03/09/2011

World Invasion: Battle Los Angeles

World Invasion : Battle Los Angeles

World Invasion : Battle Los Angeles


 

Résumé :

Au camp Pendleton, base militaire située à proximité de Los Angeles, un groupe de Marines, dirigé par le sergent Michael Nantz, est appelé à riposter immédiatement à l'une des nombreuses attaques qui touchent les littoraux à travers le monde. Le sergent Nantz et ses hommes vont mener une bataille acharnée contre un ennemi mystérieux qui est déterminé à s'emparer de l'approvisionnement en eau et à détruire tout sur son passage.

 

 

Réalisateur:JONATHAN LIEBESMAN

 

Scénariste:Christopher Bertolin

Acteurs : AARON ECKHART, MICHELLE RODRIGUEZ , RAMON RODRIGUEZ, BRIDGET MOYNAHAN ,NE-YO, MICHEAL PENA ,...

 

Pays :Etats-Unis

 

Année :2011

 

Durée: 116 min

 

Critique :

 

World Invasion : Battle Los AngelesFilm de propagande à la gloire des marines US, le métrage de Jonathan Liebesman(Massacre A La Tronçonneuse-Le Commencement) ne vaut vision que pour ses effets spéciaux tonitruants. 

Ayant opté pour une esthétique  immersive incluant le spectateur au sein des combats, Liebesman fait l’impasse sur les liens relationnels entre les personnages et la catastrophe humanitaire en marche. En deux , trois coups de cuillère à pot, la majorité de la population mondiale est exterminée, mais qui s’en soucie ?World Invasion : Battle Los Angeles

Pire, dans  les rues de Los Angeles, pas un seul civil à l’horizon ni de mouvements de panique. Mais où sont passés tous ces gens ? En tout cas c’est le moindre des soucis de nos amis en treillis. Ce qui compte pour eux, c’est de dégommer de l’alien.

Niveau casting, les acteurs, Aaron Eckhart en tête,  donnent vie à des personnages aussi profonds qu’une pataugeoire  rendant impossible quelconque empathie.

 World Invasion : Battle Los AngelesAu travers de son histoire,World Invasion: Battle Los Angeles, balance aux spectateurs un tel monceau de clichés, qu’il en devient très vite horripilant.

Bref, ceux qui s’attendaient à un spectacle de sf certes bourrin mais distrayant peuvent de passer leur chemin, les autres pourront prendre plaisir à se régaler d’effets spéciaux assez bien rendus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Note :09/20

 

 

 

 

 

World Invasion : Battle Los Angeles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bande Annonce :

 


 

 

Editeur: Sony Pictures Home Entertainment

 

 

DVD : Image: 2.40:1/Son: Dolby Digital 5.1/Langue:Français,Anglais,Néerlandais/ Sous-Titres: Français, Anglais,Néerlandais/Bonus: Documentaires:Dans les coulisses de la bataille,Des extra-terrestres à LosAngeles,La préparation à la bataille,Créer Los Angeles


12/08/2010

Inception

 

Inception.

 

inception1.jpg

Synopsis:

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence.

 

 

 

Réalisateur: Christopher Nolan

Scénariste: Christopher Nolan

Acteurs: Leonardo DiCaprio, Joseph Gordon-Levitt, Ellen Page, Tom Hardy, Dileep Rao, Cillian Murphy, Tom Berenger, Marion Cotillard, Pete Postlethwaite, Michael Caine, Lukas Haas, Tai-Li Lee, Claire Geare, Magnus Nolan,...

Durée:148 min.

Pays: Etats-Unis, Angleterre

Critique:

inception2.jpg

Du grand spectacle, voilà ce que nous offre à voir Christopher Nolan le réalisateur et scénariste de ce Inception. Film de science-fiction à la fois bourré d’action et de réflexion.

Inception, c’est l’histoire de Cobb(Leonardo DiCaprio), chef d’une petite équipe passée maître dans l'extorsion de secrets de personnes en entrant dans leurs rêves. Traqué dans le monde entier, Cobb se voit offrir une mission lui permettant de recouvrer sa vie d’avant. Cobb et son équipe devront mener à bien, ce que l’on appelle une «inception», c’est à dire: réussir à implanter une idée dans l’esprit d’un individu. Mission complexe, qui mènera Cobb et son équipe dans les méandres du subconscient d’un riche héritier.

inception3.jpg

A l’instar de films comme The Cell, Matrix, et bien d’autres encore, Inception traite des méandres de l’esprit humain et des différents niveaux de réalité qu’il perçoit.

Sous ses apparences d’histoire assez linéaire, Inception déroute le spectateur qui après la vision du métrage ne pourra s'empêcher de se poser quelques questions. En fin de compte, on en est à se demander si tout ce que l’on a vu à l’écran n’est pas illusion. Illusion, que vivent les personnages dans une réalité fictive créée de toute pièce par le personnage principal.

Mais ne nous méprenons pas. Sous ses airs de film «cérébral», Inception est tout à fait compréhensible. C’est au spectateur de faire ses choix d’interprétation face aux différents niveaux de lecture qui lui sont proposés.

inception4.jpg

Du point de vue visuel, Inception, est spectaculaire. Nolan met en boîte avec maestria des scènes d’actions étourdissantes à l’aide d’effets visuels des plus réalistes, des mouvements de caméra millimétrés et d’un montage cut.

La représentation du monde du rêve, à l’aide de décors époustouflants, s’ancrant dans le réel est en adéquation avec le propos du film. Nos rêves, sont une reconstruction de la réalité par notre subconscient par conséquent, les visions et les paradoxes architecturaux bien que impossibles sont ancrés dans le réel. Dans Inception, les rues se soulèvent, les bâtiments se penchent,etc.

Inception est servi par un casting quatre étoiles: Léonardo DiCaprio,  Ellen Page, Marion Cotillard, Joseph Gordon-Levitt (pour ne citer qu’eux) donnent le meilleur d’eux même et renforcent la crédibilité du métrage.

Nolan, prouve une fois de plus qu’il est un réalisateur génial. Après le succès (mérité) de The Dark Knight, le réalisateur a mis en scène un chef d’oeuvre grandiloquent mais tout aussi intimiste.

inception 5.jpg

Bref, Inception sans aucuns doutes, mérite son succès en salle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note: 20/20


Bande Annonce:

 


 

10/09/2008

New York 1997 (Escape From New York)

New York 1997 (Escape From New York)


new york 1997 3

 

Résumé 

 

En 1997, Manhattan est devenue la plus grande prison du monde, où vivent, en microsociété, près de trois millions d’individus. Snake Plissken, dangereux criminel, dispose de vingt-quatre heures pour libérer le Président des Etats-Unis fait prisonnier par un gang local.

new york 1997 1
 

Acteurs principaux 

 

Kurt Russel : Snake Plissken/Donald Pleasance: Le Président / Isaac Hayes: Le duke/  Adrienne Barbeau : Maggie,…

 

 new york 1997 2
   

Critique

 

Film d’anticipation dépeignant un futur du passé  morose (hé oui, le film date de 1981, et l’histoire se passe en 1997).  New York 1997, réalisé par John Carpenter reflète ce que le cinéma bis était dans les années 80.

Visionner ce film revient à faire un saut nostalgique dans un passé vintage loin des strass et paillettes de ces années « fric ».

 

New York 1997, est un condensé à lui tout seul de ce qu’est le cinéma de John Carpenter.

Budget réduit, histoire simple, anti –héros et musique au synthé dépouillée.

Carpenter est une sorte d’artisan du cinéma de genre qui va droit au but.

 new york 1997 4

Snake Plissken, hors la loi borgne, est envoyé sur l’île de Manhattan (transformée en prison) pour sauver le président des Etats-Unis détenu par un gang local.

Voilà pour l’histoire dont la trame est linéaire et sans réelle surprise.

new york 1997 5
 

Les personnages sont caractérisés par leurs attitudes et leur look. Point d’introspection ni de sentiments ce qui rend parfois le film caricatural et le personnage de Snake Plissken irritant.

Les dialogues sont limités à l’essentiel.

Bref, vous l’aurez compris, ce qui compte pour Carpenter, c’est de faire avancer son métrage sans pour autant le rendre ridicule. Les plans sont maîtrisés et servent tous au déroulement de l’intrigue.

Le rendu d’un New York dévasté est assez convaincant malgré un budget riquiqui. C’est à cela que l’on reconnaît le réalisateur de talent qu’est Carpenter. Il manie habilement les subterfuges cinématographiques masquant un manque de moyens .  

 new york 1997 6

 

Bref,film efficace qui flirte avec la science-fiction, New York 1997 est un actionneur d’anticipation un brin anarchiste qui ravira les fans de cinéma un peu fauché des 80’s.

 

Un remake du film est en production.

 Killg

Cote : 15/20

 

Bande annonce