11/07/2013

THE LAST WILL AND TESTAMENT OF ROSALIND LEIGH:CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR, RODRIGO GUDINO

 

 

THE LAST WILL AND TESTAMENT OF ROSALIND LEIGH.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview, Rue Morgue, entretient, Post City Sound, Anthony Scott Burns, Tron Destiny, Marcus Alquieres, Peter Murphy, Mercan Dede, Cut Throats Nine, Rodrigo Gudiño, Aaron Poole,Vanessa Redgrave,Julian Richings,Stephen Eric McIntyre,Charlotte Sullivan,Mitch Markowitz, Canada, 2012, Someone At The Door Productions,horror,thriller,horreur,faith is fragile,

Résumé : Un collectionneur d’antiquités hérite de la maison de sa mère aliénée. Il découvre que celle-ci vivait dans un sanctuaire consacré à un culte mystérieux. Bientôt, il vient à soupçonner que l’esprit oppressant de sa mère réside encore dans les lieux. Il essaye de communiquer avec lui via les objets de la maison pour lui délivrer un message urgent.

 

Réalisateur:Rodrigo Gudiño

 

Scénaristes:Rodrigo Gudiño

 

Acteurs : Aaron Poole,Vanessa Redgrave,Julian Richings,Stephen Eric McIntyre,Charlotte Sullivan,Mitch Markowitz

 

Pays : Canada

 

Année : 2012

 

Durée:82 min.


 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview, Rue Morgue, entretient, Post City Sound, Anthony Scott Burns, Tron Destiny, Marcus Alquieres, Peter Murphy, Mercan Dede, Cut Throats Nine, Rodrigo Gudiño, Aaron Poole,Vanessa Redgrave,Julian Richings,Stephen Eric McIntyre,Charlotte Sullivan,Mitch Markowitz, Canada, 2012, Someone At The Door Productions,horror,thriller,horreur,faith is fragile,


 

Critique :

 

 

La foi engendre-t-elle la peur? Ou est-ce la peur qui engendre la foi? 

Rodrigo Gudiño, rédacteur en chef et fondateur du magasine cultissime canadien «Rue Morgue» (voir interview qui  suit cette critique) réussi son premier essai en tant que réalisateur de long métrage. Mettant en scène un O.F.N.I (objet filmique non identifié) Gudiño joue un jeu avec le spectateur en lui offrant un spectacle autant sensitif que visuel. 

The Last Will And Testament Of Rosalind Leigh (oui, le titre est très long) peut se voir comme un exercice de style sur un sujet de prédilection du cinéma d’horreur; la maison hantée. Bien que formellement académique avec ses beaux mouvements de caméra fluides et ses décors travaillés, le film met son spectateur insidieusement sous une tension qui monte crescendo. On y suit Leon qui vient d’hériter de la vieille maison de sa mère qui vouait un culte aux anges. Explorant le dédale de la vieille bâtisse remplie d’objets de toutes sortes, il va être confronté à ses peurs et à ses souvenirs.

Film fantastique au sens littéraire du terme, The Last Will And Testament Of Rosalind Leigh est un huis clos à un personnage durant presque toute sa durée. Saluons la performance d’acteur d’ Aaron Poole qui tient sur ses épaules la lourde tâche du seul en scène. Les autres protagonistes ne sont présents que brièvement (un voisin bizarre) ou en voix off (discussions téléphoniques voix de la mère qui lit son testament).  Gudiño use intelligemment de sa caméra en ne lâchant pas d’une semelle Leon et en usant d’un tour de passe passe magistral; à un moment donné, Leon quitte la maison,laissant le spectateur seul dans les décors. Cela a pour effet  de l’inclure dans l’histoire en le rendant témoin privilégié de ce qui se passe dans la maison. 

Ajoutons à tout ça un sound design ultra léché, une photo superbe et de très convaincants effets visuels. Mais que demande le peuple?

 

Bref, The Last Will And Testament Of Rosalind Leigh est une très belle surprise, aussi envoutante qu’effrayante. A voir.

 

 

 

 

 

Note: 17,5/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Production: Someone At The Door Productions

 

Sites Internet: Site officiel

                Rue Morgue

                Rodrigo Gudiño

                

 

Interview du réalisateur et scénariste Rodrigo Gudiño

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview, Rue Morgue, entretient, Post City Sound, Anthony Scott Burns, Tron Destiny, Marcus Alquieres, Peter Murphy, Mercan Dede, Cut Throats Nine, Rodrigo Gudiño, Aaron Poole,Vanessa Redgrave,Julian Richings,Stephen Eric McIntyre,Charlotte Sullivan,Mitch Markowitz, Canada, 2012, Someone At The Door Productions,horror,thriller,horreur,faith is fragile,


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Rodrigo Gudiño :Je suis le rédacteur en chef, fondateur et président de «Rue Morgue» («Le magasine» de cinéma horrifique canadien ndr). Je suis à la tête de la société depuis sa création en 1997.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

R.G.:Le dernier film que j'ai vu qui m'a surpris serait probablement Big River Man, un documentaire qui montre que la vérité est en effet plus étrange que la fiction.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que réalisateur?

 

R.G. :Stanley Kubrick et David Lynch sont probablement mes plus grandes influences. Ils ont mis au point les approches intellectuelles et instinctive (respectivement) pour faire des films.J'ai l'impression d'être amené à combiner les deux.Mais j’adore aussi œuvres de Fellini, Jodorowsky, Miike, Noe, Scorcese, Leone, Del Toro, Hitchcock, Friedkin, Bergman, PT Anderson, Coppola, John Hughes, la liste est longue ...

 

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

R.G. :Comme dans n'importe quelle autre période de l'histoire la plupart des films d'horreur qui sont faits aujourd'hui sont assez peu originaux;il n’y en a que quelques-uns qui se démarquent. Ceci dit, le Canada est dans une période excitante avec des réalisateurs comme les Soska Twins, Jason Eisener, Vincenzo Natali et Brandon Cronenberg qui font de l’excellent boulot.

 

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

R.G. :L’idée vient de la nécessité d’écrire un scripte à petit budget. Pour cela, j’ai décidé de me concentrer sur un petit nombre de personnages dont la plupart ne seraient pas présents à l’écran.

De cette façon, j'espérais explorer le thème de la solitude et le poids psychologique qui l'accompagne.Le titre est long et littéraire parce que le film explore aussi le style littéraire, par exemple, le public dans le film est mis à contribution.

Fantasticmovies: The Last Will...est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

R.G. :La post-production a été relativement rapide. Ca a pris 6 mois je pense. Je suis content que vous aimez le travail du son car le film est une expérience plus auditive que visuelle. Derrière ce travail, se trouvent les gars de Post City Sound, qui ont compris ce que je voulais exactement. 

 

Fantasticmovies:Parlez-nous des effets spéciaux.

 

R.G. :J’ai rencontré toutes sortes de gens via «Rue Morgue» et notamment ce mec qui s’appelle Anthony Scott Burns quelques jours avant le tournage. Il a fait un fan film de Tron (Tron Destiny), que vous pouvez voir sur le net.Il l’a réalisé pour 5000 dollars en 3 semaines. Quand vous le voyez, vous vous dites que c’est incroyable.Une fois le film vu, je lui ai dit: «Anthony, je veux que tu travailles sur mon film». Je voulais des créatures en effets pratiques et j’ai auditionné des personnes qui faisaient du yoga. Quand Anthony est arrivé, il est venu avec une équipe parce que c’était du gros travail et ont tout réalisé en numérique. Un autre gars qui a travaillé avec nous est Marcus Alquieres. Il a travaillé sur Les Aventures De Tintin, un film dans ce genre. Une super équipe.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

R.G. :Pas du tout, Aaron était un de mes premiers choix,et comme résultat de mes courts, beaucoup de personnes ont voulu travailler avec moi. Le plus gros obstacle était de trouver le compositeur. Durant le tournage du film, je n’avais pas d’idée concernant la musique. Puis j’ai écouté le morceau «Dust» de Peter Murphy et je me suis dit: «Waou, c’est vraiment bon.» J’avais l'atmosphère de tous les objets présents dans la maison avec un sentiment d’exotisme païen. J’ai rencontré le compositeur et musicien derrière cet album, le génial Mercan Dede. Une fois le film monté, il a réalisé la musique.

 

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

R.G. :Après le premier jour de tournage, j’ai entendu une rumeur selon laquelle un échafaudage se serait écroulé et que des gens seraient blessés. C’était nouveau pour moi. 

Il s'avère que l'accident s'est produit sur un tournage d’un film de zombies voisin.

Malgré tout ce qui a été dit, le tournage a été très calme.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des décors et de tous les objets vintages que l’on retrouve dans cette maison effrayante.

 

R.G. :Quand j’ai commencé à écrire le film, j’ai demandé à mon producteur, de me trouver le lieu de tournage car la façon dont la camera raconte l’histoire est très précise, et que tout devait se trouver dans le scénario. Ca n’a pas été long de trouver la maison qui ressemble beaucoup à ce que vous voyez dans le film. Evidemment, j’ai déplacé des choses, changé les meubles,ajouté des murs et filmé de telle manière que la géographie des lieux soit différente de la réalité (par exemple, il n’y a pas de chapèle en dessous de la chambre). Mais comme je l’ai dit, la plupart des choses était déjà là et ça m’a permis de créer mon histoire.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget de The Last Will And Testament Of Rosalind Leigh.

R.G. :C’est une question pour le producteur.

Fantasticmovies: La foi et la peur sont inséparables?

R.G. :La foi et la peur peuvent être séparées mais aiment être ensemble.


Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

R.G. :Beaucoup. Je réalise le remake de Cut Throats Nine, le western hispano-italien de 1972, de plus j’espère tourner un film d’horreur en langue espagnole au Mexique. J’ai aussi un film sur la fin du monde très phylosophique et une suite à The Last Will And Testament Of Rosalind Leigh en projets. Ce qui est étrange car je n’aurais jamais pensé que ce film aurait une suite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


11/05/2013

AMONG FRIENDS : CRITIQUE ET INTERVIEW DE L'ACTRICE PRINCIPALE ET SCENARISTE,ALYSSA LOBIT

 

 

AMONG FRIENDS

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens

Résumé :Un groupe d’amis se réunit pour une soirée «murder party». Les choses vont se gâter lorsqu’ils découvriront qu’ils sont eux-mêmes les victimes de leur hôte, Bernadette. Leur seule chance de survie: la rédemption.

 

 

Réalisateur:Danielle Harris

 

Scénaristes:Alyssa Lobit

 

Acteurs :Chris Meyer,Jennifer Blanc,Kamala Jones,AJ Bowen,Brianne Davis,Christopher Backus,Kane Hodder,Dana Daurey,Alyssa Lobit,...

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2012

 

Durée:80 min.

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens




 

Critique :

 

Danielle Harris (Jamie Lloyd, la nièce de Michael Myers dans les Halloween 5 et 6) a bien changé. Après avoir joué dans une pléthore de productions, la désormais jolie et sexy jeune femme se lance dans la réalisation avec son premier film Among Friends .Nous contant un dîner entre amis qui va se transformer en une boucherie façon règlement de comptes orchestré par l'hôte de la soirée, Bernadette, la réalisatrice met en scène un spectacle sympathique et granguignolesque. Ca saigne et ça hurle dans une ambiance 80’s mêlant horreur et humour ironique. Suivant une trame somme toute assez habituelle (les secrets inavouables des personnages sont dévoilés petit à petit levant le voile sur leurs réelles personnalités et changeant ainsi la vision que les spectateurs peuvent avoir d’eux), le métrage n’en demeure pas moins divertissant et énergique. 

Petit budget oblige, Among Friends n’est pas dénué de défauts: le surjeu des acteurs parfois horripilant, un retournement de situation final prévisible à cent kilomètres et quelques situations invraisemblables, des quelques scories qui n’enlèvent rien cependant à la qualité du métrage mué par une grande générosité.

Il faut souligner, car c’est rare dans le cinéma de genre que le film est réalisé, scénarisé et produit par des femmes. Un girl power assumé qui se ressent dans la bobine. 

Coté technique, Among Friends pâlie son manque de budget par un travail léché de l’image et du son. Le casting quant à lui fonctionne à merveilles. Blane (Chris Meyer), Melanie (Jennifer Blanc), Sara ( Kamala Jones), Adam ( A J Bowen), Jules( Brianne Davis), Marcus ( Christopher Backus), Lily ( Dana Daurey) et Bernadette (Alyssa Lobit) campent des personnages bien dessinés quelque peu stéréotypés mais totalement crédibles.

A noter, une scène surprenante de mise en abîme montrant un tournage dans le tournage où l’on peut apercevoir Xavier Gens(le réalisateur de Frontières) qui joue son propre rôle.

Bref: Among Friends est aussi sympathique qu’il est généreux. Il vous fera passer un agréable moment.

 

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens

 

 

Note: 16/20

 

 

 

Bande Annonce :


 

 

 

Production:Three Little Bird Production,Hollywood Treasures.

 

Web:http://www.AmongFriendsMovie.com

  

Interview de la scénariste et actrice principale : Alyssa Lobit 

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Alyssa Lobit:Bien sûr ! Je m’appelle Alyssa Lobit, je suis une actrice, scénariste et réalisatrice de Los Angeles. J’ai écrit et joué dans le film d’horreur psychologique Among Friends  qui est le premier film de la scream queen Danielle Harris. Après avoir écumé quelques grands festivals, le film sortira cet été aux États-Unis, au Canada et en Allemagne. Et bientôt dans d’autres pays.

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

A.L.: Among Friends (rire). Ok,  réellement...Crave.  ce qui était surprenant c’était de voir au combien il était généreux mais aussi marrant tout en étant un film d’horreur psychologique. J’aime les films qui bousculent les codes du genre. J’en regarde beaucoup plus maintenant. Resolution  est un autre excellent OFNI( objet filmique non identifié ndr) que j’ai vu durant la tournée des festivals pour Among Friends.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant qu ‘actrice et scénariste?

 

A.L.:  La vie. Réellement. Y a-t-il autre chose ?

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

A.L.:  Quand je l’ai abordé, j’ai vu quelques films dans les festivals que j’ai vraiment adorés. Je préfère les films d’horreur axés sur les personnages.  Je suis très heureuse d’avoir eu la chance de voir Crave et Resolution,  qui sont tous les deux réalisés par des compères de LA. Dans ces films les éléments horrifiques sont présents mais les personnages et l’ histoire en sont le moteur.

 

Fantasticmovies:Vous êtes une femme dans un monde d’homme. Etait-ce difficile de trouver votre place en tant que femme dans l’industrie du cinéma de genre?

 

A.L.:Among Friends  était mon premier film de genre, c’était donc nouveau pour moi. Ce que j’ai découvert très vite à propos du genre, c’est que les fans sont géniaux ! ! ! Je pense que dans ce sens ça peut aider d’être une fille(rire).

 

Fantasticmovies:Comment écrivez-vous un scripte? Quelle est votre manière de travailler?

 

A.L.:  Mon approche est agressive, pour cela je me fixe une deadline  qui est souvent ridiculement courte. Je fais cela pour éviter de tergiverser. Je m’ennuie aussi très facilement, donc ce qui marche pour moi c’est de finir le premier jet de n’importe quel projet de scénario quand le fer est encore  chaud.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

A.L.:  Mon amie actrice et productrice Jennifer Blanc-Biehn  venait juste de terminer son travail sur The Victim, le premier film de Michael Bienh.  Quant à moi je venais de terminer la tournée des festivals pour mon  film indépendant The Things We Carry. Jen et moi aimons rester occupées et elle m’a demandé si j’avais un film que nous pouvions tourner vite et bien. Je lui ai dit que j’avais une idée pour un scripte et elle l’ a adoré. Elle connaissait Danielle Harris  qui cherchait un film à réaliser très vite. Elle est montée à bord du projet. Peu de temps après,Athena Lobit ( ma soeur et productrice associée)  nous a rejoint. Deux mois et demis après  ma première rencontre avec Jen  pour ce projet, nous commencions le tournage.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget de Among Friends.

A.L.: Among Friends  est un film indépendant et donc son budget était modeste. Beaucoup de gens nous ont aidé en nous apportant des ressources et en étant derrière Danielle,Jen et moi.  Cela nous a permis de maintenir une production solide.  Nous devions être créatives ! Faire un film de genre est bien dans ce sens. Tu es forcé à penser plus loin et à faire ce que tu peux avec ce que tu as( ou tu peux mendier, emprunter  ou encore voler!) dans un environnement qui évolue rapidement.

 

Fantasticmovies: Among Friends est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

A.L.:  Merci ! Oui, le film a été  certainement amélioré durant le processus de post-production, c’est souvent le cas. Athena  nous a habilement  conduit au travers des aspects de la post-prod,  de la couleur, au son, en passant par la musique. 

 

 

Fantasticmovies:Parlez-nous des effets spéciaux.

 

A.L.: Nous avons utilisé des effets pratiques et les avons améliorés en post production pour la couleur et le son.  Je ne veux rien dévoiler, mais, par exemple, un personnage se fait couper son............(à vous de voir le film pour le découvrir ndr). Nous avions une  prothèse du faux............ que nous avons utilisée durant le tournage.  Nous ne savions pas ce que nous étions capables d’accomplir en post-prod, donc nous voulions nous assurer que nous avions quelque chose de réalisable dès le départ.  Nous avons fini par avoir quelques bons VFX faits de giclées de sang.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

A.L.: Oui car nous avons essayé de rester en famille.

 

 

Fantasticmovies: Que pouvez-vous nous dire à propos des conditions de tournage?

 

A.L.: C’était intense. Nous avons tourné le film en 10 jours. Vous vous dites que c’est assez? Rire. Beaucoup d’entre nous étions amis avant le tournage, cela a ajouté un élément intéressant à la dynamique sur le plateau. Les amis vont vous aider à surmonter les challenges difficiles mais aussi vous dire quand vous faites de la merde.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

A.L.: Le deuxième jour de tournage, Athena m’a sortie du maquillage pour m’emmener voir à l’extérieur la limousine 80’s qui était en train de fumer. Je me suis dit qu’on était foutus. Mais c’est ce genre de moments dans les films indépendants où tu dois prendre une décision rapidement. J’ai pris une grande respiration et j’ai dit:»Ok,bon... Continuons le film!»J’ai vite réécrit quelques scènes, qui en fin de compte fonctionnent mieux.C’est ce qui se passe habituellement.(rire)

 

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget d’Among Friends.

A.L.: Among Friends  est un film indépendant et donc son budget était modeste. Beaucoup de gens nous ont aidé en nous apportant des ressources et en étant derrière Danielle,Jen et moi.  Cela nous a permis de maintenir une production solide.  Nous devions être créatives ! Faire un film de genre est bien dans ce sens. Tu es forcé à penser plus loin et à faire ce que tu peux avec ce que tu as( ou tu peux mendier, emprunter  ou encore voler!) dans un environnement qui évolue rapidement.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

A.L.: Je joue dans une web-série qui s’appelle Crime and Consequences, qui devrait sortir prochainement. Je joue un détective, un personnage que j’ai toujours voulu interpréter pour plusieurs raisons. Je pense que je ne pourrais pas faire ce métier dans la vraie vie car je n’aime pas les flingues (rire). Je suis en train d’écrire un nouveau film de genre. Je suis sure qu’il y aura d’autres projets, donc les gens peuvent me suivre sur les réseaux sociaux pour rester informés.

http://twitter.com/alobit

http://facebook.com/TheAlyssaLobit

 

 

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

A.L.: Merci beaucoup, l’équipe d’Among Friends apprécie le soutien. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04/05/2013

INTERVIEW DU DESSINATEUR ET ILLUSTRATEUR,HASSAN SABER

 

 

Interview d’Hassan Saber, dessinateur et illustrateur.

 

Ciné,cinéma,bd,dessinateur,hasan saber,interview,interview du dessinateur hasan saber, bd,comics

 

Ayant réalisé la superbe illustration qui a permis de relooker ce blog, fan de films de genre, de BD’s et de comics, le dessinateur Hasan Saber est passé à la loupe de la petite interview.

N’hésitez pas à aller visiter ses sites  (liens en bas de l’interview)pour y admirer ses oeuvres. 

 

Ciné,cinéma,bd,dessinateur,hasan saber,interview,interview du dessinateur hasan saber, bd,comics


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Hasan Saber:Je m'appelle Hassan Saber; je vis à Bruxelles et je  suis instituteur primaire depuis une douzaine d'année. Je dessine depuis que je sais tenir un crayon et j'ai toujours eu envie d'en faire un métier; c'est ce que j'essaye de faire depuis quelques temps...

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

H.S.: Zero Dark Thirty.... super film.

 

Fantasticmovies:Quelle est votre plus grande peur?

 

H.S.:Le "locked-in syndrome"... j'ose à peine imaginer ce que l'on doit ressentir d'être prisonnier d'un corps sans pouvoir communiquer tout en étant parfaitement conscient. Sinon, la connerie en général a tendance à m'effrayer.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que dessinateur?

 

H.S.:J'admire tout un tas de dessinateurs dans plein de genres différents.... c'est par périodes.  J'ai une affection particulière pour Toryama, John Buscema, Jack Kirby, Jim Lee, Art Adams, Tsukasa Hojo, Franquin, etc... J'ai lu de tout étant petit (Le journal de Mickey, Pif, Zembla, Tarzan, Spirou, Tintin, etc...). Mes goûts se sont affinés plus tard. Je suis tombé très vite dans la lecture de comics.... c'est de là que vient la majeure partie de mes influences, ça et les dessins animés de tout poil.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous de la bd de genre actuelle?

 

H.S.:Il y a une profusion dingue de titres pour l'instant, dont de très bonnes choses comme "Love" chez Soleil je crois.... un truc magnifique, contemplatif, avec des animaux.... et 30 cm plus loin sur la même étagère ( en tout cas la mienne) il y a Walking Dead, qui porte en lui toute la force de la narration sous forme de "serial"...un peu plus loin (je regarde en même temps que je réponds aux questions) il y a du Blacksad.... juste sublime . Ce que j'aime pour l'instant, c'est qu'il y a une vraie diversité. Il n'y a plus de style de dessin ou d'histoire typiquement manga ou comics ou autre.... les frontières stylistiques et narratives ont quasi disparu.

 

 

Fantasticmovies:Comics ou bd européennes?

 

H.S.:Comme je le disais, la frontière entre les deux tend à se dissoudre... Les deux se valent largement, il suffit juste de ne pas prendre les clichés au pied de la lettre : la bd européenne ce n'est pas que des "gros nez" et du médiéval fantastique... c'est très varié ; il en va de même pour les comics: il n'y a pas que des super-héros. Mais je suis irrémédiablement un zombie marvel ( fans absolus des productions marvel ndr)!   

Ciné,cinéma,bd,dessinateur,hasan saber,interview,interview du dessinateur hasan saber, bd,comics

Fantasticmovies:Quels sont vos projets?

 

H.S.:Là pour l'instant, il faut comprendre qu'étant enseignant,  je ne consacre malheureusement pas toutes mes journées au dessin... Mais j'ai plusieurs trucs sur le feu, dont deux livres pour enfant (on peut en voir un aperçu sur ma page facebook :www.facebook.com/hassansaberdessinateur), une histoire de super-héros, et bien-sûr mon arlésienne à moi: Ozville.

 

Fantasticmovies: Est-il facile de trouver son style en tant que dessinateur tout en restant original?

 

H.S:Disons qu'il faut un certain temps avant de s'émanciper de ses influences.... Je ne suis pas sûr d'y être déjà arrivé totalement. Mais je pense être en bonne voie.

J'ai une TRES grande marge de progression. Le plus dur, c'est de trouver des projets de qualité et des collaborateurs (scénaristes) impliqués sans être monomaniaques!

 

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous de la bd numérique?

 

H.S.:C'est l'avenir paraît-il..... c'est pas encore trop mon truc, mais je ne suis pas fermé à ça. Je préfère le papier, quand même.

 

Fantasticmovies: Un conseil de dessinateur?

 

H.S.: Ne jamais trop appuyer sur son crayon, sinon, on ne sait plus gommer proprement.


Fantasticmovies: Votre bd de chevet?

H.S.:Pour l'instant Savage Wolverine par Frank Cho, chez Marvel.... Une tuerie!

 

Fantasticmovies: Un coup de coeur artistique?

H.S.:Lisez ce que fait Ron Garney ( chez Marvel entre-autres)... C'est le meilleur raconteur visuel de ces 20 dernières années....  Marcos Martin est aussi très très fort!

 

 

Pour admirer le travail du sieur Saber, cliquez que les liens ci-dessous, ils vous mèneront vers son univers riche et varié.

 

Page facebook

Page deviantart

 

 

13:10 Publié dans Comics, Interview | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ciné, cinéma, bd, dessinateur, hasan saber, interview, interview du dessinateur hasan saber, comics |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | Killg