09/05/2012

LE JOUR OU LES HUISSIERS ENVAHIRENT L'UNIVERS CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

LE JOUR OU LES HUISSIERS ENVAHIRENT L'UNIVERS

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,éditeur,synopsis,david austin,Sigrid La Chapelle, Louis Le Goff, Maria Derrien, Nicolas Siouffi,Asm-prod, Créative Pictures, Cube Créative Computer Company,

 

SYNOPSIS

 

Alors que James Monnay, huissier acharné, effectue une saisie dans un vaste château, il touche un objet magique qui le propulse dans un monde parallèle. A peine arrivé, il tombe amoureux de Catherine, la promise du Roi et devient donc l’ennemi mortel de ce dernier.
James et Catherine tentent de s’échapper pour retourner dans le monde de Monnay. Mais le Roi, qui a besoin de Catherine pour un projet mystérieux et inter-galactique va tout faire pour les en empêcher.

REALISATEUR

David Austin

ACTEURS

Sigrid La Chapelle, Louis Le Goff, Maria Derrien, Nicolas Siouffi

ANNEE

2011

DUREE

27 min.

PRODUCTION

Asm-prod,.Coonyang Production, Creative Pictures.

LE COURT

Mariant esthétique et originalité, le court métrage de David Austin est d'une surprenante maitrise formelle. Véritable bonne surprise, Le Jour Ou Les Huissiers Envahirent L'Univers est aussi jouissif que son titre est énigmatique. Partant dans tous les sens mais en même temps parfaitement construit et donc cohérent, Le Jour Ou Les Huissiers Envahirent L'Univers nous conte l'histoire d'un super huissier qui durant une saisie dans un château se voit propulser dans un univers parallèle. S'en suit un mélange improbable de film d'époque, d'action, d'héroic fantasy, de comédie et de SF. On pourrait même y trouver une touche Ionesco dans l'accoutrement de certains gardes du monde parallèle. Un sacré foutoir généreux mis en scène par un réal passionné. Servi par des acteurs excellents et magnifié par des effets visuels convaincants quoique un peu kitchs pour certains   Le Jour Ou Les Huissiers Envahirent L'Univers vaut le coup d'oeil non seulement parce que vous allez passer un bon moment mais en plus parce que vous allez passer un bon moment sans oublier que vous allez passer un bon moment de spectateur. Bref, à voir.

BANDE ANNONCE

MINI INTERVIEW DU REALISATEUR

Fantasticmovies :Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?


David Austin :Il y en a sûrement d'autres mais le premier qui me vient en tête

est "Inception" de Chris Nolan. Il réussit sur les deux "tableaux" :

à la fois sur le sujet, les thèmes et sur le côté "spectacle".

Il propose une histoire qui donne matière à réflexion, tout en 

l'inscrivant dans un développement assez classique qui donne

la part belle au divertissement. Il réussit un mariage efficace

de fond et de forme.

A noter aussi, "Un prophète" de Jacques Audiard, que j'ai découvert

directement en Blu-Ray et qui m'a scotché du début à la fin.

Et un film plus "vieux" : "Children of Men" que j'ai revu récemment et

qui, lui aussi, réussit brillamment sur la forme et le fond.

 

F: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?


D.A.:C'est difficile à résumer, j'essaye toujours de voir beaucoup de films,

des plus petits aux plus gros. L'éventail est très large donc ça va

de Lars Von Trier à James Cameron, de Chris Nolan à Paul Thomas Anderson,

ou aussi Wong Kar Wai, Kubrick, Mamoru Oshii, Audiard, Spielberg, Lynch...

il y en a tellement et chacun des films vus apprend quelque chose.

Et en fonction du film que je suis en train de faire, évidemment, certaines

influences sont plus fortes que d'autres. En l’occurrence, sur les "Huissiers"

je pensais surtout à Terry Gilliam, Tim Burton.

 

PETITE BIO DU REALISATEUR

 

 

Passionné de cinéma depuis l’âge de 8 ans (né en 1982), David Austin passe tout son temps libre à emprunter des caméras, faire des petits films et apprendre le montage et les effets spéciaux dans les années 90. Après quelques mois passés à l’ESRA en 2000, il monte l’association Creative Pictures à travers laquelle il réalise des clips et des courts métrages, tout en apprenant la photographie. En 2005, Creative Pictures devient une petite société de production dans laquelle David continue les projets photos, clips, courts métrages, films corporate, etc…, tout en développant des scénarios de long métrage.

26/11/2011

The Warrior's Way

The Warrior’s Way

 

 

the warrior's way

 

Résumé :

 

Un guerrier-assassin est forcé de se réfugier dans une petite ville des États-Unis, après avoir refusé une mission.

 

  

Réalisateurs:Sngmoo Lee

 

Scénaristes: Sngmoo Lee, Scott Reynolds

 

Acteurs :Dong-gun Jang, Kate Bosworth, Geoffrey Rush, Danny Huston, Tony Cox, Thomas Haden Church, David Austin, Matt Gillanders,…

 

Pays :Nouvelle Zélande

 

 

Année : 2010

 

 

Durée:96 min.

 

 

 

the warrior's way

 

 

 

Critique :

 

Jouissif, vous avez dit jouissif ? The Warrior’s Way réalise les fantasmes de nombreux spectateurs durant les 90 minutes que dure le métrage. Mélange incongru, de western old school et de film d’arts martiaux, The Warrior’s Way est une véritable bonne surprise qui aurait mérité plus de médiatisation.

Pur film d’entertainment, le réalisateur Sngmoo Lee (dont c’est le premier film) ne laisse pas une seconde de répit à ses spectateurs. Gunfights, ninjas, combats au sabre, freaks, méchants vraiment très méchants, du gore,… Tout ça dans un même film ? Et cohérent en plus ? Mais que demande le peuple ?

The Warrior’s Way nous conte l’histoire de Yang (Don-gun Jang), guerrier ninja, devant fuir son Asie natale parce qu’il a décidé d’épargner un nouveau né devant être assassiné.

Poursuivi par une horde de guerriers barbares, il ira se réfugier dans une petite ville de l’ouest américain.

Le scénario riquiqui(en gros le film est un enchainement de scènes de combats) est largement compensé par une mise en scène ultra (peut-être un peu trop) stylisée. Sngmoo Lee maitrise son cadre, l’agrémentant de trouvailles visuelles nous en mettant plein les mirettes. Le casting composé des trognes comme Feoffrey Rush (Pirates Des Caraïbes), Danny Huston (Robin Des Bois) ou encore Tony Cox (Bad Santa) mais aussi du charismatique Don-gun Jang, et de Kate Bosworth, pour la touche féminine,  sont excellents dans leurs rôles respectifs et ajoutent une plu value qualitative  à The Warrior’s Way.

 Certes, The Warrior’s Way n’est pas parfait, il souffre d’une narration un peu faiblarde au rythme cisaillé et d’SFX trop voyants, mais saluons la générosité du projet et sa maitrise formelle.

Bref, The Warrior’s Way est un premier essai sacrément réussi. A voir.   

 

 

 

 Note :17/20

 

 

 

Bande Annonce :

 


 

 

 

 

 

 

Editeur: Sony Pictures Home Entertainment.

 

 

DVD :Image: 2.40 :1/Son: Dolby Digital 5.1/Langues:Français, Anglais, Espagnol/ Sous-titres : Français, Anglais, Néerlandais/ Bonus : -« Dans les coulisses de The Warrior’s Way » -12 scènes coupées.