27/05/2015

ETRE (BIFFF 2015): CRITIQUE

ETRE (BIFFF 2015)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,BIFFF,bifff 2015,Etre,Fara Sene,Bruno Solo,Salim Kechiouche,Benjamin Ramon,France,Belgique,2014,Cinétévé,Les Films du Carré,drame,policier,thriller,

 

 

Synopsis :Un policier au bout du rouleau, François. Une fille adoptive mal dans sa peau, Ester. Un provincial qui rêve de visiter le monde, Christian. Un garagiste qui rêve de fuir sa cité par tous les moyens, Mohamed.Et une SDF.

Ils ne se connaissent pas, pourtant, en 24 heures, leurs destins vont se croiser, transformant leur existence douloureuse en un chemin vierge où tout reste à construire...

 

Réalisateur: Fara Sene

 

Scénariste: Fara Sene

 

Acteurs principaux: Bruno Solo,Salim Kechiouche,Benjamin Ramon

 

Pays : France/Belgique

 

Année :2014

 

Durée: 88 min.

 

Production: Cinétévé,Les Films du Carré

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,BIFFF,bifff 2015,Etre,Fara Sene,Bruno Solo,Salim Kechiouche,Benjamin Ramon,France,Belgique,2014,Cinétévé,Les Films du Carré,drame,policier,thriller,

 

Critique : 

 

La programmation éclectique du BIFFF nous propose à voir le meilleur du pire comme le pire du meilleur: du nanar z quasi in-montrable, au chef d’oeuvre indé en passant par l’ofni inclassable. Mais le festival nous offre aussi des surprises inattendues, parfois décevantes, qui bizarrement ne remplisse pas du tout le cahier des charges de la ligne éditoriale “biffien”. Ce fut le cas cette année de Words With Gods, qui hormis son affiche prestigieuse de réalisateurs ayant touché parfois au genre,n’avait strictement rien à voir avec l’univers “fantastique” et c’est aussi le cas, en partie, du film chroniqué ici. 

Certes dans Etre,il y a un flic (le surprenant Bruno Solo)mais c’est à peu près le seul point d’attache que pourrait avoir le film avec un polar. Loin d’être mauvais, Etre, raconte vingt-quatre heures de destins croisés baignés dans la déprime. C’est pas jojo à première vue. Le film nous plonge dans les abysses d’un quotidien commun dont on voudrait s’échapper. C’est là que l’on se dit : “chouette, j’ai oublié de prendre mon Prozac”. Heureusement,Fara Sene nous abreuve de bons sentiments et de monologues/dialogues moralisateurs qui font basculer son oeuvre du drame d’auteur au télévisuellement acceptable en prime-time. 

L’oeuvre finit par suivre des dictats de la bienséance pour ne pas heurter la sacro sainte ménagère cathodique.Il faut bien que le film rapporte un peu de sous. 

Une véritable plaie infectée par le retour sur investissement qui blesse profondément un cinéma français de plus en plus frileux concernant le genre. Dommage car Fara Sene montre de réels talents de metteur en scène qui, espérons-le , lui serviront pour une oeuvre plus personnelle et chiadée.

Bref, Etre, sous ses allures de film d’auteur, n’est rien d’autre qu’un drame de prime time, bien trop propre sur lui, qui dénote dans une programmation, certes éclectique, qu’est celle du BIFFF.    

   

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,BIFFF,bifff 2015,Etre,Fara Sene,Bruno Solo,Salim Kechiouche,Benjamin Ramon,France,Belgique,2014,Cinétévé,Les Films du Carré,drame,policier,thriller,

 

Note : 12/20

 

Bande-annonce :

 


ETRE Trailer officiel sous titre US by 4lim

 

 

Sites Internet :

 

Site officiel

Facebook

IMDB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31/05/2014

VU AU BIFFF:ABLATIONS

 

 

 

VU AU BIFFF:ABLATIONS

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,ablations,mystère,thriller, Arnold de Parscau, Benoît Delépine, Denis Ménochet,Virginie Ledoyen,Florence Thomassin,Yolande Moreau,Philippe Nahon,Serge Riaboukine,Philippe Rebbot, Belgique,France, 2014,

Résumé :Ah, ces incorrigibles VRP en déplacement ! Loin du foyer marital, ils ne se gênent pas pour de viles pochetronnades au bar de l’Ibis ou pour se faire dégorger le poireau sous les néons blafards d’un restoroute de province… Mais, cette fois, Pastor a peut-être quand même un peu exagéré : se réveillant en pleine nature avec les cheveux qui lui poussent à l’intérieur du crâne, il ne se souvient de rien ! Un chat-bite campagnard avec des gourgandines du cru ? Peu probable, vu la vilaine cicatrice qu’il découvre dans son dos… Le plus effrayant, pourtant, ce sont les points de suture qui sont déjà posés sur la plaie. Et, jusqu’à preuve du contraire, on a rarement vu des ronces avec du fil et une aiguille. L’idée du vol d’organe fait vite son chemin dans l’esprit de Pastor. Et ces 100 kilos de virilité violée lâchement vont provoquer des réactions en chaîne, où Pastor s’effacera petit à petit de son rôle de vendeur, de mari et de père. Tout ce qu’il veut désormais, c’est récupérer la pièce manquante, quitte à faire beaucoup de bruit pour un rein…(Copyright :Site officiel du Bifff) 

 

Réalisateur:Arnold de Parscau

 

Scénariste:Benoît Delépine

 

Acteurs:Denis Ménochet,Virginie Ledoyen,Florence Thomassin,Yolande Moreau,Philippe Nahon,Serge Riaboukine,Philippe Rebbot

 

Pays :Belgique,France

 

Année : 2014

 

Durée: 94 min.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,ablations,mystère,thriller, Arnold de Parscau, Benoît Delépine, Denis Ménochet,Virginie Ledoyen,Florence Thomassin,Yolande Moreau,Philippe Nahon,Serge Riaboukine,Philippe Rebbot, Belgique,France, 2014,

 

Critique :

 

Navet formaté pour la télévision, Ablations est un produit «bien propre sur lui» sans aspérités, insipide.

Ce n’est donc pas avec cette nouvelle preuve de frilosité franco-belge que le cinéma de genre francophone va sortir de sa pudibonderie lassablement habituelle.

Pourtant avec la vague de films comme Martyrs (Pascal Laugier),A L’Intérieur (Alexandre Bustillo et Julien Maury) ou encore Frontières (Xavier Gens), une vague de subversion avait secoué les écrans hexagonaux. 

Hélas on a l’impression que le soufflé est retombé et que les nouvelles productions de genre franco-belges suivront les dictats du prime time télévisuel à l’image de cet Ablations d’ Arnold de Parscau à peine plus dérangeant qu’un Josephine Ange Gardien.

Une belle déception donc d’autant plus grande que sur le papier, le pitch était alléchant et le casting quatre étoiles.

Ablations raconte la lente descente aux enfers d’un businessman dont le couple bas de l’aile et qui se réveille un petit matin avec un rein en moins. Une fois l’intrigue mise en place,le film nous arrose les neurones de ridicule, d’humour incongru et de placement de produits. On ressent à l’écran le désarrois des acteurs qui n’y croient pas. Leur jeu «récité» est horripilant et le personnage principal joué par Denis Ménochet,foncièrement antipathique.

Bref Ablations est un bel exemple de production frileuse, résignée au politiquement/commercialement correct. A oublier au plus vite.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,ablations,mystère,thriller, Arnold de Parscau, Benoît Delépine, Denis Ménochet,Virginie Ledoyen,Florence Thomassin,Yolande Moreau,Philippe Nahon,Serge Riaboukine,Philippe Rebbot, Belgique,France, 2014,

 

 

 

Note :4/20

 

Bande annonce:

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27/10/2013

INTUS: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR GARY SEGHERS

 

 

 

 

 

 

Intus

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gary Seghers , Quentin Ransart, Sherpah Video Projects, Gary Seghers, Laurent Vieilletoile, Belgique,court métrage, uFilm,drama,drame, Jérémie Renier, Sozyone Gonzalez, Lisa Debauche, Maïlyse Hermans, Jacky Druaux

 

Résumé :Un homme se réveille, en sursaut, emmuré dans une chambre. Confronté aux événements qui s'enchaînent dans cet environnement clos, l'homme se retrouve face à lui-même et à son passé.

 

Réalisateur:Gary Seghers 

 

Scénariste:Gary Seghers, Laurent Vieilletoile

 

Acteur:Jérémie Renier, Sozyone Gonzalez, Lisa Debauche, Maïlyse Hermans, Jacky Druaux

 

Pays :Belgique

 

Année : 2013

 

Durée: 12 min

 

Production: Sherpah vidéo projects

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gary Seghers , Quentin Ransart, Sherpah Video Projects, Gary Seghers, Laurent Vieilletoile, Belgique,court métrage, uFilm,drama,drame, Jérémie Renier, Sozyone Gonzalez, Lisa Debauche, Maïlyse Hermans, Jacky Druaux

Critique :

 

Cela fait du bien de voir que des acteurs reconnus osent encore mouiller leur chemise dans des courts-métrages. C’est le cas ici dans Intus, un huis-clos claustrophobique dans lequel on retrouve l’excellent Jérémie Renier. 

Rappelant la première partie de Old Boy de Parl Chan-wook , Intus confronte son personnage principal à l’angoisse de l'enfermement arbitraire .Il ne sait pas où il est, ni ce qu’il doit faire et encore moins pourquoi il est séquestré.

Visuellement éblouissant, Gary Seghers nous offre sur un plateau d’argent son histoire fantastique allégorique. 

La force du jeu de Renier couplé à une mise en scène léchée font de ce court un petit bijou visuel. 

Rien n’a été laissé au hasard: photo sublime, montage parfait, sound design maitrisé, et plans et mouvements de caméra variés font de ce court une réussite technique et artistique. 

Bref, Intus est un bout de pellicule travaillé et ambitieux qui mérite visionnage.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gary Seghers , Quentin Ransart, Sherpah Video Projects, Gary Seghers, Laurent Vieilletoile, Belgique,court métrage, uFilm,drama,drame, Jérémie Renier, Sozyone Gonzalez, Lisa Debauche, Maïlyse Hermans, Jacky Druaux

 

Note : 18/20

 

Bande-annonce :

INTUS DE GARY SEGHERS - TRAILER from Seghers Gary on Vimeo.


 

Site Internet :

 

Page Facebook

 

 

 

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste:Gary Seghers

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gary Seghers , Quentin Ransart, Sherpah Video Projects, Gary Seghers, Laurent Vieilletoile, Belgique,court métrage, uFilm,drama,drame, Jérémie Renier, Sozyone Gonzalez, Lisa Debauche, Maïlyse Hermans, Jacky Druaux



Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

Gary Seghers: Je suis Belge, j'ai 37 ans et je suis autodidacte.J'ai commencé par la photographie avant de me diriger vers le cinéma en passant par tous les postes sur un plateau. Je suis aussi monteur pour une télévision Belge. Intus est mon premier film en tant que scénariste et réalisateur.

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

G.S.: Rundskop de Michäel R.Roskam

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

G.S.: Il y en a beaucoup, surtout en tant que "jeune réalisateur". Stanley Kubrick est sans doute le réalisateur qui m'a donné envie de faire ce métier, pour ne pas être très original.

  Une prof de Français nous avait montré "Orange Mécanique", je devais avoir 14 ans, ce fut un choc.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

 

G.S.: Comme pour tous les autres styles de cinéma, il y a du bon et du très mauvais.

Pas vraiment d'avis sur ça, pour être honnête.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

G.S.: Avec le co-scénariste, Laurent Vieilletoile, que j'ai rencontré en travaillant pour la télé. Nous étions tous les deux en pleine rupture amoureuse (chacun de notre côté!! ;) )  et nous nous sentions renfermés sur nous mêmes. On a commencé à écrire sur ce thème là. Intus était initié..

 

Fantasticmovies: Intus est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

G.S.:Oui, plus ou moins 3 mois pour toute la post-prod. Pour un court métrage, c'est long! 

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.


G.S.:Ils ont été imaginés au moment du découpage.

  C'est Quentin Ransart, de Sherpah Video Projects, qui les a conçus.

  La difficulté était de rester simple et efficace. Ils sont surtout présent pour accentuer le côté irréaliste de cette pièce! 

 

Fantasticmovies:Comment Jérémie Renier est-il arrivé sur le projet?

 

G.S.: Très simplement.

J'avais la chance de le connaître via une amie en commun. Après, il est très accessible et il m'a fallut simplement lui demander. Il a lu le scénario et il a dit oui dans la foulée. 

 

Fantasticmovies:Du cinéma francophone de genre belge, c’est extrêmement rare. Avez-vous pu obtenir un quelconque soutien auprès des institutions?

 

G.S.: Oui. Aide de la commission et du tax shelter.

 

Fantasticmovies:Pourquoi selon vous, nos cinéastes belges (surtout francophones) sont si peu médiatisés dans notre pays surtout s’ ils font du genre?

 

G.S.: Je n'en sais rien, le cinéma d'auteur prend peut être beaucoup de place dans notre pays, vu sa réputation mondiale. Mais cela ne me dérange pas! Il est plutôt de qualité.

 

Fantasticmovies: Expliquez-nous le titre «Intus».

 

G.S.:Intus veut dire "à l'intérieur" en Latin.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

G.S.: Assez facile oui, à part pour un machino, que nous n'avions pas jusqu'à la dernière minute!

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

G.S.: Il y en a évidemment beaucoup! 

Peut être le jour du tournage en piscine! 

  Jérémie dans l'eau, du matos électrique dans et autour de la piscine. On ne pouvait s'empêcher de penser à Cloclo!

  On avait tous très peur!! Mais tout s'est passé comme sur des roulettes!

 

Fantasticmovies:Parlez-nous du budget d’Intus. 

G.S.:  Sur le papier , une centaine de milliers d'euros, mais on l'a fait avec beaucoup moins!

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

G.S.: Oui, plusieurs, mais je suis aussi à la recherche de producteurs avant tout!Sinon, j'ai écrit 2 courts métrages et je commence l'écriture d'un long, sur la vie de mon grand père, qui fut soldat de la brigade Piron pendant la 2ème guerre mondiale. Brigade Belge qui délivra Bruxelles en 1945.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

G.S.: Merci à "Fantasticmovies" pour son intéret porté à Intus!