15/03/2014

LONG METRAGE: ZOMBIE HUNTER:CRITIQUE

 

 

ZOMBIE HUNTER

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, K. King,Kurt Knight, Martin Copping,Danny Trejo,Clare Niederpruem,Terry Guthrie,Shona Kay,Jeff Kirkham,Michael Monasterio,Jarrod Phillips,Jade Regier,Amy Savannah,Marianne Smith,Jake Suazo,Jason K. Wixom, Etats-Unis, 2013,wildside,action,comedy,comédie,sci-fi,thriller,zombie

 

 

Résumé :Suite à une épidémie, le monde est devenu une terre de désolation infestée de zombies… Pour venger sa famille, Haunter arpente les terres dévastées au volant de son bolide à la recherche de morts-vivants. Gravement blessé, il est recueilli par un groupe de survivants. Ensemble, ils vont partir en quête d’une contrée préservée de l’invasion…

 

Réalisateur:K. King

 

Scénaristes:K. King,Kurt Knight

 

Acteurs:Martin Copping,Danny Trejo,Clare Niederpruem,Terry Guthrie,Shona Kay,Jeff Kirkham,Michael Monasterio,Jarrod Phillips,Jade Regier,Amy Savannah,Marianne Smith,Jake Suazo,Jason K. Wixom

 

Pays :Etats-Unis

 

Année : 2013

 

Durée: 93 min.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, K. King,Kurt Knight, Martin Copping,Danny Trejo,Clare Niederpruem,Terry Guthrie,Shona Kay,Jeff Kirkham,Michael Monasterio,Jarrod Phillips,Jade Regier,Amy Savannah,Marianne Smith,Jake Suazo,Jason K. Wixom, Etats-Unis, 2013,wildside,action,comedy,comédie,sci-fi,thriller,zombie

Critique :

 

Sorti il y a peu chez Wildside, Zombie Hunter, avec sa belle jaquette "Trejoïsée" avait de quoi attiser la curiosité du bisseux en manque de testostérone. Hélas, et comme c'est trop souvent le cas, le film va se révéler très vite soporifique. Gros clins d'oeil appuyé aux séries B Grindhouse revitalisées par le duo Tarantino/Rodriguez avec leur diptique éponyme, Zombie Hunter est une suite de clichés horripilants. On pourrait même dire que son réalisateur a mis au point une nouvel effet de style de narration désespérante : la mise en abîme de clichés. Le film essaye de jouer avec le second degré en se moquant gentiment des clichés du genre tout en les mettant en scène au premier degré. En ressort, un ton sérieux sur joué par des acteurs faussement badass rendant l'ensemble totalement ridicule. En somme,un film « cliché » qui se moque des « clichés » tout en essayant de rester un peu sérieux. Vous avez dit cliché ? La mise en scène convenue pour le genre est sauvée par une jolie photo et quelques plans malins. Danny Trejo est insupportable en prètre mafieux et Martin Copping qui joue le personnage principal l'est encore plus. De la véritable daube en galette manquant de rythme.

Le problème avec ce genre de film, c'est que l'on peut d'emblée douter de la sincérité de l'entreprise. 

Comme tant d'autres titres à petit budget, Zombie Hunter est un produit dans lequel on incorpore des élément racoleurs pour faire du pognon. Mais, le film,lui (et c'est là que réside la perversité de la chose), se proclame un hommage au genre.  

 

Bref, Zombie Hunter n'est pas le film qui va révolutionner l'univers des zombies qui depuis quelques temps s'est bonifié à la télé, dans les jeux vidéos et dans la bd mais qui se casse la figure au cinéma. Décevant.

 

 

 

Note : 8/20

 

Bande-annonce :

 

Site Internet :

 

Lien Wildside du film

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18/09/2013

CHANNELING:CRITIQUE, BANDE ANNONCE,PHOTOS ET INTERVIEW DU REALISATEUR:DREW THOMAS

 

CHANNELING

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Andrew Huebscher, Dan McCoy, Greg Nash, Kip Brown, Peter Poot, Sebastian Brown, Patrick Giraudi, Drew Thomas, Etats-Unis, 2013,photos,film,science-fiction,interview,interview de drew thomas,interview channeling,Laila Ansari

Résumé : Un soldat en permission retourne chez lui suite au décès de son frère.Il découvrira que sa mort accidentelle ne l’était pas. Il a 72 heures pour résoudre le mystère. Jonas prend alors l’identité de son frère et pénètre dans un monde de voyeurisme et d’exhibitionnisme très dangereux car il crée une dépendance; C’est un monde dans lequel les gens diffusent leurs vies en temps réel à un public aussi large que possible.


Réalisateur: Drew Thomas

 

Scénariste: Drew Thomas

 

Acteurs : Landon Ashworth,Bernardo Badillo, Kyle C. Beach, Linn Bjornland, Teri Bocko, Ben Bray,Christian Camargo,Stacey Danger,Skyler Day ,Dominic DeVore,Josh Feldman ,Brandon Fobbs,Kate French,Joe Rudy Guerrero Jr.,Georgie Guinane

 

Pays :Etats-Unis

 

 

Année : 2013

 

Production: Rocket Punch Productions


 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Andrew Huebscher, Dan McCoy, Greg Nash, Kip Brown, Peter Poot, Sebastian Brown, Patrick Giraudi, Drew Thomas, Etats-Unis, 2013,photos,film,science-fiction,interview,interview de drew thomas,interview channeling,Laila Ansari


 

Critique :

 

Mettant en garde contre les dérive des réseaux sociaux qui  s'immiscent chaque jour un peu plus dans la sphère de notre vie privée, Channeling nous montre par l’absurde à quoi ressembleraient nos vies si celles-ci étaient constamment partagées au sein de la communauté d’internautes «followers». De l'exhibitionnisme/voyeurisme à son paroxysme. Loin néanmoins d’être moralisateur, le film de Drew Thomas utilise cette toile de fond pour raconter un thriller somme toute convenu mais bougrement convaincant. 

Dans un futur proche, un nouveau réseau social très addictif permet aux gens de partager instantanément leurs moments de vie à l’aide d’une lentille de contact «caméra» qui envoie directement images et son vers l’application installée sur le smartphone de son utilisateur. Un soldat en permission va enquêter sur la mort de son frère en prenant l’identité de celui-ci sur le réseau.

Ce qui frappe, et ce dès la première seconde du métrage ,c’est sont aspect technique minutieux et bluffant aux allures de grosses production. Formellement, Drew Thomas offre une véritable leçon de cinéma, faisant oublier que son film fait partie de la scène indépendante. Le souci du détail va jusqu’aux clignement d’yeux perceptibles à l’écran lorsque les personnages portent le dispositif oculaire. La caméra subjective porte ici parfaitement son nom. Sans oublier l’apparition de pubs/spams/pop ups (quelque peu ironiques)(exemples au bas de cet article) qui surgissent en plein milieu de l’action. Un soucis du détail qui fait du bien aux mirettes.

Channeling n’est cependant pas dénué de défauts. Epinglons sa durée trop longue, son rythme en dents de scie et son jeu d’acteur parfois approximatif.

Des scories rattrapées par une histoire ambitieuse(à tiroirs) mais surtout par son aspect ultra léché.

 

Bref, Channeling, ce thriller/drame d’anticipation est une belle surprise à l'écrin parfait. A voir. 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur, interview , Andrew Huebscher, Dan McCoy, Greg Nash, Kip Brown, Peter Poot, Sebastian Brown, Patrick Giraudi, Drew Thomas, Etats-Unis, 2013,photos,film,science-fiction,interview,interview de drew thomas,interview channeling,Laila Ansari


 

Note: 16/20

 

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

 

 

Sites Internet:

Site officiel


 

 

 

 

 

 

 

 

Interview du réalisateur et scénariste:Drew Thomas

 

ciné,rocket punch productions,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,andrew huebscher,dan mccoy,greg nash,kip brown,peter poot,sebastian brown,patrick giraudi,drew thomas,etats-unis,2013,photos,film,science-fiction,interview,interview de drew thomas,interview channeling,laila ansari



Fantasticmovies:Pourriez-vous vous présenter en quelques mots aux lecteurs de fantasticmovies?

 

Drew Thomas: Sans être consensuel , je suis reconnaissant envers les lecteurs de Fantasticmovies. Le cinéma indépendant traverse une période difficile. Le marché est grippé comme l'était celui de la musique dix ans auparavant.

 

Les fans de films, comme ceux qui visitent ce blog, fréquentent les festivals, à la recherche de films étranges et underground, vont sauver le cinéma.

 

Je suis un directeur photo/ metteur en scène qui vit à Los Angeles. J'ai étudié à l' American Film Institute et au National Film School de République tchèque. En tant que réalisateur, j'aime faire des films qui combinent les conventions du genre américain avec l'esprit de rébellion des maitres du cinéma européen.  Les galeries d'art rencontrent le grindhouse.  Des films artistiques avec des poursuites en voiture. La Nouvelle Vague françaises avec des facettes du cinéma d'exploitation. 

 

Fantasticmovies: Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

 

D.T.: C’est une question difficile. Cependant je ne vais pas voir de films «mainstream» parce que (sauf quelques rares exceptions), ils n’ont pas grand chose à offrir. 

Le film qui m’a le plus surpris est The Asphalt Jungle de John Huston. Même si c'est seulement à cause de mon ignorance que je suis "surpris" par celui-ci. Si j’avais été plus familier avec l’oeuvre de Huston, j’aurais su que j’étais sur le point de voir un chef d’oeuvre.

Voici quelques films (quelques uns nouveaux et d’autres plus anciens) que j’adore et qui pourraient intéresser les lecteurs de ce blog:

Holy Motors,City Baby,Found In Time (plus d’idées que dans 10 films de studio. Critique ici),Rubbur, The Northville Cemetery Massacre (Quand un film de contre-culture de biker/hippie rencontre un shoot-em up à la Sam Peckinpah), Kiss Me Deadly (Un film noir par un réalisateur de génie qui haissait son protagoniste),Murder By Contract (un petit budget qui a influencé Scorsese), The Lineup,Children Of Men (tellement bien qu’il n’existe peut-être pas), Captain Milkshake,Persona,Breathless,Vanishing Point (un de mes films préférés), Le Doulos et tous les films d’Antonioni.

 

 

Fantasticmovies:Pouvez-vous définir Channeling en 5 mots?

 

D.T.: Ambitieux, maladroit,original,obtus,(et j'espère) intriguant.

 

 

Fantasticmovies: Les nouveaux outils de communication et la vie privée sont-ils compatibles?

 

D.T.: En un mot, non. La vie privée est menacée dans la plupart des pays développés. Je respecte le choix de l'Allemagne d'avoir refusé la cartographie de ses rues par Google. Nous verrons bientôt des mouvements de gens émerger. Ils seront déconnectés."Hors réseaux". Ici aux Etats-Unis, nous avons déjà des pubs  qui brouillent électroniquement les smartphones, forçant les gens à regarder autours d'eaux sans être accaparés par leur téléphone. Channeling est destiné à être édifiant, traitant de nombreux sujet et notamment la destruction de la vie privée. 

 

Fantasticmovies: Avez-vous une anecdote à propos du tournage?

 

D.T.: Nous avons filmé la course poursuite d'ouverture à Griffith Park. Le sud de la Californie est très sec.  Nous trainions un tuyau d'essence qui faisait des étincelles derrière une grosse voiture chargée à bloc. Sur le point d'arriver, mon producteur, Gerry Santos m'a dit:" s'il te plait, n'incendie pas le parc".

Nous n'avions que de 9 heures du matin à 15 heures pour filmer l'entièreté de la poursuite et nous étions assez loin de notre lieu de tournage de base. Je devais aller uriner, je me suis rendu à la lisière d'une forêt pour me soulager. Je rêvassait,essayant d'anticiper tout ce qui devait être fait. Pendant que je pissait en étant dans la lune, j’ai été surpris par plusieurs paires d’yeux qui m’observaient. C’était une meute de coyotes qui se trouvait juste derrière la ligne d’arbres en train de nous regarder filmer notre scène de dingue.

Je ne sais pourquoi, mais voir ses animaux magnifiques m’a recentré et m’a permis de me concentrer.

 

ciné,rocket punch productions,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,andrew huebscher,dan mccoy,greg nash,kip brown,peter poot,sebastian brown,patrick giraudi,drew thomas,etats-unis,2013,photos,film,science-fiction,interview,interview de drew thomas,interview channeling,laila ansari

 

Fantasticmovies: Techniquement Channeling est superbe. Etait-ce un gros travail en post-production?

 

D.T.:Je vous remercie. Mon directeur de la photographie Andrew Huebscher est un peintre et un artisan.

Mon ingénieur du son, Dan McCoy a fait un travail brillant de collecte de sons.En post-prod, j'ai travaillé avec des artistes comme Greg Nash, Kip Brown et Peter Poot, Sebastian Brown, Patrick Giraudi, qui ont beaucoup bossé.

Je dirais que le film n'avait pas besoin de beaucoup de correction des couleurs. Les images capturées à huis clos n'avaient pas besoin de beaucoup de modifications.

 

 

Fantasticmovies: Des projets futurs?

 

D.T.: En ce moment, j'essaie d'équilibrer. Faire assez de travail en freelance pour payer mon loyer, tout en développant des projets passionants . 

J'écris un thriller qui traite également de la technologie et de ses possibilités et ses risques.

Fantasticmovies:Un mot pour la fin?

 

D.T.:Je suis chanceux de pouvoir faire ce que je fais. Si ce n'était pas pour les vrais fans de films - comme les lecteurs de ce blog - je ne serais pas en mesure de poursuivre mon art. Je suis reconnaissant.

 

 

ciné,rocket punch productions,cinéma,infos ciné,infos cinéma,résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,interview,andrew huebscher,dan mccoy,greg nash,kip brown,peter poot,sebastian brown,patrick giraudi,drew thomas,etats-unis,2013,photos,film,science-fiction,interview,interview de drew thomas,interview channeling,laila ansari

 

 

 

 

 

 

04/07/2013

SLASHER HOUSE: CRITIQUE,PHOTOS,BANDE ANNNONCE

SLASHER HOUSE

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,Mj Dixon, Eleanor James,Adam Williams,Wellington Grosvenor,Andrew M. Greenwood,Alex Grimshaw, Mycho Entertainment Group,horror,horreur,slasher house,sexy, Maurice Devereaux, Paul Verhoeven,

Résumé :Red,une jeune femme, se réveille dans une cellule d’une prison abandonnée. Elle ne sait pas ce qu’elle fait là.Après avoir exploré son nouvel environnement, elle se rend compte qu’elle n’est pas seule, en fait elle est enfermée avec les plus célèbres serial killers du monde. 

 

 

Réalisateur:Mj Dixon

 

Scénaristes:Mj Dixon

 

Acteurs : Eleanor James,Adam Williams,Wellington Grosvenor,Andrew M. Greenwood,Alex Grimshaw,...

 

Pays :Angleterre

 

 

Année : 2012

 

Durée:85 min.


 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,Mj Dixon, Eleanor James,Adam Williams,Wellington Grosvenor,Andrew M. Greenwood,Alex Grimshaw, Mycho Entertainment Group,horror,horreur,slasher house,sexy, Maurice Devereaux, Paul Verhoeven,


 

Critique :

 

Petit film indé à l’aspect «arty» un peu trop voyant (la monochromie verte des images fait mal aux yeux), Slasher House aurait tôt fait de rebuter le spectateur qui s'arrêterait à ce simple artifice formel.Heureusement, le film de Mj Dixon arrive à captiver grâce notamment à un scripte bien ficelé quoique déjà vu. Pour le situer, disons qu’il se trouve dans la même lignée qu’un film comme Slashers de Maurice Devereaux, lui -même reprenant l’idée du génial Running Man de Paul Verhoeven mais avec  le budget d’un bon gros Z. Ca ne vous tente pas? Mais si, mais si.

La force de Slasher House réside dans sa narration rappelant celle d’un jeu vidéo. Le spectateur est embarqué avec le personnage principal amnésique dans un dédale peuplé de tueurs en séries et autres barges du genre. L'héroïne du film devra résoudre des énigmes et se battre telle l’avatar d’un jeu d’horreur. Cette impression «vidéoludique» est renforcée par une caméra assez proche de ses personnages, une construction en niveaux dont chacun aurait son boss et des flashbacks évoquant des cinématiques. 

Niveau technique, Dixon emballe honnêtement son métrage. Mention spéciale aux effets sonores et à la bande son tonitruants ainsi qu'aux effets gores bien rendus. Dommage que le son des dialogues en prise directe ternit quelque peu ce film de bonne facture.

Les acteurs quant à eux sont assez bons, si l’on omet tout de même un surjeu parfois pesant.

  

 

Bref,Slasher House est une bonne petite surprise à la croisée des genres dont la générosité pâlie à quelques scories dues à sa condition de petit budget. 


 

Ciné,cinéma,infos ciné,infos cinéma, résumé,réalisateur,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce,producteur,Mj Dixon, Eleanor James,Adam Williams,Wellington Grosvenor,Andrew M. Greenwood,Alex Grimshaw, Mycho Entertainment Group,horror,horreur,slasher house,sexy, Maurice Devereaux, Paul Verhoeven,



Note: 15/20

 

 

Bande Annonce :

 

 

 

 

 

Production:Mycho Entertainment Group

 

Sites Internet: mycho.co.uk

                  facebook.com/slasherhouse