29/12/2014

HORSEHEAD (FIEVRE): critique

 

HORSEHEAD (FIEVRE)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Romain Basset,interview du réalisateur, Site,Romain Basset,Karim Chériguène,Lilly-Fleur Pointeaux,Catriona MacColl,Murray Head,Gala Besson,Fu'ad Aït Aattou,Vernon Dobtcheff,Philippe Nahon,Joe Sheridan,Paul Bandey,Emmanuel Bonami,Shane Woodward, France, 2014,HorseHead Pictures, Starfix Production,fantastique,horreur,horsehead,fièvre,fantasy,horror

 

 

Synopsis :Jessica est une jeune femme qui va devoir mener une enquête sur le passé étrange de sa famille au sein de ses propres rêves.

 

Réalisateur:Romain Basset

 

Scénaristes:Romain Basset,Karim Chériguène

 

Acteurs:Lilly-Fleur Pointeaux,Catriona MacColl,Murray Head,Gala Besson,Fu'ad Aït Aattou,Vernon Dobtcheff,Philippe Nahon,Joe Sheridan,Paul Bandey,Emmanuel Bonami,Shane Woodward

 

Pays : France

 

Année : 2014

 

Durée: 89 min.

 

Production: HorseHead Pictures, Starfix Productions

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Romain Basset,interview du réalisateur, Site,Romain Basset,Karim Chériguène,Lilly-Fleur Pointeaux,Catriona MacColl,Murray Head,Gala Besson,Fu'ad Aït Aattou,Vernon Dobtcheff,Philippe Nahon,Joe Sheridan,Paul Bandey,Emmanuel Bonami,Shane Woodward, France, 2014,HorseHead Pictures, Starfix Production,fantastique,horreur,horsehead,fièvre,fantasy,horror

Critique : 

Superbement mis en scène, le film de Romain Basset est une démonstration plus que concluante que le cinéma français est capable de produire le meilleur en ciné horrifique. Horse Head, balade ses spectateur dans les abysses chimériques de Jessica (la jolie Lilly-Fleur Pointeaux ).Secrets de famille et ésotérisme vont se fondre en un cauchemar lucide duquel la jeune fille aura toutes les peines à s’extirper sans sombrer dans la folie. 

D'entrée de jeu, le métrage surprend positivement par son professionnalisme. D'une facture plus qu'acceptable le film se montre sous ses plus beaux atours visuels et sonores. Montage millimétré, belles images iconographiques, effets sonores tonitruants et musique electro ambiante qui fait mouche. Romain basset nous sert du néo gothique teinté de giallo horrifique, ne lésinant pas sur le gore et quelques perversions sans oublier le soupçon classieux de nudité quand son histoire le permet. Là où le bas blesse, c'est qu'à trop vouloir en montrer techniquement, Basset néglige son identité visuelle. Le film est trop "lisse". Il lui manque paradoxalement cette touche " fait main" qui ne serait pas passée et repassée par le prisme d'une post prod trop exigeante.On contemple l'œuvre plus que l'on s'y projette. Le film ayant été tourné en anglais avec un casting composé entre autre d’acteurs français qui déclament théâtralement( pour des besoins évidents de visibilité internationale) est un peu plus opaque encore à l'empathie. Dommage.

Néanmoins, il est trop rare de tomber sur des films français de genre et respectueux de celui- ci pour passer à côté.

Bref Horsehead est un superbe tableau techniquement maîtrisé , une belle carte de visite pour son réalisateur qui manque de spontanéité. Pour le prochain, Romain, tu te laches.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Romain Basset,interview du réalisateur, Site,Romain Basset,Karim Chériguène,Lilly-Fleur Pointeaux,Catriona MacColl,Murray Head,Gala Besson,Fu'ad Aït Aattou,Vernon Dobtcheff,Philippe Nahon,Joe Sheridan,Paul Bandey,Emmanuel Bonami,Shane Woodward, France, 2014,HorseHead Pictures, Starfix Production,fantastique,horreur,horsehead,fièvre,fantasy,horror

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

Site officiel

Page Facebook (français)

Page Facebook (anglais)

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Romain Basset,interview du réalisateur, Site,Romain Basset,Karim Chériguène,Lilly-Fleur Pointeaux,Catriona MacColl,Murray Head,Gala Besson,Fu'ad Aït Aattou,Vernon Dobtcheff,Philippe Nahon,Joe Sheridan,Paul Bandey,Emmanuel Bonami,Shane Woodward, France, 2014,HorseHead Pictures, Starfix Production,fantastique,horreur,horsehead,fièvre,fantasy,horror

 

 

 

 

 

 

 

 

01/10/2014

DISCOPATHE: CRITIQUE

DISCOPATHE

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

Résumé :Dans les années 1970, un jeune New-Yorkais sans histoire se métamorphose en meurtrier lorsqu’il est exposé aux sonorités particulières d’une toute nouvelle musique : le disco. Incapable de contenir ses pulsions meurtrières, Duane Lewis devient malgré lui un dangereux serial killer en exil à Montréal.

 

Réalisateur: Renaud Gauthier

 

Scénariste: Renaud Gauthier

 

Acteurs: Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul.

 

 

Pays : Canada

 

Année : 2013

 

Durée: 81min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

Critique : 

Discopathe, contraction de disco et de psychopathe, un titre qui annonce la couleur. 

 

Se déroulant à cheval sur les décennies 70 et 80, le film de Renaud Gauthier joue l’esthétique «old school», minis shorts et moustaches compris. 

Surfant sur la vague vintage qui a envahi le cinéma bis  de ces dernières années, son imagerie rend un hommage (volontaire?) aux giallos italiens de l’époque mais aussi à un certain côté candide que l’on retrouve dans les productions estampillées Troma, et ce, sans son outrance habituelle .

Jouant avec les clichés du genre, le film oscille entre le sérieux et le second degré assumé. Son tueur qui devient fou dès qu’il entend de la musique est à la fois pathétique mais également troublant. Il émane véritablement de ce personnage un aura glacial amenant à un sentiment d’effroi. Il est présenté comme un jeune gars insipide et timide avec les femmes qui devient un tueur froid et pervers sous l’effet de la disco (on peut le comprendre).

Bien sûr, cette petite série B se veut avant tout fun, ne lésinant pas sur les effets gores, les situations rocambolesques et les clins d’oeil complices aux cinéphiles de genre. Les personnages caricaturaux sont en adéquation avec le style du film mais peuvent vite s’avérer horripilants. 

Dommage que le rythme du film en dents de scie alourdisse l’ensemble.

Bref, Discopathe est un slasher rétro tragicomique original et sans prétentions.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

 

Production: Durango,Voyous Films

 

Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

DISCOPATHE TRAILER 14 02 13 from Renaud Gauthier on Vimeo.

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

Twitter

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

 

23/11/2013

COURT METRAGE-MECS MEUFS: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR LIAM ENGLE

 

 

 

mecs meufs

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy

 

Résumé :Bob en est convaincu : dans les rapports de drague, les femmes sont le sexe fort. Mais que se passerait-il si les rôles étaient inversés...?

 

Réalisateur:Liam Engle

 

Scénariste:Liam Engle

 

Acteurs:Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak

 

Pays :France

 

Année : 2013

 

Durée:13 min

 

Production: Affreux Sales Et Méchants


 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy


 

Critique :

Dans notre société machiste urbaine, la «femme» est une proie tacite et l’"homme",un prédateur presque malgré lui. Des rôles respectifs que nous nous sommes octroyés et qui,insidieusement, sont devenus la norme. Dans la tête du mec, tout est fait à l’avantage des femmes (entrées dans les boîtes et inscriptions sur les sites de rencontre gratuites,la drague,...). Il doit constamment faire des efforts pour s’imposer dans ce monde devenu féminin. Le sexe fort n’est plus masculin. 

Des propos balayés d’un revers de la main dans ce court où Bob va à la suite d’un passage aux toilettes d’un café, être transporté dans un monde parallèle dans lequel les rôles sont inversés. Les meufs ont pris la place des mecs et inversement. D’abord heureux de se faire mater et draguer dans la rue, de profiter des gratuités que lui offre son statu d’homo masculus,il va vite déchanter.

Réalisé par Liam Engle, ce court profondément féministe, nous rappelle que rien n’est gagné. La parité et l’égalité des sexes sont une utopie qui par essence ne peut être atteinte et que les beaux discours ainsi que les soit-disant privilèges accordés au «sexe faible», ne sont que poudre aux yeux, un voile de fumée qui cache un réel problème que nos politiques feraient bien de prendre en compte (quoi on est sur un blog ciné? et alors? un peu de conscientisation c’est bien aussi!).    

 

Bref, Mecs Meufs, malgré son apparente allure de comédie légère  est un brulot féministe cinglant bien réalisé et joué et qui mériterait de se trouver dans les programmes scolaires.


Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy


 

Note : 16/20

 

Extraits:

"Mecs Meufs" - extraits from Laure Maloisel on Vimeo.


 

 

Sites Internet :

 

Site officiel

Page Facebook

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste: Liam Engle


Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Liam Engle:Je m’appelle donc Liam Engle, j’ai 32 ans et je suis le réalisateur du court-métrage Mecs Meufs. Je réalise des films depuis que je suis tout petit, mais si j’enlève ma flopée de films amateurs, Mecs Meufs est mon troisième court-métrage professionnel, à savoir réalisé avec une boîte de production, une équipe complète, etc.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

L.E.: Mecs Meufs est né originellement de ma frustration quand j’avais une vingtaine d’années. J’étais un mec normal, ni un laideron, ni un beau gosse, mais c’était dur d’attirer les faveurs des filles. Lorsqu’une fille marche dans la rue, elle reçoit souvent des marques d’intérêt, alors que pour nous, que dalle (en France tout du moins). A la limite, il n’y a que les mecs homos qui nous lancent des sourires ou des regards sans ambiguïtés. En 2007, je me suis inscrit sur Meetic, et j’étais dégoûté de voir que le site était payant pour les hommes mais gratuit pour les filles, et qu’une fois inscrit, c’était quand même à nous de faire tout le travail. Bref, c’est de cette situation qu’a jailli la première idée de Mecs Meufs, que j’ai ensuite développée avec Robert Hospyan (qui joue Bob dans le film) et Daniel Brunet, avec qui j’ai co-réalisé le court-métrage Lose Actually.

 

Fantasticmovies: Traiter d’un sujet lourd tout en restant dans le registre de la comédie est un exercice périlleux. Comment avez-vous bravé les pièges du traitement «facile»? 

 

L.E.: Ce qui m’intéressait c’était de basculer très rapidement du rire au drame. On commence le film comme une comédie pop et sucrée, et l’idée était de tomber de manière brutale dans la violence. En plus de l’exercice de style que ça représentait (comment doser cette irruption au beau milieu de la comédie ?), c’était une manière de montrer la réalité que certaines filles risquent de vivre à tout moment. Evidemment, toutes les filles ne vont pas se faire violer dans leur vie, mais ce geste transgressif, disproportionné par rapport au reste du film, était là pour symboliser tout ce qu’elles peuvent parfois subir au quotidien : les sous-entendus graveleux, les menaces, le harcèlement sexuel qui ne dit pas son nom…


Fantasticmovies: Avez-vous vu le reportage «Femme De La Rue» de Sofie Peeters montrant le quotidien devenu normalisé du harcèlement subit par les femmes dans la rue? Votre court, sous d’autres aspects parle de la même problématique.

 

L.E.: Tout à fait. Je l’ai vu alors que j’étais en pré-production sur le film, et ça m’a conforté dans l’idée qu’il fallait concrétiser dans le film cette violence qui – heureusement – reste souvent au stade des mots.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

L.E.: Ayant déjà réalisé un film avec la société Affreux, Sales et Méchants, il a été facile pour nous de réunir le noyau dur de mes films précédents, avant de l’étoffer avec de nombreux techniciens qui sont venus gracieusement sur le film. On avait ni suffisamment d’argent, ni suffisamment de temps pour tourner le court-métrage (deux jours et demi de tournage seulement), il nous fallait donc beaucoup d’aide. L’équipe était pléthorique. On avait parfois l’impression de réaliser un long-métrage !

 

Fantasticmovies: Mecs Meufs est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

L.E.: Merci. Le montage image avec Jérémy Pitard a pris très longtemps, sept semaines au total, ce qui nous a permis de peaufiner le rythme. Au final, on me dit souvent que le film passe vite, ce qui est un des meilleurs compliments qu’on puisse entendre. Le montage son, qui a été effectué par Alix Breinl, a lui aussi bénéficié de plusieurs allers-retours qui nous ont permis de prendre du recul sur chaque étape. Enfin, l’étalonnage, réalisé par Thibaut Pétillon, a pris une journée et demi, une durée normale.

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

L.E.: A vrai dire il n’y en a quasiment aucun. Quelques morceaux de PQ numériques ont été rajoutés lors de la scène du départ de Bob vers le monde alternatif, et on a du rajouter une lame numérique sur le cutter dans la scène du viol. 

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

L.E.: J’ai toujours eu un faible pour les réalisateurs qui combinaient dans leurs films une générosité, une ouverture sur le grand public, avec une exigence artistique. Des gens comme Spielberg, Oliver Stone, James Cameron… Sinon j’apprécie aussi des auteurs plus radicaux, comme Werner Herzog, Kechiche, Alain Cavalier.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

L.E.:J’ai beaucoup aimé La Vie d’Adèle justement, et sinon comme tout le monde Gravity, qui combine la patte d’un auteur, une mise en scène assumée et audacieuse, et un grand spectacle. Sinon j’attends énormément Capitaine Phillips de Paul Greengrass.

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays? 

 

L.E.: Il y a clairement un problème en France où les films de genre (hormis le polar) sont souvent cantonnés à des petits budgets et des petites sorties. Il nous faudrait un énorme carton, comme le fût L’Orphelinat en Espagne par exemple, pour débloquer la situation. Mais les distributeurs le permettront-ils ?

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

L.E.:Passer au long-métrage le plus vite possible ! J’écris plusieurs projets, on verra ce qui aboutit.

 

Fantasticmovies: Merci beaucoup d’avoir répondu à cette interview.

L.E. : Merci à toi, c’est trop rare de parler de courts-métrages !