23/07/2009

Drag Me To Hell (Jusqu'en Enfer)

Drag Me To Hell (Jusqu’en Enfer)


dragmetohell 1

 

Résumé :

Christine Brown, spécialiste en crédit immobilier, vit à Los Angeles avec son petit ami, le Professeur Clay Dalton. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où la mystérieuse Mme Ganush débarque à la banque et la supplie de lui accorder un crédit supplémentaire pour sa maison. Christine hésite entre la compassion et la pression de son patron, Mr Hicks, qui la voudrait plus ferme avant de lui octroyer une promotion. Fatalement, Christine choisit sa carrière, même si sa décision met Mme Ganush à la rue. Pour se venger, la vieille femme jette la malédiction du Lamia sur Christine, transformant sa vie en un véritable cauchemar. Hantée par un esprit malfaisant, incomprise de son petit ami, elle se fait aider du medium Rham Jas, qui l'entraine dans une course frénétique contre la damnation éternelle, pour inverser le sortilège...

 

 

Réalisateur : Sam Raimi.

 

Scénariste : Sam Raimi, Yvan Raimi

Acteurs :

Alison Lohman : Christine Brown / Justin Long : Clay Dalton / Lorna Raver : Silvia Ganush / Dileep Rao : Rham Jas,…

Pays : Etats Unis

 

Année : 2009

dragmetohell 3

Critique :

Après un Spiderman 3 décevant, Sam Raimi revient en force avec son film Drag Me To Hell. Jouissif et rythmé, le métrage est destiné aux fans de la première heure du cinéaste qui ont pris leur pied à la vison des cultes Evil Dead 1 et  2.


dragmetohell 2

Christine Brown (Alison Lohman), employée dans une agence de prêts, refuse d’accorder à Sylvia Ganush (Lorna Raver) un crédit supplémentaire lui permettant de financer  ses dettes. La vielle dame se sentant humiliée, lui jettera un sort par vengeance. Christine pour qui tout allait bien, commence alors une descente aux enfers des plus décoiffante.   

Le pitch assez basique, permet à Raimi de laisser libre cours à ses délires cinématographiques.

Le réalisateur d’Evil Dead revient donc à ses premières amours : le cinéma d’horreur décalé et énergique qui tache.

Passé un superbe générique, le film démarre en trombe et gardera le spectateur sous tension  durant toute sa durée. 

Raimi n’a donc en rien perdu de sa hargne. Plans alambiqués, montage ultra cut, effets gores burlesques et sonores assourdissants, le métrage laissera le spectateur lessivé à l’instar d’un tour dans une  attraction forte. On sursaute, on rigole et on s’émeut (un tout petit peu).

Servi par des acteurs habités, Drag Me To Hell  est une excellente série B dont certaines scènes déjà cultes raviront un public fan de genre.

Néanmoins, l’usage d’SFX (effets spéciaux générés par ordinateur ndr) un peu trop présents, rend l’impact de certaines scènes du métrage moins impressionnant.

 

En attendant The Evil Dead, le remake du métrage éponyme, Drag Me To Hell est une excellente mise en bouche.

 

Bref, film à déconseiller aux cardiaques et à tous ceux qui pensent que le 7e art se résume à des films d’auteurs ennuyants.

Killg

 dragmetohell 4

Cote : 18/20

 dragme to hell 6

Bande Annonce :

 Site officiel

http://www.jusquenenfer.fr/

23/07/2008

Severance


Severance


severance 1

 

Résumé 

 

Les employés d’une société de vente d’armes se rendent à un week-end sportif en Europe de l’Est organisé par leur entreprise.

Sur place, ils seront les proies de soldats locaux. Ils devront alors tout faire pour survivre.

 

Acteurs principaux 

 

Laura Harris: Maggie/ Danny Dyer: Steve/ Judith Victor: Nadia…

severance 2
 

Critique

 

Le réalisateur de Severance, Christopher Smith, est un des maillons du renouveau du cinéma britannique (voir critique sur The Cottage). En seulement deux films (l’excellent Creep et le film dont on parle ici), Smith a pu démontrer ses talents de cinéaste.

Mêlant, comme le veut la tradition anglaise, humour et horreur, Severance est un survival atypique. Tout d’abord par le choix des personnages principaux : des trentenaires employés de bureau. Ensuite par le choix des assaillants : des soldats chtarbés.

 severance 3

Severance mêle avec bonheur un second degré « so british » à une violence parfois bien gore (décapitation, jambes sectionnées etc.). Smith manie habilement son métrage et emmène le spectateur dans ses délires.

Les interactions entre les personnages sont souvent truculentes et les effets de suspense, bien rendus. On sursaute et on rigole.

 

Seuls petits défauts du film : des longueurs et des personnages parfois un peu trop caricaturaux.

 

Bref, un film à voir pour passer du bon moment.

 

Killg

 severance 4

Cote : 14/20

 

Bande annonce :