23/12/2013

COURT METRAGE : MAXIMILIEN/CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR LEWIS EIZYKMAN

 

 

MAXIMILIEN

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Lewis Eizykman, Lewis Eizykman,court métrage, Flavien Dareau, France, Broken Production, Maximilien

 

Résumé :Depuis le temps qu’il en rêvait, Maximilien, de son piercing en argent.


Réalisateur:Lewis Eizykman

 

Scénariste:Lewis Eizykman

 

Acteur:Flavien Dareau

 

Pays :France

 

Année : 2012

 

Durée:6 min 20

 

Production: Broken Production


 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Lewis Eizykman, Lewis Eizykman,court métrage, Flavien Dareau, France, Broken Production, Maximilien


 

Critique :

Maximilien, un adulescent attardé, rêve de son pearcing en argent. Dans son lit, il va subir les affres d’une telle envie.

Présenté à la manière d’un conte trash,Maximilien est un délir dont les clés de compréhension ont été jetées au fin fond du subconscient de son réalisateur, Lewis Eizykman. Il le dit lui-même (voir interview plus bas), le court est une retranscription d’un cauchemar qu’il a eu. Néanmoins, on peu relever dans ce court au lieu et au personnage unique, quelques thèmes psychanalytiques récurrents et communs à tous: l’adolescence, la pensée magique,la castration,la folie,etc.

Sobre et beau, Maximilien est un régal pour les yeux et les oreilles. Eizykman a travaillé dans les détails l’apparence sonore et visuelle de son métrage. Sa courte durée et son traitement en voix off (un peu mièvre)qui contraste avec les propos dits et montrés, sont bien pensés et renforce le sentiment d’une virée dans un univers où les règles cartésiennes n’ont pas lieu. Sous ses airs gentillets, Maximilien installe un climat malsain et décontenançant.

 

Bref, Maximilien est un court barré nonsensique mais sensé, une petite virée cauchemardesque dans l’esprit de son réalisateur.   

 

Note : 16/20

 

 

 

Site Internet :

http://brokenprod.blogspot.be/

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste: Lewis Eizykman

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Lewis Eizykman, Lewis Eizykman,court métrage, Flavien Dareau, France, Broken Production, Maximilien


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Lewis Eizykman :Je m’appelle Lewis Eizykman, j’ai fait des études d’audiovisuel à Paris 8, et depuis j’essaie de gagner ma vie sans trop m’éloigner de ma passion pour le cinéma, ce qui n’est pas tous les jours évident.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

L.E. : Le plus marqué, je dirais Killer Joe de Friedkin, mais ça remonte à quelque temps déjà.

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

L.E. : Tarantino, Friedkin, Greenaway, Ritchie, les premiers films de Jeunet et Caro, Sergio Leone… Des cinéastes qui semblent autant s’intéresser à la manière de raconter leur histoire, d’un point de vue purement formel, qu’à l’histoire en elle-même.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays? 

 

L.E. : Je ne suis pas du tout un spécialiste, j’aurais peur de vous dire des bêtises. J’ai simplement l’impression qu’en France, pour faire un film de genre avec des moyens conséquents, c’est un peu mission impossible !

 

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

L.E. : D’un cauchemar que j’ai fait. Terrifiant comme tout cauchemar, mais visuellement très marquant.

 

 

Fantasticmovies: Maximilien est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

L.E. : Oui, d’autant plus qu’il n’y avait aucun son direct sur le tournage. Mais c’est la partie que je trouve la plus jubilatoire, celle où l’univers que vous aviez imaginé prend vie peu à peu.

 

Fantasticmovies: Les thèmes relevés par Maximilien sont nombreux malgré son apparente sobriété : l’adolescence, les méfaits de la pensée magique (ça ira mieux demain),la santé mentale, la castration,...

Pouvez-vous nous donner quelques clefs pour déchiffrer votre conte barré?

 

L.E. : Bah pas vraiment, en fait, comme c’est la retranscription visuelle d’un cauchemar, les clefs doivent être quelque part dans mon cerveau, mais je vous avoue que j’ai pas super envie d’aller les chercher.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

L.E. : Oui, parce que je travaille toujours plus ou moins avec les mêmes personnes, qu’il s’agit d’un projet suffisamment « barré », comme vous l’avez dit, pour que tout le monde s’amuse et que le tournage ne dure pas plus d’un week-end.

Néanmoins, plusieurs personnes qui ne nous connaissaient pas et qui devaient compléter l’équipe, m’ont envoyé un mail complètement flippé après lecture du scénario en me disant que malheureusement un imprévu de dernière minute les empêchait de participer à l’aventure…

 

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

L.E. : Rien de très sexy, aucun technicien décapité par la chute d’un projo et trop peu de temps pour une histoire d’amour fulgurante qui aurait pu finir dans un bain de sang, désolé, la prochaine fois, j’espère.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous du budget de Maximilien.

L.E. : Environ 3000 euros, pris en charge par Broken Production et moi-même. Mais je ne vous cache pas que c’est un peu compliqué de trouver des financements pour ce type d’histoire. 

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

L.E. : Un nouveau court produit par Broken avec une momie  comme personnage principal, et puis un long en développement, mais comme son nom l’indique, c’est long !

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

L.E. : Merci de vous intéresser aux courts métrages, on se sent un peu moins seuls.

 

 

 

 

 

 

 

15/12/2013

COURT MéTRAGE: THE GLITCH/ CRITIQUE/INTERVIEW DU REALISATEUR ZIJIAN YAN

 

THE GLITCH

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Zijian Yan , John Wakayame Carey, Zijian Yan, Matthew Semler,Andrew Patrick Nelson,Nitzan Mager, Etats-Unis,court metrage,sf,robot,the glitch,short,drama,

 

Résumé : Forcé d’exécuter un androïde, un ingénieur se demande si cette mort apportera vraiment justice.

 

Réalisateur:Zijian Yan

 

Scénaristes:Zijian Yan

 

Acteurs:Matthew Semler,Andrew Patrick Nelson,Nitzan Mager


Pays :Etats-Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 11 min

 

Production: Rob Cristiano


 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Zijian Yan , John Wakayame Carey, Zijian Yan, Matthew Semler,Andrew Patrick Nelson,Nitzan Mager, Etats-Unis,court metrage,sf,robot,the glitch,short,drama,


 

Critique :

The Glitch est un court de SF en huis clos. Un «Pleasure Model» (un robot dédié à la prostitution) est accusé de meurtre. Il  (enfin elle) défendra tant bien que mal sa légitime défense attachée à son siège.

Reprenant l’idée selon laquelle, les machines peuvent avoir une âme et vivre des émotions ( rappelez-vous le sympa Appelez-Moi Jhonny 5 ou encore le très beau A.I.), Le métrage de Zijian Yann braque son objectif sur la notion de viol. La machine se montrant humaine (de par son physique et ses sentiments), doit -on la traitér comme un homo sapiens sapiens? Toute est la question de ce court, certes peu original dans son contenu, mais bien ficelé.

Malgré l’unité de lieu et le statisme des personnages, Yan arrive à insuffler à son film un rythme prenant et du mouvement à l’aide d’ une mise en scène savamment orchestrée. Visuellement superbe et bougrement bien foutu, The Glitch magnifie le jeu des acteurs qui est lui-même vraiment convaincant. Le travail du son ultra travaillé, apporte quant à lui de la crédibilité aux actions des personnages et à leur environnement.

Bref, The Glitch apporte sa toute petite pierre à un édifice déjà massif d’un univers SF humainement robotisé.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Zijian Yan , John Wakayame Carey, Zijian Yan, Matthew Semler,Andrew Patrick Nelson,Nitzan Mager, Etats-Unis,court metrage,sf,robot,the glitch,short,drama,

 

Note : 16/20

 

Bande-annonce :

 

The Glitch - Teaser from Zijian Yan on Vimeo.

 

 

Interview du réalisateur et scénariste: Zijian Yan

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Zijian Yan , John Wakayame Carey, Zijian Yan, Matthew Semler,Andrew Patrick Nelson,Nitzan Mager, Etats-Unis,court metrage,sf,robot,the glitch,short,drama,


 

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Zijian Yan: Mon nom est Zijian Yan, j’écris,dessine et fait des films. Je suis né à Caracas au Venezuela de parents chinois et ai grandi à Milwaukee au Wisconsin. J’ai étudié la musique à l’université de New York et je finis des études de cinéma à la Columbia University de la ville de New York. Au travers de mes différents chemins, j’ai choisi une direction, celle de raconter des histoires.

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Z.Y: Gravity m’a bluffé. Les films en IMAX 3D me rendent perplexes généralement mais j’ai été subjugué par le traitement parfait de son sujet le travail de caméra et le tandem de la 3D et de l’IMAX. Je me suis rarement senti aussi bien d’avoir dépensé 20 dollars pour voir un film.

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir The Glitch en 5 mots ?

 

Z.Y.:En une phrase de 5 mots: Qu’est-ce qui fait qu’une personne est humaine?(What makes a person human?)

 

En 5 mots:Androïdes, noir,vie,justice,liberté

 

Fantasticmovies : The Glitch est vraiment très beau à regarder, le travail du son est vraiment bon, était-ce  beaucoup de travail en post-production ?

 

Z.Y.:Le look du film peut-être attribué à parts égales à la pré et à la post-production.  Mon producteur, Rob Cristiano et moi-même avons attaché beaucoup d’importance au design du plateau. Ce sont les détails qui créent le « look ». Notre directeur photo, John Wakayame Carey est un maître de l’habillage lumières. Comme dans n’importe quel film,l’étalonnage des couleurs est une étape importante pour la tonalité que l’on veut donner.

Le plus gros du travail en post-production a été le travail du son. Le plus important dans un film de sf, est la création de son univers.  Comment faire en sorte que le public croit à la machinerie compliquée, à l’électronique et à la robotique dans le film ? Ca requiert un étalage d’effets sonores: ajouter des servos moteurs aux portes, des bips, des vrombissements aux ordinateurs et des sons douloureux de chair d’androïde accrochée aux cables dont il a été débranché. 

Fantasticmovies :Pourquoi avoir choisi le thème de l’homme et de la machine, qui est récurrent dans le cinéma de sf? 

 

Z.Y.:Qu’est ce qui fait qu’un être humain est humain? Sommes-nous des machines ou des animaux ?  Des questions qui, j’imagine continueront à être posées tant que l’humain existe. Un genre comme la sf permet à ce questionnement complexe d’être adapté à l’écran. En élargissant les règles et les possibilités de notre monde, on peut aborder ces questions de manière plus explicite.

 

 

Fantasticmovies : Parlez-nous du budget de The Glitch.

 

Z.Y.: The Glitch est un vrai micro budget. Pour le prix d’un laptop de seconde main, nous avons réussi à mener à bien le film du début à la fin. J’ai pratiquement revendu l’entièreté de mon placard sur Craiglist et avec les 1000 $ que ça m’a rapporté,j’ai acheté sur Home Depot et Ebay des cables,de la tuyauterie,et de l’électronique. Mon producteur, Rob Cristiano avons utilisé ce matériel pour décorer le plateau. Tous ceux qui ont bossé sur le film, l’ont fait par passion et non pour l’argent. Notré équipe était composée d’amoureux de sf aimant les films.  

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter?

 

Z.Y.: C’est toujours impressionnant, en regardant en arrière de voir au combien faire un film est difficile et paniquant.La nuit avant le premier jour de tournage, mon producteur était encore en train d’imprimer et coloriser les feuilles de papier, qui ont l’espérait, mises ensemble formeraient des nombres géants sur le mur du fond du plateau donnant l’impression de véritables décalcomanies de hagard. Le matin du tournage,j’étais encore occuper à nouer des paquets de câbles entre -eux, espérant qu’ils aient l’air de venir du plafond. Dans le métro, sur le chemin du plateau, j’écrivais encore des idées pour les acteurs et révisait mon planing de tournage. C’est un miracle que le film ait été réalisé dans son entièreté.  

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Z.Y.: Pour le moment, je monte un court que je viens de tourner qui s’appelle Cain. C’est un drame d’action qui raconte la rencontre des neanderthals avec les hommes préhistoriques des premier temps. Je suis très excité à propos de ce projet. Encore une fois, il relève des questions qui font échos à The Glitch: Qu’est-ce qui fait d’une personne, un humain? Peut-il y avoir d’autres espèces qui sont humaines?Quelle est notre nature? Est-ce la violence?

Heureusement, comme dans The Glitch, Cain va transporter les spectateurs dans un autre monde et les invite à explorer ces grandes questions. 

 

Fantasticmovies:Un mot pour la fin?

 

Z.Y.: Merci encore à Fantasticmovies pour son intéret à The Glitch. Nous sommes content de voir que d’autres personnes aiment la sf autant que nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/11/2013

COURT METRAGE-MECS MEUFS: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR LIAM ENGLE

 

 

 

mecs meufs

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy

 

Résumé :Bob en est convaincu : dans les rapports de drague, les femmes sont le sexe fort. Mais que se passerait-il si les rôles étaient inversés...?

 

Réalisateur:Liam Engle

 

Scénariste:Liam Engle

 

Acteurs:Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak

 

Pays :France

 

Année : 2013

 

Durée:13 min

 

Production: Affreux Sales Et Méchants


 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy


 

Critique :

Dans notre société machiste urbaine, la «femme» est une proie tacite et l’"homme",un prédateur presque malgré lui. Des rôles respectifs que nous nous sommes octroyés et qui,insidieusement, sont devenus la norme. Dans la tête du mec, tout est fait à l’avantage des femmes (entrées dans les boîtes et inscriptions sur les sites de rencontre gratuites,la drague,...). Il doit constamment faire des efforts pour s’imposer dans ce monde devenu féminin. Le sexe fort n’est plus masculin. 

Des propos balayés d’un revers de la main dans ce court où Bob va à la suite d’un passage aux toilettes d’un café, être transporté dans un monde parallèle dans lequel les rôles sont inversés. Les meufs ont pris la place des mecs et inversement. D’abord heureux de se faire mater et draguer dans la rue, de profiter des gratuités que lui offre son statu d’homo masculus,il va vite déchanter.

Réalisé par Liam Engle, ce court profondément féministe, nous rappelle que rien n’est gagné. La parité et l’égalité des sexes sont une utopie qui par essence ne peut être atteinte et que les beaux discours ainsi que les soit-disant privilèges accordés au «sexe faible», ne sont que poudre aux yeux, un voile de fumée qui cache un réel problème que nos politiques feraient bien de prendre en compte (quoi on est sur un blog ciné? et alors? un peu de conscientisation c’est bien aussi!).    

 

Bref, Mecs Meufs, malgré son apparente allure de comédie légère  est un brulot féministe cinglant bien réalisé et joué et qui mériterait de se trouver dans les programmes scolaires.


Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy


 

Note : 16/20

 

Extraits:

"Mecs Meufs" - extraits from Laure Maloisel on Vimeo.


 

 

Sites Internet :

 

Site officiel

Page Facebook

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste: Liam Engle


Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Liam Engle, Daniel Brunet, Sofie Peeters, Jérémy Pitard, Alix Breinl, Thibaut Pétillon, Liam Engle, Robert Hospyan,Laure Maloisel,Amandine Klep,Liam Engle,Camille Chloé,Florence Maury,Juliette Delacroix,Aurélia Hascoat,Christophe Gomes,Stéphane Navarro,Manie Malone,Nicolas Kersiak, France, 2013, Affreux Sales Et Méchants,mecs meufs,court-métrage,court metrage,comédie,fantastique,court,short,comedy,fantasy


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Liam Engle:Je m’appelle donc Liam Engle, j’ai 32 ans et je suis le réalisateur du court-métrage Mecs Meufs. Je réalise des films depuis que je suis tout petit, mais si j’enlève ma flopée de films amateurs, Mecs Meufs est mon troisième court-métrage professionnel, à savoir réalisé avec une boîte de production, une équipe complète, etc.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

L.E.: Mecs Meufs est né originellement de ma frustration quand j’avais une vingtaine d’années. J’étais un mec normal, ni un laideron, ni un beau gosse, mais c’était dur d’attirer les faveurs des filles. Lorsqu’une fille marche dans la rue, elle reçoit souvent des marques d’intérêt, alors que pour nous, que dalle (en France tout du moins). A la limite, il n’y a que les mecs homos qui nous lancent des sourires ou des regards sans ambiguïtés. En 2007, je me suis inscrit sur Meetic, et j’étais dégoûté de voir que le site était payant pour les hommes mais gratuit pour les filles, et qu’une fois inscrit, c’était quand même à nous de faire tout le travail. Bref, c’est de cette situation qu’a jailli la première idée de Mecs Meufs, que j’ai ensuite développée avec Robert Hospyan (qui joue Bob dans le film) et Daniel Brunet, avec qui j’ai co-réalisé le court-métrage Lose Actually.

 

Fantasticmovies: Traiter d’un sujet lourd tout en restant dans le registre de la comédie est un exercice périlleux. Comment avez-vous bravé les pièges du traitement «facile»? 

 

L.E.: Ce qui m’intéressait c’était de basculer très rapidement du rire au drame. On commence le film comme une comédie pop et sucrée, et l’idée était de tomber de manière brutale dans la violence. En plus de l’exercice de style que ça représentait (comment doser cette irruption au beau milieu de la comédie ?), c’était une manière de montrer la réalité que certaines filles risquent de vivre à tout moment. Evidemment, toutes les filles ne vont pas se faire violer dans leur vie, mais ce geste transgressif, disproportionné par rapport au reste du film, était là pour symboliser tout ce qu’elles peuvent parfois subir au quotidien : les sous-entendus graveleux, les menaces, le harcèlement sexuel qui ne dit pas son nom…


Fantasticmovies: Avez-vous vu le reportage «Femme De La Rue» de Sofie Peeters montrant le quotidien devenu normalisé du harcèlement subit par les femmes dans la rue? Votre court, sous d’autres aspects parle de la même problématique.

 

L.E.: Tout à fait. Je l’ai vu alors que j’étais en pré-production sur le film, et ça m’a conforté dans l’idée qu’il fallait concrétiser dans le film cette violence qui – heureusement – reste souvent au stade des mots.

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

L.E.: Ayant déjà réalisé un film avec la société Affreux, Sales et Méchants, il a été facile pour nous de réunir le noyau dur de mes films précédents, avant de l’étoffer avec de nombreux techniciens qui sont venus gracieusement sur le film. On avait ni suffisamment d’argent, ni suffisamment de temps pour tourner le court-métrage (deux jours et demi de tournage seulement), il nous fallait donc beaucoup d’aide. L’équipe était pléthorique. On avait parfois l’impression de réaliser un long-métrage !

 

Fantasticmovies: Mecs Meufs est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

L.E.: Merci. Le montage image avec Jérémy Pitard a pris très longtemps, sept semaines au total, ce qui nous a permis de peaufiner le rythme. Au final, on me dit souvent que le film passe vite, ce qui est un des meilleurs compliments qu’on puisse entendre. Le montage son, qui a été effectué par Alix Breinl, a lui aussi bénéficié de plusieurs allers-retours qui nous ont permis de prendre du recul sur chaque étape. Enfin, l’étalonnage, réalisé par Thibaut Pétillon, a pris une journée et demi, une durée normale.

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

L.E.: A vrai dire il n’y en a quasiment aucun. Quelques morceaux de PQ numériques ont été rajoutés lors de la scène du départ de Bob vers le monde alternatif, et on a du rajouter une lame numérique sur le cutter dans la scène du viol. 

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

L.E.: J’ai toujours eu un faible pour les réalisateurs qui combinaient dans leurs films une générosité, une ouverture sur le grand public, avec une exigence artistique. Des gens comme Spielberg, Oliver Stone, James Cameron… Sinon j’apprécie aussi des auteurs plus radicaux, comme Werner Herzog, Kechiche, Alain Cavalier.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

L.E.:J’ai beaucoup aimé La Vie d’Adèle justement, et sinon comme tout le monde Gravity, qui combine la patte d’un auteur, une mise en scène assumée et audacieuse, et un grand spectacle. Sinon j’attends énormément Capitaine Phillips de Paul Greengrass.

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays? 

 

L.E.: Il y a clairement un problème en France où les films de genre (hormis le polar) sont souvent cantonnés à des petits budgets et des petites sorties. Il nous faudrait un énorme carton, comme le fût L’Orphelinat en Espagne par exemple, pour débloquer la situation. Mais les distributeurs le permettront-ils ?

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

L.E.:Passer au long-métrage le plus vite possible ! J’écris plusieurs projets, on verra ce qui aboutit.

 

Fantasticmovies: Merci beaucoup d’avoir répondu à cette interview.

L.E. : Merci à toi, c’est trop rare de parler de courts-métrages !