31/08/2014

LE PASSAGE: CRITIQUE /INTERVIEW DU REALISATEUR: FABIEN MONTAGNER

 

LE PASSAGE

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Fabien Montagner, Fabien Montagner,Cindy Colpaert,Pierre Hatet,Vernon Dobtcheff,Fanny Capretta,Philippe Ohrel,Rainer Sievert,France, 2011,le passage,court métrage,Arnaud Carney,François Sempé, Joseph de Laage, Marine Haziza, Jules Wysocki, Daniel Gries, François Loubeyre, Cyrille Aufort

 

 

Résumé :Faustine, 16 ans, adolescente un peu rebelle, vit mal le fait d’être obligée de vivre avec son grand-père, pourtant bienveillant à son égard.

En voulant prendre l’air, un soir où son grand-père lui raconte une nouvelle fois ses souvenirs,  elle va se retrouver dans une aventure hors du temps qui va lui faire prendre conscience de l’importance de ses racines familiales.

Réalisateur: Fabien Montagner

 

Scénariste: Fabien Montagner

 

Acteurs: Cindy Colpaert,Pierre Hatet,Vernon Dobtcheff,Fanny Capretta,Philippe Ohrel,Rainer Sievert.

 

 

Pays :France

 

Année : 2011

 

Durée: 18 min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Fabien Montagner, Fabien Montagner,Cindy Colpaert,Pierre Hatet,Vernon Dobtcheff,Fanny Capretta,Philippe Ohrel,Rainer Sievert,France, 2011,le passage,court métrage,Arnaud Carney,François Sempé, Joseph de Laage, Marine Haziza, Jules Wysocki, Daniel Gries, François Loubeyre, Cyrille Aufort

 

Critique : 

 

Il existe en France des réalisateurs qui ont un véritable potentiel artistique (oui oui, le cinéma français ne se limite pas aux produits formatés «télévision»). Oeuvrant dans le fantastique, ils se voient,hélas, souvent fermer les portes des studios dits «mainstream». Quand ils arrivent coute que coute à mener à bien leurs projets (merci le crowdfunding), leurs diffusions restent confidentielles. Malgré tout, certains metteurs en scène s’accrochent et continuent à produire dans le genre des métrages (courts ou longs) plus ou moins aboutis. Fabien Montagner fait partie de ces réalisateurs chevronnés kamikazes qui osent s’aventurer dans le «non bankable». Son court métrage, Le Passage n’est certes pas dénué de défauts, il a le mérite de la volonté du «bien faire». Montagner respecte ses spectateurs en leur proposant une oeuvre esthétiquement travaillée à la photographie et aux cadrages conventionnels mais classieux. L’histoire de Faustine, jeune fille de seize ans, à la recherche de ses origines, qui, au court d’une balade dans les bois, sera confrontée à ses aïeux est prenante. Certaines longueurs et le jeu «récité» des acteurs alourdissent quelque peu l’ensemble. Des menus défauts auxquels on ne prêtera pas trop attention, tant l’ensemble tient honnêtement la route. 

Bref, Le Passage est un court métrage fantastique sincère et à l’atmosphère travaillée sur un parcours initiatique axé sur les apprentissages du passé qui mérite une large diffusion.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Fabien Montagner, Fabien Montagner,Cindy Colpaert,Pierre Hatet,Vernon Dobtcheff,Fanny Capretta,Philippe Ohrel,Rainer Sievert,France, 2011,le passage,court métrage,Arnaud Carney,François Sempé, Joseph de Laage, Marine Haziza, Jules Wysocki, Daniel Gries, François Loubeyre, Cyrille Aufort

Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste: Fabien Montagner

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Fabien Montagner, Fabien Montagner,Cindy Colpaert,Pierre Hatet,Vernon Dobtcheff,Fanny Capretta,Philippe Ohrel,Rainer Sievert,France, 2011,le passage,court métrage,Arnaud Carney,François Sempé, Joseph de Laage, Marine Haziza, Jules Wysocki, Daniel Gries, François Loubeyre, Cyrille Aufort

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Fabien Montagner: Je suis monteur de profession et je réalise à côté de ça mes courts-métrages car c'est ce que j'aime par dessus tout, écrire et raconter des histoires !J'ai fait une école de cinéma il y a quelques années maintenant (l'ESRA) et "Le Passage" est mon quatrième court, le premier que je qualifierais de Fantastique, alors que c'est un de mes genres préférés ! J'ai mis le temps à sauter le pas...

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Fabien Montagner: Si on reste dans le registre du Fantastique et de la science-fiction, j'ai beaucoup aimé "Oblivion" de Joseph Kosinski. J'ai aussi aimé "The conjuring", "Dark Skies" et évidemment "Gravity"... quelle claque !

Fantasticmovies:Quelles sont vos influences en tant que réalisateur?

 

Fabien Montagner: Assez banal je l'avoue... j'ai eu ma période Hitchcock, une autre période David Lynch ou encore les frères Coen, mais les indémodables à mes yeux restent Spielberg et Zemeckis. Il n'y a pas grand-chose à jeter dans leurs oeuvres pour moi. Dans "Le Passage" il y a des clins d'oeil à certains de leurs films (L'incroyable Vernon Dobtcheff a joué dans le troisième "Indiana Jones", et le magnifique Pierre Hatet est la voix française du Doc. Brown de "Retour vers le futur").

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

 

Fabien Montagner: Je trouve qu'il y a beaucoup de film de genre internationaux de qualité même si des fois ils se ressemblent un peu. En France c'est vrai qu'il est difficile d'exister et de créer des films d'horreur, fantastique ou de science-fiction. J'ai l'impression qu'on a raté le coche il y a quelques années. J'espère que ça va revenir ! D'ailleurs j'ai un projet de longue date de documentaire sur la science-fiction française. Mais l'envie et les talents sont là, je connais beaucoup de jeunes auteurs, réalisateurs, producteurs qui essaient d'en faire.  Mais il va falloir maintenant un vrai succès public, dans le domaine du long-métrage, pour ouvrir la voie !

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet du Passage?

 

Fabien Montagner: L'envie de faire un film fantastique déjà. Ensuite il y avait un projet de long qu'on m'avait proposé et plutôt que de faire un teaser de ce film pour convaincre des diffuseurs ou des distributeurs, je suis plutôt parti sur l'idée  de proposer un court-métrage original, indépendant de l'histoire du long, mais avec un style et quelques idées communes (comme la brume, le wagon, le passage temporel...) et enfin des idées et envies plus personnelles, liées à ma famille notamment.

 

 

Fantasticmovies : Le Passageest vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

Fabien Montagner: Déjà merci pour l'équipe qui a travaillé sur le film. J'en profite pour remercier mon chef-opérateur (Arnaud Carney) et l'équipe son du film (François Sempé, Joseph de Laage, Marine Haziza sur le tournage, Jules Wysocki au montage son, Daniel Gries au bruitage, François Loubeyre au mixage et Cyrille Aufort à la musique). 

Oui c'est du travail mais j'ai l'impression que ça a été fait dans une bonne ambiance, avec des gens humainement sympas, passionnants et compétents, donc franchement je n'ai pas eu l'impression que c'était du boulot, plus des beaux moments de partages ! La post-production est quand même un des moments les plus agréables d'un film, c'est là où beaucoup de choses trouvent un sens !

Fantasticmovies:Pourquoi situer l’histoire du film en 1989? 

Fabien Montagner: Pour une simple et bonne raison, il fallait être crédible dans les dates. Je suis juste parti de l'âge de mes propres grand-parents qui ont vécu la seconde guerre mondiale, et ils avaient dans les 75/80 ans à cette période et non en 2010. Après j'aurai aimé faire un lien avec ces films des années 80 qui ont bercé mon enfance, mais le film ne s'y prêtait pas trop en fait. Il y a bien un vieux walkman à cassette au début du film mais on ne le voit pas. 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver une équipe et des acteurs motivés pour le film?

Fabien Montagner: Pour les comédiens j'ai été assez chanceux, ceux que je voulais ont dit oui très vite ! 

Pour les techniciens, ceux que je ne connaissais de mes précédents films sont revenus, après les autres c'est toujours difficile de les faire entrer dans des aventures un peu longues. Le tournage a duré 5 jours, on a du avoir presque deux équipes histoire de ne pas bloquer les gens trop longtemps.

Fantasticmovies:Comment étaient les conditions de tournage?

Fabien Montagner: Des conditions de court-métrage évidemment. Même si on essaie de gommer au maximum les faiblesses de ce genre de tournage low cost, c'est à dire en assurant un minimum les repas du midi et que tout le monde puisse travailler dans de bonnes conditions, avec le matériel le plus performant possible.

 

Fantasticmovies:Parlez-nous de la musique du film.

Fabien Montagner: La composition a été assurée par mon ami Cyrille Aufort, qui est un mec hyper talentueux et très gentil. On peut discuter de tout et on a à peu près les mêmes goûts musicaux. J'aime sa façon de jouer avec des atmosphères tout en les rendant mélodiques. Ca me parle, surtout pour ce film où je voulais vraiment créer l'ambiance fantastique avec l'aide de la musique, puisqu'il n'y pas d'effets visuels de dingue, le fantastique est plutôt suggéré et réaliste, il fallait réussir à immerger le spectateur avec l'aide de quelques notes bien placées. 

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

Fabien Montagner: On est tombé sur la semaine où la France a été en pénurie d'essence. Donc je vous laisse imaginer la peur qu'on avait pour le groupe électrogène, les transports et les quelques camions qu'on avait avec nous. Mon frère qui s'occupait de la production du film a bien assuré le coup et on s'en est bien sorti grâce à lui !

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget du Passage.

 

Fabien Montagner: Le film est sur fond propre, en totale indépendance pour le coup. On a dû dépasser les 10 000 euros.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Fabien Montagner: J'ai plusieurs projets de courts en tête, notamment un autre fantastique, j'aimerai continuer à tracer quelque chose dans cette voie là. J'ai aussi une comédie que j'aimerai réaliser bientôt. Et je développe des projets de longs évidemment, mais c'est assez dur de trouver le bon sujet !

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

 

Fabien Montagner: Longue vie au fantastique, à l'imaginaire et au rêve !! Vive le cinéma !

 

 

18/05/2013

THE WHISPERER IN DARKNESS : CRITIQUE

THE WHISPERER IN DARKNESS

the whisperer in darkness.png

Résumé :Un brillant professeur à l'Université de Miskatonic (Arkham), Albert N. Wilmarth, est passionné du folklore, et particulièrement celui de la Nouvelle-Angleterre. En parfait scientifique, il est sceptique face aux allégations de Henri Akeley, fermier dans le Vermont.

Ils entretiennent une correspondance relative aux aliens présents dans la région.

Un jour, Henry Akeley invite Albert à venir constater par lui-même ce qu'il en est réellement,...

 

 

Réalisateur:Sean Branney

 

Scénaristes:Sean Branney,Andrew Leman

 

Acteurs : Stephen Blackehart,Annie Abrams,Barry Lynch,P.J. King,Andrew Leman,...

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2011

 

Durée:103 min.


 

the whisperer in darkness2.png


 

Critique :

 

 

Sean Branney, le réalisateur, membre du HPLHS ( The H.P. Lovecraft Historical Society, c’est dire qu’il s’y connait) est un passionné de H.P. Lovecraft ( écrivain prolifique du début 20e siècle qui posa les bases de la culture fantastique contemporaine du point de vue littéraire mais aussi indirectement du point de vue cinématographique via les adaptations de ses oeuvres).

 

Mettant en scène une véritable ode au travail de l’écrivain, Branney nous livre une adaptation du récit «Celui Qui Chuchotait Dans Les Ténèbres» ( traduction en français du titre du livre et donc du film ici critiqué) façon «old school». Exit donc les interprétations contemporaines accompagnées d’effets tape à l’oeil, le film se veut une adaptation fidèle aux écrits du maître.

 

Filmé entièrement en noir et blanc, ce qui lui donne un cachet et une beauté incontestable, le film tient fort bien la route techniquement et artistiquement malgré un budget limité. Le travail soigné apporté à l'image, le jeu des acteurs (Barry Lynch est excellent dans le rôle du fermier cultivé), la musique, le sound design,... tout nous plonge dans l'ambiance des années trente et des films d'horreur de l'époque.

Un chouette voyage dans le temps qui se veut aucunement cynique mais bien respectueux et sincère.

 

Un bémol (si il y en a un), malgré une ou deux surprises de taille, le récit est prévisible et linéaire. Les fan de retournements de situation, passez votre chemin. Par contre, les mordus de films atypiques, ce  The Whisperer In Darkness est fait pour vous.

 

The Whisperer In Darkness est une belle entrée en matière pour ceux qui ne connaissent pas le travail de Lovecraft et un petit plaisir pour les fans à regarder, un soir d'hiver, au coin du feu (quoi on est en été et il fait 30 degrés? Ca marche aussi en short avec un cocktail).

 Rédacteur: MV


 

the whisperer in darkness3.png


 

Note: 15/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Production:HPLHS Motion Pictures, Fungi

 

Sites Internet: 

http://www.cthulhulives.org/whisperer/


02/05/2013

LLOYD THE CONQUEROR: CRITIQUE ET INTERVIEW DU RéALISATEUR MICHAEL PETERSON

 

 

LLOYD THE CONQUEROR

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Calgary, Alberta, The Forge Audio, Canuck, Luke Azevedo, Spawning Ground, Tegan Moss, Michael Peterson,Andrew Herman, Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey, Canada, 2011, Fresh Dog Productions,interview,interview du réalisateur,lloyd the conqueror,comédie,larping,live action role playing,jeu de role,

Résumé :Après une nuit de jeux vidéo et de tergiversations, Lloyd et ses meilleurs amis, Patrick et Oswald,sont sur la mauvaise pente car n’ayant pas bossé sur leur exposé de littérature médiévale,ils risquent de perdre leurs prêts étudiants .  Pour sauver leurs médiocres carrières universitaires, les gars concluent un pacte avec leur professeur qui a besoin de nouvelles victimes  afin qu’il soit à nouveau déclaré grand champion du LARP Demons & Dwarves.

 

 

Réalisateur: Michael Peterson

 

Scénaristes:Michael Peterson,Andrew Herman

 

Acteurs : Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey,...

 

Pays : Canada

 

 

Année : 2011

 

Durée:95min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Calgary, Alberta, The Forge Audio, Canuck, Luke Azevedo, Spawning Ground, Tegan Moss, Michael Peterson,Andrew Herman, Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey, Canada, 2011, Fresh Dog Productions,interview,interview du réalisateur,lloyd the conqueror,comédie,larping,live action role playing,jeu de role,

Critique :

 

 Le larp ou larping (live action role playing) est la dénomination qui est donnée aux jeux de rôles grandeur nature (GN pour le francophones). En gros:: des gens déguisés qui se livrent une bataille fictive chapeautée par un maître du jeu scénariste et dieu omniscient de la partie.


En bon pédagogue, Lloyd The Conqueror nous invite avec humour à entrer dans ce monde obscure pour le néophyte. Le spectateur non initié est pris par la main et le  découvre en même temps que les personnages principaux du film, nouveaux larpers par obligation. 

Un parti pris simple et efficace qui permet au film de s’adresser au plus grand nombre. Lloyd The Conqueror gagne son capital sympathie grâce à ses personnages caricaturaux comme il faut et bien dessinés: la bande d’ados boutonneux flemmarde un peu geek(les gentils), un prof déjanté (le méchant),une jolie blonde bagarreuse et un vendeur de comics (le mentor). En gros, des personnalités archétypales sans réelles profondeurs mais mus par leur sincérité et leurs rôles respectifs dans l’histoire. Du déjà vu mais qui marche à fond pour ce genre de comédie.


Tourné pour presque trois fois rien,Lloyd The Conqueror est agréable à regardé. Un sound design impeccable, de belles images et une B.O. heavy. Seul bémol, un rythme en dents de scie dont certaines longueurs (quelques dialogues interminables) plombent le métrage. 


Gentiment ironique (le générique du début donne le ton), le métrage de Michael Peterson met en scène Lloyd (Evan Williams)et ses deux potes Patrick (Jesse Reid), et Oswald ( Scott Patey), forcés de s’inscrire à un tournoi de larping après avoir raté un travail qui leur a couté leurs bourses d’étudiants. Ils devront, pour les récupérer, vaincre leur prof de littérature (Mike Smith) qui règne en maitre sur le jeu, aidés par Andy leur mentor, vendeur de comics (Brian Posehn) et Cassandra (Tegan Moss), experte en arts martiaux.

Un synopsis assez simple et efficace qui permet surtout d’enchainer les comiques de situations et de dialogues.

 

Rien à redire concernant le jeu des acteurs qui sont en totale adéquation avec le ton du film. Ceux qui ne sont pas fan du style monocorde de Posehn, passez votre tour.


Bref, Lloyd The Conqueror est une comédie un peu lourde mais efficace: un mélange entre de la teenage comedy américaine et un brin d’humour anglais, du canadien quoi. 

 

 

 

Note: 15/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Production: Fresh Dog Productions

 

 

 

Interview du réalisateur : Michael Peterson 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Calgary, Alberta, The Forge Audio, Canuck, Luke Azevedo, Spawning Ground, Tegan Moss, Michael Peterson,Andrew Herman, Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey, Canada, 2011, Fresh Dog Productions,interview,interview du réalisateur,lloyd the conqueror,comédie,larping,live action role playing,jeu de role,


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Michael Peterson: Je suis un scénariste,réalisateur et producteur et Canadien. Lloyd The Conqueror est mon premier long métrage. J'ai fait une tonne de courts métrages, de publicités et de docs. Je travaille principalement à Calgary, en Alberta. Je suis un père célibataire et j’exécute des semi-marathons.

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

M.P.:The Comedy avec Tim et Eric. Je l'ai vu à un festival, ne sachant rien à son propos et j'ai pensé que c'était une comédie. Je ne suis pas sûr que c'en est une traditionnelle. Mais ça m’a marqué. Le film  capte vraiment un moment dans le temps et un type de malaise moderne très actuel et puissant.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?


M.P. :Je suis à la fois fan de comédies et fan de films. Lloyd est probablement un mélange d’influences des Monty Python,des comédies des années 80 et des films à gros budgets de Ridley Scott. La littérature et la photographie influencent aussi mon travail.

 

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

M.P. :On sent qu’à nouveau au Canada, les films de genre qui osent bousculer les conventions sont produits. Ca ne s’était plus vu depuis les années 70/80 avec des films comme: Porkys,Rabid,Videodrome et Meatballs

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

M.P.:Je pense que ce serait un excellent sujet pour un documentaire. Mon co-scénariste était un testeur de jeux vidéo et a travaillé avec certains «GNiste»(joueurs de jeu de role live ndr). C’est  comme ça que j’ai été introduit à ce monde. Après avoir fait des recherches et  avoir regardé des documentaires sur le sujet, je me suis dit que ce «nouveau» monde pourrait faire l’objet d’une comédie, ce qui à l’époque n’avait pas encore  été fait. 

 

Fantasticmovies: Lloyd The Conqueror est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

M.P.: Merci. Nous avons été chanceux avec le temps et les changements de couleurs de la nature (celles des feuilles par exemple).Avoir travaillé sur un documentaire est une bonne préparation à tirer des avantages de ces sortes de merveilleux accidents ou de ces moments non planifiés.Le travail du son est mon poste favori. Nous avions une formidable équipe chapeautée par The Forge Audio qui a travaillé sur les différentes nappes de sons. Par exemple, pour la première bataille, nous avons travaillé sur des sons de plastique. Pour la seconde, nous y avons ajouté des sons de véritables armes et pour la troisième, les sons de métal ont été amplifiés. Cela permettait de renforcer le sentiment que le danger était grandissant et que les personnages étaient de plus en plus investis dans leurs combats.

En plus la bande originale tue, composée presque entièrement par le groupe d’heavy Canuck.

 

 

Fantasticmovies:Pensez-vous que Lloyd The Conqueror puisse plaire à un large public?

 

M.P.:Oui bien sur. Certainement. Je pense que les gags sont faciles d’accès. Quand les personnages principaux entre dans le monde du Larp, ils deviennent des sortes de guides pour les non initiés. Enfin j’espère...   

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

M.P.:Oui. C’était génial pour tout le monde.Le tournage était excellent. D’ailleurs,je pense que certaines personnes se sont beaucoup trop amusées.

 

Fantasticmovies: Comment Brian Poshen est-il arrivé sur le projet?

 

M.P.:Il est une légende de la comédie pour moi. Nous lui avons demandé,il a lu le scripte,nous avons discuté et il a dit oui. Ce qui était cool, le film ayant été écrit pour lui.

 

Fantasticmovies: Que pouvez-vous nous dire à propos des conditions de tournage?

 

M.P.:15 jours de tournage!!! Merde. Je me souviens avoir dit qu’il était impossible de le faire en dessous de 25. De plus nous ne tournions pas 18h par jour mais plutôt 11 à 12h.Nous ne pouvions pas nous permettre de faire plus. L’équipe a été formidable.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

M.P.:J’ai été cherché Evan William à l’aéroport et j’avais couru toute la semaine. J’ai laissé mon portefeuille et mes clefs dans mon camion moteur allumé et nous étions déjà en retard pour des essayages et des réunions.Je lui ai demandé de reculer. J’ai attraper mon démonte-pneu et ai brisé la fenêtre. Je pense qu’à partir de ce moment précis, il a compris que nous allions faire tout ce qu’il fallait pour y arriver ou qu’il s’est dit «ho merde dans quoi je me suis embarqué.»

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget de Lloyd.

M.P.:Un peu plus qu’un million. Mais pas avant que nous tournions.Nous avons tourné sans l’entièreté.Dieu merci, ma partenaire de production ne m’a pas tenu au courant des problèmes que cela engendrait. Je n’ai pas dû y penser durant le tournage. La communauté locale a aussi participé au budget.Du commissaire de Calgary Film, Luke Azevedo au magasin de jeu local en passant par le SCA. Nous n’aurions rien su faire sans eux.

Fantasticmovies:  Pouvons-nous espérer une sortie de votre film en Europe?

M.P.:Je l’espère bien. Appelez moi ou Koan qui est notre vendeur pour l’étranger. Il y a quelques projets mais pas de véritable date de sortie.

Fantasticmovies:  Etes -vous un joueur de LRPG?

M.P.:Non, mais j’aimerais en faire. En ce moment je me pose mais j’adore les livres de fantasy et les comics de Conan.

Fantasticmovies: Des projets futurs?

M.P.:Je prépare une comédie musicale théatrale qui va être stupide et drôle et j’ai quelques scriptes en cours d’écriture. Le prochain, Spawning Ground sera un film   de sf noir, violent et sexuel.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

M.P.:Profitez du film. Si vous ne rigolez pas au moins huit fois, appelez-moi et je vous rembourserai.Huit c’est le minimum, en moyenne c’est trente-sept. J’adore aborder les maths dans une comédie.