21/02/2010

BIENVENUE A ZOMBIELAND

BIENVENUE A ZOMBIELAND

zombieland 5

 

Résumé :

Dans un monde infesté de zombies, deux hommes tentent de survivre. Columbus, le plus jeune, est terrorisé à l'idée d'être dévoré. C'est une poule mouillée, mais sa prudence pourrait bien lui sauver la vie... Tallahassee, lui, est un chasseur de zombies qui ne craint plus rien ni personne. Armé d'un fusil d'assaut, il se donne corps et âme à la seule mission qui compte pour lui : trouver les derniers exemplaires de ses biscuits préférés, des Twinkies, encore disponibles sur Terre.

Dans leur périple, les deux survivants sont rejoints par Wichita et Little Rock, deux jeunes filles. Tous ont désormais deux défis impossibles à relever : affronter les zombies et apprendre à s'entendre...

 zombieland

Réalisateur: Ruben Fleischer

 

Scénariste:  Rhett Reese ,Paul Wernick.

Acteurs :

Woody Harrelson : Tallahassee/ Jesse Eisenberg : Columbus/Emma Stone : Wichita/    Abigail Breslin : Little Rock,…

 

Pays : Etats-Unis

 

Année : 2009

 zombieland 3

Critique :

Comédie zombiesque bien fichue, Bienvenue à Zombieland est une excellente série B.

Columbus (Jesse Eisenberg), ados, geek et agoraphobe, s’allie à Tallahassee (Woody Harrelson) pour traverser les Etats-Unis décimés par un virus transformant ses habitants en zombies (« Zombieland »). Ils croiseront sur leur chemin deux sœurs arnaqueuses, Wichita (Emma Stone) et Little Rock (Abigail Breslin). Le petit groupe devra s’unir pour fuir les hordes de zombies à leurs trousses.

Parfois un brin caricaturaux,  les personnages, très bien interprétés par des acteurs motivés, sont attachants.

zombieland 4

Raconté par Columbus, Bienvenue à Zombieland s’ouvre sur des images de Washington dévasté, tournées à la première personne. Référence au Diary Of The Dead de George A. Romero.

Quelques plans suffisent donc au spectateur pour comprendre l’ampleur de l’invasion de zombie, le réaliqateur, Ruben Fleycher, nous démontre en ses quelques plans, sa maîtrise des codes cinématographiques.  Nanti d’un budget assez élevé pour ce genre de métrage (23 millions de dollars tout de même), Bienvenue à Zombieland est pourvu d’une réalisation  laichée servie par une belle photo et un montage rythmé sans être abrutissant.

Le look des zombies n’est pas sans rappeler celui de ceux de 28 Jours Plus Tard de Danny Boyle et les effets gores sont bien rendus.

Bienvenue à Zombieland n’est pas pour autant dénué de menus défauts : blagues potaches, rythme pas toujours soutenu.

 

Mêlant comédie, action, gore et moments plus intimistes Bienvenue à Zombieland est un très bon divertissement n’atteignant cependant pas l’excellence d’un Shawn Of The Dead.

 zombieland 2

Cote : 16/20

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

23/07/2009

Drag Me To Hell (Jusqu'en Enfer)

Drag Me To Hell (Jusqu’en Enfer)


dragmetohell 1

 

Résumé :

Christine Brown, spécialiste en crédit immobilier, vit à Los Angeles avec son petit ami, le Professeur Clay Dalton. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où la mystérieuse Mme Ganush débarque à la banque et la supplie de lui accorder un crédit supplémentaire pour sa maison. Christine hésite entre la compassion et la pression de son patron, Mr Hicks, qui la voudrait plus ferme avant de lui octroyer une promotion. Fatalement, Christine choisit sa carrière, même si sa décision met Mme Ganush à la rue. Pour se venger, la vieille femme jette la malédiction du Lamia sur Christine, transformant sa vie en un véritable cauchemar. Hantée par un esprit malfaisant, incomprise de son petit ami, elle se fait aider du medium Rham Jas, qui l'entraine dans une course frénétique contre la damnation éternelle, pour inverser le sortilège...

 

 

Réalisateur : Sam Raimi.

 

Scénariste : Sam Raimi, Yvan Raimi

Acteurs :

Alison Lohman : Christine Brown / Justin Long : Clay Dalton / Lorna Raver : Silvia Ganush / Dileep Rao : Rham Jas,…

Pays : Etats Unis

 

Année : 2009

dragmetohell 3

Critique :

Après un Spiderman 3 décevant, Sam Raimi revient en force avec son film Drag Me To Hell. Jouissif et rythmé, le métrage est destiné aux fans de la première heure du cinéaste qui ont pris leur pied à la vison des cultes Evil Dead 1 et  2.


dragmetohell 2

Christine Brown (Alison Lohman), employée dans une agence de prêts, refuse d’accorder à Sylvia Ganush (Lorna Raver) un crédit supplémentaire lui permettant de financer  ses dettes. La vielle dame se sentant humiliée, lui jettera un sort par vengeance. Christine pour qui tout allait bien, commence alors une descente aux enfers des plus décoiffante.   

Le pitch assez basique, permet à Raimi de laisser libre cours à ses délires cinématographiques.

Le réalisateur d’Evil Dead revient donc à ses premières amours : le cinéma d’horreur décalé et énergique qui tache.

Passé un superbe générique, le film démarre en trombe et gardera le spectateur sous tension  durant toute sa durée. 

Raimi n’a donc en rien perdu de sa hargne. Plans alambiqués, montage ultra cut, effets gores burlesques et sonores assourdissants, le métrage laissera le spectateur lessivé à l’instar d’un tour dans une  attraction forte. On sursaute, on rigole et on s’émeut (un tout petit peu).

Servi par des acteurs habités, Drag Me To Hell  est une excellente série B dont certaines scènes déjà cultes raviront un public fan de genre.

Néanmoins, l’usage d’SFX (effets spéciaux générés par ordinateur ndr) un peu trop présents, rend l’impact de certaines scènes du métrage moins impressionnant.

 

En attendant The Evil Dead, le remake du métrage éponyme, Drag Me To Hell est une excellente mise en bouche.

 

Bref, film à déconseiller aux cardiaques et à tous ceux qui pensent que le 7e art se résume à des films d’auteurs ennuyants.

Killg

 dragmetohell 4

Cote : 18/20

 dragme to hell 6

Bande Annonce :

 Site officiel

http://www.jusquenenfer.fr/

05/10/2008

Mother Of Tears le dernier Argento

Mother Of Tears


mother of tears 3

 

Résumé

 

Sarah, jeune américaine étudiant l’art à Rome ouvre une urne maléfique libérant la pire sorcière de tous les temps. La ville est à feu et à sang. Sarah devra utiliser ses pouvoirs pour contrecarrer  les plans de la sorcière.

mother of tears 1
 

Acteurs

 

Asia Argento : Sarah/  Valeria Cavalli : Marta/ Jun Ichikawa: Katerina/  Udo Kier : Padre Johannes.

mother of tears 2
 

Critique

 

Conspué par la critique et mis directement à l’index, le dernier film de Dario Argento ne donne , à priori, pas trop envie d’être visionné.

Loin d’être un chef d’œuvre, Mother Of Tears est une bonne série B matinée de scènes gores bien crapecs.

 mother of tears 4

Mother Of Tears est le troisième opus d’une trilogie intitulée « la trilogie des Mères » initiée par le cultissime Supiria suivit par le non moins célèbre Inferno. Que du lourd donc. La tâche fut par conséquent ardue pour Argento d’accoucher d’une suite à ces deux monstres sacrés, le réalisateur italien étant attendu au tournant par ses fans.

 

Bon, disons le clairement, ce Mother Of Tears, souffrant d’une histoire ridicule accompagnée d’incohérences scénaristiques, n’égale pas ses aînés. C’est bien là le problème du métrage. Etant le troisième film d’une trilogie, il est automatiquement comparé aux deux autres. Mother Of Tears ne doit pas être visionné dans cette optique au risque d’être vilipendé à tort. Car le métrage d’Argento, certes pas excellent, regorge de bonnes intentions et d’une photo magnifique. Le réalisateur transalpin renoue avec l’imagerie baroque de ses débuts. Rien que pour cela le film vaut le coup d’œil.

mother of tears 6

Les scènes gores, d’une violence graphique extrême, sont superbement mises en scène et du côté des acteurs on retrouve la sulfureuse Asia Argento ainsi que l’habitué des séries B, Udo Kier. Que demander de plus ?

mother of tears 5
 

Argento remplit le cahier des charges sans pour autant nous pondre un chef d’œuvre.

 

Bref Mother Of Tears est un film à voir sans aprioris.

 Killg

Cote : 10/20

 

Bande Annonce