30/07/2008

Diary Of The Dead/La Chronique Des Morts Vivants.

Diary Of The Dead


diary of the dead 1

 

Résumé

 

Des étudiants en cinéma tournent dans une forêt un film d’horreur, quand dans les médias, on annonce que les morts reviennent à la vie.

Jason, le réalisateur, décide alors de prendre sa caméra pour couvrir l’événement.

 

Acteurs principaux 

 

Michelle Morgan: Debra/ Joshua Close: Jason/Amy Ciupak Lalonde: Tracy/Shawn Roberts: Tony/ Joe Dinicol: Eliot

 diary of the dead 4

Critique

 

Le maître des films de zombies, Georges A. Romero, revient  avec un cinquième métrage mettant en scène des morts vivants.

Après La Nuit Des Morts Vivants où le réalisateur mettait les bases d’un nouveau genre, le film de zombies et dénonçait la ségrégation raciale en prenant comme héros un noir américain. Après Zombie où il fustigeait la société de consommation. Après Le Jour Des Morts Vivants, où il montrait une armée décadente. Après Land Of The Dead où il se moquait de la politique sécuritaire anti-terroriste, Romero met en scène ce Diary Of The Dead dans lequel, il s’attaque à la société de l’information.

 diary of the dead 6

Diary Of The Dead, n’est pas une suite à la quadrilogie initiale mais un film à prendre à part. Un métrage indépendant des autres, revenant aux origines de l’invasion des zombies sans pour autant en donner la cause. Nous vivons  cet envahissement à travers ce que vivent une bande de jeunes cinéastes partis tourner un film d’horreur en forêt.

 diary of the dead 3

A l’instar d’un Rec. ou d'un Cloverfield, pour les plus récents, Diary Of The Dead est filmé majoritairement en caméra subjective à une différence près, c’est que Romero utilise ostentatoirement les artifices cinématographiques que sont la musique et le montage pour mettre en boîte son métrage. Le spectateur n’étant pas dupé vu que ce choix artistique est expliqué dès le début du film via le personnage de Debra qui nous dit que ce que l’on voit à l’écran est monté et accompagné de musique.

La camera subjective n’est pas le seul média que Romero utilise pour son Diary Of The Dead. Intelligemment, il monte des images provenant aussi d’un GSM, d’Internet et de caméras vidéo de surveillance.  C’est ainsi que le réalisateur arrive à faire passer son message d’une société submergée de manière anarchique  par l’information instantanée, sans recul, relayée par Internet.

Le personnage de Jason en étant le produit, celui-ci préférant garder à l’épaule sa caméra plutôt que d’aider ses amis à survivre.

 diary of the dead 12

Le jeu des acteurs est assez bon et la chorégraphie des scènes extrêmement bien travaillée.

Les effets gores sont bien rendus et crus.

 

Il est néanmoins à déplorer que le métrage soit dénué de moments de trouilles, ce qui est un comble pour un film d’épouvantes.Romero préfère privilégier le message sous-jacent de son film plutôt que de nous faire peur. 

Diary Of The Dead, film à petit budget, est plus à voir comme un brûlot contre la société de l’information plutôt qu’un film d’horreur foutant les choquotes.

 

Killg

 

Cote : 14/20

 

Bandes annonces

 

 

Encore des photos 

 diary of the dead 5

diary of the dead 7

diary of the dead 8


Site officiel

http://www.bacfilms.com/site/diary/

28/07/2008

The Dark Knight/ Le nouveau Batman

The Dark Knight (Le Chevalier Noir)

 

the dark knight 1

Résumé 

 

Batman et le lieutenant Gordon s’allient au procureur Harvey Dent pour enrayer la criminalité mafieuse de Gotham City.

Hélas pour eux, l’arrivée du Joker, va mettre la ville dans le chaos.

 


the dark knight 10

 

Acteurs principaux

 

Christian Bale : Batman-Bruce Wayne/ Heath Ledger: The Joker/ Aaron Eckhart: Harvey Dent/ Michael Caine: Alfred/ Maggie Gillenhall: Rachel Dawes/ Gary Oldman: Lieutenant J. Gordon.

 

Critique

 

Après Batam Begins, Christopher Nolan réalise de main de maître ce The Dark Knight, le deuxième film de cette excellente franchise qui a remis sur  les railles l’univers de Batman qui avait souffert d’une imagerie kishissime et d’un humour déplacé dans les deux derniers métrages mettant en scène le héros chauve-souris. Donc exit pour de bon les souvenirs atroces  des Batman Forever et Batman & Robin.

 the dark knight 18

The Dark Night va encore plus loin et plus fort que son aîné (Batman Begins donc) tant dans le traitement des personnages que dans la mise en scène.

 

Gotham City est dépeinte de manière assez réaliste, sorte de grande métropole avec ses grands immeubles, ses petites ruelles et ses routes à 4 bandes. On dirait presque que Gotham existe pour de bon.

Le costume du héros ayant gagné en souplesse est magnifique, la Batmobile est impressionnante et les effets spéciaux sont ultra léchés.

Certaines scènes d’action sont réellement à couper le souffle tant elles sont grandioses et efficaces tout en paraissant réelles.

 the dark knight 17

En plus d’avoir fortement travaillé le côté technique du film, Nolan s’intéresse aussi à la psychologie de ses personnages. Le côté ambigu de la personnalité de Batman est exploité au maximum. Notre chauve-souris jouée par un Christian Bale en forme, fait le bien autour d’elle tout en ayant un penchant certain pour la violence gratuite (voir la scène d’interrogatoire avec le Joker). Batman est un être à part de la société, un « freak » au même titre que les crapules qu’il pourchasse.

Venons en au clou du spectacle : le Joker.  Un formidable personnage pour une incroyable prestation.

Le feu Heath Ledger incarne de manière parfaite le « clown fou » en lui insufflant un côté punk et anarchiste. Une vraie réussite qui envoie aux oubliettes la prestation cabotine mais pas mauvaise de Jack Nicholson qui a personnifié le même personnage dans le premier Batman de Burton.


the dark knight 11

Ajoutons que le reste du casting est lui aussi correctement composé.

Aaron Eckhart en Harvey Dent, joue à la perfection son personnage dichotomique. Maggie Gillenhall en Rachel Dawes, reprend avec succès le rôle tenu auparavant par Katie Holmes dans Batman Begins. Michael Caine en Alfred est simplement parfait et enfin, Gary Oldman, en Lieutenant J. Gordon, montre qu’il n’a pas perdu son talent d’acteur.

 

Deux petits défauts quand même. Premièrement, malgré une interprétation correcte de Christian Bale, il est dommage que son personnage ne montre pas plus ses sentiments notamment à la suite d’une scène dont je ne peux vous parler sous peine de dévoiler une partie de l’intrigue. Deuxièmement : le look de Double Face, qui porte un masque digitalisé surfait.

 

Bref The Dark Knight est le meilleur film de super héros de cette année. A voir absolument.

 

Killg

 

Cote : 19/20

 

Bandes Annonces 

 

 

 

 

Sites officiels 

 http://thedarkknight.warnerbros.com/

http://www.ccfabg.org/

http://www.clowntravelagency.com/

http://www.gothampolice.com/

http://www.gpdmcu.com/

http://www.ibelieveinharveydent.com/

http://www.whysoserious.com/

http://wwws.warnerbros.fr/thedarkknight/

 

Encore des photos

 the dark knight 3

 the dark knight 2

the dark knight 4

the dark knight 5

 the dark knight 6

 the dark knight 7

 the dark knight 12

the dark knight 14

the dark knight 16

 the dark knight 19

the dark knight 20

the dark knight 21

the_dark_knight_jokerposter2

the_dark_knight_outro_poster

the-dark-knight-7

23/07/2008

Severance


Severance


severance 1

 

Résumé 

 

Les employés d’une société de vente d’armes se rendent à un week-end sportif en Europe de l’Est organisé par leur entreprise.

Sur place, ils seront les proies de soldats locaux. Ils devront alors tout faire pour survivre.

 

Acteurs principaux 

 

Laura Harris: Maggie/ Danny Dyer: Steve/ Judith Victor: Nadia…

severance 2
 

Critique

 

Le réalisateur de Severance, Christopher Smith, est un des maillons du renouveau du cinéma britannique (voir critique sur The Cottage). En seulement deux films (l’excellent Creep et le film dont on parle ici), Smith a pu démontrer ses talents de cinéaste.

Mêlant, comme le veut la tradition anglaise, humour et horreur, Severance est un survival atypique. Tout d’abord par le choix des personnages principaux : des trentenaires employés de bureau. Ensuite par le choix des assaillants : des soldats chtarbés.

 severance 3

Severance mêle avec bonheur un second degré « so british » à une violence parfois bien gore (décapitation, jambes sectionnées etc.). Smith manie habilement son métrage et emmène le spectateur dans ses délires.

Les interactions entre les personnages sont souvent truculentes et les effets de suspense, bien rendus. On sursaute et on rigole.

 

Seuls petits défauts du film : des longueurs et des personnages parfois un peu trop caricaturaux.

 

Bref, un film à voir pour passer du bon moment.

 

Killg

 severance 4

Cote : 14/20

 

Bande annonce :