21/08/2008

The Tripper: David Arquette fait son cinéma

The Tripper

 

the tripper 1

Résumé

 

Samantha rejoint avec une bande de potes un festival hippie dans la forêt durant lequel un dangereux psychopathe portant un masque de Ronald Reagan sèmera la panique en tuant les festivaliers.

 

Acteurs principaux 

 

David Arquette: Muff/ Jaimie King: Samantha/ Thomas Jane: Buzz/Lucas Hass: Ivan/Josh Hammond: Tyler/Marsha Thomason: Linda

 the tripper 2

Critique

Petite série B sympathique sur fond de politique anti-Bush, The Tripper, réalisé par David Arquette (le mari de Courteney Cox) est un film à la fois généreux et maladroit.

On est loin du chef d’œuvre.

 the tripper 3

Slasher conventionnel avec sa bande de jeune et son tueur au masque,  The Tripper se laisse regardé avec un certain plaisir coupable. « Oui c’est nul mais j’assume ».

 the tripper 8

Les qualités de ce film ne sont pas à chercher dans son originalité (vous l’aurez compris), mais bien dans sa mise en scène et ses trouvailles visuelles.

 the tripper 4

Imagerie 80’s bien rendue, quoiqu’un peu cheap, aux couleurs criardes qui font bien mal aux yeux. Effets visuels assez marrants, représentant les trips des personnages drogués. Images subliminales. Musique rock. Effets gores. Latex.  Arquette montre qu’il a intégrés les codes du genre.

 

Tout cela est bien beau mais ça ne sauvera pas le film du ridicule.

 

Le spectateur perplexe peut se demander alors : « Dois-je avoir peur ? » « Dois-je rigoler ? » « Dois-je prendre de la drogue ? » « Est-ce que j’ai bien fermé le frigo ? »…

 the tripper 5

Arquette ne donne pas de direction précise à son film et hésite entre l’humour, le sérieux, la gaudriole ou encore la satyre politique. Dommage car The Tripper s’annonçait sous les meilleurs auspices.

 

En fin de compte, The Tripper est un film calibré pour les fans de genre qui se plante en beauté, prenant le spectateur fantasticophile pour un demeuré.

the tripper 6

Arquette arrive même à plomber le message anti-droite républicaine de son métrage en nous présentant des personnages tellement arrogants que l’on attend qu’une seule chose, c’est qu’ils se fassent dégommer par le tarré de service déguisé en Ronald reagan.

 the tripper 7

Bref, The Tripper est un film bancal parsemé de bons moments. Un pur film pour les soirées vidéo bien arrosées (il faut bien ça).

 

Killg

 

Cote : 8/20

 

Bande Annonce

   

 

 

17/07/2008

Vendredi 13 L'Ultime Retour

Vendredi 13 L’Ultime Retour (Friday The 13th Jason Takes Manhattan)

fridaythe13th-part8

 

Résumé

 

Echappé une nouvelle fois de sa tombe, Jason embarque à destination de New York, à bord d’un bateau de croisière rempli d’adolescents. Ce voyage idyllique se transformera vite en croisière pour l’enfer. Mais l’une de ces victimes terrorisée parvient à s’échapper du labyrinthe cauchemardesque du métro et des égouts de Manhattan, pour affronter Jason dans un dernier combat.

 

Acteurs principaux

 

Jensen Daggett: Rennie / Scott Reeves: Sean/ Peter Mark Richman: Charles McCulloch/ Barbara Bingham: Miss Colleen/ Kane Hodder: Jason

 

f13-8-6-5029

Critique

 

Huitième film de la saga des Vendredi 13, cette séquelle n’en est pas moins l’une des meilleures de la franchise.

Bon, disons le tout de suite, il ne s’agit pas ici d’un chef d’œuvre du genre mais bien d’un petit slasher plein de défauts qui sent bon les 80’s, mettant en scène l’un des plus célèbre boogeyman de l’histoire du cinéma d’horreur, j’ai nommé Jason Voorhees.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, voici un petit rappel : Jason Voorhees est le tueur au masque se hockey, increvable, dont le passe-temps favori est de trucider des ados qui viennent prendre du bon temps à Crystal Lake, camp de vacances, où petit il s’est noyé.

Jason apparaît dans 9 des 10 films que compte à ce jour la franchise. Pourquoi 9 me direz-vous ? Dans le premier opus, c’est la mère de Jason, la serial killeuse qui n’hésite pas à tuer les ados, pour venger la mort de son fils, venus remettre à neuf le camp de Crystal Lake.

Revenons à nos moutons, Vendredi 13 L’Ultime Retour (qui ne porte pas bien son nom puisque Jason reviendra encore dans 2 suites), réalisé par Rob Hedden est l’une des suites les plus innovantes de la série.

Jason 4

L’intrigue ne se déroule plus à Crystal Lake mais bien à Manhattan (enfin, en partie, car durant la première heure du film, c’est sur un bateau que ça se passe). Jason n’est donc plus le tueur d’un seul lieu.

Le réalisateur emballe son métrage dans un joli écrin, nous proposant des meurtres originaux et des jolis travellings travaillés.

 jason

N’oublions tout de même pas qu’il s’agit d’un « Vendredi 13 ». Donc, film bourré de petits défauts, tant dans l’intrigue que dans la mise en scène.

Le jeu des acteurs est très moyen et les dialogues parfois à la limite du ridicule.

Enfin, l’humour omniprésent (volontaire ou pas) lui enlève toute crédibilité.

 Jason 2

Bref, film à voir pour tout les amoureux des films à deux balles made in 80’s.

 

Killg

 

Cote : 10/20

 

 

 Bande Annonce :

08/07/2008

Halloween 2007

Halloween 2007

18802987
 

L’industrie cinématographique hollywoodienne en perte d’inspiration, nous propose depuis quelques années des remakes de films des 70’s tels que Massacre A La Tronçonneuse, La Colline A Des Yeux ou encore La Dernière Maison Sur La Gauche (en préparation) pour les plus connus.

Halloween, remake du film culte de John Carpenter sorti en 1978, fait donc partie de cette mouvance cinématographique de récupération.

 

Ce fut à Rob Zombie, talentueux réalisateur de House Of 1000 Corpses et de The Devil’S Rejects, que les pontes de Dimension Film confièrent la périlleuse tâche de mettre en boîte le remake de l’œuvre de « Big John » (John Carpenter).

 

 

Halloween nous conte l’histoire du célèbre Michael Myers, qui durant une enfance difficile montre des penchants pour la violance.

Le soir d’halloween, il tue son beau père et sa grande sœur. Envoyé dans un asile, il est suivi par le Dr Loomis qui essaye tant bien que mal de le guérir, mais petit à petit, le jeune Myers se mure dans le mutisme.

Après 15 ans de détention, Myers, devenu une « armoire à glace » arrive à s’échapper  de l’asile et à rejoindre la petite ville d’Haddonfild, lieu de son enfance, pour retrouver sa petite sœur Laurie Strode.

18802985

 

Halloween version 2007 se démarque de la version originale de par le traitement du personnage de Michael Myers. Là où John Carpenter faisait de Myers un boogeyman sans sentiments (il représentait le mal absolu), Rob Zombie préfère lui conférer un côté humain.

Et c’est bien là que réside la force du métrage. Divisé en deux parties (l’enfance de Michael Myers et la traque de Laurie Straude), le film de Rob Zombie tente dans sa première partie de donner une explication à la folie de Myers s’attardant à dépeindre l’enfance difficile du personnage. Myers n’est donc plus une sorte d’entité surhumaine mais bien un humain en souffrance. La deuxième partie du métrage, un peu plus faiblarde, entre dans le moule du simple slasher.

 

18919812_w434_h_q80

 

Halloween remplit son cahier des charges niveau violence montrée à l’écran. Rob Zombie, maître en la matière, met en images des scènes qui font mal.

 Qui dit Rob Zombie, dit acteurs mythiques de séries B : Malcolm Mcdowell (Dr Loomis),  Brad Dourif  (le Sheriff), William Forsythe (le beau-père de Myers), Danny Trejo (un gardien de l’asile) etc.S’ajoute à ce mega casting la non moins sexy Sheri Moon Zombie (mère de Myers) et les deux acteurs jouant Myers : Daeg Faerch (Myers jeune) et Tyler Mane.   

Halloween est donc un remake à voir absolument.

Killg

 


18802981_w434_h_q80 

 

 

Cote: 16/20

Bande annonce: