07/08/2008

30 Jours De Nuit: Les suceurs de sang

30 Jours De Nuit ( 30 Days Of Night)


30 jours de nuit 1

 Résumé 

Alaska, de nos jours. Au cœur de l’hiver, les habitants de la paisible ville de Barrow s’apprêtent à passer, comme tous les ans, un mois sans soleil. A la suite d’une série d’évènements étranges, Eben et Stella, les deux shérifs locaux, vont découvrir l’invraisemblable vérité. Un gang de vampires a investi la ville pour l’éradiquer de tous ses habitants. Eben, Stella et un petit groupe de survivants vont alors tenter de survivre jusqu’à l’aube.

 Acteurs principaux

 

Josh Hartnett :Sheriff Eden/Melissa George :Stella Oleson/Danny Huston:Marlow/Ben Foster:L’étranger/Mark Bone Junior:Beau/Mark Rendall: Jake

 30 jours de nuit 2

Critique

 

Le vampire au cinéma est souvent représenté de manière romantique, un être beau et dangereux à la fois, dont l’aspect « chasseur sanguinaire » est mis de côté pour privilégier les liens (de haine, où d’amour) qu’il entretient avec ses victimes et ceci peu importe le lieu ou l’univers du film dans lequel il est représenté.

30 Days Of Night fait fit de ce passé cinématographique et renouvelle un genre vampirique ultra codé.

Le réalisateur David Slade (Hard Candy), dont c’est le deuxième métrage montre un réel talent de metteur en scène. Son film nous présente des vampires loin de l’image qu’ils véhiculent d’ordinaire.

Les suceurs de sang, sont ici des êtres sauvages, sanguinaires, chassant en meutes qui ne montrent aucune compassion ni d’intérêt pour leurs victimes. Elles sont considérées comme du bétail.

30 jours de nuit 3
 

30 Jours de Nuits est tiré du roman graphique de Steve Niles qui fut crédité en tant que co-scénariste sur le film. Un des souhaits de David Slade  était, donc, de coller le plus possible au média d’origine.

Pour mettre en image cette histoire d’un groupe de vampires s’attaquant à une bourgade d’Alaska, plongée dans une nuit de 30 jours, la maison de production de Sam Raimi, Ghost House Picture, ne lésine pas sur les moyens en permettant à Slade de mettre en image ses idées les plus folles.


30 jours de nuit 4

Tourné en Nouvelle Zeelande, 30 Jours De Nuit s’offre le luxe de décors extérieurs en taille réelle, de tonnes de fausse neige et d’effets spéciaux signés par la firme Weta (Le Seigneur Des Anneaux).

30 jours de nuit 5

 

Slade et son équipe mettent tout en œuvre pour rendre le film beau et hargneux à la fois. Une sorte de mixe entre le film de John Carpenter, The Thing pour le côté  « survival » sous la neige et 28 Jours Plus Tard pour le côté speed des scènes d’action.

Tourné majoritairement de nuit, 30 Jours De Nuit est affublé d’une splendide photo mêlant habilement les tons de gris, de noir, de bleu, et bien sur de rouge. Le film est tout simplement beau à regarder.


30 jours de nuit 7

Venons-en au look des vampires. Intrigants et monstrueux, les maquillages discrets mais efficaces mettent en avant la sauvagesse des créatures.

 30 jours de nuit 6

Pour son « Survival horrifique » Slade mets ses personnages principaux dans des situations extrêmes. Obligés de se cacher sous peine d’être tués, le sheriff Eben et sa petite amie Stella s’occupent d’un groupe de survivants qui seront décimés les uns après les autres. Le réalisateur installe un suspense constant tout au long de son film accompagné de scènes d’action sanglantes (la scène de la petite fille vampire est impressionnante). Décapitations, éventrements et tête explosées parsèment le film sans pour autant le rendre ridiculement gore.

Ca charcute sec mais pas dans l’excès.

 30 jours de nuit 8

Bref, 30 Jours De Nuit mérite d’être visionné.

 

Killg

 

Cote : 17/20

 

Bande Annonce 

 

 

 

04/08/2008

La Secte Sans Nom

La Secte Sans Nom


secte ss non 1

 

Résumé 

 

Cinq ans après le meurtre de sa fille, Claudia reçoit un appel téléphonique. Une voix d’enfant. Sa fille qui l’appelle à l’aide. Totalement désorientée, Caudia part à sa recherche, aidée d’un ex-policier.

 

Acteurs principaux 

 

Emma Vilarasau : Claudia/Karra Elejade :Bruno/Tristàn Ulloa :Quiroga/Toni Sevilla :Franco/Brendan Price :Marc Guifford/ Carlos Lasarte :Santini….

 secte ss non 2

Critique

 

Premier film de Jaume Balaguero (Rec., Fragile) et premier essai concluant pour ce réalisateur ibérique de talent.

Faisant partie des films ayant fait renaître le cinéma fantastique espagnol, La Secte Sans Nom est un thriller fantastique mêlant ambiances « giallo », polar, fantastique et rythme des films de fantômes japonais. Un beau mélange qui ne laisse pas le spectateur indifférent.

jaume-balaguero

Le film a d’ailleurs remporté de nombreux prix dans les festivals : Méliès d’Or du Meilleur Film Européen de l’Année, Prix du Public au Festival Du Film Fantastique De Porto, Grand Prix Du Festival du Film Fantastique De Bruxelles, Grand Prix du Fantafestival de Rome,…

 

Le spectateur ne peut rester de marbre face aux deux personnages principaux du métrage joués parfaitement juste par Emma Vilarasau et Karra Elejade : une mère (Claudia), recherchant désespérément sa fille alors qu’elle la croyait morte et un flic déchu de ses fonctions, désabusé devenant son principal allié durant cette enquête qui va les mener dans l’univers inquiétant d’une secte.

Une caractérisation de personnages parfaite que Balaguero magnifie grâce à une mise en scène travaillée.

 

Image léchée, travail de la photo impeccable, visuels glaçants. Le réalisateur montre qu’il ne laisse rien au hasard dans son film. Il s’amuse même à surprendre le spectateur en cassant le rythme de son métrage aux moyens d’inserts stroboscopiques très courts accompagnés d’effets sonores violents montrant une jeune fille fantomatique. On n’est pas loin ici du style énervé d’un Tetsuo de Shinya Tsukamoto.


secte ss noms

 

Balaguero est un fan de genre respectant son audience. Il le montrera d’ailleurs avec ses autres films.

 

Bref, La secte Sans Nom est un film à voir et à vivre.

 

Killg

 

Cote : 18/20

 

Bande Annonce

 

J’ai pu rencontrer le réalisateur au BIFFF : voici l’autographe  


Numériser0001

 

28/07/2008

The Dark Knight/ Le nouveau Batman

The Dark Knight (Le Chevalier Noir)

 

the dark knight 1

Résumé 

 

Batman et le lieutenant Gordon s’allient au procureur Harvey Dent pour enrayer la criminalité mafieuse de Gotham City.

Hélas pour eux, l’arrivée du Joker, va mettre la ville dans le chaos.

 


the dark knight 10

 

Acteurs principaux

 

Christian Bale : Batman-Bruce Wayne/ Heath Ledger: The Joker/ Aaron Eckhart: Harvey Dent/ Michael Caine: Alfred/ Maggie Gillenhall: Rachel Dawes/ Gary Oldman: Lieutenant J. Gordon.

 

Critique

 

Après Batam Begins, Christopher Nolan réalise de main de maître ce The Dark Knight, le deuxième film de cette excellente franchise qui a remis sur  les railles l’univers de Batman qui avait souffert d’une imagerie kishissime et d’un humour déplacé dans les deux derniers métrages mettant en scène le héros chauve-souris. Donc exit pour de bon les souvenirs atroces  des Batman Forever et Batman & Robin.

 the dark knight 18

The Dark Night va encore plus loin et plus fort que son aîné (Batman Begins donc) tant dans le traitement des personnages que dans la mise en scène.

 

Gotham City est dépeinte de manière assez réaliste, sorte de grande métropole avec ses grands immeubles, ses petites ruelles et ses routes à 4 bandes. On dirait presque que Gotham existe pour de bon.

Le costume du héros ayant gagné en souplesse est magnifique, la Batmobile est impressionnante et les effets spéciaux sont ultra léchés.

Certaines scènes d’action sont réellement à couper le souffle tant elles sont grandioses et efficaces tout en paraissant réelles.

 the dark knight 17

En plus d’avoir fortement travaillé le côté technique du film, Nolan s’intéresse aussi à la psychologie de ses personnages. Le côté ambigu de la personnalité de Batman est exploité au maximum. Notre chauve-souris jouée par un Christian Bale en forme, fait le bien autour d’elle tout en ayant un penchant certain pour la violence gratuite (voir la scène d’interrogatoire avec le Joker). Batman est un être à part de la société, un « freak » au même titre que les crapules qu’il pourchasse.

Venons en au clou du spectacle : le Joker.  Un formidable personnage pour une incroyable prestation.

Le feu Heath Ledger incarne de manière parfaite le « clown fou » en lui insufflant un côté punk et anarchiste. Une vraie réussite qui envoie aux oubliettes la prestation cabotine mais pas mauvaise de Jack Nicholson qui a personnifié le même personnage dans le premier Batman de Burton.


the dark knight 11

Ajoutons que le reste du casting est lui aussi correctement composé.

Aaron Eckhart en Harvey Dent, joue à la perfection son personnage dichotomique. Maggie Gillenhall en Rachel Dawes, reprend avec succès le rôle tenu auparavant par Katie Holmes dans Batman Begins. Michael Caine en Alfred est simplement parfait et enfin, Gary Oldman, en Lieutenant J. Gordon, montre qu’il n’a pas perdu son talent d’acteur.

 

Deux petits défauts quand même. Premièrement, malgré une interprétation correcte de Christian Bale, il est dommage que son personnage ne montre pas plus ses sentiments notamment à la suite d’une scène dont je ne peux vous parler sous peine de dévoiler une partie de l’intrigue. Deuxièmement : le look de Double Face, qui porte un masque digitalisé surfait.

 

Bref The Dark Knight est le meilleur film de super héros de cette année. A voir absolument.

 

Killg

 

Cote : 19/20

 

Bandes Annonces 

 

 

 

 

Sites officiels 

 http://thedarkknight.warnerbros.com/

http://www.ccfabg.org/

http://www.clowntravelagency.com/

http://www.gothampolice.com/

http://www.gpdmcu.com/

http://www.ibelieveinharveydent.com/

http://www.whysoserious.com/

http://wwws.warnerbros.fr/thedarkknight/

 

Encore des photos

 the dark knight 3

 the dark knight 2

the dark knight 4

the dark knight 5

 the dark knight 6

 the dark knight 7

 the dark knight 12

the dark knight 14

the dark knight 16

 the dark knight 19

the dark knight 20

the dark knight 21

the_dark_knight_jokerposter2

the_dark_knight_outro_poster

the-dark-knight-7