25/01/2012

Arena

Arena Les Gladiateurs de la mort

arena

Résumé :

Comment faire fortune grâce à la soif de sang de millions de gens ? Un richissime homme d’affaires (Samuel L. Jackson) organise de cruels combats à mort de gladiateurs, diffusés en direct sur le web. Sa dernière recrue, David Lord (Kellan Lutz), un pompier kidnappé et torturé, n’a pas d’autre choix que de se battre pour acheter sa liberté… Alors qu’il lui reste le plus difficile des combats à livrer, Lord déchaîne un torrent de carnages sanglants et révèle un secret qui menace de détruire toute l'entreprise.

 

 

Réalisateurs:  Jonah Loop

 

Scénariste: Tony Giglio

 

Acteurs :Samuel L. Jackson, Kellan Lutz ,Daniel Dae Kim,Nina Dobrev

 

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2011

 

 

Durée:90 min.

 

 

arena

 

 

 

 

Critique :

 

Pur film de baston, Arena offre au spectateur une débauche de violence testostéronnée

Ce que perd  Arena en originalité (on pense notamment au The Running Man de Glaser) avec son histoire de pompier veuf enlevé par une organisation qui diffuse sur le net des combats de gladiateurs forcés de s’entretuer pour recouvrer leur liberté, le métrage le gagne en efficacité.

Jonah Loop, le réalisateur, ne lésine pas sur les effets sanglants. Les combats stylisés sont impressionnants de réalisme.

Hormis un twist final totalement inefficace, Arena remplit son cahier des charges d’ « entertainment movie » avec ses méchants vraiment méchants et son héros surhumain qui se relève inlassablement de coups tant physiques que psychiques.

Dommage que la jaquette DVD du film soit aussi kitch, faisant penser à un objet de solderie pouvant rebuter le plus téméraire des spectateurs fan d’action car Arena vaut réellement le détour.

Bref, percutant et jouissif, Arena se laisse regarder avec plaisir

 

 

 Note : 14/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

Editeur: Sony Pictures Home Entertainment.

 

 

DVD:Image: 2.35.1/

Son: Dolby Digital Dts5.1/Langues:Anglais,Français,Allemand/Sous-titres : Français,Anglais,Néerlandais/

 

Les commentaires sont fermés.