02/07/2008

Black Water

Black Water

blackwaterpic2

En ballade dans le nord de l’Australie, région tropicale sujette aux inondations, Grace (Diana Glenn), son petit ami Adam (Andy Rodoreda) et sa jeune sœur Lee (Maeve Dermody) décident de partir pêcher en compagnie d’un guide local. Alors que leur bateau file tranquillement sur la rivière, ils sont attaqués par un crocodile. Le guide est tué et les trois vacanciers se retrouvent bloqués sur un arbre parmi les mangovres inondées.

18908508_w434_h_q80
Petit survival à budget ridicule, Black Water n’a pas à rougir face aux dernières grosses productions « sauriennes » (Rogue, Primeval pour ne citer qu’eux). Les deux réalisateurs, David Nerlich et Andrew Traucki ont su maintenir un suspense haletant durant l’heure et demi que dure le métrage. Pourtant ce n’était pas gagné : acteurs méconnus, pas de C.G.I et un seul lieu d’action. Nerlich et Traucki, ont su tirer profit de leurs petits moyens grâce à un scénario en béton et à une mise en scène millimétrée.

 18908507

Reprenons les ingrédients qui font de ce survival, le digne héritier du film « Les Dents De La Mer » de Spielberg. 1° Les personnages L’empathie envers ceux-ci est totale. Les acteurs jouent à merveille. Le spectateur est donc concerné par leur sort, ce qui alimente le suspense. 2° L’unité de lieu. L’isolement total des personnage en un lieu unique et impraticable,  permet aux réalisateurs de jouer avec nos nerf, le danger pouvant surgir de partout et à tout moment. 3° Des vrais crocodiles 

Point d’artifice pour le crocodile. Ce qui amène un côté vrai au métrage.

18908506

Mélangez le tout avec une mise en scène excellente et vous obtenez le meilleur survival « saurien » de ces dernières années. A voir.    Killg

 

Cote: 16/20

18908505_w434_h_q80

Bande annonce: