07/07/2014

QUEEN OF BLOOD: CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

 

QUEEN OF BLOOD

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de chris alexander, Chris Alexander, Nivek Ogre,Shauna Henry,David Goodfellow,Carrie Gemmell, Etats-Unis,2014,queen of blood,horror,horreur,vampire, Fangoria,Gorezone,Fangoria Legends , Delirium, Skinny Puppy, Lex Robidoux,

 

Résumé :La vampire Irina est un fléau, une force naturelle qui attire ses victimes comme la lumière les insectes.Elle aspire leur sang avec ses doigts.Elle portera son dévolu sur une veuve enceinte qui pourrait bien être la clé de son destin.

 

Réalisateur:Chris Alexander

 

Scénariste:Chris Alexander

 

Acteurs: Nivek Ogre,Shauna Henry,David Goodfellow,Carrie Gemmell

 

Pays :Etats-Unis

 

Année : 2014

 

Durée: 82 min.

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de chris alexander, Chris Alexander, Nivek Ogre,Shauna Henry,David Goodfellow,Carrie Gemmell, Etats-Unis,2014,queen of blood,horror,horreur,vampire, Fangoria,Gorezone,Fangoria Legends , Delirium, Skinny Puppy, Lex Robidoux,

 

 

Critique : 

Film singulier et très personnel, Queen Of Blood de Chris Alexander est une expérience cinématographique qui peut paraître déconcertante. Le réalisateur, l'annonce lui-même , il fait des films principalement pour lui ( voir interview en bas de cette critique) sans se soucier d'un quelconque accueil d'un potentiel public. Si ses films sont apprécies, tant mieux, sinon,tant pis.

Effectivement, Queen Of Blood, son dernier méfait, n'est pas facile d'accès. Il faudra au spectateur téméraire une certaine ouverture d'esprit pour apprécier comme il se doit cette œuvre atypique. Tourné en vidéo avec les moyens du bord, le métrage (le deuxième d’une trilogie centrée sur le personnage d’Irina) met en scène un vampirisme qui renoue avec son aspect gothique «de jour», le tout, dénué  de dialogues, ce qui accentue l'aspect «arty» de l'entreprise. Alexander nous offre un spectacle fantasmagorique mettant en image des visions de rêverie cauchemardesque à l'aide d'artifices, certes basiques , mais qui fonctionnent : ruptures de rythmes entre les plans, couleurs grisâtres , gros plans saccadės, musique dissonante,...

Bref, Queen Of Blood est une œuvre personnelle qui n'a d'autre dessein que de faire plaisir à son auteur et est totalement hermétique au spectateur qui n'entrerait pas dans l'univers du réalisateur. Un happening pelliculė construit comme une œuvre d'art qui a au moins comme qualité d'interpeller.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de chris alexander, Chris Alexander, Nivek Ogre,Shauna Henry,David Goodfellow,Carrie Gemmell, Etats-Unis,2014,queen of blood,horror,horreur,vampire, Fangoria,Gorezone,Fangoria Legends , Delirium, Skinny Puppy, Lex Robidoux,

 

Production:Autonomy Pictures

 

Note : 14/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Site officiel

 

Page Facebook

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de chris alexander, Chris Alexander, Nivek Ogre,Shauna Henry,David Goodfellow,Carrie Gemmell, Etats-Unis,2014,queen of blood,horror,horreur,vampire, Fangoria,Gorezone,Fangoria Legends , Delirium, Skinny Puppy, Lex Robidoux,

 

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste :Chris Alexander

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de chris alexander, Chris Alexander, Nivek Ogre,Shauna Henry,David Goodfellow,Carrie Gemmell, Etats-Unis,2014,queen of blood,horror,horreur,vampire, Fangoria,Gorezone,Fangoria Legends , Delirium, Skinny Puppy, Lex Robidoux,

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Chris Alexander:   Je m’appelle Chris Alexander, et je suis un enthousiaste obsessionnel du cinéma étrange et obscure, de la culture pop trash et de l’art abstrait depuis que je suis enfant. J’ai pu combiner cet enthousiasme avec ma vie professionnelle: je suis un écrivain internationalement publié, un journaliste, un critique de films,un compositeur,un réalisateur et le rédacteur en chef de Fangoria,Gorezone,Fangoria Legends et de Delirium. Je vois l’horreur comme une fenêtre sur le monde, un outil de divertissement mais aussi comme un aperçu de la condition humaine...  

 

Fantasticmovies : Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué ?

 

Chris Alexander: Je suis perpétuellement à la recherche de l’horreur cachée dans les films non horrifiques. A cet égard l’excellent Under The Skin de Jonathan Glazer m’a bouleversé. Aucuns films vus récemment ne m’avaient fait cet effet là à par peut-être le précédent opus de Glazer: Birth. Quelle étrange et belle expérience cinématographique.

 

Fantasticmovies : Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

Chris Alexander: Étonnamment au Canada, où je vis et travaille, l'horreur est en plein essor.Ce n’est pas pour faire de l’argent, vous vous en doutez.Mais le genre est bien présent surtout dans le circuit underground. Bien sûr, aussi, beaucoup de films d’horreur étrangers sont tournés ici. En dehors de ma petite communauté locale, je pense que nous vivons une renaissance du cinéma fantastique. Nous vivons dans un monde globalisé connecté par les technologies et par conséquent, nous sommes exposés à tous les styles de cinéma.Il y a un embarras de bons films et comme ceux-ci peuvent être tournés pour pas grand chose et distribués facilement,les cinéastes indépendants sont plus courageux et extravagants.Ils n’engrangent pas d’argent, mais leur terrain de jeu est une toile blanche pour l’expérimentation. Et avec tous ces nouveaux labels qui ressuscitent des classiques restés invisibles, nous nous exposons continuellement au passé et découvrons des films qui peuvent être vieux mais «nouveaux» et qui sont une source d’inspiration. C’est une période très excitante pour un fan d’horreur.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

Chris Alexander: J’aime tous les cinémas,mais j’ai un faible pour les films qui mettent en image le monde des rêves. Je ne veux pas de la réalité. Je veux vivre le cinéma dans un état de rêverie. Je veux ressentir le cinéma. Mes influences principales viennent d’artistes européens comme Jean Rollin, Jess Franco, ou des plus contemporains, Lars Von Trier et Nicolas Winding-Refn. J’adore le travail de David Cronenberg, principalement ses premiers films comme Shivers, Rabid et The Brood. Angel Heart d’ Alan Parker, Dawn Of The Dead de Romero. Plus récemment, je suis devenu un grand admirateur du travail deJonathan Glazer. Et bien sûr, le plus grand réalisateur selon moi est Werner Herzog.

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Queen Of Blood en 5 mots ?

 

Chris Alexander: Singulier. Abstrait. Onirique. Mélancolique. Méditant. Et si je peux en ajouter un: saignant.

Fantasticmovies : Queen Of Blood est un film expérimental sur le vampirisme sans dialogues. Votre film n’est assurément pas destiné à un large public. Parlez-nous de votre vision du cinéma. 

 

Chris Alexander: J’exerce mon art avec très peu de moyens sans me soucier des retombées commerciales. Cela me libère et me permet d’avoir le contrôle total de mes oeuvres. Je fais ces films uniquement et principalement pour moi.C’est comme un exorcisme. J’écris,réalise,monte,et compose la musique de mes films. Si certaines personnes sont interpellées par mes visions, je suis ravis que cela signifie quelque chose pour elles. Ca veut dire que je suis compris. Mon intention première est de maintenir la pureté de mes visions. Du pure cinéma non entaché par des attentes.

 

Fantasticmovies:Avez-vous une anecdote à propos du tournage à raconter ?

 

Chris Alexander: Des tonnes. C’est un film plus important que Blood For Irina (le précédent film de Chris Alexander ndr.),nous avions plusieurs lieux de tournage. Je voulais tout tourner en lumière naturelle. Un film de vampires qui se déroule le jour à l’extérieur. Dans mon monde, il ne fait jamais noir. Toujours lumineux. Le décors naturel doit-être un personnage à part entière. C’était compliqué parfois de capturer la beauté dont nous avions besoin. Et parce que nous tournions à la volée, nous étions comme une équipe de dingues cherchant le soleil. Quand nous avions eu l’opportunité de tourner avec Ogre, nous n’avions qu’un jour avec lui. C’était dingue nous courrions partout comme des lunatiques. On a aussi failli se faire tuer par un fermier tarré... Imaginez voir une femme recouverte de sang et le chanteur des Skinny Puppy avec un fermier en colère sur son tracteur qui essayait de les faire déguerpir. Surréaliste et effrayant.

 

Fantasticmovies: Quelle est votre recette du faux sang?

 

Chris Alexander: Ma «Blood Girl» Lex Robidoux tient sa recette de sang «crayons   fondus», de Tom Savini. Recette qu’il a utilisée sur Dawn Of The Dead. Je le voulais hyper rouge, fluo et je l’ai obtenu.

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

Chris Alexander: J’aimerais réaliser Blackglovekiller, un giallo avec un personnage principal féminin. Et bien sûr ,Bloody Dynasty, mon troisième film sur Irina.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

 

 

Je vis pour faire du cinéma. J’espère que vous aller me suivre dans mon voyage...

Les commentaires sont fermés.