20/02/2013

BELOW ZERO: CRITIQUE ET INTERVIEW DE LA SCENARISTE/PRODUCTRICE,SIGNE OLYNYK

 

 

 

BELOW ZERO

Ciné,cinéma,infosciné,infoscinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de la productrice et scénariste,productrice,scénariste, Great American PitchFest, Great Canadian PitchFest, Great British PitchFest, Delivrance,Shining, Duel, Lane Breakdown,below zero, Justin Thomas Ostensen, Signe Olynyk, Edward Furlong,Michael Berryman,Kristin Booth,Dee Hanna, Canada,2011, Twilight Pictures,thriller,sexy


 

Résumé :

Jack, un écrivain en panne d’inspiration pour un roman dans lequel ses personnages sont prisonniers d’une chambre froide, se fait enfermer pour plusieurs jours dans une chambre froide au milieu de nulle part. Mais au fur et à mesure que la température baisse, la terrifiante histoire qu’il écrit va prendre vie…

 

Réalisateur:Justin Thomas Ostensen 

 

Scénariste: Signe Olynyk


Acteurs :Edward Furlong,Michael Berryman,Kristin Booth,Dee Hanna,...


Pays :Canada

 

 

Année : 2011

 

 

Durée:95min.

 

 

Ciné,cinéma,infosciné,infoscinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de la productrice et scénariste,productrice,scénariste, Great American PitchFest, Great Canadian PitchFest, Great British PitchFest, Delivrance,Shining, Duel, Lane Breakdown,below zero, Justin Thomas Ostensen, Signe Olynyk, Edward Furlong,Michael Berryman,Kristin Booth,Dee Hanna, Canada,2011, Twilight Pictures,thriller,sexy

 

 

Critique :

 

Retrouver dans un même film la vielle trogne de Michael Berryman (La Colline A Des Yeux) et l' ados désormais ravagé par le temps, Edward Furlong (Terminator 2), ça a de quoi titiller la curiosité des fantasticophiles.

Petite production indépendante réalisée par Justin Thomas Ostensen , Below Zero met en scène un scénariste peu prolifique qui se retrouve séquestré dans une ancienne chambre froide. N'ayant pour seule distraction qu'une carcasse de cochon pendue à un crochet, il n'a d'autre choix que de laisser libre court à son imagination pour pondre un scripte commandé par son agent. Une histoire basée sur des faits réels. En effet, pour écrire le scénario du film, Signe Olynyk  s'est enfermée dans un congélateur afin de ne pas être dérangée par les distractions de son environnement.  (v. Interview qui suit cette critique).

Reposant sur la mise en abime (un récit dans le récit), Below Zero nous présente didactiquement le travail d'un scénariste lambda utilisant des faits réels pour les incorporer dans sa fiction.

Une mise en image du processus de création qui joue avec les codes du genre traditionnels (plans d'insert, scènes abordées suivant différents points de vue,...) pour ensuite brouiller les pistes, rendant confus le réel et l'imaginaire.

Artistiquement bien foutu, Below Zero offre aux spectateurs une production honnête : de belles images (qui rappellent l'Hostel d'Eli Roth), un sound design et des effets visuels maitrisés.

Edward Furlong est convaincant, épaulé par le jeu juste de Kristin Booth.  Le physique atypique de Berryman fait toujours mouche et la petit garçon, joué par Sadie Madu (une petite fille) est inquiétant.

Bref, Below Zero est une série B bien foutue , qui hélas est trop explicite au début pour installer une quelconque tension mais qui aménage néanmoins un suspense latent qui atteindra son appogée dans le dernier quart d’heure. 

Ciné,cinéma,infosciné,infoscinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de la productrice et scénariste,productrice,scénariste, Great American PitchFest, Great Canadian PitchFest, Great British PitchFest, Delivrance,Shining, Duel, Lane Breakdown,below zero, Justin Thomas Ostensen, Signe Olynyk, Edward Furlong,Michael Berryman,Kristin Booth,Dee Hanna, Canada,2011, Twilight Pictures,thriller,sexy

 

 

 

 

Note: 15/20

 

 

Bande Annonce :

 

 

Producteur: Twilight Pictures 

 

 

 

Interview de la scénariste/productrice Signe Olynyk

Ciné,cinéma,infosciné,infoscinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview de la productrice et scénariste,productrice,scénariste, Great American PitchFest, Great Canadian PitchFest, Great British PitchFest, Delivrance,Shining, Duel, Lane Breakdown,below zero, Justin Thomas Ostensen, Signe Olynyk, Edward Furlong,Michael Berryman,Kristin Booth,Dee Hanna, Canada,2011, Twilight Pictures,thriller,sexy


 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Signe Olynyk: J’ai l’habitude de me considérer comme une «scénariste réticente» productrice. Je suis devenue productrice afin de voir mes films se réaliser. Je pense que c’est ce que doivent faire plus de scénaristes. Nous avons souvent besoin d'être la force motrice de nos films afin de les voir produits.

Je suis aussi la fondatrice des Great American PitchFest, Great Canadian PitchFest et Great British PitchFest. J’ai organisé ces événements afin d’aider les scénaristes à rencontrer les bonnes personnes pour avancer dans leurs carrières.Nous avons près de 2.000 écrivains qui les fréquentent et le Great American PitchFest  est devenu la plus grande conférence sur le scénario à Los Angeles.Nos cours sont tous libres et sont  un moyen d'aider d'autres écrivains à maîtriser leur métier.N'importe qui peut y aller, y compris les lecteurs de Fantasticmovies qui sont intéressés. Vous pouvez visiter le site http://www.pitchfest.com/ ou m’envoyer un mail à info@pitchfest.com pour plus d’informations.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

S.O.:  J'ai eu l'occasion de voir quelques classiques du grand écran durant cette  année, à différents festivals tels que Delivrance,Shining et Duel. Ce qui m'a surpris le plus, c'est de voir à quel point les films d'horreur ont changé depuis que ces films ont été produits.Ceux-ci que j'appellerais «à combustion lente» prennent leur temps pour la construction du suspense.Les films d'aujourd'hui sont beaucoup plus rapide, et le public est devenu plus exigeant à bien des égards.Il s'attend au chat qui surgit de nulle part ou à quelque chose qui va être révélé au travers de la fenêtre derrière un personnage sans méfiance.Les réalisateurs doivent être plus créatifs dans leur façon de créer du suspense,et s’assurer que les moments de trouille sont originaux et inattendus.Pour moi, les films d'horreur et de suspense ne reposent pas sur les litres de sang déversés mais plutôt sur  de bonnes histoires avec des personnages intéressants

 

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que scénariste?


S.O.:Je suis influencée par tant de gens formidables.Je suis influencée par les conférenciers fabuleux et les instructeurs avec qui j'ai eu le plaisir de travailler au Great American  PitchFest et par leurs excellents livres sur le scénario. Je suis aussi influencée par d'autres scénaristes et auteurs qui parlent de leur métier et partagent les leçons qu'ils ont apprises durant leurs propres carrières.Stephen King est génial de par son originalité, sa maîtrise de la peur et du suspense et par la profondeur de ses personnages.Et enfin, je suis influencée par mes pairs scénaristes qui tentent de construire leur carrière et de développer leurs propres scripts.J'ai lu beaucoup de livres et de scénarios et j’ apprends de chaque travail que je critique.Je suis très chanceuse d'avoir autant de ressources et de personnes pour approfondir mes connaissances. 

 

 

 

 

Fantasticmovies: Quelle est votre technique pour écrire un scripte? 

 

S.O.: Quand j'ai écrit le scénario de Below Zero , j'ai développé le pire cas de syndrome de la page blanche que j'ai connu.Ce n'est pas facile d'écrire des thrillers ou des films d'horreur avec des lieux de tournage limités et un nombre de personnages restreint tout en créant une histoire convaincante qui offre quelque chose de nouveau et qui respecte le public.Mon histoire traite de quelqu'un enfermé dans une chambre froide. Afin de surmonter mon syndrome de la page blanche, je me suis infligée le même calvaire que mon personnage principal. Je me suis enfermée dans une chambre froide. J'y ai passé cinq jours, travaillant l'histoire et l'écriture du scénario.Beaucoup de gens me demandent ce que c'est que d'écrire un scénario dans ces conditions et je leur réponds que ce n'est pas aussi contraignant que ça y parait .En tant qu'écrivain, je suis constamment aux prises avec des distractions telles que les e-mails, les appels téléphoniques, et toutes les autres demandes qui bouffent votre temps. Lorsque vous êtes enfermée comme ça, vous supprimez toutes ces distractions et vous pouvez vous concentrer uniquement sur ce que vous devez faire.Je vais écrire tous mes scripts dans un congélateur à partir de maintenant!


Fantasticmovies: Vous êtes une femme dans un monde d’homme. Etait-il facile de trouver votre place en tant que femme dans l’industrie du cinéma d’horreur/thriller?

 

S.O.: Mon expérience a été incroyable.Avec Below Zero , je voulais écrire quelque chose qui apporte du nouveau au genre et qui était à la fois, je l'espère, un peu plus intelligente et intéressante que la plupart des films d'horreur que j'ai vus durant la dernière décennie. Je pense que les fans reconnaissent et apprécient cela. Ils ont été très enthousiastes.J’ai écris une histoire que je voulais voir à l’écran. J’espère que les fans y seront réceptifs. Ca a été un parcours formidable jusqu'ici, et nous sommes impatients de nous lancer dans la suivante.

 

 

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

S.O.:Nous avons été très chanceux avec notre casting .Michael Berryman est très talentueux et nous avons aimé travailler avec lui.Il a une apparence hors du commun et il est souvent appelé pour des rôles mettant en avant son physique et non son jeu d’acteur. Pour Below Zero , nous avons pu lui offrir un personnage qu’il était en mesure de faire briller grâce à ses talents d'acteur. Avec Edward Furlong, nous avons également eu de la chance, car il joue un personnage qui lui ressemble beaucoup. Il a eu une tâche très difficile sur ce film car nous devions filmer toutes les scènes en 11 jours, ce qui est scandaleux.  Faire ce film a été un petit miracle.

 

Fantasticmovies:En tant que scénariste, êtes-vous satisfaite du résultat à l’écran?

 

S.O.:Ce film ressemble à un produit de studio, et j’en suis très fière. Tourner avec un tel budget n’a pas été une expérience facile.Je suis déçue que la distribution du film n’a pas été plus large. Nous avons essayé tout ce qui était possible pour obtenir auprès des sociétés distributrices, une distribution à plus grande échelle.Bien que ce côté de l'expérience a été décevant, nous sommes très fiers du fait que nous avons fait un grand film que les spectateurs recherchent.Nous allons certainement aborder différemment la distribution sur le prochain.

 

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

S.O.:Nous sommes en cours de développement du long métrage de mon partenaire de production :Lane Breakdown.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

S.O.: J'encourage vos lecteurs à envisager de faire leur propre film. Regardez les ressources dont vous disposez dans votre propre vie et utilisez les comme ingrédients dans votre scénario.Si vous connaissez quelqu'un qui a une voiture de sport décapotable, ou un chalet «Oceanside», peut-être que vous pouvez utiliser ces éléments dans une histoire. Pensez à écrire un film d’ horreur ou un thriller parce que les fans dévorent ces films et ils sont également plus faciles à vendre dans d'autres pays. J'écris généralement des histoires softs, mais parce que la peur est universelle, elle se vend bien au niveau international.Et si vous ne savez pas comment écrire un scénario, venez à nos cours gratuits du Great American PitchFest pour apprendre tout ce que vous pouvez (www.pitchfest.com). Si vous ne connaissez personne à Hollywood, vous aurez des contacts d'ici la fin du week-end. C'est un événement très spécial et nous en sommes tous très fiers. Nous avons également enregistré un commentaire sur notre DVD expliquant comment nous avons fait notre film donc j’encourage toutes les personnes intéressées à l’écouter.Vous pouvez l'acheter sur Amazon.com ou sur le site www.belowzeromovie.com, et n'hésitez pas à m'envoyer un email directement à info@pitchfest.com si vous souhaitez obtenir des conseils ou de plus amples renseignements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16/02/2013

NIGHT WOLF (13 HRS): CRITIQUE

NIGHT WOLF (13Hrs )

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur, dvd,night wolf, Jonathan Glendening, Adam Phillips, Isabella Calthorpe, Tom Felton, Gemma Atkinson, Joshua Bowman, Angleterre,13 Hrs, Emylia,storm,tempête,barn,grange,attic,grenier,England, power outage,panne de courant,action,horreur

Résumé :Sarah Tyler retourne chez les siens pour une brève visite, l’environnement familial n’étant pas des plus agréables. L’arrivée d’une forte tempête va forcer Sarah, ses frères ainsi qu’un couple d’amis à rester dans cette maison isolée au milieu de la campagne toute une nuit. Ils se lancent dans une petite fête improvisée et vont vite découvrir qu’ils ne sont pas seuls, une bête sauvage assoiffée de sang surgit de l’obscurité pour les attaquer. Piégés et effrayés, rien n’est laissé au hasard et chacun commence à douter de l’autre…

 

 

 

Réalisateur:Jonathan Glendening

 

Scénaristes:Adam Phillips

 

Acteurs :Isabella Calthorpe, Tom Felton, Gemma Atkinson, Joshua Bowman,...

 

Pays :Angleterre

 

 

Année :2010

 

 

Durée:81 min.

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur, dvd,night wolf, Jonathan Glendening, Adam Phillips, Isabella Calthorpe, Tom Felton, Gemma Atkinson, Joshua Bowman, Angleterre,13 Hrs, Emylia,storm,tempête,barn,grange,attic,grenier,England, power outage,panne de courant,action,horreur

 

 

Critique :

Pourvu d’un titre des plus convenus et d’une jaquette au visuel kitsch et sans rapport avec son contenu (l’action ne se déroule pas en foret et le mec à l’avant plan n’est même pas dans le film), Night Wolf pourrait rendre réticent l’habitué des séries B à mettre la galette du film dans son lecteur. Ce n’est pas l’accroche stéréotypée: «Par le producteur de Dog Soldiers»( on ne peut pas dire que c’était un grand film) qui atténuera ce sentiment maintes fois ressentis mêlant curiosité masochiste et résignation  par le spectateur averti.

Parfois,heureusement, la magie du cinéma opère et surpasse nos espérances. C’est le cas de ce Night Wolf, certes pas parfait mais assez bien produit et original dans la manière dont il aborde le thème de la lycanthropie pour captiver l’attention.

Passées les vingt premières minutes barbantes et redondantes, le film prend son rythme de croisière soutenu. 

Cette histoire de retrouvailles familiales perturbées par l’arrivée d’un monstre prédateur sanguinaire tient plus ou moins la route. 

Malgré un travail de l’image, un jeu d’acteur et des effets de maquillage convaincants, Jonathan Glendening, le réalisateur, tombe dans quatre pièges «cas d’école» de la mise en scène et du montage. Tout d’abord, le surdécoupage et la rapidité des scènes d’action les rendent totalement illisible. Ensuite, le choix de ne montrer le monstre qu’en fin de métrage amplifie le suspense mais nécessite une maitrise de la caméra subjective et de l’exploitation optimale du hors champ, ce qui n’est pas le cas dans ce film. De plus, il faut pouvoir donner au spectateur des notions géographiques de l’espace dans lequel se déroule l’histoire, ici une énorme baraque défraîchie. Le spectateur s’y perd, tant les liens entre les différentes pièces de la bâtisse ne sont pas clairement définis. Une désorientation involontaire qui annihile toute tension liée au lieu de l’action.

Et enfin, le montage des plans de certaines scènes souffre d’ellipses inappropriées à des moments clés de l’action. Un bien lourd bagage de malfaçons qui place Night Wolf dans la catégorie des séries B sous exploitées.

Bref, Night Wolf est une petite série B qui aborde la lycanthropie sous un angle original mais qui souffre de scories qui affectent sa narration.  

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,editeur, dvd,night wolf, Jonathan Glendening, Adam Phillips, Isabella Calthorpe, Tom Felton, Gemma Atkinson, Joshua Bowman, Angleterre,13 Hrs, Emylia,storm,tempête,barn,grange,attic,grenier,England, power outage,panne de courant,action,horreur

 

 

 

 

Note:12/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Editeur:Emylia

 

DVD (zone 2):Image:1.78/ Langues: Français,Anglais Sous-titres: Français/ 

 

 

 

06/02/2013

NAILBITER:CRITIQUE ET INTERVIEW DU REALISATEUR

NAILBITER

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview du réalisateur,nailbiter,film de monstres, Patrick Rea, Kendal Sinn, Joicie Appell,Emily Boresow,Tom Conroy,Anita Cordell,Jason Coffman,exclue, Etats-Unis,tornade, SenoReality Pictures,sexy

Résumé :

 A l’arrivée d’une énorme tempête,  une mère  et ses trois filles décident d’aller récupérer le père qui atterrit à l’aéroport du Kansas. Coincées sur le bord de la route et prises au piège par la tempête, elles décident d’aller trouver refuge dans une maison.

 

Réalisateur:Patrick Rea

 

Scénariste:Patrick Rea,Kendal Sinn

Acteurs:Joicie Appell,Emily Boresow,Tom Conroy,Anita Cordell,Jason Coffman,...

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2012

 

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview du réalisateur,nailbiter,film de monstres, Patrick Rea, Kendal Sinn, Joicie Appell,Emily Boresow,Tom Conroy,Anita Cordell,Jason Coffman,exclue, Etats-Unis,tornade, SenoReality Pictures,sexy

 

Critique :


Superbement produit malgré un budget limité, Nailbiter  est une agréable petite surprise. Mêlant film catastrophe,film de monstres et survival ,cette série B honnête et servie par d’excellents acteurs,  est surprenante tant d’un point de vue technique que scénaristique. Patrick Rea  nous propose une histoire intelligemment mise en scène qui évite de peu de tomber dans les clichés du genre. Une mère anciennement alcoolique est prise au piège avec ses trois filles dans   la cave d’une maison  dans laquelle elles se sont réfugiées pour échapper à une tornade soudaine et violente. L’enfermement n’est pas leur seul souci, elles auront aussi à subir les attaques d’entités se cachant dans la propriété.

Une mise en situation originale qui mènera le spectateur dans des méandres souterrains peuplés de quelques créatures pas très sympas. On n’est pas loin  du The Descent de Neil Marshall (femmes fortes, lieux clos et monstres tapis).Nailbiter aurait alors pu suivre le chemin de la facilité en nous proposant un survival lambda, mais il n’en est rien. Malgré le fait que la tension graduelle du film s’ estompe  au fur et à mesure que l’on découvre les «méchants» très 80’s(une famille de dégénérés)du film, Patrick Rea prend ses spectateurs à rebrousse-poil en mettant en place une suite de scènes chocs pas spécialement gores mais émotionnellement intenses. En dire plus serait dévoiler les secrets du film.

 Niveau technique rien n’est à redire Patrick Rea  et son équipe ont fait de l’excellent boulot. Le travail du son est millimétré, le rythme est soutenu et les images sont belles  sans oublier la musique qui est excellemment produite. Les effets spéciaux sont bluffants tant numériques( La tornade paraît réelle) que physiques.

 les acteurs sont vraiment bons. Ils donnent a leur personnage une force empathique qui ne laissera pas de marbre le spectateur.

 

Bref,Nailbiter  est un film  aux apparences classiques mais comme dit l’adage il faut s’en méfier ( des apparences). Une véritable réussite.

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview du réalisateur,nailbiter,film de monstres, Patrick Rea, Kendal Sinn, Joicie Appell,Emily Boresow,Tom Conroy,Anita Cordell,Jason Coffman,exclue, Etats-Unis,tornade, SenoReality Pictures,sexy

 

 

Note: 17/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Producteur:SenoReality Pictures 

 

Ciné,cinéma,infos ciné, infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs, pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , interview du réalisateur,nailbiter,film de monstres, Patrick Rea, Kendal Sinn, Joicie Appell,Emily Boresow,Tom Conroy,Anita Cordell,Jason Coffman,exclue, Etats-Unis,tornade, SenoReality Pictures,sexy

 

Interview du réalisateur Patrick Rea

 

Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Patrick Rea: Salutations. Mon nom est Patrick Rea. Je suis un réalisateur de films indépendants habitant à Kansas City. Mes courts métrages ont fait le tour des festivals pendant près d'une décennie. Actuellement, mon film d’horreur Nailbiter tourne dans les festivals et sera disponible en DVD via Grindstone et Lionsgate Home Entertainment cette année.

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

P.R.:Eh bien, j'en ai plusieurs. J'ai vraiment aimé Cabin In The Woods. Il était super intelligent et effrayant. J'ai aussi beaucoup aimé The Dark Knight Rises. Je crois que c'est une grande conclusion à la trilogie des Batman de Christopher Nolan .

 

 

Fantasticmovies: Que pensez -vous du cinéma de genre actuel?


P.R.: Nous vivons une période intéressante dans le cinéma. Les technologies digitales sont à portée de tous et ont permis aux aspirants réalisateurs de faire leurs films beaucoup plus facilement. Cependant l’élément le plus important est de raconter une bonne histoire. Je pense qu’avec la facilité d’accès  au matériel  filmique, le cinéma d’horreur à petit budget est saturé de films pas bien réalisés  ni scénarisés . En fin de compte,  quand un film est bien fait et a une  bonne histoire, il se place en haut du panier de la pléthore de films qui ont été faits.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que cinéaste?


P.R.: J'ai toujours été influencé par les films de Steven Spielberg, Sam Raimi et John Carpenter. Les Aventuriers De L'Arche Perdue et Les Dents De La Mer furent des films importants de mon enfance, sans oublier Les Aventures de Jack Burton Dans Les Griffes Du Mandarin. J'ai aussi été influencé par la série Tales From The Crypt.

 

 

Fantasticmovies: Que pouvez-vous nous dire à propos des conditions de tournage?

 

P.R.: Les conditions de tournage étaient assez bonnes quand nous avons tourné les scènes d’intérieur dans la cave. Nous avons pu mettre les lumières en place chaque nuit.  Cependant les scènes censées se dérouler lors  de la tempête étaient difficiles  . Les jours où nous voulions qu’il fasse nuageux,  il faisait beau et les jours où nous voulions qu’il fasse beau,  il faisait  nuageux. Le temps  au Kansas  est très imprévisible. Au moment où je vous écris la réponse à cette question, il fait 24c°  et il pourrait neiger dans quelques jours (rire).

 

 

Fantasticmovies:Comment est né le projet?

 

P.R.:J’ai eu l’idée de cette histoire de quatre femmes  piégées dans une tornade et forcées de s’abriter  pendant que j’étais dans l’avion de retour  du festival du film d’horreur 2006 de New York.  L’idée se transforma en «film de monstres».  Je l’ai racontée au scénariste Kendal Sinn  et nous en avons tiré un script.

 

 

 

Fantasticmovies:Fut-il facile de trouver des acteurs et une équipe motivés pour le film?

 

P.R.:L’équipe pour Nailbiter, était principalement composée  de gens qui ont travaillé avec moi sur mes courts-métrages.  Nous avons l’habitude d’en faire plusieurs  en un an. Donc nous avons développé une communication non verbale qui rend le processus de tournage bien plus facile.  En ce qui concerne le

casting, nous avons passé beaucoup de temps pour que les quatre actrices se sentent d’une même famille.

 

 

 

Fantasticmovies:  Parlez-nous du budget de Nailbiter.

 

P.R.: Il était assez bas (rire). J’avais écrit une version beaucoup plus importante du script, mais j’ai dû l’adaptée au budget. Les petits budgets vous forcent à régler les problèmes et à être beaucoup plus créatif dans vos choix. Nous avons tourné les deux tiers du film en 2009, puis nous avons couru après l’argent. Nous avons fini le tournage un an après.

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à raconter à propos du tournage?

 

P.R.: C’était un véritable challenge de réaliser les scènes sous la pluie. Elles ont été tournées une nuit durant le mois d’octobre. Nous avions prévu un véhicule avec du chauffage. Entre les prises, mon actrice trempée venait s’y réchauffer. Quelle nuit! Je suis sûr qu’elle n’oubliera jamais d’avoir eu aussi froid.

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des personnages féminins «forts» de votre film.

 

P.R.: Je voulais vraiment réaliser un film dont les acteurs principaux étaient des femmes. Je pensait que le film serait ainsi plus convaincant. Jennifer Maguire (Meg Sarick), a tout d’une «scream queen». Sa mère, Janet (Erin McGrane), et ses deux soeurs Sally (Sally Spurgeon) et Alice (Emily Boresow), ont toutes les trois leurs nuances personnelles qui les rendent intéressantes.

 

Fantasticmovies: Nailbiter est vraiment très beau à regarder et le travail du son est vraiment bien, était-ce  beaucoup de travail en post-production?

 

P.R.: Nous avons passé plus d’un an en post-production. Toute l’année 2011 a été consacrée au montage et au travail du son. Ca a pris beaucoup de temps.Nous voulions que le film ait un bon son dans les différentes salles de cinéma et dans les salons des particuliers.Nous n’avions jamais réalisé un film avec un tel travail sur le son. Nous en avons finalement beaucoup appris. Pour le travail de l’image, notre directeur de la photographie, Hanuman Brown-Eagle, a fait du très bon travail concernant l’aspect visuel du métrage. Nous avons passé beaucoup de temps sur l’éclairage du film.

 

 

Fantasticmovies: Parlez-nous des effets spéciaux.

 

P.R.: Les effets spéciaux concernant les monstres sont tous physiques. Nous utilisions une marionnette pour certains plans et pour d’autres du maquillage. Pour les effets de la tornade c’était un gros challenge.  La compagnie BranitFX  a créé les effets ici au Kansas.  Elle a travaillé notamment sur Lost, Breaking Bad et Revoloution.

Je suis très content du résultat final à l’écran.

 

 

 

Fantasticmovies:  Des projets futurs ?

P.R.: Je suis actuellement en post-production de deux nouveaux court-métrages.  Le premier est un film d’horreur/ comédie et le second est plus dramatique. Je suis aussi en préparation de plusieurs nouveaux longs-métrages : “Enclosure”, un thriller , “Buzz Kill”,  une comédie à propos des boissons énergisantes et bien sûr “Nailbiter – Part II”.

 

Fantasticmovies: Un mot pour la fin?

P.R.: J’espère que les gens iront voir Nailbiter quand il sortira.  Un film de monstres qui repose davantage sur le suspense que sur le gore.