,joe dante, Drew Bolduc,Dan Nelson, Drew Bolduc,Colleen Walsh,Cody Crenshaw,troma,water,eau,mysogynist,mysogine,castration,mask,masque,The Taint,sexy

Résumé :

 

L’eau est contaminée et empoisonne l'esprit des hommes, les transformant en monstres misogynes tueurs de femmes. Phil O’Giny et son amie, Misandra s’uniront pour combattre ce mal étrange.

 

Réalisateurs:Drew Bolduc,Dan Nelson

 

Scénaristes:Drew Bolduc,Dan Nelson

 

Acteurs :Drew Bolduc,Colleen Walsh,Cody Crenshaw...

 

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année :2010

 

 

Durée:75 min.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,joe dante, Drew Bolduc,Dan Nelson, Drew Bolduc,Colleen Walsh,Cody Crenshaw,troma,water,eau,mysogynist,mysogine,castration,mask,masque,The Taint,sexy

 

 

 

 

Critique :

 

Gros délire Z comme seul Troma sait les produire, The Taint nous propose un monde post-apocalyptique(avec les moyens du bord) dans lequel les hommes, bites au vent, se sont transformés en monstres assoiffés de sexe et de sang ,après avoir bu de l’eau contaminée , s’attaquant uniquement aux femmes. 

Scènes absurdes, violence gratuite, pénis qui explosent, scènes de sexe, Drew Bolduc et Dan Nelson nous servent un cocktail détonnant et déjanté libéré de tout dictat moral. Ils foncent tête baissée dans le lard sans néanmoins voler plus haut que les mauvaises blagues scatos.   

Aidée par une musique synthétique réussie, l’athmosphère 80’s du film est assez bien rendue. Le scripte basique  qui rappelle l’excellent épisode de la saison 2 des Masters Of Horrors, La Guerre Des Sexes de Joe Dante dans lequel les hommes atteints d’un virus déciment les femmes, est en fin de compte très décousu. On a la nette impression que The Taint a été construit scènes après scènes sans qu’il n’y ait de réels liens entre elles. Bloduc et Nelson ont du certainement se marrer en écrivant leur scripte, mais le résultat final rame un peu à l’écran. 

Heureusement, les effets dégueulasses, l’humour décalé et l’attachement pour les deux personnages principaux sympathiques relèvent le niveau et confèrent au métrage une bouée d’oxygène le rendant hautement regardable compte tenu de ses faibles (faibles) moyens.

Bref, The Taint est un grand Z ou une petite série B qui n’a d’autre prétention que de vous faire passer un bon moment. 

 

 

 Note : 14/20



 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Production:Troma

 


12/06/2012

FATHER'S DAY

FATHER’S DAY

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur,father’s day, Adam Brooks,Jeremy Gillespie,Matthew Kennedy,Steven Kostanski,Conor Sweeney, Amy Groening,Garrett Hnatiuk,Brent Neale,Kevin Anderson,Meredith Sweeney,Zsuzsi,Lloyd Kaufman,gore,inceste, viol,gay,grindhouse,troma,sexy

Résumé :

 

Ahab, une homme obsédé par la mort de son père assassiné par un détraqué, s’allie à John,un prêtre un peu bizarre, et à Twink, un petit délinquant gay pour retrouver et étriper Chris Fuchman, un dangereux psychopathe connu sous le nom du Father’s Day Killer.

 

Réalisateurs:Adam Brooks,Jeremy Gillespie,Matthew Kennedy,Steven Kostanski,Conor Sweeney.

 

Scénaristes:Adam Brooks,Jeremy Gillespie,Matthew Kennedy,Steven Kostanski,Conor Sweeney.

 

Acteurs :Adam Brooks, Matthew Kennedy, Conor Sweeney,Amy Groening,Garrett Hnatiuk,Brent Neale,Kevin Anderson,Meredith Sweeney,Zsuzsi,Lloyd Kaufman,...

 

 

Pays :Etats-Unis,Canada

 

 

Année :2011

 

 

Durée:99 min.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur,father’s day, Adam Brooks,Jeremy Gillespie,Matthew Kennedy,Steven Kostanski,Conor Sweeney, Amy Groening,Garrett Hnatiuk,Brent Neale,Kevin Anderson,Meredith Sweeney,Zsuzsi,Lloyd Kaufman,gore,inceste, viol,gay,grindhouse,troma,sexy

 

 

Critique :

 

Production Troma qui remplit amplement son cahier des charges , Father’s Day est un délire au doux parfum de film «Grindhouse». 

Dire que ce métrage est une réussite est un euphémisme, au vue de son micro budget estimé à 10 000 dollars. Réalisé par un collectif de six réalisateurs (Astron-6), Father’s Day jouit d’une esthétique minutieuse, nous replongeant dans l’ambiance des ces films de 2e partie de soirée des années 80. Les couleurs saturées, les images filtrées et vieillies et les effets cheaps donnent l’impression que le film a été directement transféré d’une vieille VHS au support DVD. Sans oublier la musique, qui à avec ses thèmes aux sons de synthés et de guitares électriques est en adéquation totale avec l’ambiance générale.  Effet vintage garanti!

Father’s Day s’inscrit dans la lignée de films comme Hobo With A Shotgun, MachetePlanet Terror ou encore Death Proof, nous contant une histoire sordide  de vengeance. Ahab (Adam Brooks), un justicier borgne et producteur de sirop d’érable, va être amené à retrouver le tueur qui a assassiné son père. Aidé dans sa quète par  un prètre, John (Matthew Kennedy),   un jeune prostitué gay, Twink (Conor Sweeny), et sa soeur stripteaseuse, Chelsea (Amy Groening), Ahab, va rechercher Chris Fuchman  (Mackenzie Murdock) connu sous le nom du Father’s Day Killer pour le trucider.

Le casting donne vie à des personnages attachants et hilarants. De nombreux dialogues et situations nonsensiques parsèment le métrage, le rendant totalement frapadingue.

Father’s Day rentre dans le lard,pour notre plus grand bonheur,  d’un certain conservatisme moral et religieux. Sa «fuck attitude» assumée,lui permet de montrer  à l’écran des scènes de mauvais gout. Viols gayx, cannibalisme, inceste, gore craspec et j’en passe, sont autant de provocations gentiment décalées qui ne sont pas à mettre devant tous les yeux. Ames sensibles s’abstenir.

 Bref, Father’s Day est une sacrée réussite . Un micro budget pour du macro talent. Sûr qu’on entendra encore parler des petits gars d’Astron-6  

 

 

 

 

 Note : 16/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Production:Troma