03/11/2013

FOREVER COURT METRAGE: CRITIQUE ET INTERVIEW DE LA REALISATRICE NIAV CONTY

 

 

 

Forever

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre

 

Résumé :Une histoire d’amour qui tourne mal. Elle veut le quitter et lui veut la garder pour toujours.

 

Réalisatrice:Niav Conty

 

Scénariste:Niav Conty

 

Acteur:Alex Lora, Aundrea Faris

 

Pays : Etats-Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 13 min



Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre

Critique :

L’amour ou l’orgueil peuvent pousser à des actes parfois complètement irrationnels. C’est le cas du personnage principal de Forever, qui tue sa concubine car celle-ci lui annonce qu’elle le quitte. Mais il ne s'arrête pas là le bougre! Il passe du temps avec son cadavre, puis décide de le découper et de le manger.

Ca a l’air gore dit comme ça, mais la réalisation pudique de Niav Conty évite les scènes putassières en jouant avec le hors champ. Néanmoins, il se dégage de ce métrage un sentiment de malaise et de dégout à l’image de ce concubin frustré qui agit placidement. La mise en scène dépouillée aux couleurs désaturées  à l’esthétique «arty» apporte une atmosphère  travaillée qui prend le temps d’installer son crapuleux personnage. Un court qui n’est pas sans rappeler l’excellent et troublant «Adoration» d’Olivier Smolders.

Bref, Forever est un court métrage aussi beau qu’il est dérangeant. 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre

Note : 16/20

 

 

Site Internet :

 

http://www.niav-film.com/

 

Commentaires de la réalisatrice à propos de son film:

 

Forever est le portrait d'un homme qui aspire à se sentir complet . Il aspire à des choses qui n'ont jamais , ou n'existent plus. Il est dans un état de perpétuelle nostalgie d'un sentiment de plénitude.
Même dans ses tentatives vaines de conserver sa petite amie.  Plus elle est là auprès de lui, moins il la ressent présente. Ce n'est que par procuration à travers l’image qu’il se fait d’elle qu'il se sent capable de ressentir  les parties de lui-même qui lui manquent ,physiques ou psychiques.

Ne pouvant pas trouver dans son regard, un amour qui n'est en fait plus là , et encore moins dans son cadavre une expression de son corps qui n'est plus entier , il commet l'acte ultime du désir: l’union par l’ingestion du corps et de l’âme de sa petite amis
Tourné en couleurs désaturées et composé principalement de plans fixes picturaux , l'objectif tente de rester un œil extérieur , observant Javier dans son espace physique et mentale. Sans commentaires ni explications, nous observons simplement son immense sentiment de nostalgie qui opère.

- Niav Conty

 

 

 

 

 

 

 

Interview de la réalisatrice et scénariste:Niav Conty(qui a fait l’effort de répondre en français)

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Niav Conty, Frank, Yasuo, Lisa Forst, Niav Conty, Alex Lora, Aundrea Faris, Etats-Unis,2013,forever,court métrage,short,tueur,couple,tue sa petite amie,mange,cadavre


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Niav Conty:Je suis une cinéaste Franco-Américaine. Mon site: www.niav-film.com 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

N.C.:"Gravity" et "12 Years a Slave" (les deux films les plus remarquables de l'année à mon avis).

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

N.C.:Influences? Je ne sais pas, mais j'aime beaucoup David Lynch pour son originalité, Steve McQueen pour son intelligence et sa forme, Wong Kar Waipour son sens de l'image, Werner Herzog pour son humanité.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

 

N.C.:En général, ce qui m'intéresse dans le cinéma de genre est comment on peut arriver a l’esquiver ou à jouer avec. J'aime les films «ovnis». J'aime ne pas pouvoir facilement les «caser», et  quand ceux-ci brisent les conventions et les constructions du langage du genre.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

N.C.: Au départ, c’était un scénario plus longu et développé sur un tueur en série. Mais le personnage principal était assez détestable, ce qui m’ennuyait. Donc j'ai écrit ce petite exercice pour tenter de rend re ce personnage plus aimable. Qu'on finisse par l'aimer un peu, même si cela nous rend mal à l'aise. Ce qui en est sorti, est ce scénario un peu plus doux, un histoire d'amour en sorte, sa premier victime. Puis surtout c'était un choix de casting. Alex Lora est quelqu’un de très doux et à l'air naturellement innocent avec ses grands yeux. J'ai vu plein de gens pour ce rôle et à chaque fois ils ne pouvaient pas s'en empêcher de jouer les méchants, même subtilement. 'Al, lui,ne faisait rien, il était simplement lui même, sans aucune envie de jouer un méchant, même quand je lui demandait de faire des choses atroces.

 

Fantasticmovies: Forever est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

N.C.: Ce fut surtout long car j'ai dû le laisser pendant un long moment avant de le finir. Puis j'étais indécise sur certaines choses. Par exemple le film était tourné en couleur, puis je l'ai mis en noir & blanc  lors de la post, et c’est seulement à la fin que j'ai décidé de le remettre en couleurs.

Pour le son, les prises était très bonnes (merci à Frank et Yasuo). C'était assez simple. Le plus dur était de trouver le rythme du film. Un rythme lent mais inévitable.

Fantasticmovies: Vous contrebalancez l’image habituelle de l’infirme «victime», car dans votre film, c’est lui le bourreau.

Comment avez-vous imaginé ce scripte?

N.C.: Le scénario est tel qu'on le voit dans le film, mais sans aucunes mentions du manque d’un bras du personnage principal. Je n’ai pas du tout choisi Al à cause de son infirmité,c'était son innocence qui m’attirait pour ce rôle. Ceci dit, il est évident que le film change largement avec son physique. Les pulsions derrière ses actions prend un sens autre, et surtout la scène avec le bras dans le lit devient franchement très étrange et horrifiant.

C'est devenu l'histoire d'un home qui essaye de se compléter, de se rend entier. Dans le scénario, c'est pareil mais il essaye de combler une manque métaphorique, avec cette acteur ça devient bien plus littéral.

Al semblait cool avec tout ça, c'était surtout les actes de violence que je lui demandait de faire qui le gênaient . C'est un pacifiste au grand cœur.

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

N.C.: Il n’y  a que du maquillage (sur la fille, la main, et la création d’un faux doigt). Tout était réalisé par la maquilleuse Lisa Forst, qui a fait un super boulot. On voulait rester très subtil et ne pas tomber dans le "gore". A part ça, quelques trucages en FinalCut sur le cadavre pour effacer les respirations de l’actrice, et c'est tout.


Fantasticmovies:Votre recette du faux sang?

 

N.C.: (rire) Je ne sais pas. Faut demander à Lisa. Mais il y en avait vraiment très peu. On aurait pu en mettre un peu plus, franchement.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

N.C.: C'était un film d'école, donc j'ai pu convaincre quelques camarades de classe de m'aider.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

N.C.: Le tournage a pris deux journées consécutives de 18h,  donc franchement je ne me rappelle pas de grand chose. J'aurais pu penser que c'était juste un long cauchemar, mais j'ai des rushes pour me prouver que ça s'est passé pour du vrai :)

Non, mis à part le planning de folie, on s'est très bien amusés, malgré le sujet quelque peu glauque.

 

Fantasticmovies:Parlez-nous du budget de Forever. 

N.C.:Autour de $300. 

Personne n’était payé, quelques projecteurs prêtés de l'école, la caméra (canon 5D) est la mienne.

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

N.C.: Je viens de finir un autre court métrage qui s’appelle Outworld dont voici le site:

http://outworldthefilm.wordpress.com/

Maintenant je commence l'écriture du long métrage de’Outworld.

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

N.C.: Merci. 

J'espère que le film vous effrayera doucement et insidieusement:)

 

 

 

 

 

 

 

 

 


16/09/2012

A CADAVER CHRISTMAS: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

A CADAVER CHRISTMAS

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur,a cadaver christmas, Joe Zerull,Daniel Rairdin-Hale,Hanlon Smith-Dorsey, Yosh Hayashi,Ben Hopkins,Jessica Denney, Cadaver Productions,dvd,comedy, comédie,horror,horreur,christmas,cadaver,cadavre,zombie,camp, sexy, interview du réalisateur, interview,vimeo

Résumé :

Quand une expérience du professeur de biologie tourne mal , c’est au concierge de l’université qu’incombe la lourde tâche  de nettoyer tout  ce désordre. Armé de son mope et aidé par une bande d’anti-héros, il devra combattre une horde de zombies. Tout cela, le soir du réveillon de Noël.

 

 

Réalisateur:Joe Zerull

 

Scénaristes:Joe Zerull,Daniel Rairdin-Hale,Hanlon Smith-Dorsey

 

Acteurs :Daniel Rairdin-Hale,Hanlon Smith-Dorsey,Yosh Hayashi,Ben Hopkins,Jessica Denney,...

 

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année :2011

 

 

Durée:86 min.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur,a cadaver christmas, Joe Zerull,Daniel Rairdin-Hale,Hanlon Smith-Dorsey, Yosh Hayashi,Ben Hopkins,Jessica Denney, Cadaver Productions,dvd,comedy, comédie,horror,horreur,christmas,cadaver,cadavre,zombie,camp, sexy, interview du réalisateur, interview,vimeo

 

 

Critique :

Le soir du réveillon de Noel, une invasion de zombies, heu pardon, de cadavres (oui car il y a une différence expliquée dans le film), vient perturber ce moment de paix. Ces morts vivants sont en fait le résultat d’une expérience ratée du professeur de biologie de l’université locale. Son concierge aidé d’une bande de pieds cassés feront le nécessaire pour endiguer ce fléau. Avec un tel synopsis , nul doute que A Cadaver Christmas ne se prend pas au sérieux. C’est un délire grindhouse à l’esthétique 80’s sacrément réussi au vue de son micro budget. 

Mêlant humour, horreur, gore et mauvais gout, le film de Joe Zerull est une ode à tous ces petits films dérangeants mais au combien sympathiques qui trônaient tels des grales dans l’arrière boutique des vidéoclubs près des films de cul à l’époque de la V.H.S.

 

Il est évident que le métrage ne brille pas par son originalité. Les zombies, le ton décalé, la  bande d’anti-héros,... c’est du déjà vu et revu. Mais Zerull contrebalance habilement cet écueil par la générosité. Se jouant des codes du genre et du cinéma, de nombreuses scènes sont à mourir de rire et agrémentées de dialogues horripilants et de moments surréalistes. 

 

Techniquement, pratiquement irréprochable, A Cadaver Christmas souffre d’un rythme inégal. Certaines scènes et dialogues se répètent. Heureusement Zerull emballe son métrage très correctement: image vieillie,  couleurs saturées et montage bien pensé. Effet «grindhouse» assuré.

Ajoutez à cela les effets gores à l’ancienne bien foutus et une musique qui accompagne intelligemment l’action.  

Le jeu des acteurs est bon malgré un surjeu  parfois irritant mais qui apporte au film son ton décaler. 

A Cadaver Christmas  est à mettre dans la catégorie de ces films, certes pas parfaits mais tellement sympathiques qu’ils captent le spectateur.

Bref, A Cadaver Christmas (qui risque de changer de nom pour sa sortie européenne) est un petit zombie movie sans prétention qui surpasse de loin certaines productions à plus gros budget.

 

 

 

 

 

 Note : 17/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Editeur:Cadaver Productions

 

DVD (zone 1):Image: 1.78/ Langue: Anglais//Bonus: «Getting Started», «Gag Reel», Bandes Annonces, Making Of.

 

Ciné,cinéma,infos ciné, youtube,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur,a cadaver christmas, Joe Zerull,Daniel Rairdin-Hale,Hanlon Smith-Dorsey, Yosh Hayashi,Ben Hopkins,Jessica Denney, Cadaver Productions,dvd,comedy, comédie,horror,horreur,christmas,cadaver,cadavre,zombie,camp, sexy, interview du réalisateur, interview,vimeo


 

Interview du réalisateur Joe Zerull

 

Quel est le film que vous avez vu récemment et qui vous a le plus marqué?

Joe Zerull: C’est difficile à dire car j’ai un enfant de deux ans à la maison et je n’ai plus l’occasion de regarder autant de films de genre que je voudrais. J’ai vu de bons films (courts et longs) dans les festivals et j’ai été impressionné par le talent qui émane de films indépendants tels que: Dead Weight, An Evening with my Comatose Mother,Absentia, Collapse, Potpourri,The Mole Man of Belmont Avenue, Nailbiter.

Il y a d’autres grands films de genre indépendants que j’ai pu visionner récemment: Pontypool,Deadheads et Juan of the Dead.

Deadheads est le film le plus récent que j’ai vu et adoré. Si vous êtes un fan d’horreur-comédie de zombies, je vous le conseille. (voir article sur Deadheads dans ce même blog ndlr).

Quelles sont vos influences en tant que réalisateur?

J.Z.:Les deux films qui ont le plus influencés A Cadaver Christmas sont Evil Dead et Les Aventures De Jack Burton Dans Les griffes Du Mandarin (BIG TROUBLE IN LITTLE CHINA en V.O.). Il y a d’autres influences et références dans mon film, mais c’est de ces deux -là que vient mon inspiration.

Sam Raimi et John Carpenter sont les meilleurs réalisateurs de films de genre de tous les temps. Il sont mes préférés. J’adore le style et l’humour de ces deux films et j’ai voulu les incorporer autant que possible dans mon film.

 

Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

 

J.Z. Les avancées technologiques ont permis à n’importe qui de devenir un réalisateur, ce qui est pour moi à la fois génial et terrible. Génial car grace à elles, des gens comme moi ont eu l’opportunité de réaliser un rêve, ce qui était techniquement impossible il y a une dizaine d’années.Cependant il y a des centaines de gens qui, comme moi, rêvent de faire des films et ont innondé le marché du genre indépendant. C’est bien pour les distributeurs mais pas pour les cinéastes indépendants qui veulent  en faire leur métier à plein temps.

Il est impossible de faire du bénéfice grace à un film sauf si celui-ci coute moins de 10 000 dollars. Nous sommes donc bloqués par ces petits budgets.

Je suis persuadé que le prochain grand film culte d’horreur comme Evil Dead émanera du cinéma de genre indépendant.

Les films indépendants que je vous ai énumérés à la première question, sont autant d’exemples de cinéma de qualité que j’ai vus récemment.

Le prochain «grand» film d’horreur ne sortira pas des gros studios car ceux-ci ne prennent aucuns risques et ne produisent que des métrages qui leur garantissent des bénéfices. C’est pour cela qu’il y a tant de remakes et de suites inutiles sur les écrans.

L’avenir du cinéma de genre est en fin de compte entre les mains du public. J’ai foi en lui. Il délaissera les remakes et les suites des gros studios pour se tourner vers le cinéma différent.... Et j’espère que les studios suivront le mouvement.

 

A Cadaver Christmas est votre premier long métrage. Qu’en retirez-vous comme expérience?

J.Z. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir une équipe d’acteurs et de techniciens talentueux qui ont travaillé de nombreuses heures pour presque rien. J’aurais fait de nombreuses choses différemment mais le manque d’argent a guidé la façon dont le film a été produit. Ca nous a aidé à rester naïfs car si nous avions su ce que l’on connait maintenant sur la distribution et la post-production, nous n’aurions pas fait le film.

 

Pourquoi les zombies?

J.Z. Je suis un fan de films de zombies. En fait, A Cadaver Christmas n’est pas vraiment un film de zombies. Nous nous moquons d’eux en les qualifiant de cadavres. Les zombies sont très populaires en ce moment, j’espère que cela va permettre à notre film d’être vu par beaucoup de gens et qu’ils le trouveront amusant et original.

Avez-vous des anecdotes concernant le tournage?

J.Z. Nous en avons eu un tas. Une des histoires les plus drôle est à voir dans ce clip: https://vimeo.com/46522851

Avez-vous d’autres projets?

J.Z. J’ai quelques idées, mais rien de concret. C’est toujours un problème d’argent.  Je ne veux plus mendier à des amis ou à la famille. Je suis heureux et chanceux d’avoir pu faire ce film. C’est comme s’il était un enfant que j’ai élevé et qui doit quitter son nid pour vivre sa vie. 

Si j’ai la chance de faire un autre métrage, je ferai appel à toute l’équipe du film car ils sont géniaux. J’espère juste que la prochaine fois je pourrai les payer.