28/10/2013

AND THE WINNER IS : CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR BAPTISTE ROUVEURE

 

 

 

 

 

 

AND THE

 

 WINNER IS

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Baptiste Rouveure , Kevin Brunet, Pages et Images, Youssef Charifi, Jean-François Terrien, Frederic Maury, Coralie Calistrie, Elvis Fontaine-Garrant, Ludovic Raynaud, Baptiste Rouveure, Nicolas Umbdenstock, France, 2012,and the winner is

 

Résumé :Seul sur un ring, un boxeur, porté par un public acquit à sa cause, livre un combat imaginaire. Un adversaire inattendu va venir interrompre sa démonstration et faire vaciller ses convictions. Commence alors un combat contre le doute et la résignation.

 

Réalisateur:Baptiste Rouveure

 

Scénariste:Baptiste Rouveure

 

Acteur:Nicolas Umbdenstock

 

Pays :France

 

Année : 2012

 

Durée: 9 min

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Baptiste Rouveure , Kevin Brunet, Pages et Images, Youssef Charifi, Jean-François Terrien, Frederic Maury, Coralie Calistrie, Elvis Fontaine-Garrant, Ludovic Raynaud, Baptiste Rouveure, Nicolas Umbdenstock, France, 2012,and the winner is

Critique :

 

"Soi-même", est peut-être le pire ennemi que l’on peut avoir. 

Baptiste Rouveure nous propose un exercice de style somme toute bien mené. Son personnage, un boxeur professionnel se bat contre un adversaire de taille:sa propre personne.

Allégorie de tout combat que peut mener l’homme contre lui-même, le métrage laisse libre court quant à son interprétation.

La mise en scène sacrément réussie de Rouveure donne vie à un match musclé qui ne lésine pas sur les coups. Sueur et sang deviennent des personnages à part entière filmés tels des oeuvres d’art . Deux lignes de dialogues suffisent pour renforcer la dramaturgie. L’acteur principal (il ne peut que l’être car il est seul) joue parfaitement son rôle de boxeur schizophrène.

Techniquement parfait, And The Winner Is est un savant mélage de «champ, contre-champ», de caméra à l’épaule,de gros plans; le tout rythmé par un excellent montage et accompagné d’une belle musique.

Bref, du plus bel effet, And The Winner Is est un régal pour les yeux et la psyché.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Baptiste Rouveure , Kevin Brunet, Pages et Images, Youssef Charifi, Jean-François Terrien, Frederic Maury, Coralie Calistrie, Elvis Fontaine-Garrant, Ludovic Raynaud, Baptiste Rouveure, Nicolas Umbdenstock, France, 2012,and the winner is

Note : 17/20

 

Bande-annonce :

AND THE WINNER IS - teaser 2 from baptisterouveure on Vimeo.

Sites Internet :

 

www.pagesimages.com/courts-metrages-3

 

www.baptisterouveure.com/fictionandthewinneris1.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste:Baptiste Rouveure

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays,court métrage, année,durée,critique,note,bande annonce, producteur, interview , interview de Baptiste Rouveure , Kevin Brunet, Pages et Images, Youssef Charifi, Jean-François Terrien, Frederic Maury, Coralie Calistrie, Elvis Fontaine-Garrant, Ludovic Raynaud, Baptiste Rouveure, Nicolas Umbdenstock, France, 2012,and the winner is


Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Baptiste Rouveure:Je suis réalisateur depuis une quinzaine d’année. En dehors d’une maîtrise obtenue à Paris I Sorbonne, j’ai appris sur le tas la technique à travers la mise en scène de fictions, clips, documentaires, institutionnels, et autres prestations photographique !  

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

B.R.:Une Femme Sous Influence de John Cassavetes. Peter Falk et Gena Rowlands  marchent tout deux en équilibre sur un fil où le moindre écart les fait basculer dans la folie. J’aime beaucoup ces personnages tout en tension, où la fragilité d’une émotion débordante côtoie une violence qui traduit une impuissance à dominer des situations ou à se conformer à un moule. Reste maintenant le talent de John Cassavetes de créer des situations explosives, sublimées par une approche réaliste dans la mise en scène.

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?

 

B.R.:Difficile de faire une synthèse de ce qui nous influence ! Mais, je reste friand d’un cinéma qui propose comme récit, un voyage initiatique, avec de nouvelles règles à appréhender, de nouveaux codes. Maintenant, j’apprécie les films et réalisateurs qui ont une identité visuelle très marquée, presque comme une signature. Des réalisateurs où l’élégance visuelle va de pair avec leurs propos. Du coup les influences sont vastes et forment un tout ! Ca va de Sergio Leone à Woody Allen en passant par David Fincher et Alfred Hitchcock.

 

Fantasticmovies: Que pensez-vous du cinéma de genre actuel en général et dans votre pays?

 

B.R.:L’étiquette cinéma de genre me parait toujours un peu réductrice ou alors identifiée à un cinéma mineur. Je préfère parler de cinéma alternatif, celui qui à défaut d’avoir des moyens financiers, comble cette absence par une énergie et une inventivité débordante. 

Les moyens techniques actuels donnent le sentiment qu’avec peu d’outils mais une bonne connaissance et maîtrise de la technique, on peut parvenir à une image ne souffrant pas de comparaison avec des productions plus importantes. De ce fait, de plus en plus d’amateurs ou de passionnés de cinéma, ne considèrent plus le 7ème arts comme un milieu cloisonné et inaccessible.

Au vue de la richesse des festivals de cinéma proposés dans l’hexagone, on a le sentiment que le cinéma réalisé en dehors des circuits conventionnels, est non seulement sur une bonne dynamique, mais est de plus plus riche au niveau des contenus.

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

B.R.:Pour  And The Winner Is , j’avais en tête l’image d’un homme en lutte avec son double.

En creusant la thématique, j’aimais l’idée de retranscrire le thème de la lutte contre soi-même sous la forme d’un tableau, avec une unité de lieux et de temps. Un film sans paroles mais traduisant une émotion brute sous la forme d’un huis-clos nécessitant peu de moyens mais de belles idées ! Retrouver en somme, l'intensité expressive d'un tableau comme "Jacob luttant contre l'ange" de Delacroix qui peut-être perçu comme une allégorie sur un combat interne entre deux forces qui s'affrontent.

 

 

Fantasticmovies: And The Winner Is est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

B.R.: Au départ, je souhaitais un film en noir et blanc avec juste quelques dominantes de rouge, comme le sang et les gants des boxeurs. Et Kevin Brunet (le directeur de la photo) m’a suggéré de préserver des teintes de chair sur le corps des combattants. Un peu comme Tom Stern l’a fait sur le « J. Edgar » de Eastwood. On évitait ainsi des écarts de couleur trop importante, voir surréaliste.

Pour le son, je souhaitais une présence très forte d’un public imaginaire ! On ne le voit pas à l’écran, il est simplement suggéré par le ressenti du premier boxeur, il est le témoin de ses émotions. A défaut de paroles, il fallait que ce public joue le rôle, entre autre, d’une tierce personne appuyant les états d’âme du boxeur.

Et avec l’aide de Pages et Images et de son producteur Youssef Charifi, le film a bénéficié d’une aide pour la post-production. Du coup on a obtenu un bon montage et mixage sonore réalisé dans de bonnes conditions avec Jean-François Terrien et Frederic Maury. Idem pour l’étalonnage, nous sommes passés par Jean-Luc Fauquier et son studio.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

B.R.:Les effets spéciaux se limitent à un maquillage, témoignant des coups reçus et donnés au visage. Pour cela, Coralie Calistrie est parvenue à préserver une belle graduation des marques à mesure que le combat s’intensifie.

On nous parle beaucoup également du travelling circulaire opéré autour du ring. Pour cette scène, les combattants se transforment en une masse de chaire informe, où les convictions divergentes se rejoignent et ne forment plus qu’un tout. Elvis Fontaine-Garrant, opérateur image, a descendu le shutter à 6 ou 8 images secondes, ce qui donne cet effet de trainé et de filage des corps.

 

Fantasticmovies:Ca a dû être un casse tête au montage votre court.

 

B.R.:Effectivement, il y avait le pari de réaliser le combat d’un boxeur contre son double tout en préservant une clarté dans la narration. Nicolas Umbdenstock qui s’est affranchi de la difficulté de proposer deux boxeurs aux expressions et à l’allure différente, a donc joué les deux premiers jours le boxeur n°1, et le dernier jour tous les contre-champs du boxeur n°2.

Pour qu’il n’y ait pas de fausses notes au montage, tout a été entièrement story-boardé. Chaque coup était donc pensé et construit en amont afin d’éviter des erreurs de raccords. Du coup le montage avec Ludovic Raynaud s’est déroulé sans heurts ! On découvrait au fur et à mesure du montage des champs et contre-champs, l’enchaînement des coups et le combat dans son intégralité.

 

Fantasticmovies: Sommes-nous notre pire ennemi?

 

B.R.: J’aime cette idée qu’au fond de nous, et face à des événements majeurs de notre vie, il y est une part de doute. Ce doute qui se traduit par une dualité qui nous tiraille d’un côté et de l’autre. Et certain cas nous mettent face à nos limites physiques ou morales, que l’on se décide de franchir ou pas !

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

B.R.:A ce stade de réalisation, tout les techniciens sur le tournage étaient du même niveau d‘expérience. On avait tous chacun de notre côté et dans nos domaines respectifs, eu quelques expériences sans pour autant être des professionnels reconnus. Ce qui nous a réunis, c’est l’envie de faire du bon travail, à la hauteur d’autres productions avec des équipes plus chevronnées. Chacun avait besoin de faire encore ses preuves et souhaitait gagner en crédibilité pour d’autres productions plus confortables financièrement.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

B.R.: On bénéficiait d’une salle de sport prêtée par la ville de Montpellier pendant l’été. Passé 23h, l’alarme se déclenchait. Plus on se rapprochait de l’heure fatidique, et plus chacun se tenait prêt sur les starting block. 22h45, 22h50, 22h55… L’ultime « couper » de la journée faisait office de coup de feu pour un départ de 100m ! Il fallait ranger et sortir de la salle tout le matériel en sprintant en moins de 5mn. Alors qu’une demi heure le matin était nécessaire pour la mise en place !

 

Fantasticmovies:Parlez-nous du budget d’And The Winner Is. 

B.R.:Le film a coûté au tournage 6 000 euros. 4000 ont été investis par Pages & Images, société de production sur Montpellier et 2000 euros proviennent de la vente de mon piano ! Le plus gros est parti dans le défraiement de chacun et la cantine, et le reste dans la location de matériel de tournage (camera red + optiques anamorphiques). Ensuite 5000 euros ont été débloqués par la région Languedoc-roussillon pour la post-production.

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

B.R.:J’avance sur l’écriture d’une nouvelle fiction !

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

B.R.:Des blogs comme fantasticmovies sont précieux. Ils mettent en lumière toute une production cinématographique et permettent de faire partager les expériences de chacun. Alors longue vie à fantasticmovies !

 

 

 

 

 

 

 

 


Les commentaires sont fermés.