21/08/2008

The Tripper: David Arquette fait son cinéma

The Tripper

 

the tripper 1

Résumé

 

Samantha rejoint avec une bande de potes un festival hippie dans la forêt durant lequel un dangereux psychopathe portant un masque de Ronald Reagan sèmera la panique en tuant les festivaliers.

 

Acteurs principaux 

 

David Arquette: Muff/ Jaimie King: Samantha/ Thomas Jane: Buzz/Lucas Hass: Ivan/Josh Hammond: Tyler/Marsha Thomason: Linda

 the tripper 2

Critique

Petite série B sympathique sur fond de politique anti-Bush, The Tripper, réalisé par David Arquette (le mari de Courteney Cox) est un film à la fois généreux et maladroit.

On est loin du chef d’œuvre.

 the tripper 3

Slasher conventionnel avec sa bande de jeune et son tueur au masque,  The Tripper se laisse regardé avec un certain plaisir coupable. « Oui c’est nul mais j’assume ».

 the tripper 8

Les qualités de ce film ne sont pas à chercher dans son originalité (vous l’aurez compris), mais bien dans sa mise en scène et ses trouvailles visuelles.

 the tripper 4

Imagerie 80’s bien rendue, quoiqu’un peu cheap, aux couleurs criardes qui font bien mal aux yeux. Effets visuels assez marrants, représentant les trips des personnages drogués. Images subliminales. Musique rock. Effets gores. Latex.  Arquette montre qu’il a intégrés les codes du genre.

 

Tout cela est bien beau mais ça ne sauvera pas le film du ridicule.

 

Le spectateur perplexe peut se demander alors : « Dois-je avoir peur ? » « Dois-je rigoler ? » « Dois-je prendre de la drogue ? » « Est-ce que j’ai bien fermé le frigo ? »…

 the tripper 5

Arquette ne donne pas de direction précise à son film et hésite entre l’humour, le sérieux, la gaudriole ou encore la satyre politique. Dommage car The Tripper s’annonçait sous les meilleurs auspices.

 

En fin de compte, The Tripper est un film calibré pour les fans de genre qui se plante en beauté, prenant le spectateur fantasticophile pour un demeuré.

the tripper 6

Arquette arrive même à plomber le message anti-droite républicaine de son métrage en nous présentant des personnages tellement arrogants que l’on attend qu’une seule chose, c’est qu’ils se fassent dégommer par le tarré de service déguisé en Ronald reagan.

 the tripper 7

Bref, The Tripper est un film bancal parsemé de bons moments. Un pur film pour les soirées vidéo bien arrosées (il faut bien ça).

 

Killg

 

Cote : 8/20

 

Bande Annonce

   

 

 

16/08/2008

Cloverfield

Cloverfield

 

cloverfield 1

Résumé

 

New York, une quarantaine de ses amis et relations ont organisé chez Rob, une fête pour son départ au Japon. Hub, meilleur ami de Rob est chargé de filmer la « party ». Soudain une violente secousse ébranle l’immeuble. Les invités se précipitent dans la rue où une foule s’est rassemblée en quelques instants. La tête de la statue de la liberté s’effondre sur la chaussée. L’attaque du siècle vient de commencer.

 

Acteurs principaux

 

Lizzy Caplan : Marlena / Jessica Lucas : Lili / T.J. Muller : Hud / Michael Stahl-David : Rob / Mike Vogel : Jason.

 cloverfield 2

Critique

 

Décoiffant, voici un adjectif qui sied parfaitement à ce Cloverfield.

Réalisé par, Matt Reeves et produit par le créateur de la série Lost, JJ. Abrams, Cloverfield,  est un « film catastrophe » mettant en scène l’attaque de Manhattan par un monstre géant. C’est vrai qu’annoncé comme cela, ça ne fait pas trop envie. On repense à l’affreux Gozilla version américaine. Beurk. Excusez-moi je vais aux toilettes…


cloverfield 3

Cloverfield est heureusement aux antipodes de ce navet intersidéral.

Film à la fois intimiste de par l’utilisation de la caméra subjective et spectaculaire de par des effets spéciaux réalistes et impressionnants, Cloverfield est un métrage parfaitement mis en boîte qui ne laisse aucun répit au spectateur.

 cloverfield 4

Mat Reeves décide donc d’utiliser pour son métrage le procédé cinématographique à la mode pour l’instant : les prises de vue en caméra subjective. Procédé immersif, qui plonge le spectateur au cœur de l’action.

Cloverfield envoie aux oubliettes d’un point de vue narratif et formel les films utilisant le même procédé tels que Rec. (et là je ne vais pas me faire des amis) ou encore Diary Of The Dead.

Hud, est chargé de filmer les témoignages des amis de son meilleur pote, Rob qui s’en va pour le japon  à la suite d’une promotion. Caméra mini-DV à la main, il s’amuse à questionner les invités de la soirée d’adieu organisée pour l’occasion. Soudain, c’est la panique. Tremblements de terre, explosions, immeubles en feu, population en fuite, Hud sera le témoin malgré lui de ce qui se passe et ne lâchera plus la caméra, le spectateur est embarqué par  son entremise dans sa fuite pour sa survie.

 

Reeves, maîtrise son médium : les prises de vues imparfaites (mais chorégraphiées) et le découpage intelligent des scènes rendent le métrage crédible en tant que témoignage brut, sans montage ni musique, du drame filmé par Hud.

Le métrage renforce sa crédibilité grâce aussi à l’excellent jeu des acteurs. C’est simple, on y croit.

 cloverfield 5

Un des points forts du film, est sans conteste ses effets spéciaux. Les effets visuels sont d’une beauté primitive s’insérant parfaitement dans les prises de vue « amateurs » de la caméra mini-DV. Les 30 premières minutes du métrage sont d’ailleurs très impressionnantes.

 

Le suspense est maintenu de bout en bout grâce à une narration bien ficelée plongeant le spectateur dans le chaos, découvrant ce qui se passe en même temps que les personnages.

 cloverfield 6

Les défauts et invraisemblances de ce Cloverfield, sont balayés par la maestria globale du métrage.

 cloverfield 7

 

Bref, aussi immersif  qu’impressionnant, Cloverfield  est un film à voir.

 

Killg

 

Cote : 20/20

Bande annonce  

    

 

 

10/08/2008

Carnosaur 3 Un nanar

Mesdames et messieurs, si vous n’avez pas peur de vivre une expérience « nanaristique ». Si pour vous, plus le budget du film est riquiqui, mieux c’est. Si pour vous la réalisation importe peu pourvu que vous compreniez le métrage. Si pour vous le jeu des acteurs est un plus et si il n’y en a pas tant pis. Si vous préférez la lettre « z » à la lettre « a ». Si pour vous, un beau morceau de caoutchouc vaut bien mieux que des S.F.X ultra travaillés. Alors les critiques se trouvant dans cette catégorie (nanars) sont pour vous et pour ceux qui ont envie de découvrir un cinéma hors normes.

Suivez le guide.

Aujourd’hui : CARNOSAUR 3

 

Carnosaur 3


carnosaur 3

 

Résumé 

 

Un convoi de l’armée est attaqué et détourné par des terroristes. Mais tout ne se passe pas comme prévu car au lieu de contenir des caissons d’uranium le convoi transportait en fait des monstres cryogénisés génétiquement modifiés. Un groupe anti-terroriste, rattaché aux forces spéciales, est alors chargé de récupérer par tous les moyens cette mystérieuse cargaison classée secret défense. Arrivés dans l’entrepôt où a été dissimulé la marchandise, ils se retrouvent alors nez à nez avec des monstres sanguinaires. La chasse peut alors commencer.

 

Acteurs principaux

 

Scott Valentine: Col. Rance Higgins/ Janet Gunn: Dr Hogges/ Rick Dean: Polchek/ Anthony Peck: Gen. Pete Mercer/ Rodger Halston: Sanders/ Terri J. Vaughn: B.T. Coolidge…

carnosaur305
 

Critique

 

Film produit par le pape du “petit budget”, Roger Corman et réalisé par Jonathan Winfrey, Carnosaur 3 est un petit «  monster movie » sympathique nous contant la sanglante mission confiée à un groupe de soldats d’élite qui consiste à récupérer des gros reptiles génétiquement modifiés qui se sont échappés d’un convoi militaire lors d’une attaque terroriste.

carnosaur306

Côté scénario, c’est le vide absolu. (Lire ce qui suit avec l’accent bruxellois) C’est un film que même bourré et lobotomisé par une overdose de téléréalité tu comprendras.

Les acteurs jouent comme des pieds. Comment vous expliquer ? Disons…. Prenons le pire des épisodes de Mc Gyver, et bien c’est encore pire.

Ils déclament leur texte sans émotions, sur jouent et prennent des têtes d’ahuris à tous les plans. De plus les dialogues sont ridicules au possible. Des petites perles de médiocrité.

 carnosaur307

Pour l’instant, Carnosaur 3 remplit bien son cahier des charges : réalisation naze, scénario naze et jeu des acteurs naze. Voyons le reste.

 

Souvent pour compenser le manque de moyens dans ce genre de film, un subterfuge liquide est utilisé : le sang. Ca coule et ça gicle. Carnosaur 3 ne déroge pas à la règle. Quoiqu il ne faille pas s’attendre non plus à un torrent gore.

 

Venons-en à l’action. Superbes cascades, effets pyrotechniques à couper le souffle. Avouez que vous y avez cru une seconde.

Carnosaur 3 comporte certes de l’action, mais comment vous la décrire ? Disons…. Prenons le pire des épisodes de Mc Gyver, et bien c’est encore pire.

Passons les SFX ultra kitch rendant les monstres du métrage aussi inoffensifs que des jouets pour bébé.

 carnosaur 3 2

Le lecteur attentif se dira alors : «  Mais pourquoi avoir qualifié ce métrage de petit «  monster movie » sympathique ? »

Bien simplement parce que premièrement, on ressent une envie du réalisateur de faire plaisir au public et ce, malgré les moyens mis à sa disposition. Deuxièmement, certains effets de montages lors des attaques des monstres pallient efficacement l’absence d’S.F.X. C’est à peu près tout.

 

Bref Carnosaur 3 est un nanar qui sera apprécié par les « nanarophiles ». Les autres pourront essayer mais alors sans garantie.

Killg 

Cote générale : 5/20

 

Cote Nanar : 15/20

 

Bande Annonce