10/06/2015

THE HOUSE AT THE END OF TIME(LA CASA DEL FIN DE LOS TIEMPOS) (BIFFF 2015): CRITIQUE

THE HOUSE AT THE END OF TIME(LA CASA DEL FIN DE LOS TIEMPOS) (BIFFF 2015)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

Synopsis :Dulce habite une demeure dans laquelle d’étranges phénomènes apparaissent. Un affreux concours de circonstances va la mener en prison. Trente ans plus tard, transformée par les années,elle retourne dans la maison afin d’élucider son mystère. 

 

Réalisateur:Alejandro Hidalgo

 

Scénariste:Alejandro Hidalgo

 

Acteurs principaux:Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero

 

Pays : Venezuela

 

Année :2013

 

Durée: 101 min.

 

Production:Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

Critique : 

 

Le Venezuela, contrée totalement inconnue du bataillon du genre montre le bout de son nez sur la scène internationale . Le classicisme trompeur de The House At The End Of Time, renferme en lui, un enchevêtrement de scène astucieusement scénarisées. Brillant exercice de style, dans lequel tout se tient, le film d'Alejandro Hidalgo s'amuse à brouiller les pistes et surprend. Alors que l'on pense avoir à faire à un film lambda de maison hantée, The House At The End Of Time bascule du fantastique à l'horreur en passant par de la SF.

Bien écrit, le métrage d’Alejandro Hidalgo étonne dans le bon sens du terme. Sa mise en scène épurée intègre parfaitement un classicisme occidental à un environnement cent pour cent vénézuélien .  Un mix des genres tout en finesse qui a l’avantage d’élargir son audience à un plus large public . 

Cette histoire d’une vieille dame, de retour chez elle après un long passage par la case prison, qui essaye de recoller les morceaux d’un passé familial brisé est à la fois surprenante, attendrissante et effrayante.

Hidalgo manie habilement les codes cinématographiques et sa mise en scène ambitieuse mais discrète laisse le champ libre au jeu juste de ses acteurs. 

Le scénario en béton armé finira par convaincre les plus pointilleux des cinéphiles qui pensaient avoir à faire à une resucée de The Others

Les rebondissements de l’intrigue sont jouissifs et bougrement bien menés.

 

Bref, The House At The End Of Time est une belle surprise vénézuélienne au scénario rotor et à la mise en scène stylisée qui prend habilement à contre pied les attentes du spectateur.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

 

 

 

Sites Internet :

 

Facebook

IMDB

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the house at the end of time,la casa del fin de los tempo,Alejandro Hidalgo,Rosmel Bustamante,Adriana Calzadilla,Simona Chirinos,Gonzalo Cubero,Alexander Da Silva,Miguel Flores,Guillermo García,Amanda Key,José León,Guillermo Londoño,Héctor Mercado,Yucemar Morales,Ruddy Rodríguez,Efraín Romero,Vénézuela,2013,Centro Nacional Autónomo de Cinematografía (CNAC) ,Fundación Villa del Cine,JEMD Films,drama,drame,horror,horreur,thriller

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15/04/2015

THE INCIDENT (EL INCIDENTE)(BIFFF 2015): CRITIQUE

THE INCIDENT (EL INCIDENTE)(BIFFF 2015)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the incident,el incidente,Isaac Ezban,Raúl Méndez,Magda Brugengheim,Humberto Busto,Erick Trinidad Camacho,Santiago Mendoza Cortes,Adrián Ladrón de Guevara,Enrique Mendoza,Hernán Mendoza,Héctor Mendoza,Paulina Montemayor,Marcos Moreno,Nailea Norvind,Fernando Álvarez Rebeil,Gabriel Santoyo,Leonel Tinajero,Mexique,2014,Yellow Films,sci-fi,sf

 

 

Synopsis :Deux histoires parallèles sur des personnages bloqués dans un espace temps illogique et infini: deux frères et un inspecteur coincés dans une cage d’escalier interminable et une famille prisonnière d' une route sans fin- pour un très long moment.

 

Réalisateur:Isaac Ezban

 

Scénariste:Isaac Ezban

 

Acteurs principaux:Raúl Méndez,Magda Brugengheim,Humberto Busto,Erick Trinidad Camacho,Santiago Mendoza Cortes,Adrián Ladrón de Guevara,Enrique Mendoza,Hernán Mendoza,Héctor Mendoza,Paulina Montemayor,Marcos Moreno,Nailea Norvind,Fernando Álvarez Rebeil,Gabriel Santoyo,Leonel Tinajero

 

Durée: 100 min.

 

Pays : Mexique 

 

Année :2014

 

Production: Yellow Films

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the incident,el incidente,Isaac Ezban,Raúl Méndez,Magda Brugengheim,Humberto Busto,Erick Trinidad Camacho,Santiago Mendoza Cortes,Adrián Ladrón de Guevara,Enrique Mendoza,Hernán Mendoza,Héctor Mendoza,Paulina Montemayor,Marcos Moreno,Nailea Norvind,Fernando Álvarez Rebeil,Gabriel Santoyo,Leonel Tinajero,Mexique,2014,Yellow Films,sci-fi,sf

 

Critique : 

Pour notre plus grand bonheur, le cinéma mexicain tente de s'internationaliser en proposant des pelloches de genre formatées, dans le bon sens du terme, pour un public habitué au genre occidentalisé. Isaac Ezban ne le cache pas, son film doit beaucoup à la thématique de la série Lost dont il est un grand fan. The Incident nous conte deux histoires de personnages bloqués dans une boucle temporelle qui finiront par se croiser. Dans la première, deux frères sont coincés dans une cage d'escalier sans fin avec un inspecteur de police. Ils ont beau monter ou descendre, ils retombent sans cesses sur le même palier. Dans la deuxième, les membres d'une famille recomposée sont prisonniers de la route infinie de leurs vacances. Ils passent perpétuellement devant la même pompe à essence et se retrouvent incommensurablement au point de départ.

Le thème du continuum spatio-temporel est un sujet sur lequel beaucoup de cinéastes se sont cassés les dents. Ezban évite habilement les écueils du genre en confinant ses personnages dans un même espace tout en permettant au temps de s'écouler normalement. Ils vieillissent tandis que leur environnement perdure. Un tour de passe passe scénaristique qui évite les casses têtes  habituels des voyages dans le temps. Le montage intelligent apporte énormément au film. Découpé comme une série télé, avec ses insères noirs, The Incident manie la petite et la grande ellipse a l'instar des espaces entre les cases d'une bande dessinée. Le rythme quant a lui reste ainsi soutenu malgré les unités de lieu. Le film doit aussi beaucoup à la jolie photographie, aux plans bien calculés, aux mouvements joliment effectués mais surtout au jeu des acteurs totalement convaincants .

Bref,intelligemment et joliment mis en scène, The Incident est un film de SF fantastique profondément humain. Isaac Ezban, son réalisateur, montre un potentiel certain pour devenir un futur grand monsieur du genre.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the incident,el incidente,Isaac Ezban,Raúl Méndez,Magda Brugengheim,Humberto Busto,Erick Trinidad Camacho,Santiago Mendoza Cortes,Adrián Ladrón de Guevara,Enrique Mendoza,Hernán Mendoza,Héctor Mendoza,Paulina Montemayor,Marcos Moreno,Nailea Norvind,Fernando Álvarez Rebeil,Gabriel Santoyo,Leonel Tinajero,Mexique,2014,Yellow Films,sci-fi,sf

   

 

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

 

 

Sites Internet :

 

Facebook

IMDB

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, production,bifff,bifff 2015,the incident,el incidente,Isaac Ezban,Raúl Méndez,Magda Brugengheim,Humberto Busto,Erick Trinidad Camacho,Santiago Mendoza Cortes,Adrián Ladrón de Guevara,Enrique Mendoza,Hernán Mendoza,Héctor Mendoza,Paulina Montemayor,Marcos Moreno,Nailea Norvind,Fernando Álvarez Rebeil,Gabriel Santoyo,Leonel Tinajero,Mexique,2014,Yellow Films,sci-fi,sf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27/10/2014

BURNT GRASS: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR RAY WONG

 

BURNT GRASS

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

Résumé :Un couple découvre quelque chose de bizarre au fond de son jardin qui duplique la vie organique.

 

Réalisateur: Ray Wong

 

Scénariste: Ray Wong

 

Acteurs: Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot

 

 

Pays :Canada

 

Année : 2014

 

Durée: 12 min.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

 

Critique : 

 

Burnt Grass met en scène un triangle amoureux destructif et original. Sa mise en scène classique et sans fausses notes sert une histoire fantastique mêlant cynisme et jalousie avec une touche de second degré. Un mélange bien dosé qui fait mouche. Le réalisateur en quelques minutes parvient a planter le décors. Un couple pas très folichon est soumis a un fait surnaturel: au fond de leur jardin une petite parcelle de gazon brûlé multiplie les êtres vivants qui y mettent les pieds. La tentation sera trop forte pour la femme, qui ne pourra s’empêcher de tester sur elle le dédoublement. Une action qui aura un effet désastreux sur le couple.  

Formellement, le réalisateur manie à la perfection les ellipses, évitant les longueurs indésirables et favorisant intelligemment le hors champ . Telle une bande dessinée, les images montrées à l'écran servent entièrement l'histoire: pas de superflu ni de remplissage indésirables. Les plans ainsi que l'atmosphère travaillés donnent aux acteurs la possibilité de développer leurs jeux qui, soit dit en passant, sont très bons autant dans le verbal que dans le non verbal. Bref, Burnt Grass est un court fantastique génialement interprété et mis en images.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

Note : 17/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

Twitter

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

 

 

Interview de Ray Wong (le réalisateur et scénariste)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Ray Wong,interview du réalisateur, Site officiel,Page Facebook, Twitter,time lapse,sf,sci-fi,thriller, Ray Wong, Alex Paxton-Beesley,Christopher Jacot, Canada,2014, drama,drame,sci-fi,sf,

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Ray Wong : Je suis un réalisateur canadien qui a travaillé dans la publicité,les clips vidéos et les émissions télé. J'ai toujours voulu raconter une histoire basée sur les personnages avec une touche de fantastique/SF ou du moins dont les éléments surnaturels sont le catalyseur qui conduit au drame humain.

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Ray Wong : Je ne m'en rappèle pas. Peut-être Prometheus, pas spécialement pour le film en lui-même mais plutôt pour la manière dont les spectateurs y ont réagi. Pour moi il s'agit d'un film de sf tellement engagé et solide que je ne peux comprendre toute la haine qu'il a suscité. J'attends avec impatience d'être surpris par Inherent Vice de Paul Thomas Anderson et Interstellar de Christopher Nolan. J'en attends beaucoup. Ne me décevez pas les gars.

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

 

Ray Wong : Il y a beaucoup de demande pour les films de genre. Ces films qui sont habituellement relégués à un public spécifique sont en train de devenir mainstream, et la norme pour un large public qui est à la recherche d'histoires uniques et de sensations fortes. C'est peut-être pour cela que la production Marvel "geek-chic" a explosé. C'est devenu cool de dire que l'on aime les films de genre. Comme le public devient de plus en plus exigeant, il y a un appétit grandissant pour les surprises originales. L'horreur, le fantastique et les thrillers semblent être ceux qui sont à même de repousser les limites. 

 

Fantasticmovies : Comment est né le projet de Burnt Grass?

 

Ray Wong : C'est dure de répondre exactement. J'étais en train de nager dans une piscine quand l'idée m'est venue. En fait beaucoup de mes idées viennent quand je fais des longueurs. Il suffit de se perdre dans ses idées sans faire attention au reste. Je sortais à ce moment là avec une fille qui avait une soeur jumelle. J'avais toujours peur de les confondre toutes les deux. C'est certainement de là que l'idée de base m'est venue. 

 

 

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Burnt Grass en 5 mots ?

 

Ray Wong : Les obsessions d'un couple avec duplication = désastre.(Couple’s Obsession with Replication = Disaster)

 

 

Fantasticmovies: Burnt Grass est vraiment très beau à regarder et le travail du son est très bien. Etait-ce un long travail en post-production?

 

Ray Wong : Merci. J'ai passé beaucoup de temps en post-production, simplement en recomposant l'histoire lors du montage. C'est toujours un vrai challenge de composer avec ce que vous avez et ce que vous attendez parce que souvent certaine choses prennent forme lors du tournage. L'histoire est restée relativement la même. La chose la plus amusante fut le travail du son et de la musique en accord avec les performances et les décisions qui ont été prises lors du tournage. 

 

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

Ray Wong : Nous étions 20 personnes entassées dans une petite maison pleine à craquer.Nous ne pouvions nous offrir uniquement 2 jours de tournages. Nous devions faire vite. Nous ne pouvions faire qu'une ou deux prises par plans. Il faut donc croire en votre casting et en votre équipe. Même les deux chiens ( qui, soit dit en passant, ont obtenu le plus d'attention) ont fait ce qu'il fallait en une ou deux prises. J'étais vraiment inquiet à propos des chiens.

 

 

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Ray Wong : Habituellement, après chaque projet, je retourne dans ma cave pour écrire. Je fais cela jusqu'à obtenir quelque chose d'excitant. Puis je rassemble l'équipe à nouveau. Pour l'instant, je travaille avec un ami pour faire de Burnt Grass un long. Nous avons une bonne histoire. Je croise les doigts pour revoir la lumière du jour

 

 

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

 

Ray Wong : Avec Burnt Grass, nous espérons avoir fait un film bizarre, sombre et qui fait réfléchir.