06/02/2011

La Fureur Des Gargouilles ( Rise Of The Gargoyles)

 

La Fureur Des Gargouilles.

 

3D dvd la fureur des gargouilles.jpg


 

 

 

 

                                                    Résumé :

affiche-La-Fureur-des-gargouilles-Rise-of-the-Gargoyles-2009-1.jpgJack est un brillant professeur d’archéologie américain, spécialisé et passionné en architecture médiévale. Déprimé par un divorce difficile, son amie Carole va lui remonter le moral en lui faisant découvrir une crypte souterraine regorgeant de merveilles architecturales, au fond d’une église en ruines.

Il va vite se rendre compte que cette église est occupée par d’étranges et féroces créatures ancestrales : des gargouilles. Jusqu’alors restées au fond de leur souterrain, elles vont s’empresser de créer un massacre sanguinaire dans les rues de Paris, auquel Jack va tenter de faire face.

 

 

 

 

 

 

 

 

Réalisateur: Bill Corcoran

 

Scénariste: Andy Briggs.

Acteurs : Eric Balfour, Caroline Néron, Justin Salinger, Ifan Huw Dafydd, Nick Mancuso, Lucian Ciurariu,...

Pays : Etats -Unis, France, Canada.

 

Année : 2009

 

Critique :

la fureur des gargouilles 3.jpgSi vous êtes un spectateur pointilleux et exigeant, passez votre chemin , ce «La Fureur Des Gargouilles» n’est définitivement pas fait pour vous.

Téléfilm, à budget pourtant raisonnable pour ce genre de production, «La Fureur Des Gargouilles», réalisé par Bill Corcoran, met en scène Jack (Eric Balfour), un professeur qui enseigne l’archéologie à Paris. Après s’être fait convaincre par son amie Carol, d’aller visiter la crypte d’une église, d’étranges phénomènes se produisent en ville. Sans le savoir, nos deux compères ont réveillé une bestiole qui dormait tranquillement dans les bas-fonds de l’édifice.  Petit à petit les meurtres sanglants se multiplient.

 

Loin d’être une réussite, ce «La Fureur Des Gargouilles» multiplie les défauts. Cadrages douteux, scénario vide et sans grand intérêt, personnages horripilants joués par des acteurs en roue libre, incohérences, dialogues nonsensiques , la liste est très longue.la fureur des gargouilles 4.png


Malgré ses tares «La fureur Des Gargouilles» se laisse voir( non sans un effort du spectateur indulgent) de par la modélisation, somme toute bien rendue de la gargouille et le rythme soutenu du film.

 

Bref,"La Fureur Des Gargouilles" est un petit film de monstre peu original qui n’a d’intéret que quelques effets visuels de bon goût.

 

 Note : 06/20

 

 

Bande Annonce :

 



 

Distributeur: Zylo

 

DVD : Image: 4/3/Son: Dolby Digital /Langues:Français

 

 

16/08/2008

Cloverfield

Cloverfield

 

cloverfield 1

Résumé

 

New York, une quarantaine de ses amis et relations ont organisé chez Rob, une fête pour son départ au Japon. Hub, meilleur ami de Rob est chargé de filmer la « party ». Soudain une violente secousse ébranle l’immeuble. Les invités se précipitent dans la rue où une foule s’est rassemblée en quelques instants. La tête de la statue de la liberté s’effondre sur la chaussée. L’attaque du siècle vient de commencer.

 

Acteurs principaux

 

Lizzy Caplan : Marlena / Jessica Lucas : Lili / T.J. Muller : Hud / Michael Stahl-David : Rob / Mike Vogel : Jason.

 cloverfield 2

Critique

 

Décoiffant, voici un adjectif qui sied parfaitement à ce Cloverfield.

Réalisé par, Matt Reeves et produit par le créateur de la série Lost, JJ. Abrams, Cloverfield,  est un « film catastrophe » mettant en scène l’attaque de Manhattan par un monstre géant. C’est vrai qu’annoncé comme cela, ça ne fait pas trop envie. On repense à l’affreux Gozilla version américaine. Beurk. Excusez-moi je vais aux toilettes…


cloverfield 3

Cloverfield est heureusement aux antipodes de ce navet intersidéral.

Film à la fois intimiste de par l’utilisation de la caméra subjective et spectaculaire de par des effets spéciaux réalistes et impressionnants, Cloverfield est un métrage parfaitement mis en boîte qui ne laisse aucun répit au spectateur.

 cloverfield 4

Mat Reeves décide donc d’utiliser pour son métrage le procédé cinématographique à la mode pour l’instant : les prises de vue en caméra subjective. Procédé immersif, qui plonge le spectateur au cœur de l’action.

Cloverfield envoie aux oubliettes d’un point de vue narratif et formel les films utilisant le même procédé tels que Rec. (et là je ne vais pas me faire des amis) ou encore Diary Of The Dead.

Hud, est chargé de filmer les témoignages des amis de son meilleur pote, Rob qui s’en va pour le japon  à la suite d’une promotion. Caméra mini-DV à la main, il s’amuse à questionner les invités de la soirée d’adieu organisée pour l’occasion. Soudain, c’est la panique. Tremblements de terre, explosions, immeubles en feu, population en fuite, Hud sera le témoin malgré lui de ce qui se passe et ne lâchera plus la caméra, le spectateur est embarqué par  son entremise dans sa fuite pour sa survie.

 

Reeves, maîtrise son médium : les prises de vues imparfaites (mais chorégraphiées) et le découpage intelligent des scènes rendent le métrage crédible en tant que témoignage brut, sans montage ni musique, du drame filmé par Hud.

Le métrage renforce sa crédibilité grâce aussi à l’excellent jeu des acteurs. C’est simple, on y croit.

 cloverfield 5

Un des points forts du film, est sans conteste ses effets spéciaux. Les effets visuels sont d’une beauté primitive s’insérant parfaitement dans les prises de vue « amateurs » de la caméra mini-DV. Les 30 premières minutes du métrage sont d’ailleurs très impressionnantes.

 

Le suspense est maintenu de bout en bout grâce à une narration bien ficelée plongeant le spectateur dans le chaos, découvrant ce qui se passe en même temps que les personnages.

 cloverfield 6

Les défauts et invraisemblances de ce Cloverfield, sont balayés par la maestria globale du métrage.

 cloverfield 7

 

Bref, aussi immersif  qu’impressionnant, Cloverfield  est un film à voir.

 

Killg

 

Cote : 20/20

Bande annonce