04/10/2013

FOUND:CRITIQUE ET INTERVIEW DU RéALISATEUR SCOTT SCHIRMER

 

FOUND

Ciné,Chameleon Arts Entertainment, Copper Coil Productions, Xander Knight Entertainment, Clockwerk Pictures,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Scott Schirmer, Leya Taylor, Todd Rigney, Scott Schirmer,Gavin Brown,Ethan Philbeck,Louie Lawless,Alex Kogin,Andy Alphonse,Shane Beasley,Angela Denton,Kitsie Duncan,Kate Braun,Edward Jackson,Adrian Cox-Thurmond,Brigid Macaulay,Christopher Hunt, Etats-Unis, 2012,found,horror,horreur,serial killer,brother brother relationship, relations entre frères, gas mask, masque à gaz, family relationships, relations familiales,bullying,intimidation,sexy

 

Résumé :Marty est un élève modèle de 5e année.Il a de bonnes notes, il écoute ses professeurs et ne perturbe pas la classe. Mais la vie de Marty va petit à petit basculer dans l’obscurité. Il est le souffre douleur des autres élèves, ses parents ne semblent pas le comprendre et en plus, il découvre que son frère est un serial killer.  

 

Réalisateur: Scott Schirmer

 

Scénariste: Scott Schirmer

 

Acteurs :Gavin Brown,Ethan Philbeck,Louie Lawless,Alex Kogin,Andy Alphonse,Shane Beasley,Angela Denton,Kitsie Duncan,Kate Braun,Edward Jackson,Adrian Cox-Thurmond,Brigid Macaulay,Christopher Hunt


Pays :Etats-Unis

 

Année : 2012

 

Durée: 103 min

 

Production: Chameleon Arts Entertainment, Copper Coil Productions, Xander Knight Entertainment, Clockwerk Pictures


Ciné,Chameleon Arts Entertainment, Copper Coil Productions, Xander Knight Entertainment, Clockwerk Pictures,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Scott Schirmer, Leya Taylor, Todd Rigney, Scott Schirmer,Gavin Brown,Ethan Philbeck,Louie Lawless,Alex Kogin,Andy Alphonse,Shane Beasley,Angela Denton,Kitsie Duncan,Kate Braun,Edward Jackson,Adrian Cox-Thurmond,Brigid Macaulay,Christopher Hunt, Etats-Unis, 2012,found,horror,horreur,serial killer,brother brother relationship, relations entre frères, gas mask, masque à gaz, family relationships, relations familiales,bullying,intimidation,sexy


 

Critique :

 

 

Une fois n’est pas coutume sur ce blog : vous démontrer que l’avenir du cinéma de genre se trouve dans le circuit indépendant et pas du tout dans un cinéma mainstream phagocyté par l'appas du gain facile, est en fin de compte chose facile tant la manne d’oeuvres cinématographiques (certes parfois décalées) à petits budgets de qualité est grande. Crise oblige (c’est la bonne excuse), les majors n’investissent plus dans des productions qui à leurs yeux ne vont rien rapporter. Le business a pris la place de l’artistique. Mais c’est sans compter sur une pléthore de réalisateurs chevronnés et passionnés qui n’ont pas dit leur dernier mot. Scott Schirmer fait partie de ses nouveaux visionnaires qui proposent leur cinéma coûte que coûte. Son film Found est incroyablement bluffant. Réalisé pour 8000 dollars (si on en croit imdb) le métrage en parait beaucoup plus. Photo splendide,son,musique et effets spéciaux sont tout simplement somptueux.  Mais hormis une technicité irréprochable, c’est le ton et l’angle d’approche que prend le film qui interpelle. 

Marty, un gamin pré-ado, souffre-douleur de sa classe, fan de films d’horreur, délaissé par ses parents, découvre que son frère est un sérial killer qui copie le boogeyman du film « Headless. » Ses sentiments pour son frère vacillent entre fascination et peur.

Found brosse donc avec maestria le portrait d’un personnage singulier et froid, détaché presque de ce qu’il vit.  Parfait dans son rôle, le jeune Gavin Brown fait naitre chez le spectateur à la fois compassion et effroi.

Le reste de la distribution est quant à lui excellent et convaincant.

La scène finale est bouleversante et jusqu’au boutiste.

Bref, Found est un petit « grand» film bouleversant et décapant. A voir.


Ciné,Chameleon Arts Entertainment, Copper Coil Productions, Xander Knight Entertainment, Clockwerk Pictures,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Scott Schirmer, Leya Taylor, Todd Rigney, Scott Schirmer,Gavin Brown,Ethan Philbeck,Louie Lawless,Alex Kogin,Andy Alphonse,Shane Beasley,Angela Denton,Kitsie Duncan,Kate Braun,Edward Jackson,Adrian Cox-Thurmond,Brigid Macaulay,Christopher Hunt, Etats-Unis, 2012,found,horror,horreur,serial killer,brother brother relationship, relations entre frères, gas mask, masque à gaz, family relationships, relations familiales,bullying,intimidation,sexy


 


Note : 17/20

 

 

Bande-annonce :


 

 

Sites Internet :


Site officiel

Page facebook




 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste:Scott Schirmer

Ciné,Chameleon Arts Entertainment, Copper Coil Productions, Xander Knight Entertainment, Clockwerk Pictures,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Scott Schirmer, Leya Taylor, Todd Rigney, Scott Schirmer,Gavin Brown,Ethan Philbeck,Louie Lawless,Alex Kogin,Andy Alphonse,Shane Beasley,Angela Denton,Kitsie Duncan,Kate Braun,Edward Jackson,Adrian Cox-Thurmond,Brigid Macaulay,Christopher Hunt, Etats-Unis, 2012,found,horror,horreur,serial killer,brother brother relationship, relations entre frères, gas mask, masque à gaz, family relationships, relations familiales,bullying,intimidation,sexy



Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Scott Schirmer :Je suis un réalisateur indépendant de Bloomington en Indiana. Je monte des publicités le jour, mais durant mon temps libre, je regarde, critique et fait des films. Je suis diplômé de l’université d’Indiana et ai passé quelque temps à Los Angeles. Finalement j’ai décidé que je pouvais faire des films en Indiana plus facilement qu’à L.A.

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

S.S.: District 9 m’a bluffé. J’ai été trompé sur la marchandise en pensant que c’était simplement un film centré sur les personnages un brin indie. Il a outrepassé mes attentes. Le dernier acte est du « sur Michael Bay » et j’aime ça. J’ai aussi tendance à aimer les films dans lesquels les protagonistes  subissent une transformation et dans celui-ci la transformation est physique et horrible.  Charlto Copley est excellent dans son rôle.  La scène où on le force à tuer les aliens continue de me hanter.

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Found en 5 mots ?

 

S.S: Une histoire horrifique intemporelle(Coming-of-age horror story). Elle parle de la perte de l’innocence, de la désintégration familiale, de l’amour fraternel qui s’effiloche et de l'épouvantable révélation de désirs pervers. Vous suivez ? (Rire)


Fantasticmovies : Found est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production ?

 

 

S.S.: Le son a été un gros problème tout au long de la production car nous n’avions pas de préposé à l’enregistrement des dialogues, et parfois même, certains jours, personne pour porter le micro. Nous avons donc dû anticiper en organisant beaucoup de « looping» (du réenregistrement de dialogues). Mais la voix de notre acteur principal a changé entre la fin du tournage et le montage du film. Nous ne pouvions plus faire de « looping. » Il n’y a que 4 ou 5 lignes de dialogue réenregistrées, le reste c’est du mixage de son.  

Tout bien considéré, ça s’est beaucoup mieux passé que ça aurait pu. Le truc était de faire sortir une qualité sonore en éliminant tous les bruits parasites qui gâchent beaucoup de films indépendants.

 

Par rapport à la photographie, ma directrice photo Leya Taylor et moi-même utilisions la lumière disponible autant que possible, en essayant de contrôler l’image via la caméra. Nous avons corrigé des petits défauts de couleurs en post-production. La plupart des plans apparaissent à l’écran comme ils ont été tournés. Si j’avais eu plus de temps, j’aurais fignolé les couleurs. Je suis de toutes façons content du résultat.  

 

Fantasticmovies : Pouvez-vous expliquer pourquoi votre personnage principal semble si détaché de ce qui lui arrive ?

 

S.S.:Bien, il faudrait demander à Todd Rigney qui a écrit les personnages. Je pense que Marty est trop dans les films d’horreur et les comics et que ses parents ne s’investissent pas beaucoup, du coup ce qui lui arrive ne le perturbe pas autant que ça le devrait. J’adore le rôle d’équilibriste que représente son personnage. Il est à la fois terrifié et fasciné par son frère, idem pour les films qu’il regarde. Parfois la peur et la fascination ne sont pas si éloignées que l’on pourrait le croire.

 

Fantasticmovies : Avez-vous une anecdote à propos du tournage? 

 

S.S.: Quelques souvenirs me reviennent. Quand nous filmions le film dans le film: Headless, nous étions dans le tunnel souterrain d’un moulin abandonné pour tourner la scène dans laquelle le tueur avait des rapports sexuels avec différentes têtes. Il devait crier et pleurer très fort. Quand nous avons fini,nous avons appris qu’une femme et sa fille se promenaient dans le moulin pour faire des photos et ont été effrayées par ce qu’elles ont entendu.

Une autre anecdote s’est passée un soir de tournage quand Steve, le grand frère, se retrouve nu recouvert de sang à la fin du film. Etahn Philbeck a été très pro. Il portait de fausses parties génitales créées par notre superviseur des effets spéciaux. A cause du sang elles ont glissé. A la moitié du tournage de cette scène, la moitié de la ville a subi une panne de courant. Nous nous sommes retrouvés dans le noir avec un homme nu recouvert de sang. Quand vous faites des films d’horreur, vous ne savez jamais ce que vous allez vous retrouver à faire.

 

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

S.S.: Je travaille sur différents projets dont une comédie horrifique, ce qui me change de l’univers de Found. Je prépare aussi , ce que je pourrais appeler: « un projet primitif d’avant garde sans dialogues». Ce sera féroce et émouvant.  Je travaille aussi sur le scénario d’un film fantastique d’action/aventure à plus gros budget. Mais je suis à même de faire ces deux projets avec peu d’argent comme je l’ai fait pour Found

 

Fantasticmovies:Un mot pour la fin?


S.S.:Faire la tournée des festivals avec Found et avoir autant de retours positifs est la meilleure expérience de ma vie. Ca m’a donné la confiance nécessaire pour continuer, prendre des risques et faire plus de films.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/11/2012

TOTAL RECALL:MEMOIRES PROGRAMMEES

TOTAL RECALL:MEMOIRES PROGRAMMEES

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur, dvd, Len Wiseman, Kurt Wimmer , Mark Bomback, Etats-Unis, Patrick Tatopoulos,Total recall memoires programmees,total recall,action sci-fi, False Memory,faux souvenirs,lens flare,lumière parasite,killer robot,robot tueur,three breasted woman,gas mask,masque à gaz,sexy

Résumé :

Modeste ouvrier, Douglas Quaid rêve de s’évader de sa vie frustrante. L’implantation de souvenirs que propose la société Rekall lui paraît l’échappatoire idéale. S’offrir des souvenirs d’agent secret serait parfait… Mais lorsque la procédure d’implantation tourne mal, Quaid se retrouve traqué par la police. Il ne peut plus faire confiance à personne, sauf peut-être à une inconnue qui travaille pour une mystérieuse résistance clandestine. Très vite, la frontière entre l’imagination et la réalité se brouille. Qui est réellement Quaid, et quel est son destin ?

 

 

Réalisateur: Len Wiseman 

 

Scénaristes:Kurt Wimmer , Mark Bomback 

 

Acteurs :Colin Farrell,Kate Beckinsale, Jessica Biel Bryan Cranston,Bokeem Woodbine,...

 

 

Pays : Etats-Unis

 

 

Année : 2012

 

 

Durée:113 min.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur, dvd, Len Wiseman, Kurt Wimmer , Mark Bomback, Etats-Unis, Patrick Tatopoulos,Total recall memoires programmees,total recall,action sci-fi, False Memory,faux souvenirs,lens flare,lumière parasite,killer robot,robot tueur,three breasted woman,gas mask,masque à gaz,sexy

 

 

Critique :

Dans la lignée des remakes  et reboots  dont Hollywood est friand ces derniers temps, Total Recall ne déroge pas au fait qu’il fait moins bien que l’original.

Ne lançons pas le débat quant à la légitimité de tous ces films qui pompent allègrement dans la masse  certes tarissable mais foisonnante de films anciens.

L’opération souvent mercantile se solde souvent par un échec artistique mais rarement commercial. On n’est donc pas prêt de voir le phénomène s’arrêter.

Le film de Len Wiseman (Underworld) a beau se targuer de ne pas remaker  celui de Verhoeven, s’attaquer à un tel morceau culte de SF musclée  et débridée pousse inexorablement à la comparaison avec le matériau d’origine.

Pour être concis, disons que tout ce qui faisait l’âpreté, la violence et l’ambiguïté de l’original a ici disparu.

Total Recall n’est par ailleurs pas d’un mauvais film, loin de là.  La production design  extrêmement travaillée  rend plausible le nouveau postulat de base : un monde post apocalyptique traversé de part en part par un tunnel reliant la Fédération Unie de Grande-Bretagne et la Colonie.

Colin Farrel  incarne Douglas Quaid  un ouvrier de la colonie qui voulant échapper à son quotidien décide de franchir la porte de la société Rekall spécialisée dans l’implant de souvenirs. Lors de la séance tout part cacahouètes. Quaid se voit pourchassé par les soldats du gouvernement.

Les deux rôles féminins principaux tenus respectivement par Kate Beckinsale et Jessica Biel ont une telle puissance qu’ils effacent celui de Colin Farell  jouant le déprimé qui ne comprend pas ce qui lui arrive à l’écran.  On est loin des potiches « faire valoir» du héros maousse  qui transpire la testostérone.

 Les décors splendides de Patrick Tatopoulos en jettent, nous faisant oublier le côté « tout coule de source» du métrage. En effet, le gros point faible de Total Recall est  son script qui balaye tout suspense.

Reste donc à se mettre sous la dent des scènes d’action soignées et des combats bien chorégraphiés et filmés.

Bref, si l’on fait l’impasse sur le chef-d’oeuvre de Verhoeven, Total Recall est un bon divertissement qui aurait mérité un plus grand travail scénaristique.

 

 

 

 

 

Note: 14/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Editeur: Sony Pictures Home Entertainment

 

DVD (zone 2):Image:2.40:1/ Langues: Français,Anglais Sous-titres: Français,Anglais,Néerlandais/ Bonus:Courts-métrages - Science Fiction vs Science Réelle - La Conception de La Chute - Bêtisier