04/02/2015

DEADLY REVISIONS: CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR: GERGORY BLAIR

 

DEADLY REVISIONS

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,



Résumé : Grafton Torn, un grand écrivain de romans d’horreur, se réveille à l'hôpital partiellement amnésique. Son meilleur ami, l’invite dans sa maison de campagne afin qu’il se repose et essaye de retrouver la mémoire. Il va suivre une psychothérapie pour l’aider à affronter et comprendre ses cauchemars. Hélas pour lui, la réalité et ses délires ne vont plus faire qu’un.

Réalisateur: Gregory Blair

 

Scénariste: Gregory Blair

 

Acteurs: Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson

Pays : Etats-Unis

Année :2013

Durée: 95 min.

Production: PIX/SEE Productions,Good Kids Productions

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,

 

Critique :

Suite à une chute dans les escaliers qui a entraîné un court coma,Grafton( joué par l'excellent Bill Oberst Jr), se réveille dans son lit d'hôpital totalement désorienté et amnésique. Son pote, lui propose de passer sa convalescence dans la maison de campagne familiale. Petit à petit des bribes de souvenirs vont refaire surface et le rendre complètement fou.

Thriller psychologique à la lisière du fantastique, Deadly Revisions s'amuse à jouer avec son intrigue, menant ses spectateurs sur de nombreuses fausses pistes. Comme dans Nightmare On Elm Street, la désorientation est de mise et l'on ne distingue plus le réel de l'imaginaire torturé du personnage principal. Le réalisateur,Gregory Blair, a soigné sa mise en scène, offrant un spectacle visuellement travaillé, sans jouer la surenchère d'effets pompeux. Deadly Revisions est sobre et focalise toute son énergie sur la psychologie dérangée de son personnage principal. On peut regretter néanmoins des scènes de dialogues redondantes, une disparité qualitative de jeu entre les différents acteurs et un climax en rupture de ton qui annihile toute la tension amenée graduellement par le métrage.

Bref, Deadly Revisions est un thriller psychologique honnête dont la progression de l’intrigue mène le spectateur dans “un faux semblant “ efficacement surprenant.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,



Note : 16/20

 

Bande-annonce :

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page facebook

 

Twitter

 

IMDB

 



Interview de Gregory Blair (réalisateur,scénariste et acteur)

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Gregory Blair,Gregory Blair,facebook,site officiel, imdb,twitter,Bill Oberst Jr., Mikhail Blokh,Cindy Merrill,Lise Hart,Gregory Blair,Ronny Coleman,Shaun Gerardo,Dawna Lee Heising,Josh Patterson,2013,PIX/SEE Productions,Good Kids Productions,horror,mystery,thriller,horreur,film d’horreur,deadly revisions,thriller,writer,nightmare,cabin,murder,rope, Kate Sobo,Andrew Poole Todd,Rusty Dunn,

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

Gregory Blair: Je suis un acteur, écrivain et producteur dans les domaines du cinéma,du théatre et de la télévision. J’écris aussi des fictions en prose, des chansons et de la poésie. Je suis une espèce rare: un natif de l’actuelle Californie du sud.


Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

Gregory Blair: Warm Bodies, que j’ai loué il n’y a pas si longtemps que ça.  Une comédie romantique avec des zombies...qui n’est pas une blague? Et qui fonctionne! Il était génial,inattendu et totalement original.

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel dans votre pays?

Gregory Blair: Je pense que beaucoup essayent de dépasser les limites dans le bon sens du terme(Warm Bodies en est un bon exemple). Mais il y a aussi des productions ennuyantes et peu originales. Le found footage par exemple est un style qui a été utilisé jusqu’à en avoir la nausée. Toutes ces productions sont molles, sans moyens et peu originales.

Fantasticmovies : Deadly Revisions est beau à regarder et le travail du son est vraiment bon. Etait-ce beaucoup de travail en post-production?

Gregory Blair: Le look du film, on le doit en grande partie à mon directeur photo, Kate Sobo. Je l’ai invitée à rejoindre le projet après avoir vu son travail sur d’autres films. Je savais qu’elle pourrais rendre mon film, le plus beau possible au regard de son budget. Le look du film a été travaillé durant la production. Pour le son, tout le mérite revient à mon compositeur,Andrew Poole Todd et à mon ingénieur du son,Rusty Dunn. Ces deux mecs ont compris instinctivement, la tonalité et la texture que je voulais pour le film. Le son a été travaillé en post-prod.

Fantasticmovies : Deadly Revisions joue avec les attentes du spectateur. Est-ce la réalité ou nous sommes dans l’esprit de Grafton? Le climax est surprenant. Comment avez-vous écrit le scripte, quelle est votre méthode pour écrire?

 

Gregory Blair: J’ai écrit le scénario en fonction de ce que je voulais voir dans le film. Je me suis dit: “ j’écris ou je regarde un film qui se déroule principalement dans un seul lieu, il vaudrait mieux qu’il y ait une tonne de twists afin que l’histoire reste prenante.” J’avais une idée du concept de base, puis j’y ai ajouter les éléments que j’aime dans les films d’horreur: des couloirs glauques, des ombres, des sons mystérieux,... Si ça me fait peur, je l’écris. J’utilise après toutes ces choses pour construire l’histoire. Cela m'amuse que certaines personnes argumentes sur ce qui se passe dans le film. La chose marrante à son propos c’est que l’on peut l’interpréter différemment. A vous de faire vos choix d’interprétation.

Fantasticmovies : Parlez nous du budget du film.

Gregory Blair: J’avais un budget avec un producteur. Quand j’ai changé de producteur, le budget a lui aussi changé. Les choses ont évoluées au fur et à mesure. C’est la nature même de faire des films: les choses changent tout le temps. Ca a été un apprentissage difficile pour moi. Etre producteur a influencé mon écriture, autant que mon jeu d’acteur a influencé ma réalisation.

Fantasticmovies : Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

Gregory Blair: J’ai plusieurs histoires horribles qui me viennent en tête. Nous tournions dans une rue très calme, mais un jour un groupe de jardiniers avec leurs tondeuses à gazon, leurs souffleuses et tout ce qui pouvait faire du bruit ont paradé. Mon directeur de production est sorti,torse nu, leur demander d'arrêter le bruit de temps en temps afin que nous puissions tourner.  Une fois qu’ils étaient partis, il y eu un énorme accident sur l’autoroute proche. Les jardiniers ont alors laissé leur place aux sirène, aux hélicoptères et aux klaxons. Ca aurait pu être marrant si je ne m’étais pas arraché tous les cheveux.

Fantasticmovies : Parlez-nous du casting.

Gregory Blair: J’ai été très chanceux de travailler avec  mes quatre acteurs principaux. Je les admirais ou j’avais travaillé avec eux auparavant.  Je leur ai demandé de travailler sur le projet, leur ai montré mon scripte et ils ont dit “oui”.Bill Oberst, Jr. est un acteur récompensé (je suis fier qu’il ait obtenu deux nouvelles récompenses pour son rôle dans Deadly Revisions). J’avais déjà travaillé avec Cindy Merrill et Mikhail Blokh et vu le travail de Lise Hart et je savais qu’ils seraient parfaits pour leurs rôles. En plus d’être talentueux, ce sont des professionnels aguerris et de gentilles personnes.   

Fantasticmovies : Pouvez-vous définir votre film en cinq mots?

Gregory Blair: Résumé: les pensées hantées d’un écrivain sont mortelles (Haunted writer’s visions are deadly)

Avec style: Le thriller psychologique rencontre la romance horrifique (Psychological thriller meets horror valentine)

Fantasticmovies : Quelle est votre recette du faux sang?

Gregory Blair: Vous devez poser la question à mon maquilleur. Je pense que j’ai dû en faire pour le trailer promotionnel. Nous avons utilisé du sirop de maïs, du colorant rouge et du sirop de chocolat.

Fantasticmovies: Des projets futurs?

Gregory Blair: J’en ai plusieurs. Je continue à faire la tournée des festivals avec Deadly Revisions. Je me concentre sur plusieurs projets. D’abord un scripte de film de détective que j’écris pour un producteur qui veut que je joue le rôle principal. Ensuite, une comédie d’horreur que j’écris dans laquelle je voudrais jouer et que je voudrais co-réaliser… si je trouve la bonne poire… je veux dire le bon partenère.

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

Gregory Blair: Je voulais vous remercier pour m’avoir introduit dans l’univers de Fantasticmovies. Je suis honoré d’en faire partie.




 



28/01/2015

I SURVIVED A ZOMBIE HOLOCAUST: CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR

 

I SURVIVED A ZOMBIE HOLOCAUST

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de , interview du réalisateur, Site, film indépendant,youtube,imdb, Guy Pigden,Harley Neville,Jocelyn Christian,Ben Baker,Reanin Johannink,Mike Edward,Andrew Laing,Simon Ward,Mark Neilson,Patrick Davies,Harry Love,Erica Betts,Sean Braid,Janna Cachola,Angela Calteaux,Campbell Cooley, Nouvelle Zélande, 2014,i survived a zombie holocaust,comedy,horror,comédie,horreur,zombie,Jon Wilson,Dave Mclaren,Vedat Kiyic,Shoreline

 

Résumé : Wesley,un jeune assistant à tout faire sur un film de zombies, vit un premier jour de tournage d’enfer quand de véritables zombies envahissent le plateau. Qui sont les vrais zombies? Qui sont les figurants? La décapitation est à manier avec précaution.

 

Réalisateur: Guy Pigden

 

Scénariste: Guy Pigden

 

Acteurs:Harley Neville,Jocelyn Christian,Ben Baker,Reanin Johannink,Mike Edward,Andrew Laing,Simon Ward,Mark Neilson,Patrick Davies,Harry Love,Erica Betts,Sean Braid,Janna Cachola,Angela Calteaux,Campbell Cooley

 

Pays : Nouvelle Zélande

 

Année : 2014

 

Durée: 104 min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de , interview du réalisateur, Site, film indépendant,youtube,imdb, Guy Pigden,Harley Neville,Jocelyn Christian,Ben Baker,Reanin Johannink,Mike Edward,Andrew Laing,Simon Ward,Mark Neilson,Patrick Davies,Harry Love,Erica Betts,Sean Braid,Janna Cachola,Angela Calteaux,Campbell Cooley, Nouvelle Zélande, 2014,i survived a zombie holocaust,comedy,horror,comédie,horreur,zombie,Jon Wilson,Dave Mclaren,Vedat Kiyic,Shoreline

 

Critique : 

 

La mode du zombie ne semble pas se tarir. Preuve en est, le succès fulgurant de la série The Walking Dead et la pléthore de longs et de courts qui sortent le bout de leur pellicule et inondent l'espace restraint audio visuel dédié au fantastique. Dans cette manne de chair en putréfaction, il y a beaucoup de déchets et quelques réussites. Le film de zombies s'est diversifié et a engendré des sous - genres comme la zombédie( contraction de zombie et de comédie) dont I Survived A Zombie Holocaust fait partie. Initiée par le cultissime et jamais égalé, Shaun Of The Dead , la zombédie  tente des réalisateurs et des scénaristes en quête d'originalité et de succès commercial. Hélas, peu sont ceux qui arrivent intelligemment à doser l'humour et l'horreur sans que cela devienne potache.

Il faut donc avouer qu'à la vision d’ I Survived A Zombie Holocaust , on peut être agréablement surpris.

Le film de Guy Pigden bénéficie d'un traitement technique travaillé: belles images, cadrages intelligents, montage millimétrée ( la scène qui met en parallèle un match de rugby avec une poursuite de zombies est tout simplement bluffante), et rythme sans lourdeurs.

Les acteurs donnent vie à des personnages attachants aux répliques absurdes totalement en décalage de ton par rapport à ce qu'ils vivent. Ils forment une bande d'anti-héros qui va braver courageusement les nombreux dangers qu'impliquent leur condition de proies.

Le film s'amuse à détourner joyeusement les codes établis se moquant de lui même et du monde du cinéma. En effet son histoire se déroule lors d'un tournage de film de zombies qui va être attaqué par de vrais morts vivants. Les différents métiers présents sur le set sont caricaturés: un réalisateur mégalo, un premier assistant frustré qui se venge sur les autres, des acteurs “has been” qui ont des exigences de divas, une actrice ratée forcée de faire le ravitaillement, un homme à tout faire humilié, un scénariste effacé, etc.

La mise en abîme fonctionne à merveille et réserve aux spectateurs son lot de quiproquos, de second degré et de clins d'oeil cinéphiles bien sentis.

Bref,  I Survived A Zombie Holocaust, ne se prend pas au sérieux mais propose un spectacle savamment orchestré qui fait mouche instantanément. C’est drôle,malin, attachant et gore. 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de , interview du réalisateur, Site, film indépendant,youtube,imdb, Guy Pigden,Harley Neville,Jocelyn Christian,Ben Baker,Reanin Johannink,Mike Edward,Andrew Laing,Simon Ward,Mark Neilson,Patrick Davies,Harry Love,Erica Betts,Sean Braid,Janna Cachola,Angela Calteaux,Campbell Cooley, Nouvelle Zélande, 2014,i survived a zombie holocaust,comedy,horror,comédie,horreur,zombie,Jon Wilson,Dave Mclaren,Vedat Kiyic,Shoreline

 

 

 

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

 

Youtube

Page Facebook

Imdb

 

 

 

 

Interview du réalisateur : Guy Pigden

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de , interview du réalisateur, Site, film indépendant,youtube,imdb, Guy Pigden,Harley Neville,Jocelyn Christian,Ben Baker,Reanin Johannink,Mike Edward,Andrew Laing,Simon Ward,Mark Neilson,Patrick Davies,Harry Love,Erica Betts,Sean Braid,Janna Cachola,Angela Calteaux,Campbell Cooley, Nouvelle Zélande, 2014,i survived a zombie holocaust,comedy,horror,comédie,horreur,zombie,Jon Wilson,Dave Mclaren,Vedat Kiyic,Shoreline

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Guy Pigden: Bonjour Fantasticmovies, je m’appelle  Guy Pigden, je suis un cinéphile et un réalisateur. J’ai commencé à faire des films avec mes amis à l’age de 16 ans, ce qui correspond à plus ou moins à la moitié de mon âge actuel et je continue à faire des films avec tous mes amis. Je viens d’apprendre que I Survived A Zombie Holocaust allait être distribué dans le monde entier. Je suis tombé amoureux du cinéma quand mon père m’y a introduit alors que j’étais tout petit avec les romans de science fiction et de fantasy. Ils ont capturé mon imagination et depuis j’ai toujours voulu être un conteur d’histoires. 

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Guy Pigden: Le dernier film que j’ai vu et qui m’a le plus surpris était The Tourist Trap , un vieux slasher de 1979 qui est très cool. Le directeur photo de mon nouveau film m’a recommandé Beyond The Black Rainbow. Ce film est impressionnant et surprenant dans tous les sens du terme. Si vous voulez sortir de l’ordinaire, je vous le recommande. C’est un film extraordinairement bizarre et beau.

 

Fantasticmovies : Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

Guy Pigden: J’ai envie de dire que je suis influencé par beaucoup de réalisateurs, il est donc compliqué de les citer. George Lucas avec Star Wars fut le premier puis vinrent Peter Jackson, John Carpenter, Sam Raimi, Zemeckis, James Cameron Stanley Kubrick…  La liste est encore longue. Je suis aussi influencé par les dessins animés, les comics, les jeux vidéos,les livres et tout ce qui touche aux années 1980.

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

 

Guy Pigden: En général, je trouve qu’il y a beaucoup de chouettes films d’horreur/fantastiques qui sortent pour l’instant. Je pense que nous avons été chanceux de connaître cette renaissance du genre qui date de ces quinze dernières années. En Nouvelle Zélande, il y a malheureusement moins de passion pour ce genre de films. Malgré tout, cette année nous avons quelques belles sorties avec des films comme: Housebound et What We Do In The Shadows. J’aimerais que le genre soit plus apprécié dans mon pays… mais je ne suis pas très objectif.

 

Fantasticmovies:I Survived… est très beau à regarder et le travail su son est excellent. Etait-ce beaucoup de travail en post-production?

 

Guy Pigden: Merci. Notre directeur photo, Jon Wilson a fait de son mieux pour donner au film son aspect actuel. Notre responsable des couleurs Dave Mclaren a fait de l’excellent boulot, rendant le film plus beau. De même que notre ingénieur du son, Vedat Kiyic, qui a fait attention aux détails, ajoutant au film une nouvelle dimension. Nous avons passé beaucoup de temps en post-production. 

 

Fantasticmovies: La zombédie est en vogue pour le moment pourquoi avoir choisi ce genre? Qu’est-ce qui fait, selon vous, l’originalité de votre film?

 

Guy Pigden: Bien, je pense qu’effectivement il y a beaucoup de zombédies pour le moment . Il n’y en a pas beaucoup qui ont quelque chose de nouveau à proposer. Pour nous l’idées que de vrais zombies attaquant un plateau de tournage d’un film de zombies n’a jamais été fait . Je suis un grand fan des films de genre , j’ai donc essayé de construire un film avec des éléments que je n’avais pas vus avant et je voulais réaliser un film de zombies. J’ai donc travaillé dur pour rendre ce film unique.

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir votre film en 5 mots ?

 

Guy Pigden: Marrant,gore,satirique et sincère. Ca n’en fait que quatre.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

Guy Pigden: Nous avons passé beaucoup de temps à essayer de produire des effets originaux et intéressants. La plupart de ceux que vous voyez à l’écran, ont été améliorés avec des CGI. Notre superviseur des effets a travaillé avec moi de manière très proche afin que tout semble authentique . 

 

Fantasticmovies: Parlez nous du casting .

 

Guy Pigden: Cela fait quelques années que je travaille avec Harley Neville. Je savais qu’il serait super pour le rôle de Wesley grâce à son talent comique. Idem pour  Jocelyn Christian, qui joue le rôle de Susan. Elle a apporté de la crédibilité et de l’intelligence à son rôle.  C’était une joie de travailler avec Mike Edward  car il a compris le côté archétypal de son rôle et il se moquait de son personnage. Il n’avait pas peur de paraître ridicul  pour l’histoire. Ben Bake est arrivé très tard sur le projet. Il a remplacé un acteur qui a abandonné le projet. Il est l’ancre de tout le film. 

Simon Ward en Richard, est excellent et j’adore le côté “Jack Nicholson “ de la performance d’ Andrew Lain .Mark Neilson (Randy) était très drôle. Je l’ai laissé improvisé prises après prises car toutes les idées avec lesquelles il venait étaient excellentes. Patrick Davies qui joue Greg Winston était tellement drôle, que l’équipe entière riait à presque chacune de ses prises. Reanin Johannink, joue une bimbo blonde, alors que dans la vrai vie, elle est totalement à l’opposé de son personnage. Harry Love qui joue Harold m’a fait penser à Alec Guinness (l’acteur qui a joué le rôle d’Obi Wan Kenobi dans la trilogie originale de Georges Lucas ndr). Il a d’ailleurs joué une scène dans laquelle il est habillé en Obi Wan Kenobi, qui a malheureusement été coupée au montage.

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

Guy Pigden: Ca a été un tournage très dur. Harley Neville a presque perdu un oeil quand il a reçu en pleine face une caméra qui était positionnée trop près de lui. Nous avons dû aussi retourner la scène la plus compliquée du film (celle qui se déroule la nuit dans un marécage) car nous avions perdu les rushs du tournage. La seconde fois, nous étions au milieu de l’hiver et le marécage était super froid. Mon directeur photo (qui était en hypothermie)a été surpris par une énorme araignée qui se baladait sur ma tête, il est tombé dans l’eau et a nager loin. Il ne savait pas que certaines araignées savent nager. Elle était presque aussi grosse que ma tête. Je déteste aussi ces bestioles, mais heureusement je ne savais pas quelle taille elle avait, jusqu’à ce qu’elle tombe , si non l’entièreté de l’équipe m’aurait entendu crier comme une fillette. Ce marécage a été un test de survie. 

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget d’I Survived...

 

Guy Pigden: Le budget était très restreint : 250 000 dollars néo zélandais, ce qui vaut à peu près à 130 000 euros. Nous devions donc être très créatifs et travailler dur afin que notre film ait un look de blockbuster. 

 

Fantasticmovies: Quelle est votre recette du faux sang?

 

Guy Pigden: Nous avons utilisé le sang des membres de l’équipe (rire).

 

Fantasticmovies: A quand une sortie européenne du film?

 

Guy Pigden: Notre agent des ventes,Shoreline, est en pour parler avec des distributeurs. Donc, courant 2015. Gardez un oeil sur notre page facebok:  www.facebook.com/isazh.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Guy Pigden: Oui, je suis en train de monter mon prochain film, Older, qui est un drame romantique. Vous pouvez voir le trailer sur le site: www.oldermovie.com

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

 

Guy Pigden: Si vous aimez les films de Peter Jackson comme Braindead et Bad Taste, vous allez aimer I Survived A Zombie Holocaust.  C’est  l’esprit de ces métrages que nous avons essayé de capturer pour le notre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/12/2014

CREEPERS HORROR ANTHOLOGY MOVIE VOL. 2: CRITIQUE

 

CREEPERS HORROR ANTHOLOGY MOVIE VOL. 2

 

creepersfinalposter450.jpg



Résumé :  Une nouvelle anthologie d’horreur comprenant des segments adaptés des histoires de Joe R. Lansdale, Jeff Strand, Lafcadio Hearn & Edgar Allan Poe.

 

Réalisateurs: Gregory Lamberson, Jeremiah Kipp, Christian Walker, Mike T. Lyddon

 

Scénaristes: Jeff Strand, Mike T. Lyddon, Jeremiah Kipp, Christian Walker

 

Acteurs: Catherine Ashton,Christian Walker,Susan Adriensen,Bob Socci,Bradley Creanzo,Thomas Mendolia,Brian Lannigan,Cheryl Koski

 

Pays : Etats-Unis


Année :2014

 

 

Production: Mike T. Lyddon

 

gaveupghost6.jpg

Critique :

Le soufflé des anthologies est un peu retombé. Malgré tout certains films à sketchs continuent d'émerger en compilant des courts métrages qui n'ont pas grand chose à voir entre eux tant thématiquement qu'esthétiquement mais qui leur permet néanmoins d'obtenir plus de visibilité. Creepers ne déroge pas à cette règle malgré un certain effort de cohérence thématique: tous les courts sont des adaptations de nouvelles fantastiques.

La mise en scène qui fait office de lien entre les segments est un peu faiblarde.

Cette histoire d’un bourgeois déchu qui accueille dans sa demeure un contrôleur fiscal et qui lui raconte des histoires fantastiques , est à la fois désuète mais aussi sur jouée et techniquement en deçà des courts présentés dans cette anthologie.

C’est The Consequences Of A Broken Promise qui ouvre les festivités. Ce premier segment , met en scène la courte descente aux enfers d'une jeune mariée qui est harcelée par le fantôme de la première femme de son mari.

 

Superbement mis en images et parfaitement joué le mértrage gothico fantastique de Christian Walker jouis d'un climax sanglant et dérangeant.

Le deuxième sketch est une adaptation de la nouvelle d'Edgard Alan Poe, Berenice. Le film de Jeremiah Kipp, parfaitement produit, dépeint le quotidien d'un “Tanguy” autiste, qui fantasme sur sa cousine venant passer un moment de convalescence chez lui. C'est froid, malsain et dérangeant. Le malaise s'installe dès les premières secondes du film. Du grand art un tantinet convenu mais qui tape dans mille.

Le troisième court Gave Up The Ghost est une comédie dans laquelle un écrivain qui vient de finir son chef d'œuvre se voit dépouiller de celle-ci par son ordinateur qui a rendu l'âme. Avec l'aide d'un technicien , il réveillera l'esprit de sa machine pour récupérer son dossier. Sans prétention,original et bien interprété le film de Gregory Lamberson apporte le sursaut de second second degré nécessaire pour détendre l'atmosphère pesante installée par les deux précédents segments.

Le quatrième court,By The Hair Of The Head est sans aucuns doutes le moins intéressant de cette série. L'histoire d'un écrivain qui vient chercher l'inspiration dans dans une baraque dont le proprio est un vieux ventriloque. Vous avez deviné la suite? Ben c'est exactement ce à quoi vous pensez. Poupée qui prend vie, ésotérisme et tout le toin toin. Bien foutu techniquement, le film de Mike T. Lyddon manque d'originalité et de rythme .

Bref, Creepers est une anthologie honnête qui compile quatre courts disparates mus par une volonté de bien faire.

 

hairofthehead3.jpg



Note : 14/20

 

Bande-annonce :

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

IMDB