30/04/2016

HEADLESS - CRITIQUE

 

HEADLESS

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

 

Synopsis :  Dans ce slasher retrouvé datant de 1978, un tueur masqué assouvi ses fantasmes frénétiques de meurtre, de cannibalisme et de nécrophilie. Quand son passé tourmenté vient le hanter, il plonge encore plus dans la folie. Une jeune femme et son entourage en feront les frais.

 

Réalisateur: Arthur Cullipher

 

Scénaristes: Nathan Erdel,Todd Rigney

 

Acteurs:Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson

 

Pays : Etats Unis

 

Année :2015

 

Durée: 85 min.

 

Production: Forbidden Films,Gentleman Monster Productions

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

Critique :

Si le nom de Schott Scrimer ne vous dit rien, il est grand temps de vous mettre à la page. Oubliez le cinoche phagocyté par le côté obscur du mercantilisme des studios qui ne cherchent qu'une chose: vous dépouiller des quelques euros. Les spectacles d'entertainment sans, mais avec beaucoup de fonds, y'en a marre. Si toi lecteur ( oui je me permets de te tutoyer) , tu as été déçu par tous ces derniers remakes et reboots " pompes à fric" qui vomissent leurs effets tonitruants dans des salles qui puent les chips et le popcorn certifié Monsanto, tu peux te tourner avec plus ou moins de confiance vers le cinéma indépendant. Défendues ardemment sur ce blog, les pellicules à petit budget et souvent auto produites sont un vivier de belles découvertes. Certes le cinéma indé de genre regorge de films aussi pourris que la vieille tartine oubliée depuis ta dernière soirée vidéo sous le canapé, mais tu tomberas parfois ( et même souvent si tu lis attentivement les articles de ce blog )sur des petites perles qui valent leur pesant d'huître. C'est le cas par exemple de l'excellent et effroyablement anxiogène Found (critique ici). Tu vas me dire, mais pourquoi diantre me parle-t-il ( enfin parler, j'ai la voix que tu me donnes dans ta tête ) d'un film déjà chroniqué aussi bon soit-il? Et bien cher lecteur, tout simplement par ce que le film de Schrimer est intimement lié au film critiqué ici.

Headless est la mise en abime, le film éponyme dans le film dont le tueur de Found est un fan.

Réalisé par Arthur Cullipher, qui était responsable des effets spéciaux sur le film de Schrimer, Headless s’inscrit dans le courant “revival” des 80’s tant dans son état d’esprit que dans son imagerie. Un peu de sérieux, mais surtout beaucoup de gaudriole sont au programme.

On y suit les méfaits d’un tueur en série masqué porté sur la décapitation,le cannibalisme et la nécrophilie. Tout un programme de dépravation servi par des effets gores “à l’ancienne” et une mise en scène à l’esthétique craspec. Renouant avec le style “Grindhouse”, le film nous replonge trente ans en arrière pour notre plus grand plaisir. La musique, l’ambiance, les effets outranciers et le scénario linéaire nous servent un “tout” cohérent enthousiasmant.

Certes, l’originalité du métrage et le jeu des acteurs parfois sur le fil laissent un gout d’inachèvement un peu désagréable, mais n’est-ce pas justement le but recherché par le cinéaste pour coller parfaitement avec son postula de départ qui est que Headless est un slasher indé de 1978 qui a été retrouvé? La fausse bande-annonce de Wolf Baby atteste de cette volonté de “facsimiler” une bande vintage.

Bref, Headless est une série b déroutante et dérangeante non dénuée d'humour, aux effets gores joliment outrageants qui met en scène un boogeyman charismatique et atypique friand de décapitations . A voir.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Facebook

Site officiel

IMDB

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

 

 

 

 

 

25/01/2016

JUDAS GHOST: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

 

JUDAS GHOST

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce




Synopsis :  Une équipe expérimentée de chasseurs de fantômes est envoyée dans un lieu hanté. Les choses vont vite dégénérer. Ils ne s’attendaient pas à faire fasse à une entité beaucoup plus dangereuse qu’elle n’y parait.

 

Réalisateur: Simon Pearce

 

Scénariste: Simon R. Green



Acteurs: Martin Delaney,Lucy Cudden,Simon Merrells,Alexander Perkins,Grahame Fox,Bernie Hodges,Garry Summers

 

Pays : Angleterre

 

Année :2013

 

Durée: 75 min.

 

Production: Falling Shadows Productions

 

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce



Critique :

Aborder, pour un premier film de genre, la thématique du lieu hanté est un choix qui peut s'avérer à double tranchant. On pourrait penser que la prise de risque est minime car le fantôme reste une valeur sûre mais c'est sans compter la manne sans fond de films fantastiques qui ont abordé le sujet comprenant parmi eux des chef d'oeuvres du septième art. La comparaison qualitative est donc inéluctable et les films qui s'insèrent dans la brèche spectrale doivent, tout le moins, être à la hauteur des exigences d'un public souvent blasé.

Judas Ghost ne tire hélas pas son épingle du jeu mais arrive à captiver de par sa virtuosité formelle. Visuellement beau et millimétré le film de Simon Pearce est un réel régal pour les yeux. Le design sonore parfois tonitruant apporte de la vie et la tension nécessaire à ce huis clos mettant en scène un groupe de chasseurs de fantômes accompagné d'un cameraman qui font face à une entité vengeresse et bougrement sadique.

Symbiose entre l’ancien et le nouveau, Judas Ghost marie habilement les techniques modernes aux effets simples mais efficaces. A l’écran ca donne  un face à face mêlant technologie et parapsychologie traditionnelle. Le jeune réalisateur,montre un réel professionnalisme dans sa mise en scène (le film se déroule en temps réel) , aidé dans sa tache par des acteurs convaincants et habités. Même si, de prime à bord, l’histoire parait éculée,il réussit à captiver sans tomber dans le ridicule et pourtant il y avait matière.

Bref, Judas Ghost, film de fantômes qui utilise les ressorts habituels du genre, pallie son manque d'originalité par une réelle maîtrise technique de l'image, du son et du rythme et se singularise par son ton “punchy” et moderne.





Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Facebook

Site officiel

IMDB

 

 

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce

Interview de Simon Pearce (le réalisateur)

 

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Simon Pearce:Bonjour, Je m’appelle Simon Pearce et je suis le réalisateur de   Judas Ghos, un nouveau film d’horreur surnaturel produit en Angleterre. C’est mon premier film d’horreur, et en tant que fan, je viens seulement de me frotter au genre.

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Simon Pearce:C’est probablement Whiplash, cela peut sembler évident mais je n’ai pas du tout été attiré par le trailer et ne savais pas grand chose sur le film avant de le voir. Je ne pense pas avoir été autant émotionnellement engagé et investi dans un film auparavant. Un film fantastique.

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel dans votre pays?

 

Simon Pearce: Je pense que ce qui est génial pour l’instant, c’est que beaucoup de réalisateurs s’y frottent. Les outils pour réaliser un film  sont devenus accessibles  et l’horreur a toujours été un genre rentable. Le résultat est qu’il y a une ouverture pour des nouveaux talents et des idées fraîches à explorer qui trouveront leur public. Mais dans le même temps, comme  beaucoup de gens s’y mettent, il y a beaucoup de réalisations stéréotypées et il y a un risque de revoir les mêmes choses encore et encore. Il y a toujours eu de l’engouement pour le genre et qu’il a ses avantages et inconvénients.

Judas Ghost comporte beaucoup d’éléments horrifiques familiers mais j’aime à penser qu’il est tout de même singulier et qu’il apporte quelque chose de nouveau au genre, mais il est certainement unique en terme de ton, une des caractéristiques des livres de Simon R. Green(le scénariste du film ndr.). La réussite ou non du film dépendra de son accueil par le public.  






Fantasticmovies : Pouvez-vous définir votre film en cinq mots?

 

Simon Pearce:Une question difficile. Claustrophobique,  à suspense, atmosphérique, sanglant et amusant.( Claustrophobic, suspenseful, atmospheric, bloody and fun!)



Fantasticmovies : Judas Ghost est visuellement très beau et le travail du son, impressionnant. Etait-ce beaucoup de travail en post-production?

 

Simon Pearce:Merci, l'équipe de post-production a fait un travail incroyable, surtout quand on considère qu'au stade du premier montage, le seul son que nous avions, était celui des dialogues. Nous avons tourné en studio, donc tous les effets sonores que vous entendez dans le film:des beeps des ordinateurs aux pas des personnages en passant par les chuchotements démoniaques dans l'obscurité, tout a été rajouté après. Ca a été compliqué car nous avions peu de temps et beaucoup à faire et il fallait faire la balance de tous ces sons, on ne peut pas tout balancer comme ça.  Beaucoup de films d’horreur fonctionnent grâce à ce qui est suggéré plutot qu’avec ce qui est montré.

L’aspect visuel de film, je le dois à notre extraordinairement talentueux directeur photo, Roger Pearce, qui a travaillé comme cameraman sur des films comme "Casino Royale", "Goldeneye"et "World War Z". Son oeil professionnel nous a permis de retirer le meilleur de ce huis clos.

 

Fantasticmovies : Judas Ghost est un mélange d’”ancien” et de “nouveau”. Quelles ont été vos influences en tans que réalisateur sur ce film?

 

Simon Pearce:Ce qu’a le mieux transcrit Simon R. Green dans sa série des “Ghost Finders”, desquels est basé le film, c’est l’incorporation d’éléments “old school” dans le monde moderne. C’est d’ailleurs un grand fan des histoires d’ M.R. James, et des vieux films comme The Haunting de Robert Wise. On a l’habitude de se voir dérouler les histoires de fantômes dans des églises, des hopitaux abandonnés ou encore dans des manoirs lugubres. Dans ses livres, par contre, elles se déroulent dans des immeubles à bureaux, des supermarchers, des parkings, des stations de train,... Mes influences pour le film sont Le Prince Des Ténèbres de John Carpenter mais aussi 12 Hommes en colère de Sidney Lumet. Nous avons choisi de tourner de manière traditionnelle car les origines du film sont encrées dans une mythologie traditionnelle. Par contre nous voulions lui apporter un style plus moderne.  

 

Fantasticmovies : Parlez-nous de l’excellent casting du film.

 

Simon Pearce: Le casting a fait un travail remarquable. La singularité du projet, c’est qu’il est présent à l’écran durant tout le film. Les acteurs ont dû rester dans leurs rôles et maintenir un niveau émotionnel élevé et ce en temps réel.  Comme l’on se trouve dans un huis clos, les personnages,la manière dont ils ont été investis et leurs interactions sont la clef de voûte qui permet aux spectateurs d’être transportés par le film. Si on se fiche des personnages, comme il n’y a pas grand chose à voir d’autre qu’eux, on est mal barré. Il fallait que le jeu des acteurs soit plausible malgré que les personnages soient presque irréels. Ils ont dû faire ressortir leur coté humain, ce qui nous amène à nous soucier d’eux car le monde dans lequel ils vivent est totalement irréel.

Nous avons eu une semaine de répétitions avant le tournage. La chimie a pris entre les membres du casting, ce qui , je pense leur a permis de transmettre quelques nuances subtiles et des aspects de leur relation en tant qu’ équipe qui ne sont pas nécessairement mis en évidence par le dialogue.

Fantasticmovies : De quel budget disposiez-vous?

 

Simon Pearce:Le film a été financé grâce aux fonds provenant de la vente des livres de Green. Nous avons eu la chance que notre financement provienne d'une source unique - mais ce fut un petit budget pour un film de cette envergure. La construction du plateau de tournage et certains VFX étaient tous très ambitieux, donc aussi grande étaient nos ambitions, nous avons dû arrondir certains angles faire appel à la bonne volonté d'un casting qui a effectué un travail incroyable et d’une équipe de Bristol, Royaume-Uni. Le film a été tourné en 18 jours, c’est-à-dire en  3 semaines de six jours, ce fut très serré, mais heureusement, en raison du huis clos, nous avons pu y arriver. Étant à l'intérieur tout le temps dans un espace contrôlé signifiait que nous n'avons pas eu à nous soucier des désagréments habituels qui plombent un tournage de film comme par exemple, un défaut de lumière ou du mauvais temps!

Fantasticmovies : Une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

Simon Pearce:Le film a été tourné dans l’ordre chronologique. C’est une décision que nous avions prise car il se déroule en temps réel. Il était donc plus facile pour l’équipe et les acteurs de savoir où ils en étaient dans l’histoire. Nous avons également ajouté quelques scènes qui n’étaient pas dans le script mais qui s'insèreraient dans le montage. Il y a deux séquences de flash-backs que vous voyez à l’écran, qui sont connectées au personnage de Mark joué par Simon Merrells. Elles n’étaient pas écrites. Je pourrais vous les décrire comme une séquence de rêve impliquant Jerry et Anna qui n’a jamais été officiellement prévue. En fait, l'une de ces séquences impliquait Mark  pourchassé à travers les bois. Nous l’avons tournée près de notre studio le premier jour de tournage pendant que l’équipe terminais d’installer le plateau. Simon a trébuché et s’est pris une branche dans la figure. Résultat: une belle cicatrice. Nous avons réfléchi à comment la couvrir, puis finalement l’avons inclue dans l’histoire. Nous avons dû donc, maquiller une cicatrice sur le visage de Simon durant tous les jours de tournage. Heureusement que l’incident est arrivé le premier jour (rire).

Fantasticmovies : Quelle est votre recette du faux sang?

 

Simon Pearce:Le sang provient d’une société anglaise qui s’appelle Pigs Might Fly. C’est une mixture ultra réaliste qui est utilisée par beaucoup de maquilleurs sur des films et des séries. Comme vous pouvez vous l’imaginer, nous avons dû en commander des litres. Je crois d’ailleurs qu’il m’en reste quelque part.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?



Simon Pearce:Je viens de finir un court métrage qui s’appelle “Watch Over Me”. Je suis en train de l’envoyer aux festivals; On peut dire qu’il s’agit d’une démo de mon futur film, un thriller d’action dans la veine des “Jason Bourne”. Le cinéma d’action m’a toujours plu. C’est aussi une chance pour moi de me faire connaître en tant que réalisateur de films d’action. Vous pouvez voir le trailer ici: https://www.youtube.com/watch?v=ktA-pXD24_c

Sinon, j’ai d’autres projets en développement, notamment un autre film d’horreur. Comme je vous l’ai dit au début de l’interview, je ne suis pas au départ un réalisateur de films de genres. Mais j’ai commencé à en prendre goût. J’adore l’idée de faire monter l’adrénaline des spectateurs.









10/06/2015

THE HOUSE AT THE END OF TIME(LA CASA DEL FIN DE LOS TIEMPOS) (BIFFF 2015): CRITIQUE

THE HOUSE AT THE END OF TIME(LA CASA DEL FIN DE LOS TIEMPOS) (BIFFF 2015)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

Synopsis :Dulce habite une demeure dans laquelle d’étranges phénomènes apparaissent. Un affreux concours de circonstances va la mener en prison. Trente ans plus tard, transformée par les années,elle retourne dans la maison afin d’élucider son mystère. 

 

Réalisateur:Alejandro Hidalgo

 

Scénariste:Alejandro Hidalgo

 

Acteurs principaux:Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero

 

Pays : Venezuela

 

Année :2013

 

Durée: 101 min.

 

Production:Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

Critique : 

 

Le Venezuela, contrée totalement inconnue du bataillon du genre montre le bout de son nez sur la scène internationale . Le classicisme trompeur de The House At The End Of Time, renferme en lui, un enchevêtrement de scène astucieusement scénarisées. Brillant exercice de style, dans lequel tout se tient, le film d'Alejandro Hidalgo s'amuse à brouiller les pistes et surprend. Alors que l'on pense avoir à faire à un film lambda de maison hantée, The House At The End Of Time bascule du fantastique à l'horreur en passant par de la SF.

Bien écrit, le métrage d’Alejandro Hidalgo étonne dans le bon sens du terme. Sa mise en scène épurée intègre parfaitement un classicisme occidental à un environnement cent pour cent vénézuélien .  Un mix des genres tout en finesse qui a l’avantage d’élargir son audience à un plus large public . 

Cette histoire d’une vieille dame, de retour chez elle après un long passage par la case prison, qui essaye de recoller les morceaux d’un passé familial brisé est à la fois surprenante, attendrissante et effrayante.

Hidalgo manie habilement les codes cinématographiques et sa mise en scène ambitieuse mais discrète laisse le champ libre au jeu juste de ses acteurs. 

Le scénario en béton armé finira par convaincre les plus pointilleux des cinéphiles qui pensaient avoir à faire à une resucée de The Others

Les rebondissements de l’intrigue sont jouissifs et bougrement bien menés.

 

Bref, The House At The End Of Time est une belle surprise vénézuélienne au scénario rotor et à la mise en scène stylisée qui prend habilement à contre pied les attentes du spectateur.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

 

 

 

Sites Internet :

 

Facebook

IMDB

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller