01/05/2014

UN DESSINATEUR/UN FILM/ UN DESSIN: GDB

UN DESSINATEUR/UN FILM/ UN DESSIN

 

 

Dans cette rubrique,Fantasticmovies vous invite à un choc des cultures. Des auteurs/illustrateurs vous proposent,via un dessin original (réalisé expressément pour l’occasion) de pénétrer leur univers sous l’angle cinématographique. Un exercice de style dans lequel ils doivent illustrer un film de genre qui les a interpelé.

 

 

L’auteur: GdB

 

Nom: GdB

 

Prénom:Gaetan

 

Naissance: 1974

 

Sites internet/blogs:  http://www.gdblog.infohttp://gdblog.20minutes-blogs.fr/ 

 

The Illustration (rien que pour vos yeux)

PulpFiction2.jpg

 

Explication de l’illustration par l’auteur:

Scène de danse "twist" de Pulp Fiction, car je trouvais le moment joli graphiquement et amusant dans sa réalisation.

 

Interview deGdB

 

Fantasticmovies:Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

GdB: Je vais tellement peu au cinéma que je n'arrive pas à m'en souvenir.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que dessinateur?

GdB: Les grands maîtres des "belles années" bien sûr : Hergé, Franquin, Greg, Tibet, Gotlib, Goscinny/Uderzo, Tardi, etc ...

 

Fantasticmovies: Quelle est votre plus grande peur?

GdB: De partir définitivement en laissant mes proches dans le caca ...

 

Fantasticmovies: Comics, bd européennes ou mangas?

GdB: Bd européennes, sans hésitations même si je vois beaucoup de talents dans les mangas et comics. Mais ce n'est pas mon truc.

 

Fantasticmovies: Quels sont vos projets?

GdB: Au niveau du dessin, ... aucuns. Si ce n'est de continuer à m'amuser à faire des petits croquis d'humeur selon l'actualité du moment.

 

Fantasticmovies: Est-il facile de trouver son style en tant que dessinateur tout en restant original?

GdB: Personnellement, je le cherche encore. Donc je dirais que non, ce n'est pas facile.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous de la bd numérique?

GdB: Je suis pour, même si cela a beaucoup moins de charme que le papier. En voyage ou en déplacement c’est pratique pour amener avec soi ses classiques favoris.

 

Fantasticmovies: Un conseil de dessinateur?

GdB: Même si je ne me sens pas la légitimité de donner des conseils, je dirais toutefois la patience et la persévérance.

 

Fantasticmovies:Votre bd de chevet?

 

GdB: Tous les Franquin, sans exception

 

Fantasticmovies: Un coup de coeur artistique?

 

 

GdB: Les Triplettes de Belleville

 

 

 

 

 

 

26/04/2014

KRAMPUS:THE CHRISTMAS DEVIL : CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR ,JASON HULL

 

KRAMPUS : THE CHRISTMAS DEVIL

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Jason Hull, AJ Leslie, Darin Foltz , Aaron Forsyth, Jay Dobyns,Paul Ferm,Andrew Ferrick,Darin Foltz,Richard Goteri,Mark Hensel,Samantha Hoepfl,Emily Kessler,Angelina Leigh,A.J. Leslie,John Marazza,Mike Merrell ,Michael Mili,Miki Mili,Annette Lawless, Etats-Unis, 2013,krampus:the christmas devil

 

Résumé :Jeremy, un officier de police,recherche le kidnappeur qui l’a enlevé étant enfant. Après avoir mené diverses enquêtes sur des enfants disparus, il en arrive à la conclusion que son kidnapper pourrait-être un monstre issu du folklore yuletide, Krampus.

 

Réalisateur:Jason Hull

 

Scénariste:Jason Hull

 

Acteurs:Jay Dobyns,Paul Ferm,Andrew Ferrick,Darin Foltz,Richard Goteri,Mark Hensel,Samantha Hoepfl,Emily Kessler,Angelina Leigh,A.J. Leslie,John Marazza,Mike Merrell ,Michael Mili,Miki Mili,Annette Lawless

 

Pays :Etats-Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 82 min.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Jason Hull, AJ Leslie, Darin Foltz , Aaron Forsyth, Jay Dobyns,Paul Ferm,Andrew Ferrick,Darin Foltz,Richard Goteri,Mark Hensel,Samantha Hoepfl,Emily Kessler,Angelina Leigh,A.J. Leslie,John Marazza,Mike Merrell ,Michael Mili,Miki Mili,Annette Lawless, Etats-Unis, 2013,krampus:the christmas devil

 

Critique : 

La période de Noël est un terreau fertile pour les films d'horreur. Ces vilains rejetons détournent et pervertissent l'imagerie lisse que les médias se plaisent à nous abreuver jusqu'à plus soif. De grosses taches de sang dans les jolies étendues neigeuses en somme. On ne compte donc plus les films d'épouvantes qui se déroulent à Noël et qui s'attaquent à ses clichés.Citons à titre d'exemples : Black Christmas (Bob Clark), Silent Night, Deadly Night (Charles E. Sellier Jr.), 36-15 Code Père Noël (René Manzor),... Une liste longue et inégale qui renferment quelques perles du cinéma horrifique et fantastique. 

Krampus: The Christmas Devil, comme son nom l’indique ne se déroule pas à Pacques. C’est une série B/Z indépendante mêlant l'horreur, le thriller et le fantastique. Jason Hull, le réalisateur, mène correctement sa barque sans, évidemment, éviter les erreurs techniques et scénaristiques inhérentes aux petits budgets. Il faudra donc que le spectateur fasse preuve d'une certaine indulgence lors du visionnage film. La volonté de bien faire, se ressent dans la pellicule et fait contre poids aux scories telles que les longueurs, le blabla indésirable ou le jeu approximatif des acteurs. Pour une toute petite prod artisanale, Krampus: The Christmas Devil s’en sort avec les honneurs.

Bref, petit film indé, Krampus: The Christmas Devil, ne casse pas la baraque mais se laisse regarder. Un conte de Noël horrifique sans prétention mais fait avec passion.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Jason Hull, AJ Leslie, Darin Foltz , Aaron Forsyth, Jay Dobyns,Paul Ferm,Andrew Ferrick,Darin Foltz,Richard Goteri,Mark Hensel,Samantha Hoepfl,Emily Kessler,Angelina Leigh,A.J. Leslie,John Marazza,Mike Merrell ,Michael Mili,Miki Mili,Annette Lawless, Etats-Unis, 2013,krampus:the christmas devil

 

Production:Snowdog Studio

 

Note : 14/20

 

Bande-annonce :

 

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste : Jason Hull

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Jason Hull, AJ Leslie, Darin Foltz , Aaron Forsyth, Jay Dobyns,Paul Ferm,Andrew Ferrick,Darin Foltz,Richard Goteri,Mark Hensel,Samantha Hoepfl,Emily Kessler,Angelina Leigh,A.J. Leslie,John Marazza,Mike Merrell ,Michael Mili,Miki Mili,Annette Lawless, Etats-Unis, 2013,krampus:the christmas devil

 

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Jason Hull: Je suis un réalisateur indépendant de Pennsylvanie aux Etats-Unis et le propriétaire de Snowdog Studio. Nous faisons essentiellement des films d'action et des thrillers mais il nous arrive de produire des comédies (notre court , Pole Position, projeté à Cannes en 2008)   

 

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Jason Hull: J'ai vraiment aimé la nouvelle version d'Evil Dead et la manière dont l'histoire originale a été traitée tout en s'en écartant du modèle pour créer son propre univers. Comme le Halloween de Rob Zombie. J'ai aussi apprécié le fait qu'ils n'ont pas utilisé de CGI, que nous essayons timidement d'éviter. Ca me rend malade de dire ça aussi mais j'ai adoré Silver Linigs Playbook. J'ai été le voir en pensant qu'il s'agissait d'un simple film pour filles, j'ai passé outre ce préjugé et j'ai été impressionné par sa production. Ca m'a donné envie de creuser les drames. Je regarde les films différemment, avec un œil de réalisateur. Je les regarde comme si j'étais derrière la caméra.

 

Fantasticmovies: Vous êtes un réalisateur de films indépendants. Si on vous offre de l’argent pour faire un film «grand public», l'accepteriez-vous?

 

Jason Hull: Sans me poser de questions : oui. Mais j'ai encore beaucoup à apprendre. Je sais ce que l'on fait et comment on le fait concernant les films indépendants, mais pour les plus gros budgets, c'est totalement différent. Je voudrais être présent sur différents plateaux pour observer ce que font les réalisateurs avec le budget qu'ils ont. J'ai un peu peur que l'on ne me prenne pas assez au sérieux. Pour les films indépendants, le réalisateur a plusieurs casquettes. Ce serait génial de ne pouvoir  se concentrer que sur la réalisation. En tant que réalisateur indépendant, on doit savoir faire avec un budget serré. Je garderais le même état d'esprit pour un film à plus gros budget. Les acteurs et l'équipe devraient se faire à certains inconvénients. Je préférerais placer l'argent dans le produit final plutôt que dans le catering. (Rire)

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Krampus en 5 mots ?

 

Jason Hull: Rapide,amusant,thriller bourré d’action

 

Fantasticmovies : Krampus est vraiment beau à regarder, et le travail du son est bon, était-ce  beaucoup de travail en post-production ?

 

Jason Hull: Merci ! La post-production n'a pas été trop difficile. Nous avons procédé comme ceci : je montais rapidement les scènes un jour ou deux après les avoir filmées. J'y mixais un son basique et envoyait le tout à mes producteurs, AJ Leslie et Darin Foltz via youtube. Ceux -ci me donnaient quelques idées et critiquaient mon travail. Une fois le film achevé, nous nous réunissions tous les trois pour le retravailler. Si le résultat était satisfaisant, je l'envoyais à notre compositeur et mixer, Aaron Forsyth. Nous travaillions deux semaines sur la musique et le mixage du son. Il a composé presque toute la musique, et tous les groupes intervenant sur la BO sont des locaux. Une fois la version finale terminée, elle repassait par mes producteurs. J'ai été très heureux qu'il apprécient cette version. Nous n'avons pas dû faire des ajustements dessus depuis, seulement quelques additions au générique de fin.

 

Fantasticmovies : Krampus est un film d’horreur et un thriller fantastique. Comment avez-vous construit le scripte?

 

Jason Hull: Je commence par l'histoire et la construit dans ma tête. Je ne suis pas très bon au storyboarding. Je connais le début et la fin de l'histoire, c'est ce qui se passe entre qui est plus difficile à concevoir. J'aqissaye d'apprendre de mes erreurs , en allant relire les critiques de mes deux autres films : Chasing Darkness et The Four. Par exemple, je travaille plus l'historique de mes personnages en leur donnant une brève histoire. Je ne demande qu'à progresser en tant que réal. Je ne pense pas que c'est respectueux des fans de stagner sans évoluer. A mes yeux, le scénario d'un film est l'étape la plus importante. Quand je finis un scripte, je le fais toujours critiquer par quelqu'un. J'aime les critiques constructives, ça aide à rendre le film meilleur.

 

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

Jason Hull: Tout le tournage a été fun. Certains jours, nous commencions à  neuf heures du matin et terminions à deux heures du matin. Ces jours là étaient rudes. Les scènes « comiques » qui font rire le public étaient aussi marrantes sur le tournage. Toutes les scènes qui faisaient intervenir le Père Noël finissaient en émeutes. Benny, qui était l'enfant enfermé dans une cage avait peur de Paul Fern (qui joue le Père Noël). Je ne réalisais pas que ses larmes étaient réelles (rire). J'ai été cruel au point de demander une autre prise. Nous avions une scène de dialogues entre les deux personnages qui n'a pas été tournée.  Les scènes à l'intérieur de la cage ont été filmées en deux fois. D'abord avec Paul qui agrippe la cage puis je filmais Benny à l'intérieur qui après s'enfuyait. Cette façon de filmer était une idée de notre producteur Darin Foltz. Il fallait faire en sorte que ça fonctionne, nous devions aller vite pour finir cette scène.

La seconde  scène (dans la cuisine) avec  Bill Oberst Jr, a été presque entièrement improvisée. Nous disposions de  Bill pour deux jours. Le dernier jour où il était présent, il nous restait un quart de page de script à tourner avec lui. J'ai appelé Bill et nous avons discuté et étoffé l'histoire de son personnage en nous concentrant sur l'al chimie qu'il a avec Erica Soto devant la caméra. Bill est venu avec son idée et me l'a présentée. Ca a donné la scène de loin la plus sympa et dynamique du film. Habituellement, j'essaye tout ce que me proposent les acteurs. 

La seconde scène dans le bureau de police après le retour de Jeremy a aussi été presque entièrement improvisée. 

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Jason Hull: Pour l'instant je fais une pause. J'ai passé presque un an et demi sur le film, de l'écriture aux projections dans tout le pays. Toutes mes vacances y étaient consacrées. Quand nous aurons trouvé une distribution convenable, je commencerai à penser au projet suivant. Si le film marche bien, peut-être ferons-nous une suite.Jusqu'à présent nous n'avons pas eu de mauvaises critiques, je pense que nous irons dans ce sens tout en essayant de faire quelque chose de nouveau avec une progression. Je vais aussi diriger une comédie dans un ou deux ans avec  Rich Goteri et  Mike Mili. A part ça je continue à apprendre et à progresser.

 

 

 

 

24/04/2014

UN DESSINATEUR/UN FILM/UN DESSIN: ENUTIL

UN DESSINATEUR/UN FILM/ UN DESSIN

 

 

Dans cette rubrique,Fantasticmovies vous invite à un choc des cultures. Des auteurs/illustrateurs vous proposent,via un dessin original (réalisé expressément pour l’occasion) de pénétrer leur univers sous l’angle cinématographique. Un exercice de style dans lequel ils doivent illustrer un film de genre qui les a interpelé.

 

 

L’auteur: Enutil

 

Nom: Enutil

 

Naissance:Waah, ça remonte! C’était en 1983... mais la date exacte je ne m’en souviens plus très bien.

 

Site internet/blog:  http://enutil.canalblog.com

Biographie:

Suite à une enfance difficile causée par le temps pourri de Normandie, Enutil a très vite appris à s’ennuyer. Évitant alors les petits boulots pour pouvoir profiter des vacances, il s’intéresse très vite au cinéma. 

Seulement l’argent de poche qu’il touche à cette époque ne lui permet pas de se payer du matos, une équipe technique et Sharon Stone. Alors, afin d’évacuer tout le mal-être qu’il accumule en lui, il se lance dans le dessin et tout particulièrement dans la bande dessinée afin de se rapprocher de l’esprit du cinéma.

 

Il sort avec un diplôme et un boulot sans aucun rapport avec le dessin. Il claque une partie de son argent dans les crayons, les feutres et les feuilles. De plus en plus dépendant, incapable de se contrôler, il dessine parfois plus d’une heure par jour, s’enfermant dans une bulle. 

Grâce à certains soutiens, il refait surface et décide d’avertir les populations de ce mal méconnu. Il partage alors son addiction à travers un blog.

 

Les retours positifs de son public fidèle qui n’hésite pas à lui proposer de passer manger à la maison parce que untel a acheté un appareil à raclette, lui permirent de prendre confiance en lui sans jamais oublier d’où il vient. 

C'est un véritable changement qui s'opère en lui, il pardonne à ses parents de l'avoir empêché de regarder le club Dorothée étant enfant, décide de faire des dons aux impôts et se lance à fond dans le dessin. Plus tard, il participe à quelques concours de dessin qui lui permettent de remporter quelques récompenses importantes comme de l’argent, des autocollants ou des sacs Seine-Maritime. 

 

Aux dernières nouvelles il semblerait qu’il ait rejoint la secte de 30 jours de BD.

 

Bibliographie:

Enutil est un véritable artiste, totalement désintéressé de l’argent si bien qu’il a refusé toutes publications qui détruiraient l’âme de son œuvre. Enfin, disons que c’est ce qu’il aurait fait si des propositions d’édition étaient venues à lui… Toutefois, aujourd’hui si il y a des propositions vous pouvez le contacter.

 

Il n’a donc rien publié mais a créé au fur et à mesure un univers très « optimiste » où se croisent différents personnages (au styles graphiques assez différents aussi) :

- Lui-même (sous forme d’un loup aux bras décharnés)

- Jean-Paul Parfait (les histoires courtes d’un homme qui veut faire les choses bien, ce qui finissent toujours mal)

- Al Killer (l’histoire d’un tueur de cons… à ne surtout pas confondre avec un justicier). 

-  Bête (Récemment, par le biais de 30 jours de BD, il s’est lancé aussi dans cette série de strips intitulée « Bête », un humour très visuel basé sur des animaux non anthropomorphiques, mot compte triple)

 

 

The Illustration (rien que pour vos yeux)

 BD,bd,bande dessinée,illustration,dessin,dessinateur,scénariste,critique,album,série, dessin original,cinema,cine, enutil, Jean-Paul Parfait, Al Killer, Bête,illustration,les dents de la mer 3

 

Explication de l’illustration par l’auteur:

Les Dents De La Mer 3. J’insiste sur le 3 !

Comment en parler rapidement?

Ce fut une grosse surprise. Avec un ami cinéphile, on avait décidé de voir les Dents De La Mer, les 4 films.

Le premier de Spielberg est évidement très bien. Le deuxième est comme on pouvait s’y attendre une copie du 1, du coup sans surprises. Et arrive le tour du 3. 

On n’en revenait pas, personne ne nous l’avait dit, personne ne nous avait averti du gouffre qui séparait les deux premiers épisodes de celui-ci.

Je passe les détails, je pourrais en écrire des tartines. Avec du second degré, ce film est extrêmement drôle. C’est grâce à ce film qu’avec ce même ami nous avons rejoint le groupe des spectateurs de nanars de l’épouvante. Mais celui-ci reste pour moi LE grand classique.

Le film débute sur un meurtre sanglant, celui d’un poisson décapité et finit sur la victoire de Flipper le dauphin. Dans l’illustration j’ai essayé de mettre en avant les points amusants  principaux du film. A savoir, la 3D, la mollesse du requin, le sous-marin jaune pétant dans les eaux sombres…

Bon et pour le 4, il est juste nul, il n’est pas drôle.

Donc un grand classique pour moi, mais pas pour les conditions qu’il est sensé respecter. J’en profite pour remercier des amis qui ont pensé à me l’offrir à l’un de mes anniversaires.

 

Interview d’Enutil

 

Fantasticmovies:Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

Enutil: Breaking Bad… oui, disons que c’est un long film qui dure presque 2 jours!

C’est une série qui m’a plu suffisamment pour que je lui consacre deux postes sur mon blog et que j’emm…embête tout le monde avec.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que dessinateur?

Enutil: Michel-Ange, Magritte, Dali, Geluck… Ah, plus sérieusement ?

Il y a pas mal de choses qui m’ont influencées au cours de l’évolution de mon trait. Je pense que les principales influences qui sont restées « encrées » sont Maester et Janry. Aujourd’hui d’autres s’y sont sans doute ajoutées, volontairement ou involontairement, comme Guarnido, Léturgie, Manu Larcenet. 

Boulet par exemple, a été le déclencheur pour me mettre à l’aquarelle.

 

Fantasticmovies: Quelle est votre plus grande peur?

Enutil: En BD?... Me faire une entaille dans le doigt en tournant les pages et que les gens pensent que le dessin m’a tué alors que c’est l’une des choses qui me fait vivre.

 

 

Fantasticmovies: Quels sont vos projets?

Enutil: Continuer mon petit bonhomme de chemin pour voir où ça mène.

 

Fantasticmovies: Est-il facile de trouver son style en tant que dessinateur tout en restant original?

Enutil: Il y aura toujours des gens pour dire que telle ou telle chose a déjà été faite. Il y aura toujours de gens pour trouver la banalité originale et d’autres pour trouver l’originalité ordinaire. Et il y aura toujours des gens pour faire des choses originales mais sans intérêts.

Le boulot du dessinateur c’est de trouver son style. Savoir si c’est original, le lecteur s’en chargera.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous de la bd numérique?

Enutil: Je n’ai pas d’idées arrêtées là dessus, c’est un support comme un autre. Certains savent ou sauront l’exploiter comme il se doit.

 

Fantasticmovies: Un conseil de dessinateur?

Enutil: Tiens toi droit!

 

Fantasticmovies:Votre bd de chevet?

 

Enutil: Pas évident, je ne lis pas tant de BD que ça. Je reste plus porté sur le cinéma.

Du coup, je vais citer des BD très référencées ciné :

Seuls, Spoon & White, l’Arme Fatale Grave.

 

 

Fantasticmovies: Un coup de coeur artistique?

 

Enutil: Pour moi, Manu Larcenet a réussi avec Blast à amener la BD au delà du divertissement. C’est une totale réussite qui a la force des grands écrits, la force des grandes peintures et la force des grandes histoires.