18/05/2013

THE WHISPERER IN DARKNESS : CRITIQUE

THE WHISPERER IN DARKNESS

the whisperer in darkness.png

Résumé :Un brillant professeur à l'Université de Miskatonic (Arkham), Albert N. Wilmarth, est passionné du folklore, et particulièrement celui de la Nouvelle-Angleterre. En parfait scientifique, il est sceptique face aux allégations de Henri Akeley, fermier dans le Vermont.

Ils entretiennent une correspondance relative aux aliens présents dans la région.

Un jour, Henry Akeley invite Albert à venir constater par lui-même ce qu'il en est réellement,...

 

 

Réalisateur:Sean Branney

 

Scénaristes:Sean Branney,Andrew Leman

 

Acteurs : Stephen Blackehart,Annie Abrams,Barry Lynch,P.J. King,Andrew Leman,...

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2011

 

Durée:103 min.


 

the whisperer in darkness2.png


 

Critique :

 

 

Sean Branney, le réalisateur, membre du HPLHS ( The H.P. Lovecraft Historical Society, c’est dire qu’il s’y connait) est un passionné de H.P. Lovecraft ( écrivain prolifique du début 20e siècle qui posa les bases de la culture fantastique contemporaine du point de vue littéraire mais aussi indirectement du point de vue cinématographique via les adaptations de ses oeuvres).

 

Mettant en scène une véritable ode au travail de l’écrivain, Branney nous livre une adaptation du récit «Celui Qui Chuchotait Dans Les Ténèbres» ( traduction en français du titre du livre et donc du film ici critiqué) façon «old school». Exit donc les interprétations contemporaines accompagnées d’effets tape à l’oeil, le film se veut une adaptation fidèle aux écrits du maître.

 

Filmé entièrement en noir et blanc, ce qui lui donne un cachet et une beauté incontestable, le film tient fort bien la route techniquement et artistiquement malgré un budget limité. Le travail soigné apporté à l'image, le jeu des acteurs (Barry Lynch est excellent dans le rôle du fermier cultivé), la musique, le sound design,... tout nous plonge dans l'ambiance des années trente et des films d'horreur de l'époque.

Un chouette voyage dans le temps qui se veut aucunement cynique mais bien respectueux et sincère.

 

Un bémol (si il y en a un), malgré une ou deux surprises de taille, le récit est prévisible et linéaire. Les fan de retournements de situation, passez votre chemin. Par contre, les mordus de films atypiques, ce  The Whisperer In Darkness est fait pour vous.

 

The Whisperer In Darkness est une belle entrée en matière pour ceux qui ne connaissent pas le travail de Lovecraft et un petit plaisir pour les fans à regarder, un soir d'hiver, au coin du feu (quoi on est en été et il fait 30 degrés? Ca marche aussi en short avec un cocktail).

 Rédacteur: MV


 

the whisperer in darkness3.png


 

Note: 15/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Production:HPLHS Motion Pictures, Fungi

 

Sites Internet: 

http://www.cthulhulives.org/whisperer/


11/05/2013

AMONG FRIENDS : CRITIQUE ET INTERVIEW DE L'ACTRICE PRINCIPALE ET SCENARISTE,ALYSSA LOBIT

 

 

AMONG FRIENDS

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens

Résumé :Un groupe d’amis se réunit pour une soirée «murder party». Les choses vont se gâter lorsqu’ils découvriront qu’ils sont eux-mêmes les victimes de leur hôte, Bernadette. Leur seule chance de survie: la rédemption.

 

 

Réalisateur:Danielle Harris

 

Scénaristes:Alyssa Lobit

 

Acteurs :Chris Meyer,Jennifer Blanc,Kamala Jones,AJ Bowen,Brianne Davis,Christopher Backus,Kane Hodder,Dana Daurey,Alyssa Lobit,...

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2012

 

Durée:80 min.

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens




 

Critique :

 

Danielle Harris (Jamie Lloyd, la nièce de Michael Myers dans les Halloween 5 et 6) a bien changé. Après avoir joué dans une pléthore de productions, la désormais jolie et sexy jeune femme se lance dans la réalisation avec son premier film Among Friends .Nous contant un dîner entre amis qui va se transformer en une boucherie façon règlement de comptes orchestré par l'hôte de la soirée, Bernadette, la réalisatrice met en scène un spectacle sympathique et granguignolesque. Ca saigne et ça hurle dans une ambiance 80’s mêlant horreur et humour ironique. Suivant une trame somme toute assez habituelle (les secrets inavouables des personnages sont dévoilés petit à petit levant le voile sur leurs réelles personnalités et changeant ainsi la vision que les spectateurs peuvent avoir d’eux), le métrage n’en demeure pas moins divertissant et énergique. 

Petit budget oblige, Among Friends n’est pas dénué de défauts: le surjeu des acteurs parfois horripilant, un retournement de situation final prévisible à cent kilomètres et quelques situations invraisemblables, des quelques scories qui n’enlèvent rien cependant à la qualité du métrage mué par une grande générosité.

Il faut souligner, car c’est rare dans le cinéma de genre que le film est réalisé, scénarisé et produit par des femmes. Un girl power assumé qui se ressent dans la bobine. 

Coté technique, Among Friends pâlie son manque de budget par un travail léché de l’image et du son. Le casting quant à lui fonctionne à merveilles. Blane (Chris Meyer), Melanie (Jennifer Blanc), Sara ( Kamala Jones), Adam ( A J Bowen), Jules( Brianne Davis), Marcus ( Christopher Backus), Lily ( Dana Daurey) et Bernadette (Alyssa Lobit) campent des personnages bien dessinés quelque peu stéréotypés mais totalement crédibles.

A noter, une scène surprenante de mise en abîme montrant un tournage dans le tournage où l’on peut apercevoir Xavier Gens(le réalisateur de Frontières) qui joue son propre rôle.

Bref: Among Friends est aussi sympathique qu’il est généreux. Il vous fera passer un agréable moment.

 

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens

 

 

Note: 16/20

 

 

 

Bande Annonce :


 

 

 

Production:Three Little Bird Production,Hollywood Treasures.

 

Web:http://www.AmongFriendsMovie.com

  

Interview de la scénariste et actrice principale : Alyssa Lobit 

 

ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,danielle harris,alyssa lobit,chris meyer,jennifer blanc,kamala jones,aj bowen,brianne davis,christopher backus,kane hodder,dana daurey,alyssa lobit,three little bird production,hollywood treasures,among friends,sexy,comédie,horreur,comedy,horror,scream queen,jennifer blanc-biehn,michael bienh,athena lobit,crime and consequences,xavier gens


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Alyssa Lobit:Bien sûr ! Je m’appelle Alyssa Lobit, je suis une actrice, scénariste et réalisatrice de Los Angeles. J’ai écrit et joué dans le film d’horreur psychologique Among Friends  qui est le premier film de la scream queen Danielle Harris. Après avoir écumé quelques grands festivals, le film sortira cet été aux États-Unis, au Canada et en Allemagne. Et bientôt dans d’autres pays.

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

A.L.: Among Friends (rire). Ok,  réellement...Crave.  ce qui était surprenant c’était de voir au combien il était généreux mais aussi marrant tout en étant un film d’horreur psychologique. J’aime les films qui bousculent les codes du genre. J’en regarde beaucoup plus maintenant. Resolution  est un autre excellent OFNI( objet filmique non identifié ndr) que j’ai vu durant la tournée des festivals pour Among Friends.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant qu ‘actrice et scénariste?

 

A.L.:  La vie. Réellement. Y a-t-il autre chose ?

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

A.L.:  Quand je l’ai abordé, j’ai vu quelques films dans les festivals que j’ai vraiment adorés. Je préfère les films d’horreur axés sur les personnages.  Je suis très heureuse d’avoir eu la chance de voir Crave et Resolution,  qui sont tous les deux réalisés par des compères de LA. Dans ces films les éléments horrifiques sont présents mais les personnages et l’ histoire en sont le moteur.

 

Fantasticmovies:Vous êtes une femme dans un monde d’homme. Etait-ce difficile de trouver votre place en tant que femme dans l’industrie du cinéma de genre?

 

A.L.:Among Friends  était mon premier film de genre, c’était donc nouveau pour moi. Ce que j’ai découvert très vite à propos du genre, c’est que les fans sont géniaux ! ! ! Je pense que dans ce sens ça peut aider d’être une fille(rire).

 

Fantasticmovies:Comment écrivez-vous un scripte? Quelle est votre manière de travailler?

 

A.L.:  Mon approche est agressive, pour cela je me fixe une deadline  qui est souvent ridiculement courte. Je fais cela pour éviter de tergiverser. Je m’ennuie aussi très facilement, donc ce qui marche pour moi c’est de finir le premier jet de n’importe quel projet de scénario quand le fer est encore  chaud.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

A.L.:  Mon amie actrice et productrice Jennifer Blanc-Biehn  venait juste de terminer son travail sur The Victim, le premier film de Michael Bienh.  Quant à moi je venais de terminer la tournée des festivals pour mon  film indépendant The Things We Carry. Jen et moi aimons rester occupées et elle m’a demandé si j’avais un film que nous pouvions tourner vite et bien. Je lui ai dit que j’avais une idée pour un scripte et elle l’ a adoré. Elle connaissait Danielle Harris  qui cherchait un film à réaliser très vite. Elle est montée à bord du projet. Peu de temps après,Athena Lobit ( ma soeur et productrice associée)  nous a rejoint. Deux mois et demis après  ma première rencontre avec Jen  pour ce projet, nous commencions le tournage.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget de Among Friends.

A.L.: Among Friends  est un film indépendant et donc son budget était modeste. Beaucoup de gens nous ont aidé en nous apportant des ressources et en étant derrière Danielle,Jen et moi.  Cela nous a permis de maintenir une production solide.  Nous devions être créatives ! Faire un film de genre est bien dans ce sens. Tu es forcé à penser plus loin et à faire ce que tu peux avec ce que tu as( ou tu peux mendier, emprunter  ou encore voler!) dans un environnement qui évolue rapidement.

 

Fantasticmovies: Among Friends est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

A.L.:  Merci ! Oui, le film a été  certainement amélioré durant le processus de post-production, c’est souvent le cas. Athena  nous a habilement  conduit au travers des aspects de la post-prod,  de la couleur, au son, en passant par la musique. 

 

 

Fantasticmovies:Parlez-nous des effets spéciaux.

 

A.L.: Nous avons utilisé des effets pratiques et les avons améliorés en post production pour la couleur et le son.  Je ne veux rien dévoiler, mais, par exemple, un personnage se fait couper son............(à vous de voir le film pour le découvrir ndr). Nous avions une  prothèse du faux............ que nous avons utilisée durant le tournage.  Nous ne savions pas ce que nous étions capables d’accomplir en post-prod, donc nous voulions nous assurer que nous avions quelque chose de réalisable dès le départ.  Nous avons fini par avoir quelques bons VFX faits de giclées de sang.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

A.L.: Oui car nous avons essayé de rester en famille.

 

 

Fantasticmovies: Que pouvez-vous nous dire à propos des conditions de tournage?

 

A.L.: C’était intense. Nous avons tourné le film en 10 jours. Vous vous dites que c’est assez? Rire. Beaucoup d’entre nous étions amis avant le tournage, cela a ajouté un élément intéressant à la dynamique sur le plateau. Les amis vont vous aider à surmonter les challenges difficiles mais aussi vous dire quand vous faites de la merde.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

A.L.: Le deuxième jour de tournage, Athena m’a sortie du maquillage pour m’emmener voir à l’extérieur la limousine 80’s qui était en train de fumer. Je me suis dit qu’on était foutus. Mais c’est ce genre de moments dans les films indépendants où tu dois prendre une décision rapidement. J’ai pris une grande respiration et j’ai dit:»Ok,bon... Continuons le film!»J’ai vite réécrit quelques scènes, qui en fin de compte fonctionnent mieux.C’est ce qui se passe habituellement.(rire)

 

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget d’Among Friends.

A.L.: Among Friends  est un film indépendant et donc son budget était modeste. Beaucoup de gens nous ont aidé en nous apportant des ressources et en étant derrière Danielle,Jen et moi.  Cela nous a permis de maintenir une production solide.  Nous devions être créatives ! Faire un film de genre est bien dans ce sens. Tu es forcé à penser plus loin et à faire ce que tu peux avec ce que tu as( ou tu peux mendier, emprunter  ou encore voler!) dans un environnement qui évolue rapidement.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

A.L.: Je joue dans une web-série qui s’appelle Crime and Consequences, qui devrait sortir prochainement. Je joue un détective, un personnage que j’ai toujours voulu interpréter pour plusieurs raisons. Je pense que je ne pourrais pas faire ce métier dans la vraie vie car je n’aime pas les flingues (rire). Je suis en train d’écrire un nouveau film de genre. Je suis sure qu’il y aura d’autres projets, donc les gens peuvent me suivre sur les réseaux sociaux pour rester informés.

http://twitter.com/alobit

http://facebook.com/TheAlyssaLobit

 

 

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

A.L.: Merci beaucoup, l’équipe d’Among Friends apprécie le soutien. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02/05/2013

LLOYD THE CONQUEROR: CRITIQUE ET INTERVIEW DU RéALISATEUR MICHAEL PETERSON

 

 

LLOYD THE CONQUEROR

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Calgary, Alberta, The Forge Audio, Canuck, Luke Azevedo, Spawning Ground, Tegan Moss, Michael Peterson,Andrew Herman, Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey, Canada, 2011, Fresh Dog Productions,interview,interview du réalisateur,lloyd the conqueror,comédie,larping,live action role playing,jeu de role,

Résumé :Après une nuit de jeux vidéo et de tergiversations, Lloyd et ses meilleurs amis, Patrick et Oswald,sont sur la mauvaise pente car n’ayant pas bossé sur leur exposé de littérature médiévale,ils risquent de perdre leurs prêts étudiants .  Pour sauver leurs médiocres carrières universitaires, les gars concluent un pacte avec leur professeur qui a besoin de nouvelles victimes  afin qu’il soit à nouveau déclaré grand champion du LARP Demons & Dwarves.

 

 

Réalisateur: Michael Peterson

 

Scénaristes:Michael Peterson,Andrew Herman

 

Acteurs : Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey,...

 

Pays : Canada

 

 

Année : 2011

 

Durée:95min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Calgary, Alberta, The Forge Audio, Canuck, Luke Azevedo, Spawning Ground, Tegan Moss, Michael Peterson,Andrew Herman, Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey, Canada, 2011, Fresh Dog Productions,interview,interview du réalisateur,lloyd the conqueror,comédie,larping,live action role playing,jeu de role,

Critique :

 

 Le larp ou larping (live action role playing) est la dénomination qui est donnée aux jeux de rôles grandeur nature (GN pour le francophones). En gros:: des gens déguisés qui se livrent une bataille fictive chapeautée par un maître du jeu scénariste et dieu omniscient de la partie.


En bon pédagogue, Lloyd The Conqueror nous invite avec humour à entrer dans ce monde obscure pour le néophyte. Le spectateur non initié est pris par la main et le  découvre en même temps que les personnages principaux du film, nouveaux larpers par obligation. 

Un parti pris simple et efficace qui permet au film de s’adresser au plus grand nombre. Lloyd The Conqueror gagne son capital sympathie grâce à ses personnages caricaturaux comme il faut et bien dessinés: la bande d’ados boutonneux flemmarde un peu geek(les gentils), un prof déjanté (le méchant),une jolie blonde bagarreuse et un vendeur de comics (le mentor). En gros, des personnalités archétypales sans réelles profondeurs mais mus par leur sincérité et leurs rôles respectifs dans l’histoire. Du déjà vu mais qui marche à fond pour ce genre de comédie.


Tourné pour presque trois fois rien,Lloyd The Conqueror est agréable à regardé. Un sound design impeccable, de belles images et une B.O. heavy. Seul bémol, un rythme en dents de scie dont certaines longueurs (quelques dialogues interminables) plombent le métrage. 


Gentiment ironique (le générique du début donne le ton), le métrage de Michael Peterson met en scène Lloyd (Evan Williams)et ses deux potes Patrick (Jesse Reid), et Oswald ( Scott Patey), forcés de s’inscrire à un tournoi de larping après avoir raté un travail qui leur a couté leurs bourses d’étudiants. Ils devront, pour les récupérer, vaincre leur prof de littérature (Mike Smith) qui règne en maitre sur le jeu, aidés par Andy leur mentor, vendeur de comics (Brian Posehn) et Cassandra (Tegan Moss), experte en arts martiaux.

Un synopsis assez simple et efficace qui permet surtout d’enchainer les comiques de situations et de dialogues.

 

Rien à redire concernant le jeu des acteurs qui sont en totale adéquation avec le ton du film. Ceux qui ne sont pas fan du style monocorde de Posehn, passez votre tour.


Bref, Lloyd The Conqueror est une comédie un peu lourde mais efficace: un mélange entre de la teenage comedy américaine et un brin d’humour anglais, du canadien quoi. 

 

 

 

Note: 15/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Production: Fresh Dog Productions

 

 

 

Interview du réalisateur : Michael Peterson 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Calgary, Alberta, The Forge Audio, Canuck, Luke Azevedo, Spawning Ground, Tegan Moss, Michael Peterson,Andrew Herman, Brian Posehn,Mike Smith,Evan Williams,Jesse Reid,Scott Patey, Canada, 2011, Fresh Dog Productions,interview,interview du réalisateur,lloyd the conqueror,comédie,larping,live action role playing,jeu de role,


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Michael Peterson: Je suis un scénariste,réalisateur et producteur et Canadien. Lloyd The Conqueror est mon premier long métrage. J'ai fait une tonne de courts métrages, de publicités et de docs. Je travaille principalement à Calgary, en Alberta. Je suis un père célibataire et j’exécute des semi-marathons.

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

M.P.:The Comedy avec Tim et Eric. Je l'ai vu à un festival, ne sachant rien à son propos et j'ai pensé que c'était une comédie. Je ne suis pas sûr que c'en est une traditionnelle. Mais ça m’a marqué. Le film  capte vraiment un moment dans le temps et un type de malaise moderne très actuel et puissant.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?


M.P. :Je suis à la fois fan de comédies et fan de films. Lloyd est probablement un mélange d’influences des Monty Python,des comédies des années 80 et des films à gros budgets de Ridley Scott. La littérature et la photographie influencent aussi mon travail.

 

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

M.P. :On sent qu’à nouveau au Canada, les films de genre qui osent bousculer les conventions sont produits. Ca ne s’était plus vu depuis les années 70/80 avec des films comme: Porkys,Rabid,Videodrome et Meatballs

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

M.P.:Je pense que ce serait un excellent sujet pour un documentaire. Mon co-scénariste était un testeur de jeux vidéo et a travaillé avec certains «GNiste»(joueurs de jeu de role live ndr). C’est  comme ça que j’ai été introduit à ce monde. Après avoir fait des recherches et  avoir regardé des documentaires sur le sujet, je me suis dit que ce «nouveau» monde pourrait faire l’objet d’une comédie, ce qui à l’époque n’avait pas encore  été fait. 

 

Fantasticmovies: Lloyd The Conqueror est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

M.P.: Merci. Nous avons été chanceux avec le temps et les changements de couleurs de la nature (celles des feuilles par exemple).Avoir travaillé sur un documentaire est une bonne préparation à tirer des avantages de ces sortes de merveilleux accidents ou de ces moments non planifiés.Le travail du son est mon poste favori. Nous avions une formidable équipe chapeautée par The Forge Audio qui a travaillé sur les différentes nappes de sons. Par exemple, pour la première bataille, nous avons travaillé sur des sons de plastique. Pour la seconde, nous y avons ajouté des sons de véritables armes et pour la troisième, les sons de métal ont été amplifiés. Cela permettait de renforcer le sentiment que le danger était grandissant et que les personnages étaient de plus en plus investis dans leurs combats.

En plus la bande originale tue, composée presque entièrement par le groupe d’heavy Canuck.

 

 

Fantasticmovies:Pensez-vous que Lloyd The Conqueror puisse plaire à un large public?

 

M.P.:Oui bien sur. Certainement. Je pense que les gags sont faciles d’accès. Quand les personnages principaux entre dans le monde du Larp, ils deviennent des sortes de guides pour les non initiés. Enfin j’espère...   

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

M.P.:Oui. C’était génial pour tout le monde.Le tournage était excellent. D’ailleurs,je pense que certaines personnes se sont beaucoup trop amusées.

 

Fantasticmovies: Comment Brian Poshen est-il arrivé sur le projet?

 

M.P.:Il est une légende de la comédie pour moi. Nous lui avons demandé,il a lu le scripte,nous avons discuté et il a dit oui. Ce qui était cool, le film ayant été écrit pour lui.

 

Fantasticmovies: Que pouvez-vous nous dire à propos des conditions de tournage?

 

M.P.:15 jours de tournage!!! Merde. Je me souviens avoir dit qu’il était impossible de le faire en dessous de 25. De plus nous ne tournions pas 18h par jour mais plutôt 11 à 12h.Nous ne pouvions pas nous permettre de faire plus. L’équipe a été formidable.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

M.P.:J’ai été cherché Evan William à l’aéroport et j’avais couru toute la semaine. J’ai laissé mon portefeuille et mes clefs dans mon camion moteur allumé et nous étions déjà en retard pour des essayages et des réunions.Je lui ai demandé de reculer. J’ai attraper mon démonte-pneu et ai brisé la fenêtre. Je pense qu’à partir de ce moment précis, il a compris que nous allions faire tout ce qu’il fallait pour y arriver ou qu’il s’est dit «ho merde dans quoi je me suis embarqué.»

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget de Lloyd.

M.P.:Un peu plus qu’un million. Mais pas avant que nous tournions.Nous avons tourné sans l’entièreté.Dieu merci, ma partenaire de production ne m’a pas tenu au courant des problèmes que cela engendrait. Je n’ai pas dû y penser durant le tournage. La communauté locale a aussi participé au budget.Du commissaire de Calgary Film, Luke Azevedo au magasin de jeu local en passant par le SCA. Nous n’aurions rien su faire sans eux.

Fantasticmovies:  Pouvons-nous espérer une sortie de votre film en Europe?

M.P.:Je l’espère bien. Appelez moi ou Koan qui est notre vendeur pour l’étranger. Il y a quelques projets mais pas de véritable date de sortie.

Fantasticmovies:  Etes -vous un joueur de LRPG?

M.P.:Non, mais j’aimerais en faire. En ce moment je me pose mais j’adore les livres de fantasy et les comics de Conan.

Fantasticmovies: Des projets futurs?

M.P.:Je prépare une comédie musicale théatrale qui va être stupide et drôle et j’ai quelques scriptes en cours d’écriture. Le prochain, Spawning Ground sera un film   de sf noir, violent et sexuel.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

M.P.:Profitez du film. Si vous ne rigolez pas au moins huit fois, appelez-moi et je vous rembourserai.Huit c’est le minimum, en moyenne c’est trente-sept. J’adore aborder les maths dans une comédie.