25/01/2016

JUDAS GHOST: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

 

JUDAS GHOST

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce




Synopsis :  Une équipe expérimentée de chasseurs de fantômes est envoyée dans un lieu hanté. Les choses vont vite dégénérer. Ils ne s’attendaient pas à faire fasse à une entité beaucoup plus dangereuse qu’elle n’y parait.

 

Réalisateur: Simon Pearce

 

Scénariste: Simon R. Green



Acteurs: Martin Delaney,Lucy Cudden,Simon Merrells,Alexander Perkins,Grahame Fox,Bernie Hodges,Garry Summers

 

Pays : Angleterre

 

Année :2013

 

Durée: 75 min.

 

Production: Falling Shadows Productions

 

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce



Critique :

Aborder, pour un premier film de genre, la thématique du lieu hanté est un choix qui peut s'avérer à double tranchant. On pourrait penser que la prise de risque est minime car le fantôme reste une valeur sûre mais c'est sans compter la manne sans fond de films fantastiques qui ont abordé le sujet comprenant parmi eux des chef d'oeuvres du septième art. La comparaison qualitative est donc inéluctable et les films qui s'insèrent dans la brèche spectrale doivent, tout le moins, être à la hauteur des exigences d'un public souvent blasé.

Judas Ghost ne tire hélas pas son épingle du jeu mais arrive à captiver de par sa virtuosité formelle. Visuellement beau et millimétré le film de Simon Pearce est un réel régal pour les yeux. Le design sonore parfois tonitruant apporte de la vie et la tension nécessaire à ce huis clos mettant en scène un groupe de chasseurs de fantômes accompagné d'un cameraman qui font face à une entité vengeresse et bougrement sadique.

Symbiose entre l’ancien et le nouveau, Judas Ghost marie habilement les techniques modernes aux effets simples mais efficaces. A l’écran ca donne  un face à face mêlant technologie et parapsychologie traditionnelle. Le jeune réalisateur,montre un réel professionnalisme dans sa mise en scène (le film se déroule en temps réel) , aidé dans sa tache par des acteurs convaincants et habités. Même si, de prime à bord, l’histoire parait éculée,il réussit à captiver sans tomber dans le ridicule et pourtant il y avait matière.

Bref, Judas Ghost, film de fantômes qui utilise les ressorts habituels du genre, pallie son manque d'originalité par une réelle maîtrise technique de l'image, du son et du rythme et se singularise par son ton “punchy” et moderne.





Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Facebook

Site officiel

IMDB

 

 

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce

Interview de Simon Pearce (le réalisateur)

 

ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma,résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,productuction,judas ghost,simon pearce,interview,interview du réalisateur,interview de simon pearce,simon r. green,martin delaney,lucy cudden,simon merrells,alexander perkins,grahame fox,bernie hodges,garry summers,angleterre,2013,falling shadows productions,fantasy,horror,film fantastique,horreur,film d’horreur,indépendant,pigs might fly,watch over me,roger pearce

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Simon Pearce:Bonjour, Je m’appelle Simon Pearce et je suis le réalisateur de   Judas Ghos, un nouveau film d’horreur surnaturel produit en Angleterre. C’est mon premier film d’horreur, et en tant que fan, je viens seulement de me frotter au genre.

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Simon Pearce:C’est probablement Whiplash, cela peut sembler évident mais je n’ai pas du tout été attiré par le trailer et ne savais pas grand chose sur le film avant de le voir. Je ne pense pas avoir été autant émotionnellement engagé et investi dans un film auparavant. Un film fantastique.

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel dans votre pays?

 

Simon Pearce: Je pense que ce qui est génial pour l’instant, c’est que beaucoup de réalisateurs s’y frottent. Les outils pour réaliser un film  sont devenus accessibles  et l’horreur a toujours été un genre rentable. Le résultat est qu’il y a une ouverture pour des nouveaux talents et des idées fraîches à explorer qui trouveront leur public. Mais dans le même temps, comme  beaucoup de gens s’y mettent, il y a beaucoup de réalisations stéréotypées et il y a un risque de revoir les mêmes choses encore et encore. Il y a toujours eu de l’engouement pour le genre et qu’il a ses avantages et inconvénients.

Judas Ghost comporte beaucoup d’éléments horrifiques familiers mais j’aime à penser qu’il est tout de même singulier et qu’il apporte quelque chose de nouveau au genre, mais il est certainement unique en terme de ton, une des caractéristiques des livres de Simon R. Green(le scénariste du film ndr.). La réussite ou non du film dépendra de son accueil par le public.  






Fantasticmovies : Pouvez-vous définir votre film en cinq mots?

 

Simon Pearce:Une question difficile. Claustrophobique,  à suspense, atmosphérique, sanglant et amusant.( Claustrophobic, suspenseful, atmospheric, bloody and fun!)



Fantasticmovies : Judas Ghost est visuellement très beau et le travail du son, impressionnant. Etait-ce beaucoup de travail en post-production?

 

Simon Pearce:Merci, l'équipe de post-production a fait un travail incroyable, surtout quand on considère qu'au stade du premier montage, le seul son que nous avions, était celui des dialogues. Nous avons tourné en studio, donc tous les effets sonores que vous entendez dans le film:des beeps des ordinateurs aux pas des personnages en passant par les chuchotements démoniaques dans l'obscurité, tout a été rajouté après. Ca a été compliqué car nous avions peu de temps et beaucoup à faire et il fallait faire la balance de tous ces sons, on ne peut pas tout balancer comme ça.  Beaucoup de films d’horreur fonctionnent grâce à ce qui est suggéré plutot qu’avec ce qui est montré.

L’aspect visuel de film, je le dois à notre extraordinairement talentueux directeur photo, Roger Pearce, qui a travaillé comme cameraman sur des films comme "Casino Royale", "Goldeneye"et "World War Z". Son oeil professionnel nous a permis de retirer le meilleur de ce huis clos.

 

Fantasticmovies : Judas Ghost est un mélange d’”ancien” et de “nouveau”. Quelles ont été vos influences en tans que réalisateur sur ce film?

 

Simon Pearce:Ce qu’a le mieux transcrit Simon R. Green dans sa série des “Ghost Finders”, desquels est basé le film, c’est l’incorporation d’éléments “old school” dans le monde moderne. C’est d’ailleurs un grand fan des histoires d’ M.R. James, et des vieux films comme The Haunting de Robert Wise. On a l’habitude de se voir dérouler les histoires de fantômes dans des églises, des hopitaux abandonnés ou encore dans des manoirs lugubres. Dans ses livres, par contre, elles se déroulent dans des immeubles à bureaux, des supermarchers, des parkings, des stations de train,... Mes influences pour le film sont Le Prince Des Ténèbres de John Carpenter mais aussi 12 Hommes en colère de Sidney Lumet. Nous avons choisi de tourner de manière traditionnelle car les origines du film sont encrées dans une mythologie traditionnelle. Par contre nous voulions lui apporter un style plus moderne.  

 

Fantasticmovies : Parlez-nous de l’excellent casting du film.

 

Simon Pearce: Le casting a fait un travail remarquable. La singularité du projet, c’est qu’il est présent à l’écran durant tout le film. Les acteurs ont dû rester dans leurs rôles et maintenir un niveau émotionnel élevé et ce en temps réel.  Comme l’on se trouve dans un huis clos, les personnages,la manière dont ils ont été investis et leurs interactions sont la clef de voûte qui permet aux spectateurs d’être transportés par le film. Si on se fiche des personnages, comme il n’y a pas grand chose à voir d’autre qu’eux, on est mal barré. Il fallait que le jeu des acteurs soit plausible malgré que les personnages soient presque irréels. Ils ont dû faire ressortir leur coté humain, ce qui nous amène à nous soucier d’eux car le monde dans lequel ils vivent est totalement irréel.

Nous avons eu une semaine de répétitions avant le tournage. La chimie a pris entre les membres du casting, ce qui , je pense leur a permis de transmettre quelques nuances subtiles et des aspects de leur relation en tant qu’ équipe qui ne sont pas nécessairement mis en évidence par le dialogue.

Fantasticmovies : De quel budget disposiez-vous?

 

Simon Pearce:Le film a été financé grâce aux fonds provenant de la vente des livres de Green. Nous avons eu la chance que notre financement provienne d'une source unique - mais ce fut un petit budget pour un film de cette envergure. La construction du plateau de tournage et certains VFX étaient tous très ambitieux, donc aussi grande étaient nos ambitions, nous avons dû arrondir certains angles faire appel à la bonne volonté d'un casting qui a effectué un travail incroyable et d’une équipe de Bristol, Royaume-Uni. Le film a été tourné en 18 jours, c’est-à-dire en  3 semaines de six jours, ce fut très serré, mais heureusement, en raison du huis clos, nous avons pu y arriver. Étant à l'intérieur tout le temps dans un espace contrôlé signifiait que nous n'avons pas eu à nous soucier des désagréments habituels qui plombent un tournage de film comme par exemple, un défaut de lumière ou du mauvais temps!

Fantasticmovies : Une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

Simon Pearce:Le film a été tourné dans l’ordre chronologique. C’est une décision que nous avions prise car il se déroule en temps réel. Il était donc plus facile pour l’équipe et les acteurs de savoir où ils en étaient dans l’histoire. Nous avons également ajouté quelques scènes qui n’étaient pas dans le script mais qui s'insèreraient dans le montage. Il y a deux séquences de flash-backs que vous voyez à l’écran, qui sont connectées au personnage de Mark joué par Simon Merrells. Elles n’étaient pas écrites. Je pourrais vous les décrire comme une séquence de rêve impliquant Jerry et Anna qui n’a jamais été officiellement prévue. En fait, l'une de ces séquences impliquait Mark  pourchassé à travers les bois. Nous l’avons tournée près de notre studio le premier jour de tournage pendant que l’équipe terminais d’installer le plateau. Simon a trébuché et s’est pris une branche dans la figure. Résultat: une belle cicatrice. Nous avons réfléchi à comment la couvrir, puis finalement l’avons inclue dans l’histoire. Nous avons dû donc, maquiller une cicatrice sur le visage de Simon durant tous les jours de tournage. Heureusement que l’incident est arrivé le premier jour (rire).

Fantasticmovies : Quelle est votre recette du faux sang?

 

Simon Pearce:Le sang provient d’une société anglaise qui s’appelle Pigs Might Fly. C’est une mixture ultra réaliste qui est utilisée par beaucoup de maquilleurs sur des films et des séries. Comme vous pouvez vous l’imaginer, nous avons dû en commander des litres. Je crois d’ailleurs qu’il m’en reste quelque part.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?



Simon Pearce:Je viens de finir un court métrage qui s’appelle “Watch Over Me”. Je suis en train de l’envoyer aux festivals; On peut dire qu’il s’agit d’une démo de mon futur film, un thriller d’action dans la veine des “Jason Bourne”. Le cinéma d’action m’a toujours plu. C’est aussi une chance pour moi de me faire connaître en tant que réalisateur de films d’action. Vous pouvez voir le trailer ici: https://www.youtube.com/watch?v=ktA-pXD24_c

Sinon, j’ai d’autres projets en développement, notamment un autre film d’horreur. Comme je vous l’ai dit au début de l’interview, je ne suis pas au départ un réalisateur de films de genres. Mais j’ai commencé à en prendre goût. J’adore l’idée de faire monter l’adrénaline des spectateurs.









04/03/2015

WOLFCOP: CRITIQUE

Wolfcop

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction, wolfcop, Lowell Dean, Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait,Canada ,2014,Echolands Creative Group, film d’horreur, comédie,horror, comedy,werewolf, loup garou, alcoholic cop, policier alcolique, body double, dédoublement de personnalité, bestiality, bestialité

 

 

Synopsis :  Ce n’est pas inhabituel pour le flic alcolique Lou Garou, de faire un black out et de se réveillé dans un endroit inconnu. Mais les choses prennent une nouvelle tournure. Les scènes de crime lui semblent étrangement familières, ses sens se sont affûtés,et quand c’est la pleine lune, il se transforme en un loup garou enragé.

Réalisateur: Lowell Dean

 

Scénariste: Lowell Dean

 

Acteurs: Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait

 

Pays :Canada 

 

Année :2014

 

Durée: 79 min.

 

Production: Echolands Creative Group

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction, wolfcop, Lowell Dean, Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait,Canada ,2014,Echolands Creative Group, film d’horreur, comédie,horror, comedy,werewolf, loup garou, alcoholic cop, policier alcolique, body double, dédoublement de personnalité, bestiality, bestialité

 

Critique : 

On ne compte plus les créatures, monstres et boogeymen qui peuplent le bestiaire du cinéma fantastique et d'horreur. Parmi ceux-ci il y en a qui ont plus la cote que d'autres. Les vampires, les zombies et les loup garous sont éminemment prisés. Il est donc difficile de faire original pour un film qui utilise l'un de ces trois archétypes comme personnage central de son récit. Wolfcop tente sa chance en abordant le mythe de la lycanthropie sous l'angle de la comédie et ça fonctionne plutôt bien. Son héros, un flic alcoolo qui brûle la mèche par les deux bouts se voit embrigader dans une affaire mêlant complot, secte et loup garou. Une histoire qui rappelle la construction scénaristique de l'excellent Hot Fuzz d’Edgar Wright. Le récit de Wolfcop multiplie les clins d'oeil cinéphiles tout en gardant un cap claire menant vers un climax inattendu. Le réalisateur,Lowell Dean, met en boîte une série b sans complexes qui compile respectueusement et scrupuleusement un cahier des charges axé sur le pur divertissement. Rythme soutenu, cadrages intelligents, montage parfois surprenant et effets à l'ancienne, le réal montre un talent prometteur de bon "faiseur". 

Les acteurs sont éminemment crédibles pour le genre en arrivant à garder un équilibre,certes ténu,  entre exagération du jeu et contenance. 

Cerise sur la gâteau, les scènes de transformation sont hallucinantes et renouent avec les effets de prothèses, de maquillage et de montage pré CGI. Génial .

Bref Wolfcop, est une série B honnête qui renoue avec l’esthétique des 80’s tout en apportant sa touche débridée d’originalité éthylique. C’est marrant, audacieux et généreux. 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction, wolfcop, Lowell Dean, Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait,Canada ,2014,Echolands Creative Group, film d’horreur, comédie,horror, comedy,werewolf, loup garou, alcoholic cop, policier alcolique, body double, dédoublement de personnalité, bestiality, bestialité

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

Sites Internet :

Facebook

Twitter

Site officiel

IMDB

 

 

 

 

 

 

 

 

04/02/2015

DEADLY REVISIONS: CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR: GERGORY BLAIR

 

DEADLY REVISIONS

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,



Résumé : Grafton Torn, un grand écrivain de romans d’horreur, se réveille à l'hôpital partiellement amnésique. Son meilleur ami, l’invite dans sa maison de campagne afin qu’il se repose et essaye de retrouver la mémoire. Il va suivre une psychothérapie pour l’aider à affronter et comprendre ses cauchemars. Hélas pour lui, la réalité et ses délires ne vont plus faire qu’un.

Réalisateur: Gregory Blair

 

Scénariste: Gregory Blair

 

Acteurs: Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson

Pays : Etats-Unis

Année :2013

Durée: 95 min.

Production: PIX/SEE Productions,Good Kids Productions

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,

 

Critique :

Suite à une chute dans les escaliers qui a entraîné un court coma,Grafton( joué par l'excellent Bill Oberst Jr), se réveille dans son lit d'hôpital totalement désorienté et amnésique. Son pote, lui propose de passer sa convalescence dans la maison de campagne familiale. Petit à petit des bribes de souvenirs vont refaire surface et le rendre complètement fou.

Thriller psychologique à la lisière du fantastique, Deadly Revisions s'amuse à jouer avec son intrigue, menant ses spectateurs sur de nombreuses fausses pistes. Comme dans Nightmare On Elm Street, la désorientation est de mise et l'on ne distingue plus le réel de l'imaginaire torturé du personnage principal. Le réalisateur,Gregory Blair, a soigné sa mise en scène, offrant un spectacle visuellement travaillé, sans jouer la surenchère d'effets pompeux. Deadly Revisions est sobre et focalise toute son énergie sur la psychologie dérangée de son personnage principal. On peut regretter néanmoins des scènes de dialogues redondantes, une disparité qualitative de jeu entre les différents acteurs et un climax en rupture de ton qui annihile toute la tension amenée graduellement par le métrage.

Bref, Deadly Revisions est un thriller psychologique honnête dont la progression de l’intrigue mène le spectateur dans “un faux semblant “ efficacement surprenant.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,



Note : 16/20

 

Bande-annonce :

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page facebook

 

Twitter

 

IMDB

 



Interview de Gregory Blair (réalisateur,scénariste et acteur)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

Gregory Blair: Je suis un acteur, écrivain et producteur dans les domaines du cinéma,du théatre et de la télévision. J’écris aussi des fictions en prose, des chansons et de la poésie. Je suis une espèce rare: un natif de l’actuelle Californie du sud.


Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

Gregory Blair: Warm Bodies, que j’ai loué il n’y a pas si longtemps que ça.  Une comédie romantique avec des zombies...qui n’est pas une blague? Et qui fonctionne! Il était génial,inattendu et totalement original.

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel dans votre pays?

Gregory Blair: Je pense que beaucoup essayent de dépasser les limites dans le bon sens du terme(Warm Bodies en est un bon exemple). Mais il y a aussi des productions ennuyantes et peu originales. Le found footage par exemple est un style qui a été utilisé jusqu’à en avoir la nausée. Toutes ces productions sont molles, sans moyens et peu originales.

Fantasticmovies : Deadly Revisions est beau à regarder et le travail du son est vraiment bon. Etait-ce beaucoup de travail en post-production?

Gregory Blair: Le look du film, on le doit en grande partie à mon directeur photo, Kate Sobo. Je l’ai invitée à rejoindre le projet après avoir vu son travail sur d’autres films. Je savais qu’elle pourrais rendre mon film, le plus beau possible au regard de son budget. Le look du film a été travaillé durant la production. Pour le son, tout le mérite revient à mon compositeur,Andrew Poole Todd et à mon ingénieur du son,Rusty Dunn. Ces deux mecs ont compris instinctivement, la tonalité et la texture que je voulais pour le film. Le son a été travaillé en post-prod.

Fantasticmovies : Deadly Revisions joue avec les attentes du spectateur. Est-ce la réalité ou nous sommes dans l’esprit de Grafton? Le climax est surprenant. Comment avez-vous écrit le scripte, quelle est votre méthode pour écrire?

 

Gregory Blair: J’ai écrit le scénario en fonction de ce que je voulais voir dans le film. Je me suis dit: “ j’écris ou je regarde un film qui se déroule principalement dans un seul lieu, il vaudrait mieux qu’il y ait une tonne de twists afin que l’histoire reste prenante.” J’avais une idée du concept de base, puis j’y ai ajouter les éléments que j’aime dans les films d’horreur: des couloirs glauques, des ombres, des sons mystérieux,... Si ça me fait peur, je l’écris. J’utilise après toutes ces choses pour construire l’histoire. Cela m'amuse que certaines personnes argumentes sur ce qui se passe dans le film. La chose marrante à son propos c’est que l’on peut l’interpréter différemment. A vous de faire vos choix d’interprétation.

Fantasticmovies : Parlez nous du budget du film.

Gregory Blair: J’avais un budget avec un producteur. Quand j’ai changé de producteur, le budget a lui aussi changé. Les choses ont évoluées au fur et à mesure. C’est la nature même de faire des films: les choses changent tout le temps. Ca a été un apprentissage difficile pour moi. Etre producteur a influencé mon écriture, autant que mon jeu d’acteur a influencé ma réalisation.

Fantasticmovies : Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

Gregory Blair: J’ai plusieurs histoires horribles qui me viennent en tête. Nous tournions dans une rue très calme, mais un jour un groupe de jardiniers avec leurs tondeuses à gazon, leurs souffleuses et tout ce qui pouvait faire du bruit ont paradé. Mon directeur de production est sorti,torse nu, leur demander d'arrêter le bruit de temps en temps afin que nous puissions tourner.  Une fois qu’ils étaient partis, il y eu un énorme accident sur l’autoroute proche. Les jardiniers ont alors laissé leur place aux sirène, aux hélicoptères et aux klaxons. Ca aurait pu être marrant si je ne m’étais pas arraché tous les cheveux.

Fantasticmovies : Parlez-nous du casting.

Gregory Blair: J’ai été très chanceux de travailler avec  mes quatre acteurs principaux. Je les admirais ou j’avais travaillé avec eux auparavant.  Je leur ai demandé de travailler sur le projet, leur ai montré mon scripte et ils ont dit “oui”.Bill Oberst, Jr. est un acteur récompensé (je suis fier qu’il ait obtenu deux nouvelles récompenses pour son rôle dans Deadly Revisions). J’avais déjà travaillé avec Cindy Merrill et Mikhail Blokh et vu le travail de Lise Hart et je savais qu’ils seraient parfaits pour leurs rôles. En plus d’être talentueux, ce sont des professionnels aguerris et de gentilles personnes.   

Fantasticmovies : Pouvez-vous définir votre film en cinq mots?

Gregory Blair: Résumé: les pensées hantées d’un écrivain sont mortelles (Haunted writer’s visions are deadly)

Avec style: Le thriller psychologique rencontre la romance horrifique (Psychological thriller meets horror valentine)

Fantasticmovies : Quelle est votre recette du faux sang?

Gregory Blair: Vous devez poser la question à mon maquilleur. Je pense que j’ai dû en faire pour le trailer promotionnel. Nous avons utilisé du sirop de maïs, du colorant rouge et du sirop de chocolat.

Fantasticmovies: Des projets futurs?

Gregory Blair: J’en ai plusieurs. Je continue à faire la tournée des festivals avec Deadly Revisions. Je me concentre sur plusieurs projets. D’abord un scripte de film de détective que j’écris pour un producteur qui veut que je joue le rôle principal. Ensuite, une comédie d’horreur que j’écris dans laquelle je voudrais jouer et que je voudrais co-réaliser… si je trouve la bonne poire… je veux dire le bon partenère.

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

Gregory Blair: Je voulais vous remercier pour m’avoir introduit dans l’univers de Fantasticmovies. Je suis honoré d’en faire partie.