27/09/2013

HELL'S BELLES: CRITIQUE, BANDE ANNONCE, PHOTOS ET INTERVIEW DU RéALISATEUR CHRISTIAN ACKERMAN

HELL’S BELLES

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de Christian Ackerman, Chuck Foster, Black Box TV, Christian Ackerman,James Cavlo,Buffy Dakan,Paul Gebeau,Bonjah Kele,Trista Robinson,Ariel Teal Toombs,court métrage,horreur,monstre,filles sexy,chasseuse, Etats-Unis, Bludgeoned Films,Hell’s Belles,short,comedy,horror

Résumé : Alors qu’elles se rendent dans un bar, deux amies spécialistes de l’occulte inexpérimentées, Adria et Helena sont contactées pour sauver une adolescente des griffes d’un démon venu de l’enfer.Elles devront utiliser leur peu de connaissance en démonologie pour trouver comment l’arrêter.

 

Réalisateur:Christian Ackerman

 

Scénariste:Christian Ackerman

 

Acteurs :James Cavlo,Buffy Dakan,Paul Gebeau,Bonjah Kele,Trista Robinson,Ariel Teal Toombs

 

Pays :Etats-Unis

 

Année : 2012

 

Durée: 15 min

 

Production: Bludgeoned Films

 

Critique :

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de Christian Ackerman, Chuck Foster, Black Box TV, Christian Ackerman,James Cavlo,Buffy Dakan,Paul Gebeau,Bonjah Kele,Trista Robinson,Ariel Teal Toombs,court métrage,horreur,monstre,filles sexy,chasseuse, Etats-Unis, Bludgeoned Films,Hell’s Belles,short,comedy,horror


 

Le spectateur, même aguerri peut souvent être surpris par la qualité cinématographique d’oeuvres indépendantes à petit budget.

Hell’s Belles est un court métrage de Christian Ackerman qui fait partie de ces petites pépites faites par et pour l’amour du cinéma. Photo parfaite, montage enjoué, acteurs convaincants (et sexy), son nickel et musique entrainante, Ackerman nous fait une démonstration de technicité.

Comme pour un bon plat au resto qui se dévore d’abord avec les yeux, l’esthétique travaillée d’un  film est primordiale pour accrocher l’oeil et attirer l’attention. Ca le réalisateur l’a très bien compris en nous servant sa comédie horrifique dans un très bel écrin. Les quelques menus défauts tels que le trop de blabla, l’attitude clownesque du monstre (alors que son maquillage est parfait, rappelant la créature de Jeepers Creepers) et un rythme pas trop soutenu, sont très vite oubliés.

Bref, Hell’s Belles est une comédie grindhouse d’horreur rondement menée à l’image des rondeurs aguichantes de ses héroïnes.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de Christian Ackerman, Chuck Foster, Black Box TV, Christian Ackerman,James Cavlo,Buffy Dakan,Paul Gebeau,Bonjah Kele,Trista Robinson,Ariel Teal Toombs,court métrage,horreur,monstre,filles sexy,chasseuse, Etats-Unis, Bludgeoned Films,Hell’s Belles,short,comedy,horror

 

 

Note: 16/20

 

 

 

Bande-annonce :

 

 

Hell's Belles-Trailer from Bludgeoned Films on Vimeo.

 

 

Sites Internet:

Site officiel

Page Facebook

Twitter


 

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste:Christian Ackerman

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de Christian Ackerman, Chuck Foster, Black Box TV, Christian Ackerman,James Cavlo,Buffy Dakan,Paul Gebeau,Bonjah Kele,Trista Robinson,Ariel Teal Toombs,court métrage,horreur,monstre,filles sexy,chasseuse, Etats-Unis, Bludgeoned Films,Hell’s Belles,short,comedy,horror


Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Christian Ackerman: Je suis un réalisateur/scénariste de films d’horreur vivant à Los Angeles. L’année passée, j’ai réalisé un court métrage qui se nomme Hell’s Belles at qui continue à faire le tour des festivals. J’en ai écrit une version longue avec mon pote Chuck Foster et nous espérons en trouver le financement bientôt. J’adore tuer des gens artistiquement parlant biensur.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

C.A.: Je dirais le docummentaire The Imposter qui est sorti l’année passée. C’est l’histoire incroyable et sombre d’une famille dont le fils est porté disparu. C’est tout ce que je peux dire sans spoiler l’histoire du film.

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Hell’s Belles en 5 mots?

 

C.A.: Déchire, sympa, démon, combattre, gonzesses.

 

Fantasticmovies: Pourriez-vous faire un acrostiche avec les lettres de Hell’s Belles?

 

C.A.: Hell is my firey home

Enter if you dare

Lovely little mortals

Lay down before me there

Seal your fate in my tomb of doom!

 

 

Beleth is my name

Everyone must bow to me

Ladies of the night

Let me into your world

Evoke my name and forever

Submit to my vast power

 

Traduction:

 

L’enfer est ma maison de feu

Entrez si vous osez

Chaemants petits mortels

Prosternez-vous devant moi

Scellez votre desin dans ma tombe de malheur.

 

Beleth est mon nom

Tout le monde doit s’incliner devant moi

Femmes de la nuit

Laissez moi entrer dans votre monde

Evoquez mon nom pour toujours

Soumissez-vous à mon grand pouvoir.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

C.A.:Quand il s’agit d’horreur, rien ne m’inspire plus que l’obscurité. La vraie obscurité, les coins sombres de l’esprit, et les arts sombres. L’inconnu. Une mort prématurée. En fait tout ce que je vois m’inspire. En tant que réalisateur, je crée des univers, j’essaye donc d’observer ce qui se trouve autours de moi et de me l’approprier pour le recréer. Je n’ai pas à proprement parler de réalisateur favorit, tous m’inspirent les bons comme les mauvais.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?


C.A.: Je viens de finir un projet pour Black Box TV  sur Youtube. C’est un court métrage sur une adolescente qui invoque les fantomes pour le plaisir d’être possédée.

Fantasticmovies:Un mot pour la fin?

 

C.A.: Merci de m’avoir interviewé et promu mon travail. J'ai vraiment hâte de faire plus de films pour les amateurs d'horreur du monde!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03/05/2013

ORPHYR: CRITIQUE ET INTERVIEW DU RéALISATEUR JONATHAN DEGRELLE

 

 

ORPHYR

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , La Fabrique , Les Contes De La Dame Verte, Jean le Mauve, CRRAV Nord Pas de Calais, Jonathan Degrelle, Corinne Masiero,Stéphane Ropa, France, 2012,interview du réalisateur,court métrage,familial,fantasy,fantastique, orphyr,


 

Résumé :Et si la nature vous donnait un petit coup de pouce ? 

Orphyr est paysan. 

Un soir où il quitte le bistrot de la Frédine, il rencontre La Dame Verte. 

Celle-ci lui fait un présent qui changera son quotidien...

 

 

Réalisateur: Jonathan Degrelle

 

Scénaristes:Jonathan Degrelle

 

Acteurs :Corinne Masiero,Stéphane Ropa,...

 

Pays :France

 

Année : 2012

 

Durée:17min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , La Fabrique , Les Contes De La Dame Verte, Jean le Mauve, CRRAV Nord Pas de Calais, Jonathan Degrelle, Corinne Masiero,Stéphane Ropa, France, 2012,interview du réalisateur,court métrage,familial,fantasy,fantastique, orphyr,


 

Le court:


Petit conte mettant en exergue la bonté qui finit toujours par être récompensée, Orphyr est une agréable surprise. 

Orphyr, un fermier alcoolique, amoureux de la nature et ayant le coeur sur la main se voit octroyer par la Dame Verte un âne capable de déféquer de l’or. Hélas, un peu benêt, il se fait extorquer de son bien par les tenanciers de l’auberge dans laquelle il a l’habitude de boire.

Superbement filmé et simplement raconté, le court de Jonathan Degrelle va droit au but et cela, sans chichis.  Le jeu des acteurs est excellent et juste. Les décors minutieux , le travail du son, la musique ainsi que la voix off (un peu redondante) ou encore les effets spéciaux ,simples mais efficaces, apportent au métrage de la crédibilité.

Bref, une belle réussite pour un premier court qui aurait peut-être mérité un travail plus important du scripte. 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , La Fabrique , Les Contes De La Dame Verte, Jean le Mauve, CRRAV Nord Pas de Calais, Jonathan Degrelle, Corinne Masiero,Stéphane Ropa, France, 2012,interview du réalisateur,court métrage,familial,fantasy,fantastique, orphyr,

 

 

Note: 15/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Interview du réalisateur : Jonathan Degrelle.


Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , La Fabrique , Les Contes De La Dame Verte, Jean le Mauve, CRRAV Nord Pas de Calais, Jonathan Degrelle, Corinne Masiero,Stéphane Ropa, France, 2012,interview du réalisateur,court métrage,familial,fantasy,fantastique, orphyr,


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Jonathan Degrelle: Je m'appelle Jonathan Degrelle, 28 ans, et je suis nordiste. Après des études d'arts et d'audio-visuel, je réalise des films de façon "professionnelle" depuis 5 ans  maintenant. Comme beaucoup j'ai commencé en faisant des films avec les potes et le caméscope familial, pour au fur et à mesure me professionnaliser, jusqu’à vivre maintenant de la pub, du reportage et de l'institutionnel. Ce qui me permet de me consacrer à mes projets personnels et  à la fiction sur le temps libre qu'attribue ce métier.

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

J.D.: L’Odyssée de Pi a été la claque la plus récente pour moi en salle. La narration et la mise en scène du film, émouvante et touchante, va droit au but pour moi. De plus, j'ai trouvé pour une fois la 3d du film efficace. L'idée de changer le format de l'image lors de certaines scènes était aussi une super idée.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?


J.D.:Mes influences sont diverses et variées. Elles partent un peu dans tous les sens. Cela va de certains films de Tim Burton,au cinéma Hong-Kongais (j'adore les vieux films de Kung-Fu de la Shaw Brothers par exemple), en passant par le cinéma de studio américain qui a fait rêver beaucoup de gens de mon âge avec des films comme Retour Vers Le Futur et Indiana Jones. Pour Orphyr, mes influences viennent de films comme Dark Crystal ou encore Le Labyrinthe De Pan, sans doutes, le meilleur conte jamais vu au cinéma. 

 

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?


J.D.:J'ai l'impression que le cinéma de genre en France se fait rare, mais que quand il est là, il est bon. Des films comme Frontières, ou encore dans un autre domaine, Le Pacte Des Loups, se font trop rare. Les chaines de TV, les producteurs sont peut être trop frileux et préfèrent sans doute amortir le choc financier en produisant et en distribuant des comédies et autres films sociaux. Pourtant de véritables talents existent (notamment, je l'espère fortement, dans la génération de réalisateur à laquelle j'appartiens qui nous sort des films d’horreur, des films d'action où encore de thriller).

 

Fantasticmovies:Quelle est votre plus grande peur?

 

J.D.:A l'instant où je réponds à votre interview, je dirais que ma plus grande peur serait celle de ne pas réussir dans mon métier et de ne pas pouvoir vivre un jour de ma passion: réaliser des films (sous entendu des films de fiction)  !

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

J.D.:Je venais de terminer un court métrage quelque peut amateur intitulé La Fleur de l'Awaï. Je travaillais avec l'association de production audio-visuelle ,La Fabrique sur ce court. Nous avons décidé de commun accord de se lancer ensemble dans un deuxième court-métrage. J'ai toujours adoré certains films de Tim Burton, comme Edward Aux Mains D'Argent, où encore Big Fish, et je voulais à mon tour réaliser un conte (avec mes références propres, comme certains films de Disney par exemple). C'est alors que La Fabrique m'a proposé d'adapter un des contes du recueil Les Contes De La Dame Verte, de Jean le Mauve. J'ai décidé de choisir la nouvelle L'Ane, La Table Et La Maguette qui au fur et à mesure de l'écriture est devenu "Orphyr".

 

Fantasticmovies: Orphyr est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

J.D.:La post-production du film a été beaucoup plus longue que prévue. Une fois le film tourné en Aout 2010, le montage a suivi rapidement via diverses cessions. Ces premières cessions n’étaient pas assez convaincantes . J'ai donc retouché le montage avec une autre monteuse, pour resserrer le film. Ensuite les effets spéciaux ont été assez long. Concrètement, nous n'étions que deux à travailler sur ceux-ci (un argentin avec qui je travaillais à distance et moi même). Même si le nombre de plans à truquer n’était pas exorbitant, nous n'étions que deux et cela a rallongé quelque peu le temps de travail. De plus beaucoup de petit détails invisibles pour le spectateur ont été travaillés (effacement de voitures, de câbles électriques, de grillage, de fenêtre en plastiques contemporaine...). Ensuite on a enchainé sur le travail du son (montage son, sound design, composition musicale et mixage 5.1). Et bizarrement, deux ans étaient passés; sans vraiment que l'on s'en rende compte. 

 

Fantasticmovies:Pourquoi avoir choisi l’univers des contes pour votre court? Etait-ce pour toucher un plus large public?

 

J.D.:J'ai avant tout choisi l'univers du conte dans un but personnel car j'ai toujours aimé les contes depuis tout petit. Le message fort que ceux-ci portent à travers une histoire simple m'a toujours intéressé. Le Petit Poucet nous raconte quand même une histoire d'abandon d'enfant, et Le Petit Chaperon Rouge, une métaphore de la pédophilie (une petite fille trouve un grand méchant loup dans son lit..). Il y a donc un message pour les enfants (le côté magique et merveilleux) mais aussi pour les adultes ( le côté "moral" et aventure).  Le but premier n'était donc pas de toucher un large public, mais le fait est que le concept du conte est perceptible par chacun, d'une manière originale et différente.   

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

J.D.:Les rencontres pour ce film se sont faite très facilement et très simplement. Une fois le directeur de la photographie arrivé sur le projet via un ami commun, celui-ci à entièrement réuni son équipe technique et les chefs de poste adéquats. Ensuite se sont rapidement attachés: costumière, décoratrice et tous les autres postes artistiques et techniques (grâce au bouche à oreille principalement..). Concernant le casting, Corinne Masiero a directement accepté le rôle de Frédine (j'étais super content qu'elle accepte car j'avais écrit ce rôle pour elle). J'avais vu Philippe Wolczek dans un court métrage, où il m'avait bien plus, et je lui ai vite proposé le rôle de Leulruque. Quand au reste des acteurs, ils ont tous été sélectionné par casting. Stéphane Ropa, qui interprète Orphyr a fait forte impression au casting, le rôle lui allait directement comme un gant. 

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.


J.D.:Les effets spéciaux du film sont assez simples, car pour un premier "vrai court métrage", je ne voulais pas tomber dans une avalanche d'effets juste pour démontrer que je pouvais faire un film contenant de nombreux FX. Je voulais donc peut d'effets spéciaux, mais des SFX justes et pertinents. Ils sont donc très discrets, mais, je l'espère, apportent un véritable plus au récit. 

 

Fantasticmovies: Que pouvez-vous nous dire à propos des conditions de tournage et du budget du film?

 

J.D.:Les conditions de tournage d'Orphyr sont celles d'un tournage associatif. Donc celles-ci ne sont pas 100% optimales. Notamment sur le fait que entièreté de l'équipe était bénévole sur l'ensemble du projet (malgré cela, leur motivation et leur investissement sur le projet a été totale  et je ne les remercierai jamais assez pour cela). Même si les salaires ne pouvaient pas être présents, nous avons mis, je le souhaitais,  le maximum dans les conditions de tournages autres (matériel présent, traveling, tournage en RED, tournage sur 9 jours en Picardie, où toute l'équipe était logée). Bref il fallait faire un vrai film de cinéma dans les conditions que nous avions. Concernant le budget, le film a bénéficié d'une aide du CRRAV Nord Pas de Calais, ainsi que du défi Jeunes (j'avais moins de 25 ans à l'époque où j'ai monté le dossier). Ensuite mon argent personnel et une aide personnelle de la productrice du film a complété le budget (pour le mixage du film notamment).

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

J.D.:Une des journées a été très difficile, c'était un peu la journée des "galères", il y en a toujours une sur un tournage . Sous la fausse pluie faite par les pompiers, Stéphane qui interprète Orphyr et Emmanuelle qui interprète la femme du héros étaient trempés et tremblotaient, alors que le reste de l'équipe était en t-shirt, au soleil. Cette même journée, on tournait une scène d'Orphyr avec son âne. Mais celui-ci n'en faisait qu'à sa tête, et s'est cambré, mettant presque un coup de sabot à Stéphane, puis l'âne s'est précipité sur le second âne du tournage et l'a mordu jusqu’au sang. L'âne était une vraie corvée, il n'obéissait à rien. Cet animal tient bien sa foutue réputation. La dernière nuit du dernier jour de tournage, une fois celui-ci fini. Il fallait mettre l'âne dans son fourgon pour le ramener au village voisin. Têtu comme il était, il n'a jamais voulu y rentré. La productrice du film et la chef déco l'ont ramené à pied au village, à quelques kilomètres, après une grosse nuit de tournage dans le froid de l'été.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

J.D.: Je travaille actuellement sur un projet de Shortcom, dont 6 épisodes ont déjà été tournés. Une diffusion TV devrait avoir lieu sous peu, la chaine ayant aimé les deux premiers pilotes et nous l'ayant fait savoir. Ne reste qu'a signer la diffusion. Ensuite, je travaille sur un second court métrage basé sur Notre Dame de Paris, de Victor Hugo. Il s'agit d'une adaptation en  Steampunk du célèbre roman. J'ai écrit ce film pour certains acteurs avec qui j'ai vraiment envie de travailler, une écriture sur mesure pour des gens que j'admire vraiment. Le projet est actuellement en recherche de production.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

J.D.: Déjà, un énorme merci pour la place accordée à Orphyr dans cette interview et sur votre site. J'invite tous les lecteurs à voir Orphyr lors des projections qui auront lieu près de chez eux (lors d'avant premières, de projections, ou de sélections en festivals). Et surtout, qu'ils n'hésitent pas à m'en faire un retour s'ils le souhaitent. Et je souhaitent une longue vie au cinéma de genre et fantastique en France, que celui-ci fasse preuve d'audace, de courage, de ténacité et de passion.

 

 

 

 

 

 

02/02/2013

WONDERFUL LIFE: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

WONDERFUL LIFE

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,, court métrage, interview, wonderful life,france, Eric Pessey, Eric Pessey,Marie Jeanne Lardic,Benjamin Goetz Chamontin, Samira Sanchez, Sandrine Farrugia,teaser,sexy

 

Résumé:

L’histoire d’un homme à qui la vie ne fait pas de cadeaux et qui trouve refuge dans ses rêves (les années 30/ 40, jazz, pin up, voiture... ) jusqu’au jour où ils se mêleront  à la réalité.

 

 

Réalisateur:Eric Pessey

 

Scénariste:Eric Pessey

 

Acteurs: Eric Pessey,Marie Jeanne Lardic,Benjamin Goetz Chamontin, Samira Sanchez, Sandrine Farrugia,...

 

 

 

Pays:France

 

Année:2012

 

Durée:12 min


 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,, court métrage, interview, wonderful life,france, Eric Pessey, Eric Pessey,Marie Jeanne Lardic,Benjamin Goetz Chamontin, Samira Sanchez, Sandrine Farrugia,teaser,sexy


 

Le court:

 

Abordant le thème du rêve comme échappatoire à une réalité éprouvante et dure,Eric Pessey( metteur en scène et acteur principal) nous livre un joli produit fini qui aurait mérité un tantinet soit plus de travail sur les détails(accessoires, jeu des figurants et son) et sur l'histoire, beaucoup trop explicite, jouant peu sur l'ambiguité rêve/réalité.

Wonderful Life, reste cependant un ensemble agréable à regarder( le travail du noir et blanc et de la couleur sont léchés). Le jeu des acteurs est franchement bon. Le design général du film est en adéquation avec son univers et le rythme est sans longueurs.

Bref, Wonderful Life est une petite histoire d'amour, certes pas parfaite mais réalisée avec passion.   

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,, court métrage, interview, wonderful life,france, Eric Pessey, Eric Pessey,Marie Jeanne Lardic,Benjamin Goetz Chamontin, Samira Sanchez, Sandrine Farrugia,teaser,sexy

 

Note: 14/20

 

Teaser:


 

 

Interview du réalisateur Eric Pessey :


Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,, court métrage, interview, wonderful life,france, Eric Pessey, Eric Pessey,Marie Jeanne Lardic,Benjamin Goetz Chamontin, Samira Sanchez, Sandrine Farrugia,teaser,sexy


 

Fantasticmovies: Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?


Eric Pessey:Je m'appelle ERIC PESSEY j'ai bientôt 40 ans (pas avant le 9 mars) et je suis acteur depuis trois ans.

Mon premier métier fut mécanicien auto (j'ai un CAP et un BP) dans un garage de la marque aux chevrons, ensuite j'ai été mecano,convoyeur et nettoyeur de voitures et camions,  chez un loueur de véhicules,après j'ai été militaire en tant que mécanicien poids lourd.

Une fois fini mon temps pour la patrie, je suis retourné chez Europcar. Suite à un gros accident de voiture j'ai été licencié par cette même marque. 

Je suis resté un an au chômage où j'ai passé le permis transport en commun, après cela j'ai fais différents petits boulots : de la manutention, livreur de journaux, et bien d'autres choses. 

Et pour finir, j'ai fais chauffeur de bus à Marseille pendant 15 ans. suite à neuf agressions physiques en 13 ans de conduite, je me suis fais payer par le "FONGECIF" un formation pour être cadreur à l’école A.I.S à Marseille.

Suite à  un devoir d’école où j’étais régisseur, un réalisateur qui était notre professeur (Monsieur Cedric Apikian pour ne pas le citer), a trouvé que j'avais une "sale gueule" et il m'a proposé de faire le rôle d'un tueur. 

Suite à ma prestation M.Cedric Apikian est venu me voir et m'a dit: "Eric ne te mets pas derrière la camera,il faut te mettre devant." 

Et par la suite, il m'a proposé de faire un clip pour "Amnésie international" avec l'acteur Gerard Meylan. (que  j'ai accepté sans hésiter), et il m'a présenté des personnes  qui me font tourner  dans  " Plus belle la vie" où je suis silhouette policier et où des fois on me fait parlé.(Donc un rôle). Et depuis j'enchaine courts,séries TV, téléfilms,films,clips...


Fantasticmovies: :Quel est le dernier film que vous avez vu et qui vous a le plus marqué?

E.P.:Au cinéma c'est le dernier Batman "The dark knight rises". Personnellement je l'ai trouvé époustouflant,et la musique de Hans Zimmer est tout simplement superbe.

En Blu ray j'ai découvert "Buried"  de Rodrigo Cortés. Ce film m'a "scotché". Faire un film qui se passe dans un cercueil en ne faisant quasiment pas de répétitions de plans et qui tient en haleine pendant 1h35 min. Fallait le faire,chapeau bas !!

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste et acteur?

E.P.: En tant que cinéaste,j'en ai bien sûr plusieurs,mais celles qui me viennent à l'esprit sont des réalisateurs comme Tim Burton, John Carpenter, Georges Lucas, Steven Spielberg, Guillermo del Toro, et bien d'autres.

Pour mon court métrage,je me suis inspiré de la série TV "twilight zone". C'est une série qui a marqué mon enfance. Je trouvais, et je trouve toujours cela très inventif, et la fin est toujours surprenante,inattendue.

En ce qui est de mon métier d'acteur, les influences sont nombreuses,trop nombreuses pour les citer. Mais vu que l'on me donne quasiment que des rôles de policiers,gendarmes,garde du corps,agents de sécurités,douaniers, tueurs, tortionnaires,bourreaux,militaires de diverses origines mais surtout Allemandes,Russes et autres pays de l'Est, je suis obligé de m'inspirer d'acteurs qui ont un jeu froid tel que Dolph Lundgren, ou Arnold Schwarzenegger à ses débuts. Mais je sais faire autres choses que ce genre de rôles,déjà dans mon film,je fais un homme dépressif,pour d'autres courts j'ai fais un père de famille homosexuel,un homme désespérément amoureux,un père de famille veuf,et pour des séries TV et téléfilms on m'a demandé de faire un milliardaire Russe,un pilote de ligne ainsi qu'un rôle de chauffeur de bus pour le film de Katell Quillévéré "Suzanne".

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel?

E.P.: Actuellement je suis impressionné par le cinéma Espagnol avec des films tel que "Buried","L'Orphelinat","REC"...ils apportent un souffle nouveau. Mais je regrette qu'il n'y est plus de film tel que "Ré-animator","Bad taste", "Evil dead", "Braindead" qui ont marqué mon adolescence. Et ce que je regrette encore plus c'est qu' en France on ne veut pas (ou on ne sait pas ) faire de tels films. 

Fantasticmovies: Pourquoi les années 30

E.P.: Je me suis inspiré des modèles de pin up des USA .Car en France et en Europe les modèles de canon n’étaient pas tout à fait les mêmes.Je trouve que dans les années 30,40,50 les femmes étaient belles, élégantes,sensuelles,sexy. Elles savaient s'habiller, se coiffer, rien à voir avec notre époque où elles  sont coiffées avec une casquette de travers,et habillées avec un survêtement trop grand et des couleurs improbables.

Pour les voitures c'est pareil. Elles n’étaient pas toutes faites dans le même moule. Elles avaient une gueule,une "âme". La voiture qui est en photo sur les mûrs de l'appartement de mon personnage et que l'on voit sur la jaquette de mon DVD,est une Chevrolet de 1930.

 

Fantasticmovies: Sur une échelle de 1 à 10 à combien évalueriez-vous le degré de difficulté de la réalisation de votre court?

E.P.: Je mettrais un bon 7 !!! J'ai eu pas mal de difficultés,notamment pour la musique. Au départ  j’avais un groupe de jazz avec chanteuse,musiciens,et chanson. A un peu moins de quinze jours du tournage,j'ai été obligé de me séparer de ce groupe pour une raison de confiance qui s'est évanouie ( suite à des paroles que je ne pouvais laisser passer) et je ne voulais pas d'une mauvaise ambiance  lors de mon tournage. Et en même temps je n'avais plus de salle pour la scène du cabaret. Et en moins de trois jours j'ai trouvé une salle,une chanteuse qui avait le même timbre de voix que ma comédienne et grâce à un ami j'avais une musique,des paroles,et plusieurs arrangements piano. Et bien d'autre péripéties. Mais ceci est le lot quotidien des réalisateurs qui n'ont pas de gros moyens.  

Fantasticmovies: Quels sont vos projets futurs?

E.P.: En tant que Réalisateur j'ai deux idées de scénarios en tête :  un drame que je commence à écrire et un autre de type "Fantastique" mais ce n'est qu'une idée pour le moment.