01/10/2014

DISCOPATHE: CRITIQUE

DISCOPATHE

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

Résumé :Dans les années 1970, un jeune New-Yorkais sans histoire se métamorphose en meurtrier lorsqu’il est exposé aux sonorités particulières d’une toute nouvelle musique : le disco. Incapable de contenir ses pulsions meurtrières, Duane Lewis devient malgré lui un dangereux serial killer en exil à Montréal.

 

Réalisateur: Renaud Gauthier

 

Scénariste: Renaud Gauthier

 

Acteurs: Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul.

 

 

Pays : Canada

 

Année : 2013

 

Durée: 81min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

Critique : 

Discopathe, contraction de disco et de psychopathe, un titre qui annonce la couleur. 

 

Se déroulant à cheval sur les décennies 70 et 80, le film de Renaud Gauthier joue l’esthétique «old school», minis shorts et moustaches compris. 

Surfant sur la vague vintage qui a envahi le cinéma bis  de ces dernières années, son imagerie rend un hommage (volontaire?) aux giallos italiens de l’époque mais aussi à un certain côté candide que l’on retrouve dans les productions estampillées Troma, et ce, sans son outrance habituelle .

Jouant avec les clichés du genre, le film oscille entre le sérieux et le second degré assumé. Son tueur qui devient fou dès qu’il entend de la musique est à la fois pathétique mais également troublant. Il émane véritablement de ce personnage un aura glacial amenant à un sentiment d’effroi. Il est présenté comme un jeune gars insipide et timide avec les femmes qui devient un tueur froid et pervers sous l’effet de la disco (on peut le comprendre).

Bien sûr, cette petite série B se veut avant tout fun, ne lésinant pas sur les effets gores, les situations rocambolesques et les clins d’oeil complices aux cinéphiles de genre. Les personnages caricaturaux sont en adéquation avec le style du film mais peuvent vite s’avérer horripilants. 

Dommage que le rythme du film en dents de scie alourdisse l’ensemble.

Bref, Discopathe est un slasher rétro tragicomique original et sans prétentions.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

 

Production: Durango,Voyous Films

 

Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

DISCOPATHE TRAILER 14 02 13 from Renaud Gauthier on Vimeo.

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

Twitter

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Renaud Gauthier, Renaud Gauthier,Catherine Antaki,François Aubin,Sandrine Bisson,Nancy Blais,Catherine Castellucci,Katherine Cleland,Jérémie Earp-Lavergne,Ivan Freud,Sibylle Gauthier,Francesca Gosselin,Nicolas Laliberté, Pierre Lenoir,Mathieu Lepage,Christian Paul, Canada, 2013,discopathe,discopath, Durango,Voyous Films,crime,fantasy,horror,fantastique,horreur,disco,tueur,serial killer,tueur en série,sexy,mini shorts,années 80,années 70,gore

 

 

03/03/2014

COURT METRAGE:PENNY DREADFUL/CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR SHANE ATKINSON

 

 

 

PENNY DREADFUL

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Shane Atkinson, Avatar Studios, ASCAP, Oona Laurence,David Stevens, Marnie Schulenburg,Rick Zahn,Richard D. Busser,Gary Betsworth, Etats-Unis, 2013,court métrage,penny dreadful,short,comedy,crime,comédie,drama,drame.

 

 

 

Résumé :C’est l’histoire d’un kidnapping qui va virer au cauchemar.

 

Réalisateur:Shane Atkinson

 

Scénariste:Shane Atkinson

 

Acteurs:Oona Laurence,David Stevens, Marnie Schulenburg,Rick Zahn,Richard D. Busser,Gary Betsworth,...

 

Pays :Etats-Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 18 min.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Shane Atkinson, Avatar Studios, ASCAP, Oona Laurence,David Stevens, Marnie Schulenburg,Rick Zahn,Richard D. Busser,Gary Betsworth, Etats-Unis, 2013,court métrage,penny dreadful,short,comedy,crime,comédie,drama,drame.

 

Critique :

Une comédie avec des malfrats gauches et inexpérimentés, ça marche à tous les coups. Le sentiment d’empathie du spectateur envers ces «méchants» de bac à sable est d’autant plus exacerbée que leur côté humain et gaffeur est exploité et mis en avant à l’écran. Si, en plus vous ajoutez dans le casting un enfant futfut, c’est bingo. 

Cette histoire de kidnappeurs ravissant la mauvaise petite fille est rondement menée. Le spectateur est pris dans un savant mélange des genres finement mis en scène. On passe du rire aux larmes en un clin d’oeil sans que cela paraisse anormal. L’histoire nous guide là où elle veut tout en n’oubliant pas de dépeindre une misère sociale en toile de fond. On peut apparenté le ton de Penny Dreadful à celui des comédies sociales anglaise. Un véritable gage de qualité qui apporte au film un fond solide. 

Quant à la forme, c’est bien simple, c’est une réussite. Belle photo, cadrages «Leoniens»,musique et son nickels. Bluffant quand on sait qu’il s’agit du travail de fin d’étude du réal. Les acteurs quant à eux ne sont pas en reste et sont excellents. La petite Oona Laurence crève l’écran. Elle est depuis d’ailleurs devenue une actrice à Broadway. 

 

Bref, Penny Dreadful raconte un Syndrome de Stockholm à l’envers, le bourreau devenant victime de ses actes et s’attachant à sa proie. Une bien belle réussite scénaristique et technique à voir

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Shane Atkinson, Avatar Studios, ASCAP, Oona Laurence,David Stevens, Marnie Schulenburg,Rick Zahn,Richard D. Busser,Gary Betsworth, Etats-Unis, 2013,court métrage,penny dreadful,short,comedy,crime,comédie,drama,drame.

 

 

Note : 18/20

 

Bande-annonce :

 

 

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

 

Interview du réalisateur et scénariste :Shane Atkinson

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Shane Atkinson, Avatar Studios, ASCAP, Oona Laurence,David Stevens, Marnie Schulenburg,Rick Zahn,Richard D. Busser,Gary Betsworth, Etats-Unis, 2013,court métrage,penny dreadful,short,comedy,crime,comédie,drama,drame.

 

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Shane Atkinson: Je suis un réalisateur qui vit à Los Angeles. J’ai été gradué en mai en cinéma à l’université de Columbia à New York. Penny Dreadful était ma thèse de fin d’étude.  Avec ma femme, nous sommes retournés il y a quelques mois sur la côte ouest de laquelle je suis originaire.

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

S.A.: The Conjuring. Ma femme est une grande fan de films d’horreur. Je regarde donc beaucoup de films de genre.  Ce n’est pas  toujours mon truc, mais à chaque fois que j’en vois un, je l’apprécie. The Conjuring est le plus récent que j’ai vu.

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Penny Dreadful en 5 mots ?

 

S.A.: Film noir campagnard qui rencontre la comédie noire (Country noir meets dark comedy)

 

Fantasticmovies : Penny Dreadful est vraiment très beau à regarder, le travail du son et les sfx sont vraiment bons, était-ce  beaucoup de travail en post-production ?

 

S.A.: La post production a été un long processus. Beaucoup de gens    super nous ont aidés. Nous n’avions pas beaucoup de moyens, donc nous devions attendre que chacun ait fini son travail dans d’autres projets mieux payés.  C’est la vie d’un réalisateur de courts métrages.  Nous sommes vraiment heureux du résultat. La musique a été produite grâce à des subventions de l’ASCAP.  Nous avons travaillé avec un compositeur talentueux et un fantastique groupe de musiciens aux Avatar Studios de New York. Sans l’ASCAP, nous n’aurions pas pu vivre cette expérience .

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

S.A.: Nous avons tourné six jours durant le mois de novembre. Nous n’avions que 9 heures de journée. C’était ridiculement ambitieux, et nous n’aurions pas pu y arriver sans l’équipe et le casting qui ont été super. Oona nous a sauvé plus d’une fois. Le soleil commençait à se coucher et nous devions encore tourner toute une scène avec elle. Elle a pris ses marques et la première scène était la bonne. Elle était très professionnelle.  Nous avions oublié à quel point elle était jeune. Nous le remarquions quand elle jouait autours du set entre les prises. Nous nous regardions et nous nous disions : «  Ah oui, elle n’a que 9 ans ». Nous l’avions oublié.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

S.A.: Je travaille sur le film de Penny Dreadful.

 

Fantasticmovies:Un mot pour la fin?

 

S.A.:Merci pour le soutien. Nous avons fait une chouette tournée des festivals et l’accueil du public dans le monde était enthousiaste. Nous ne savons pas si le film va être diffusé en dehors des Etats-Unis. C’est une histoire très « américaine ». Le public a été très généreux, et le film fonctionne même mieux hors des Etats-Unis. Ce qui est très gratifiant.