07/08/2008

30 Jours De Nuit: Les suceurs de sang

30 Jours De Nuit ( 30 Days Of Night)


30 jours de nuit 1

 Résumé 

Alaska, de nos jours. Au cœur de l’hiver, les habitants de la paisible ville de Barrow s’apprêtent à passer, comme tous les ans, un mois sans soleil. A la suite d’une série d’évènements étranges, Eben et Stella, les deux shérifs locaux, vont découvrir l’invraisemblable vérité. Un gang de vampires a investi la ville pour l’éradiquer de tous ses habitants. Eben, Stella et un petit groupe de survivants vont alors tenter de survivre jusqu’à l’aube.

 Acteurs principaux

 

Josh Hartnett :Sheriff Eden/Melissa George :Stella Oleson/Danny Huston:Marlow/Ben Foster:L’étranger/Mark Bone Junior:Beau/Mark Rendall: Jake

 30 jours de nuit 2

Critique

 

Le vampire au cinéma est souvent représenté de manière romantique, un être beau et dangereux à la fois, dont l’aspect « chasseur sanguinaire » est mis de côté pour privilégier les liens (de haine, où d’amour) qu’il entretient avec ses victimes et ceci peu importe le lieu ou l’univers du film dans lequel il est représenté.

30 Days Of Night fait fit de ce passé cinématographique et renouvelle un genre vampirique ultra codé.

Le réalisateur David Slade (Hard Candy), dont c’est le deuxième métrage montre un réel talent de metteur en scène. Son film nous présente des vampires loin de l’image qu’ils véhiculent d’ordinaire.

Les suceurs de sang, sont ici des êtres sauvages, sanguinaires, chassant en meutes qui ne montrent aucune compassion ni d’intérêt pour leurs victimes. Elles sont considérées comme du bétail.

30 jours de nuit 3
 

30 Jours de Nuits est tiré du roman graphique de Steve Niles qui fut crédité en tant que co-scénariste sur le film. Un des souhaits de David Slade  était, donc, de coller le plus possible au média d’origine.

Pour mettre en image cette histoire d’un groupe de vampires s’attaquant à une bourgade d’Alaska, plongée dans une nuit de 30 jours, la maison de production de Sam Raimi, Ghost House Picture, ne lésine pas sur les moyens en permettant à Slade de mettre en image ses idées les plus folles.


30 jours de nuit 4

Tourné en Nouvelle Zeelande, 30 Jours De Nuit s’offre le luxe de décors extérieurs en taille réelle, de tonnes de fausse neige et d’effets spéciaux signés par la firme Weta (Le Seigneur Des Anneaux).

30 jours de nuit 5

 

Slade et son équipe mettent tout en œuvre pour rendre le film beau et hargneux à la fois. Une sorte de mixe entre le film de John Carpenter, The Thing pour le côté  « survival » sous la neige et 28 Jours Plus Tard pour le côté speed des scènes d’action.

Tourné majoritairement de nuit, 30 Jours De Nuit est affublé d’une splendide photo mêlant habilement les tons de gris, de noir, de bleu, et bien sur de rouge. Le film est tout simplement beau à regarder.


30 jours de nuit 7

Venons-en au look des vampires. Intrigants et monstrueux, les maquillages discrets mais efficaces mettent en avant la sauvagesse des créatures.

 30 jours de nuit 6

Pour son « Survival horrifique » Slade mets ses personnages principaux dans des situations extrêmes. Obligés de se cacher sous peine d’être tués, le sheriff Eben et sa petite amie Stella s’occupent d’un groupe de survivants qui seront décimés les uns après les autres. Le réalisateur installe un suspense constant tout au long de son film accompagné de scènes d’action sanglantes (la scène de la petite fille vampire est impressionnante). Décapitations, éventrements et tête explosées parsèment le film sans pour autant le rendre ridiculement gore.

Ca charcute sec mais pas dans l’excès.

 30 jours de nuit 8

Bref, 30 Jours De Nuit mérite d’être visionné.

 

Killg

 

Cote : 17/20

 

Bande Annonce 

 

 

 

30/07/2008

Diary Of The Dead/La Chronique Des Morts Vivants.

Diary Of The Dead


diary of the dead 1

 

Résumé

 

Des étudiants en cinéma tournent dans une forêt un film d’horreur, quand dans les médias, on annonce que les morts reviennent à la vie.

Jason, le réalisateur, décide alors de prendre sa caméra pour couvrir l’événement.

 

Acteurs principaux 

 

Michelle Morgan: Debra/ Joshua Close: Jason/Amy Ciupak Lalonde: Tracy/Shawn Roberts: Tony/ Joe Dinicol: Eliot

 diary of the dead 4

Critique

 

Le maître des films de zombies, Georges A. Romero, revient  avec un cinquième métrage mettant en scène des morts vivants.

Après La Nuit Des Morts Vivants où le réalisateur mettait les bases d’un nouveau genre, le film de zombies et dénonçait la ségrégation raciale en prenant comme héros un noir américain. Après Zombie où il fustigeait la société de consommation. Après Le Jour Des Morts Vivants, où il montrait une armée décadente. Après Land Of The Dead où il se moquait de la politique sécuritaire anti-terroriste, Romero met en scène ce Diary Of The Dead dans lequel, il s’attaque à la société de l’information.

 diary of the dead 6

Diary Of The Dead, n’est pas une suite à la quadrilogie initiale mais un film à prendre à part. Un métrage indépendant des autres, revenant aux origines de l’invasion des zombies sans pour autant en donner la cause. Nous vivons  cet envahissement à travers ce que vivent une bande de jeunes cinéastes partis tourner un film d’horreur en forêt.

 diary of the dead 3

A l’instar d’un Rec. ou d'un Cloverfield, pour les plus récents, Diary Of The Dead est filmé majoritairement en caméra subjective à une différence près, c’est que Romero utilise ostentatoirement les artifices cinématographiques que sont la musique et le montage pour mettre en boîte son métrage. Le spectateur n’étant pas dupé vu que ce choix artistique est expliqué dès le début du film via le personnage de Debra qui nous dit que ce que l’on voit à l’écran est monté et accompagné de musique.

La camera subjective n’est pas le seul média que Romero utilise pour son Diary Of The Dead. Intelligemment, il monte des images provenant aussi d’un GSM, d’Internet et de caméras vidéo de surveillance.  C’est ainsi que le réalisateur arrive à faire passer son message d’une société submergée de manière anarchique  par l’information instantanée, sans recul, relayée par Internet.

Le personnage de Jason en étant le produit, celui-ci préférant garder à l’épaule sa caméra plutôt que d’aider ses amis à survivre.

 diary of the dead 12

Le jeu des acteurs est assez bon et la chorégraphie des scènes extrêmement bien travaillée.

Les effets gores sont bien rendus et crus.

 

Il est néanmoins à déplorer que le métrage soit dénué de moments de trouilles, ce qui est un comble pour un film d’épouvantes.Romero préfère privilégier le message sous-jacent de son film plutôt que de nous faire peur. 

Diary Of The Dead, film à petit budget, est plus à voir comme un brûlot contre la société de l’information plutôt qu’un film d’horreur foutant les choquotes.

 

Killg

 

Cote : 14/20

 

Bandes annonces

 

 

Encore des photos 

 diary of the dead 5

diary of the dead 7

diary of the dead 8


Site officiel

http://www.bacfilms.com/site/diary/