04/03/2015

WOLFCOP: CRITIQUE

Wolfcop

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction, wolfcop, Lowell Dean, Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait,Canada ,2014,Echolands Creative Group, film d’horreur, comédie,horror, comedy,werewolf, loup garou, alcoholic cop, policier alcolique, body double, dédoublement de personnalité, bestiality, bestialité

 

 

Synopsis :  Ce n’est pas inhabituel pour le flic alcolique Lou Garou, de faire un black out et de se réveillé dans un endroit inconnu. Mais les choses prennent une nouvelle tournure. Les scènes de crime lui semblent étrangement familières, ses sens se sont affûtés,et quand c’est la pleine lune, il se transforme en un loup garou enragé.

Réalisateur: Lowell Dean

 

Scénariste: Lowell Dean

 

Acteurs: Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait

 

Pays :Canada 

 

Année :2014

 

Durée: 79 min.

 

Production: Echolands Creative Group

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction, wolfcop, Lowell Dean, Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait,Canada ,2014,Echolands Creative Group, film d’horreur, comédie,horror, comedy,werewolf, loup garou, alcoholic cop, policier alcolique, body double, dédoublement de personnalité, bestiality, bestialité

 

Critique : 

On ne compte plus les créatures, monstres et boogeymen qui peuplent le bestiaire du cinéma fantastique et d'horreur. Parmi ceux-ci il y en a qui ont plus la cote que d'autres. Les vampires, les zombies et les loup garous sont éminemment prisés. Il est donc difficile de faire original pour un film qui utilise l'un de ces trois archétypes comme personnage central de son récit. Wolfcop tente sa chance en abordant le mythe de la lycanthropie sous l'angle de la comédie et ça fonctionne plutôt bien. Son héros, un flic alcoolo qui brûle la mèche par les deux bouts se voit embrigader dans une affaire mêlant complot, secte et loup garou. Une histoire qui rappelle la construction scénaristique de l'excellent Hot Fuzz d’Edgar Wright. Le récit de Wolfcop multiplie les clins d'oeil cinéphiles tout en gardant un cap claire menant vers un climax inattendu. Le réalisateur,Lowell Dean, met en boîte une série b sans complexes qui compile respectueusement et scrupuleusement un cahier des charges axé sur le pur divertissement. Rythme soutenu, cadrages intelligents, montage parfois surprenant et effets à l'ancienne, le réal montre un talent prometteur de bon "faiseur". 

Les acteurs sont éminemment crédibles pour le genre en arrivant à garder un équilibre,certes ténu,  entre exagération du jeu et contenance. 

Cerise sur la gâteau, les scènes de transformation sont hallucinantes et renouent avec les effets de prothèses, de maquillage et de montage pré CGI. Génial .

Bref Wolfcop, est une série B honnête qui renoue avec l’esthétique des 80’s tout en apportant sa touche débridée d’originalité éthylique. C’est marrant, audacieux et généreux. 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction, wolfcop, Lowell Dean, Leo Fafard,Amy Matysio,Sarah Lind,Corinne Conley,Jesse Moss,Jonathan Cherry,Aidan Devine,James Whittingham,Ryland Alexander,Jason Shabatoski,Lyndon Bray,Victor Lam,Cheryl Mazil,Laura Abramsen,Josh Strait,Canada ,2014,Echolands Creative Group, film d’horreur, comédie,horror, comedy,werewolf, loup garou, alcoholic cop, policier alcolique, body double, dédoublement de personnalité, bestiality, bestialité

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

Sites Internet :

Facebook

Twitter

Site officiel

IMDB

 

 

 

 

 

 

 

 

11/02/2015

BERKSHIRE COUNTY: CRITIQUE/INTERVIEW DE LA REALISATRICE

 

BERKSHIRE COUNTY

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview d’Audrey Cummings, interview du réalisateur, Audrey Cummings,Chris Gamble,Alysa King, Samora Smallwood, Bart Rochon, Aaron Chartrand, Robert Nolan, Madison Ferguson, Cristophe Gallander, Leo Pady,Canada,2014,berkshire county, thriller,horreur,horror,Berkshire County



Synopsis : Kylie Winters, une ados mal dans sa peau qui se fait harceler par ses camarades. Elle accepte de faire du baby sitting le soir d’Halloween dans une énorme propriété isolée. Quand un gamin effrayant avec un masque de cochon vient sonner à sa porte pour recevoir des bonbons, la nuit de Kylie va passer de banale à horrifique.  Kylie va devoir se surpasser pour survivre et protéger les deux enfants à sa charge jusqu’à l’arrivée des secours.

 

Réalisateur: Audrey Cummings

 

Scénariste: Chris Gamble

 

Acteurs:Alysa King, Samora Smallwood, Bart Rochon, Aaron Chartrand, Robert Nolan, Madison Ferguson, Cristophe Gallander, Leo Pady

 

Pays : Canada

 

Année : 2014

 

Durée: 83 min.

Production: Narrow Edge Productions,A71 Productions,High Star Entertainment

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview d’Audrey Cummings, interview du réalisateur, Audrey Cummings,Chris Gamble,Alysa King, Samora Smallwood, Bart Rochon, Aaron Chartrand, Robert Nolan, Madison Ferguson, Cristophe Gallander, Leo Pady,Canada,2014,berkshire county, thriller,horreur,horror,Berkshire County

Critique :

Il y a des périodes dans la vie où tout part en cacahuète. Kylie aurait mieux fait de rester bien au chaud chez elle au lieu d'aller à une fête durant laquelle elle a satisfait les désirs lubriques  du beau gosse du coin. Humiliée dans son lycée car ses ébats buccaux ont été filmés, elle va, en plus, devoir faire fasse à des tueurs aux masques de cochons pendant la nuit d'halloween, alors qu'elle fait du babysitting.

Bien que ce teenage slasher semble renouer avec l'esprit 90's du genre , comprenez: un groupe d'ados,des tueurs masqués, un humour limite et des jumpscares inutiles, c'est pour mieux cueillir le spectateur et l'emmener vers un home invasion bougrement efficace.

Malgré son micro budget, Berkshire County est soigné esthétiquement et bien réfléchi scénaristiquement. Le scripte en béton, quoique conventionnel, ne faiblit jamais, rendant la narration du film claire et haletante. Le rythme soutenu évite intelligemment les temps morts et les longueurs indésirables.

La réalisation d’ Audrey Cummings est claire et sans fanfaronnades. Punchy et parfois “rentre dans le lard” , le métrage dose parcimonieusement la tension et le suspense. La direction des acteurs(enfants compris) est sans fausses notes. Alysa King (Kylie) arrive à insuffler à son personnage à la fois de la fragilité mais aussi de la solidité face au danger. Cette ado humiliée, deviendra une guerrière presque sans pitié face à ses assaillants.  Le personnage de Kylie devient donc, au fil de l’histoire du film, une femme forte à l’instar de  Sydney joué par Neve Campbell dans la série des Scream.

Le look des bourreaux glace le sang. Ces assaillants prédateurs, que l’on imagine consanguins, renouent avec l’imagerie craspec de ces clans de serial killers qui pullulaient dans les années 1970 et 1980.

Bref, Berkshire County est un home invasion conventionnel mais totalement maîtrisé qui déjoue les pièges de la facilité pour offrir un spectacle prenant baignant dans une ambiance nostalgique so 90’s.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview d’Audrey Cummings, interview du réalisateur, Audrey Cummings,Chris Gamble,Alysa King, Samora Smallwood, Bart Rochon, Aaron Chartrand, Robert Nolan, Madison Ferguson, Cristophe Gallander, Leo Pady,Canada,2014,berkshire county, thriller,horreur,horror,Berkshire County




Note : 19/20

 

Bande-annonce :

Berkshire County Trailer from Raven Banner Entertainment on Vimeo.

 

Sites Internet :

Site Officiel

Facebook

 

IMDB

 




Interview d’Audrey Cummings (réalisatrice)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview d’Audrey Cummings, interview du réalisateur, Audrey Cummings,Chris Gamble,Alysa King, Samora Smallwood, Bart Rochon, Aaron Chartrand, Robert Nolan, Madison Ferguson, Cristophe Gallander, Leo Pady,Canada,2014,berkshire county, thriller,horreur,horror,Berkshire County

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Audrey Cummings: Je suis une réalisatrice qui est tombée amoureuse des films d’horreur et de science fiction quand elle était petite. Après 9 courts métrages, je suis heureuse d’avoir eu l’opportunité de réaliser mon premier long:  Berkshire County.

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Audrey Cummings: Edge of Tomorrow. Il était incroyable et irrésistible. L’humour et la tenson y sont très bien dosés et le jeu des acteurs est incroyable. Je suis aussi surprise de l’avoir vu 3 fois.



Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel dans votre pays?

 

Audrey Cummings: Avec le succès de Berkshire County, j’ai été introduite dans ce monde fascinant qu’est la culture horrifique. La communauté de fans est incroyablement encourageante et passionnée. C’est un peu comme si j’avais été accueillie dans une nouvelle famille unie. Je n’ai plus envie de la quitter. Je pense réaliser un autre film d’horreur/thriller car j’adore le genre mais aussi parce que ça a été une fantastique expérience pour moi.

 

Fantasticmovies : Vous êtes une femme dans un monde d’hommes A-t-il été facile de trouver votre place dans l’industrie du cinéma de genre?

 

Audrey Cummings: J’ai dû me battre pour trouver les fonds pour mes films. J’ai eu beaucoup de rejets et certains producteurs me demandaient de revenir avec un drame ou quelque chose sur lequel ils pouvaient avoir un certain contrôle.  J’ai toujours pensé avoir deux options. La première consiste à travailler sur un scripte qui ne me correspond pas mais qui pourrait plaire à l’industrie du cinéma. La deuxième, est de continuer à me battre pour ce qui me passionne. Pour Berkshire County, j’ai choisi la deuxième option. Avec Chris Gamble (le scénariste), nous avons décidé de financer le film nous-même. Le budget était serré, mais il était important pour moi de rester dans ma ligne directrice.

 

Fantasticmovies : Berkshire County  est beau à regarder et le travail du son est vraiment bon. Etait-ce beaucoup de travail en post-production?

 

Audrey Cummings: Travailler pour avoir un scripte parfait, c’est du boulot, le tournage c’est une autre grosse étape et la post-production est une énorme somme de travail durant laquelle tout s’assemble. C’est ce que vous allez montrer au monde. Donc, oui, la post-production fut un travail de fous. Ca nous a mis presque un an entre la fin du tournage et la première projection du film au Shriekfest de  Los Angeles en octobre.  Plein de gens de qualité ont rejoint le projet et m’ont aidé à concrétiser mes ambitieuses visions. Nous avons travaillé dur mais ça en valait la peine. Tout est arrivé simplement et ce micro-budget est en train de bien fonctionner dans le monde.

 

Fantasticmovies :Berkshire County rappelle le style des slashers des années 90 puis se transforme en un home invasion efficace. Comment avez-vous fait pour jouer avec les attentes du spectateur dans un genre qui a été vu maintes fois au cinéma?

 

Audrey Cummings: J’ai toujours aimé les films de babysitteur en péril et je voulais que mon premier film soit de ce genre. Je voulais aussi faire un film nouveau qui reflète la jeunesse d’aujourd’hui.  Nous avons donc travaillé sur les idées topiques comme les vidéos virales d’intimidation sur le net qui sont une nouvelle forme de terreur car les ados vivent cela tous les jours dans le monde. Cela ajoute un élément nouveau au “home invasion”.



Fantasticmovies : A-t-il été facile de travailler avec des enfants?

 

Audrey Cummings: Ça a été facile de travailler avec des enfants. Ils sont incroyablement talentueux et toujours prêts à tout. Le problème était que nous tournions de nuit. Donc on dépassait souvent leurs heures de coucher alors qu’ils devaient aller à l’école le lendemain. Plus nous avancions dans le tournage, plus nous faisions attention à leurs horaires pour ne pas les éreinter. C’est devenu un défi d’essayer d’obtenir ce que nous avions besoin en un minimum de temps.

 

Fantasticmovies: parlez-nous du casting.

 

Audrey Cummings: Je suis chanceuse d’avoir travaillé avec le casting du film. J’ai auditionné près de 200 filles pour le rôle principal et Alysa King était de loin la plus talentueuse. Je devais avoir une actrice qui pouvait jouer la vulnérabilité mais aussi qui pouvait être forte. Car Kylie devient de plus en plus forte tout au long du film. J’ai été très chanceuse, car l’entièreté du casting que je voulais pour le film était présent et se donnait à fond pour réaliser notre vision.  Ce fut de longues nuits froides, mais personne ne s’est plaint.

 

Fantasticmovies : Pouvez-vous définir votre court en cinq mots?

 

Audrey Cummings: Un film de babysitteur en péril intelligent sombre et intense.(A dark, intense and intellectual babysitter-in-peril movie.

 

Fantasticmovies :Avez-vous des anecdotes à raconter à propos du tournage?

 

Audrey Cummings: A la moitié du tournage, un shérif est venu changer les serrures de la maison dans laquelle nous tournions à cause d’une saisie. Nous avons obtenu quelques jours de plus mais nous avons dû modifier le calendrier.

Lorsque nous avons fait les repérages de la maison, nous étions très excités par l’éclectisme des meubles de celle-ci et le proprio était d’accord que nous en disposions. Hélas, le premier jour de tournage, la maison était totalement vide.Nous nous sommes adaptés en changeant le scénario. C’est pour cela que dans le film, la famille est en plein déménagement.

Certains memebres de l’équipe avaient peur de dormir sur place, dans cette maison vide. En plus, on devait respecter des horaires pour les douches car nous n’avions à disposition qu’un petit réservoir d’eau chaude.

Il y avait au moins 30 chats sauvages qui vivaient autour de la maison. Ils arrivaient à se faufiler dans nos plans quand la maison était ouverte. Une grande partie des plans en extérieur étaient ruinée à cause des chats qui s’enfuyaient aux bruits des coups de feu.

Une semaine après le début du tournage, une femme s’est installée dans l’appartement voisin avec 6 chiens qu’elle essayait de réhabiliter. Ceux-ci grognaient sur et chassaient certains membres de l’équipe.

 

L’acteur qui jouait le personnage de Swine était tellement grand et costaud qu’il cassait sans cesses quelque chose sur le plateau. La scène dans laquelle il attaque Kylie à la porte, il a cassé celle-ci en la sortant de ses gonds.  Nous n’avons pas pu continuer à tourner la séquence. Il a aussi casser un grand couteau de chasse et nous devions attendre d’en racheter un pour continuer à tourner. Aussi doux qu’il a essayé d’être, il n’a pas arrêté de casser des trucs.

 

Fantasticmovies : Quelle est votre recette du faux sang?

 

Audrey Cummings: Un mixe de sirop de maïs, de colorant alimentaire rouge et de VFX en post-production.



Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Audrey Cummings: Nous travaillons sur une suite de Berkshire County qui se concentrera sur la famille des “cochons”. Ça va être marrant.  Nous essayons aussi d’avancer sur un thriller de SF que nous espérons pouvoir réaliser.



Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

 

Audrey Cummings: Quelques prix que nous avons gagnés:

 

Shriekfest - Grand prix du jury pour le meilleur film d’horreur

 

HorrorQuest - Le Quest Award pour le meilleur film d’horreur et le prix de la meilleure actrice.

 

Atlanta Horror Film Festival -Le prix du meilleur film

 

Phoenix Fearcon - Le prix du meilleur réalisateur.

 

Blood in the Snow Festival - Le prix de la meilleur actrice



 



27/10/2014

BURNT GRASS: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR RAY WONG

 

BURNT GRASS

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

Résumé :Un couple découvre quelque chose de bizarre au fond de son jardin qui duplique la vie organique.

 

Réalisateur: Ray Wong

 

Scénariste: Ray Wong

 

Acteurs: Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot

 

 

Pays :Canada

 

Année : 2014

 

Durée: 12 min.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

 

Critique : 

 

Burnt Grass met en scène un triangle amoureux destructif et original. Sa mise en scène classique et sans fausses notes sert une histoire fantastique mêlant cynisme et jalousie avec une touche de second degré. Un mélange bien dosé qui fait mouche. Le réalisateur en quelques minutes parvient a planter le décors. Un couple pas très folichon est soumis a un fait surnaturel: au fond de leur jardin une petite parcelle de gazon brûlé multiplie les êtres vivants qui y mettent les pieds. La tentation sera trop forte pour la femme, qui ne pourra s’empêcher de tester sur elle le dédoublement. Une action qui aura un effet désastreux sur le couple.  

Formellement, le réalisateur manie à la perfection les ellipses, évitant les longueurs indésirables et favorisant intelligemment le hors champ . Telle une bande dessinée, les images montrées à l'écran servent entièrement l'histoire: pas de superflu ni de remplissage indésirables. Les plans ainsi que l'atmosphère travaillés donnent aux acteurs la possibilité de développer leurs jeux qui, soit dit en passant, sont très bons autant dans le verbal que dans le non verbal. Bref, Burnt Grass est un court fantastique génialement interprété et mis en images.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

Note : 17/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

Twitter

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

 

 

Interview de Ray Wong (le réalisateur et scénariste)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Ray Wong : Je suis un réalisateur canadien qui a travaillé dans la publicité,les clips vidéos et les émissions télé. J'ai toujours voulu raconter une histoire basée sur les personnages avec une touche de fantastique/SF ou du moins dont les éléments surnaturels sont le catalyseur qui conduit au drame humain.

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Ray Wong : Je ne m'en rappèle pas. Peut-être Prometheus, pas spécialement pour le film en lui-même mais plutôt pour la manière dont les spectateurs y ont réagi. Pour moi il s'agit d'un film de sf tellement engagé et solide que je ne peux comprendre toute la haine qu'il a suscité. J'attends avec impatience d'être surpris par Inherent Vice de Paul Thomas Anderson et Interstellar de Christopher Nolan. J'en attends beaucoup. Ne me décevez pas les gars.

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

 

Ray Wong : Il y a beaucoup de demande pour les films de genre. Ces films qui sont habituellement relégués à un public spécifique sont en train de devenir mainstream, et la norme pour un large public qui est à la recherche d'histoires uniques et de sensations fortes. C'est peut-être pour cela que la production Marvel "geek-chic" a explosé. C'est devenu cool de dire que l'on aime les films de genre. Comme le public devient de plus en plus exigeant, il y a un appétit grandissant pour les surprises originales. L'horreur, le fantastique et les thrillers semblent être ceux qui sont à même de repousser les limites. 

 

Fantasticmovies : Comment est né le projet de Burnt Grass?

 

Ray Wong : C'est dure de répondre exactement. J'étais en train de nager dans une piscine quand l'idée m'est venue. En fait beaucoup de mes idées viennent quand je fais des longueurs. Il suffit de se perdre dans ses idées sans faire attention au reste. Je sortais à ce moment là avec une fille qui avait une soeur jumelle. J'avais toujours peur de les confondre toutes les deux. C'est certainement de là que l'idée de base m'est venue. 

 

 

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Burnt Grass en 5 mots ?

 

Ray Wong : Les obsessions d'un couple avec duplication = désastre.(Couple’s Obsession with Replication = Disaster)

 

 

Fantasticmovies: Burnt Grass est vraiment très beau à regarder et le travail du son est très bien. Etait-ce un long travail en post-production?

 

Ray Wong : Merci. J'ai passé beaucoup de temps en post-production, simplement en recomposant l'histoire lors du montage. C'est toujours un vrai challenge de composer avec ce que vous avez et ce que vous attendez parce que souvent certaine choses prennent forme lors du tournage. L'histoire est restée relativement la même. La chose la plus amusante fut le travail du son et de la musique en accord avec les performances et les décisions qui ont été prises lors du tournage. 

 

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

Ray Wong : Nous étions 20 personnes entassées dans une petite maison pleine à craquer.Nous ne pouvions nous offrir uniquement 2 jours de tournages. Nous devions faire vite. Nous ne pouvions faire qu'une ou deux prises par plans. Il faut donc croire en votre casting et en votre équipe. Même les deux chiens ( qui, soit dit en passant, ont obtenu le plus d'attention) ont fait ce qu'il fallait en une ou deux prises. J'étais vraiment inquiet à propos des chiens.

 

 

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Ray Wong : Habituellement, après chaque projet, je retourne dans ma cave pour écrire. Je fais cela jusqu'à obtenir quelque chose d'excitant. Puis je rassemble l'équipe à nouveau. Pour l'instant, je travaille avec un ami pour faire de Burnt Grass un long. Nous avons une bonne histoire. Je croise les doigts pour revoir la lumière du jour

 

 

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

 

Ray Wong : Avec Burnt Grass, nous espérons avoir fait un film bizarre, sombre et qui fait réfléchir.