08/06/2016

CONCOURS THE NEON DEMON DES PLACES A GAGNER

 CONCOURS:
 
THE NEON
 
DEMON

Elle Fanning, Keanu Reeves, Jena Malone, Abbey Lee, Bella Heathcote , Christina Hendricks,cinéart,Nicolas Winding Refn,cinéma,ciné,concours,places de cinéma,the neon demon,cannes 2016

 
Quand l'innocente Jesse débarque à Los Angeles pour devenir mannequin, elle va tomber dans les griffes d'un groupe de femmes obsédées par la beauté qui vont tout faire pour dévorer sa jeunesse et sa vitalité.
 
Réalisé par De Nicolas Winding Refn ( Drive) et avec Elle Fanning, Keanu Reeves, Jena Malone, Abbey Lee, Bella Heathcote , Christina Hendricks entre autre, le film sortira ce 15 juin et a déjà reçu à Cannes le prix de la meilleure musique de film originale composée par Cliff Martinez
 
 

Cinéart offre aux lecteurs de fantasticmovies 5 x 2 places de cinéma à gagner pour aller voir The Neon Demon .

Pour participer au concours, rien de plus simple, répondez aux questions ci-dessous (une participation par ménage).

Les indices pour répondre se trouvent ici

 

Concours ouvert du 8 au 15 juin 2016 inclus, réservé à la Belgique.

Pour de plus amples informations sur le film, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site de Cinéart: http://www.cineart.be/

 

 

25/05/2016

UN DESSINATEUR/UN FILM/ UN DESSIN GAEL SEJOURNE

 

GAEL SEJOURNE

Dans cette rubrique,Fantasticmovies vous invite à un choc des cultures. Des auteurs/illustrateurs vous proposent,via un dessin original (réalisé expressément pour l’occasion) de pénétrer leur univers sous l’angle cinématographique. Un exercice de style dans lequel ils doivent illustrer un film de genre qui les a interpelés.

 

L’auteur: Gaël Séjourné

 

Nom:Séjourné

Prénom:Gaël

Naissance: 1966

Sites internet/blog: Page Facebook

 

Bibliographie:

Lance Crow Dog (5 albums) - scénario : Perrotin

 

Tatanka (5 albums) scénario : Callède

 

L’appel des origines (3 albums) scénario : Callède

 

Le Jour J (2 one-shot) scénario : Pécau-Duval

 

L’homme qui tua Che Guevara (one shot) scénario : Lupano

 

J’ai tué John Lennon (one-shot) scénario : Rodolphe

 

 

The Illustration (rien que pour vos yeux)

BD,bd,bande dessinée,illustration,dessin,dessinateur,scénariste,critique,album,série, dessin original,cinema,cine, Lance Crow Dog, Tatanka, L’appel des origines, Le Jour J, L’homme qui tua Che Guevara, J’ai tué John Lennon, Les Tueurs,Gaël Séjourné

Explication de l’illustration par Gaël:

Je me suis inspiré du film Les Tueurs réalisé par Robert Siodmak avec Burt Lancaster et Ava Gardner.

 

Le fim Noir est un genre qui m’a toujours attiré par son image particulière, ses ambiances aux éclairages particuliers qui participent à la tension, au suspense de l’histoire. Avec peu de moyens, les réalisateurs de ces films rivalisaient d’imagination pour créer ces oeuvres de série B qui aujourd’hui sont des classiques.

 

Certes, les histoires sont un peu désuètes aujourd’hui, mais je me laisse toujours embarquer par l’atmosphère qu’elles dégagent. Regardez Key Largo, Assurance Sur La Mort, Règlements De Compte, etc… et bien sûr Les Tueurs, adapté d’une nouvelle d’Hemingway, dont la scène d’ouverture à elle seule vaut le détour. En parlant de séquence d’ouverture, regardez aussi le plan d’intro de La Soif Du Mal d’Orson Welles.

 

Interview de Gaël Séjourné

 

Fantasticmovies:Quel est le dernier film que vous avez vu qui vous a le plus marqué?

Gaël Séjourné: Le Revenant m’a beaucoup marqué par sa réalisation. Le scénario hélas est trop mince pour en faire un grand film. Étonnant de la part d’Inarritu qui avec Birdman faisait déjà des prouesses de réalisation, mais sur un scénario beaucoup plus consistant.

 

Fantasticmovies: Quelles sont vos influences en tant que dessinateur?

Gaël Séjourné: Peut-on parler d’influences? Je ne sais pas! Des goûts profondément marqués, oui, mais dans des genres très différents, comme Boucq, Loisel, Gibrat, Marini, Rabaté, Binet, Franquin…

 

Fantasticmovies: Quelle est votre plus grande peur?

Gaël Séjourné: Peur de prendre l’avion ? Et encore, comme je ne prends pas l’avion, je n’ai pas à en avoir peur.

 

Par contre un AVC ou une connerie de ce genre, cela peut très bien me tomber dessus et me laisser diminué jusqu’à la fin de mes jours, ça, ça fout les jetons !

 

Fantasticmovies:Comics,bd européennes ou manga?

Gaël Séjourné: Je suis surtout BD européenne

Fantasticmovies: Est-il facile de trouver son style en tant que dessinateur tout en restant original?

Gaël Séjourné: Le style, c’est surtout les critiques qui le déterminent, c’est plus facile pour eux de regrouper les auteurs par «familles», quant à l’originalité c’est aussi eux qui en jugent. Le dessinateur quant à lui fait ce qu’il peut pour traduire sur le papier ce qu’il a dans la tête, et c’est déjà beaucoup s’il y arrive un peu.

Fantasticmovies: Que pensez-vous de la bd numérique?

Gaël Séjourné: Je ne pense pas que ce soit l’avenir, ou alors ce sera une nouvelle manière de raconter les histoires. Plus proche du stoy-board de film, où une image chassera l’autre, qui sait, avec du son ou de l’interactivité. Mais coller une planche de 8 cases telle quelle sur un écran, je ne vois pas l’intérêt. Sans compter que la conservation des données numériques semble plus qu’incertaine?

 

Fantasticmovies: Un conseil de dessinateur?

Gaël Séjourné: Etre très observateur, et si on veut faire de la BD, être très patient et passionné, car c’est une activité de longue haleine.

 

Fantasticmovies:Votre bd de chevet?

 

Gaël Séjourné: Je n’en ai pas, mais je feuillète régulièrement les auteurs cités plus haut.

 

Fantasticmovies: Un coup de coeur artistique?

 

Gaël Séjourné: Les illustrateurs américains des années 40 et 50, quand la photographie couleur n’existait pas encore !

 

Fantasticmovies:Quels sont vos projets?

Gaël Séjourné:Je réalise en ce moment un album sur le Gang des tractions avant en 1946, avec Rodolphe au scénario. Cela fera une histoire sur trois albums.

 

 

30/04/2016

HEADLESS - CRITIQUE

 

HEADLESS

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

 

Synopsis :  Dans ce slasher retrouvé datant de 1978, un tueur masqué assouvi ses fantasmes frénétiques de meurtre, de cannibalisme et de nécrophilie. Quand son passé tourmenté vient le hanter, il plonge encore plus dans la folie. Une jeune femme et son entourage en feront les frais.

 

Réalisateur: Arthur Cullipher

 

Scénaristes: Nathan Erdel,Todd Rigney

 

Acteurs:Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson

 

Pays : Etats Unis

 

Année :2015

 

Durée: 85 min.

 

Production: Forbidden Films,Gentleman Monster Productions

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

Critique :

Si le nom de Schott Scrimer ne vous dit rien, il est grand temps de vous mettre à la page. Oubliez le cinoche phagocyté par le côté obscur du mercantilisme des studios qui ne cherchent qu'une chose: vous dépouiller des quelques euros. Les spectacles d'entertainment sans, mais avec beaucoup de fonds, y'en a marre. Si toi lecteur ( oui je me permets de te tutoyer) , tu as été déçu par tous ces derniers remakes et reboots " pompes à fric" qui vomissent leurs effets tonitruants dans des salles qui puent les chips et le popcorn certifié Monsanto, tu peux te tourner avec plus ou moins de confiance vers le cinéma indépendant. Défendues ardemment sur ce blog, les pellicules à petit budget et souvent auto produites sont un vivier de belles découvertes. Certes le cinéma indé de genre regorge de films aussi pourris que la vieille tartine oubliée depuis ta dernière soirée vidéo sous le canapé, mais tu tomberas parfois ( et même souvent si tu lis attentivement les articles de ce blog )sur des petites perles qui valent leur pesant d'huître. C'est le cas par exemple de l'excellent et effroyablement anxiogène Found (critique ici). Tu vas me dire, mais pourquoi diantre me parle-t-il ( enfin parler, j'ai la voix que tu me donnes dans ta tête ) d'un film déjà chroniqué aussi bon soit-il? Et bien cher lecteur, tout simplement par ce que le film de Schrimer est intimement lié au film critiqué ici.

Headless est la mise en abime, le film éponyme dans le film dont le tueur de Found est un fan.

Réalisé par Arthur Cullipher, qui était responsable des effets spéciaux sur le film de Schrimer, Headless s’inscrit dans le courant “revival” des 80’s tant dans son état d’esprit que dans son imagerie. Un peu de sérieux, mais surtout beaucoup de gaudriole sont au programme.

On y suit les méfaits d’un tueur en série masqué porté sur la décapitation,le cannibalisme et la nécrophilie. Tout un programme de dépravation servi par des effets gores “à l’ancienne” et une mise en scène à l’esthétique craspec. Renouant avec le style “Grindhouse”, le film nous replonge trente ans en arrière pour notre plus grand plaisir. La musique, l’ambiance, les effets outranciers et le scénario linéaire nous servent un “tout” cohérent enthousiasmant.

Certes, l’originalité du métrage et le jeu des acteurs parfois sur le fil laissent un gout d’inachèvement un peu désagréable, mais n’est-ce pas justement le but recherché par le cinéaste pour coller parfaitement avec son postula de départ qui est que Headless est un slasher indé de 1978 qui a été retrouvé? La fausse bande-annonce de Wolf Baby atteste de cette volonté de “facsimiler” une bande vintage.

Bref, Headless est une série b déroutante et dérangeante non dénuée d'humour, aux effets gores joliment outrageants qui met en scène un boogeyman charismatique et atypique friand de décapitations . A voir.

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,

Note : 15/20

 

Bande-annonce :

 

Sites Internet :

 

Facebook

Site officiel

IMDB

 

 

Ciné,cinéma,infos ciné,film,infos cinéma, résumé,réalisateur,photos,scénariste,acteurs,pays année,durée,critique,note,bande annonce, productuction,headless,Arthur Cullipher,Nathan Erdel,Todd Rigney,Shane Beasley,Kelsey Carlisle,Ellie Church,Dave Parker,Kaden Miller,Jennifer Lee,Haley Madison,Brian Williams,Matt Keeley,Emily Solt McGee,Jessica Schroeder,Olivia Arnold,Nathan Erdel,Ben Monticue,Magician Johnson,2015,etats unis,Forbidden Films,Gentleman Monster Productions,